Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2014

Quatre étranges cavaliers / Silver Lode - 1954

"Quatre étranges cavaliers" est loin d'être un western de série B, que l'on pourrait voir d'un oeil distrait. En effet, même si on suppose que les moyens financiers ont été très limités, et que le tournage a duré une quinzaine de jours, et que le film était terminé en trois semaines, il n'en reste pas moins que l'ensemble bénéficie de grandes qualités. On peut tout d'abord parler du scénario très intelligent. En effet, dans "quatre étranges cavaliers", un homme (John Payne) qui allait se marier, est arrêté par un Marshall (Dan Duryea), dont l'honnêteté semble laisser à désirer. De cette histoire de la scénariste Karen DeWolf au démarrage simple, Allan Dwan nous laisse voir un film qui dénonce une communauté qui se retourne contre un homme seul, mais aussi une dénonciation du Maccarthysme présent entre 1953 et 1954, à travers l'arrivée du fameux sénateur Maccarthy à la sous-commission d'enquête permanente du Sénat américain. Les plus observateurs, remarqueront d'ailleurs que dans ce western, le nom du marshall joué par Dan Duryea est McCarthy, et que le sénateur éponyme avait attaqué le général Marshall dans un discours en 1952, ce dernier étant partisan d'une guerre limitée en Corée. Vous l'avez compris, "quatre étranges cavaliers" tient tout autant du western, que d'une critique sociale et politique de l'Amérique du début des années cinquante.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

On peut rapprocher le film, de "Furie" (1936) de Fritz Lang, où un homme emprisonné subissait l'attaque d'une population prête à le lyncher, mais aussi du "train sifflera trois fois" (1952), de Fred Zinnemann. On peut noter dans les "Quatre étranges cavaliers", la prestation exceptionnelle de Dan Duryea. La fiancée du héros, se fait presque voler la vedette par l'entraineuse du saloon, Dolores Moran, qui a les meilleurs répliques. Cela peut s'expliquer par le fait, qu'elle est l'épouse à ce moment là du producteur du film, Benedict Bogeaus. Au crédit du film, il faut aussi dire un mot de la belle photographie de John Alton qui a travaillé sur tous les films d'Allan Dwan, et quelques clins d'oeil, sur le 4 juillet, fête nationale des USA, ou sur la "liberty bell" (cloche de la liberté), qui sont l'un et l'autre des appels à ne pas condamner sans preuves. Dans une époque, comme la nôtre, où l'on a tendance à condamner via média interposé, et où les communautés tendent à s'affronter, "quatre étranges cavaliers" est un film indispensable, un beau western, mais aussi un grand film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

Disponible chez Sidonis & Calysta dans un coffret western, spécial Allan Dwan, VF et VO sous-titrée

 Note : 7,5 / 10

06/11/2013

La Plume Blanche / White Feather - 1955

"La plume Blanche" est un film particulier. En effet, il bénéficie d'un bon casting avec Robert Wagner, Debra Paget, et Jeffrey Hunter. Le film est également en Cinémascope et Technicolor. Robert Wagner c'est évidemment le mari de Natalie Wood.  Jeffrey Hunter c'est celui qui joue le jeune métisse dans le chef-d'oeuvre de Ford, "la prisonnière du désert" (1956), Debra Paget, c'est la jeune actrice qui a déjà eu un rôle d'indienne dans "la flèche brisée" (1950), ou qui était une très attachante Cosette dans la version américaine des "Misérables" (1952), mais aussi comme interprète exotique dans les films de Fritz Lang, "le tigre du Bengale" et "le tombeau hindou" (1959). Alors forcément Jeffrey Hunter en indien n'est pas tout à fait crédible, mais cela reste acceptable. Le film bénéficie également en plus de Debra Paget, du même scénariste que sur "la flèche brisée" (1950), en la personne de Delmer Daves. On sait que Delmer Daves avait des sympathies pour les indiens. Et il les montra dans plusieurs films en tant que réalisateur ou scénariste. Ainsi par exemple il devait participer à l'élaboration du film, "la porte du diable" avec Robert Taylor ou évidemment à l'écriture scénaristique et à la réalisation de "la flèche brisée".

La plume blanche.JPG

Du Technicolor, un bon casting, un bon scénario, mais que manque t'il alors ? Et bien, il manque peut être un bon réalisateur. En effet, Robert D Webb, nous offre un film désespérément plat, sans contour et sans relief. Les meilleurs scènes sont les quelques plans larges ou la mise en avant de la beauté de Debra Paget. Mais je ne sais si c'est le format cinémascope qui ne lui convient, ou sa manière de filmer, mais c'est une réalité, tout est plat. Malgré tout on arrive quand même à s'attacher à un scénario qui ressemble un peu à celui de "danse avec les loups" (1990). En effet, les Indiens sont montrés comme des êtres intrépides, courageux, luttant pour sauvegarder leurs coutumes et leurs terres, devant un homme blanc, avide. Donc, malgré une réalisation sans inspiration, le film retient l'attention. On regrette néanmoins qu'un tel scénario n'est pas pu bénéficier d'une meilleure représentation cinématographique. On est pas passé loin d'un bien meilleur film. C'est bien dommage. On peut néanmoins, noter que "la plume blanche", formidable western pacifiste, est un essai que "danse avec les loups" concrétisera 35 ans plus tard de la plus belle des manières.

critique-plume-blanche-webb1.jpg

critique-plume-blanche-webb4.jpg

critique-plume-blanche-webb5.jpg

Disponible chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10

28/09/2013

L'Homme des vallées perdues / Shane - 1953

Il y a quelques films touchés par la Grâce. "l'homme des vallées perdues" est clairement de ceux-ci. Pourtant, le scénario est très simple, vu et revu. En effet, l'histoire d'un gros éleveur de bétail, qui se refuse à partager les terres avec des fermiers sédentaires a été comptée de nombreuses fois, dans de très nombreux westerns. Mais là, le film aborde un thème nouveau, celui du héros solitaire, justicier dont personne ne sait d'où il vient, ni qui il peut bien être. Ainsi, sa probable identité n'est que donnée à la fin. En attendant, le film va nous proposer une relecture psychologique du western, mais aussi une lutte pour sa terre, contre ceux qui veulent se l'approprier, magnifié dans un environnement naturel somptueusement filmé et mis en valeur. On peut aussi voir, à travers le scénario adapté du roman de Jack Schaefer, une certaine définition du courage, et de la valeur de l'action individuelle, d'un homme pour une communauté.

20407291.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Mais ce qui fait de "l'homme des vallées perdues", un film légendaire ce n'est pas tant les rapports ambigües entre le héros et la femme de son ami et patron, ou dans le rôle de second père qu'il joue auprès du fils de la maison. Ce qui fait de "Shane", une véritable légende du western, c'est la noblesse qu'il découle du personnage d'Alan Ladd, mais aussi de la véritable noblesse que la réalisation arriver à dégager de ces pauvres fermiers, dont le travail, le courage et la volonté arrivent à forcer, contre toute attente, l'admiration du spectateur. Cette noblesse est magnifiée par la musique de Victor Young, qui signe ici une de ses plus belles partitions, et qui font assurément de "Shane" un western unique.

001.jpg

Ci-dessus : Van Heflin, Alan Ladd et le jeune Brandon de Wilde

De plus, le réalisateur George Stevens, nous fait bénéficier d'une vision très réaliste de la violence. Ainsi, pour 1953, le film est très violent. Et les différentes bagarres, et duels au pistolet ne sont pas des combats à la papa, comme on pouvait en voir dans d'autres westerns des années 50. Ici le sang coule, la violence est brutale, les coups font mal. George Stevens avait eu une expérience de la guerre. On se rappelle évidemment de sa réalisation de films documentaires pendant la deuxième guerre mondiale. Ainsi, il était revenu avec une expérience de la guerre, qui lui faisait refuser une non description réaliste de la violence. Ainsi, les combats au pistolet sont rendus réalistes par un système censé projeter en arrière, l'acteur touché, pour recréer l'impact d'une balle sur un corps,.

000ff9ad.jpg

Ci-dessus : Alan Ladd

"Shane" se retrouve donc au carrefour du western, irrigué par un esprit et une inspiration très fordienne, de la noblesse des petites gens que l'on retrouve dans tant de films de Ford. Mais le film est parcouru aussi par une réalisation très moderne, qui préfigure la violence de la fin des années 60 et un certain Clint Eastwood, qui reprendra le thème du justicier solitaire dans "Pale Rider" On a donc avec "l'homme des vallées perdues", un film digne des meilleurs John Ford. Le film portait par une incroyable grâce et une noblesse à tout épreuve, est à n'en pas douter mythique. Si il y a un western à posséder, c'est peut être bien celui-là. Quand le cinéma atteint à un tel niveau de perfection, on ne peut que rester béat d'admiration devant le résultat. Et quand un film arrive à nous arracher des larmes, comme les adieux du petit garçon à son héros, c'est qu'il a réussi à toucher au but. "Shane" ? c'est peut être le plus beau western du monde.

tumblr_mjw44glHMR1rrcm2lo1_1280.jpg

Ci-dessus : Jack Palance

 

Extrait de la musique de Victor Young :

 

Bande-annonce :

http://www.youtube.com/watch?v=UbuFb3jKgRM

 

Disponible en DVD et Bluray VF et VO sous-titrée

Note : 10 / 10