Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2014

Tuco est mort !

Eli Wallach est mort mardi dernier (24 juin 2014). Il laissera évidement l'image heurtée de chef des bandits mexicains dans "les 7 mercenaires" (1960), dans "la conquête de l'Ouest" (1962), il joue aussi un desperado, tout comme dans "le bon, la brute et le truand" (1966). On se souvient aussi de son petit rôle dans "les désaxés" dernier film de Clark Gable et de Marylin Monroe. Second rôle excellent, il n'est pas prêt d'être oublié et a été ce genre d'acteurs qui a assuré la transition entre l'ancien western et le nouveau western campé par Sergio Leone.

elli.jpg

14/08/2013

Faussaire / The Hoax - 2005

"Le faussaire" est un film de Lasse Hallström. Il nous raconte la vie de Clifford Irving, écrivain raté, qui décide d'escroquer son éditeur, en écrivant une fausse biographie du milliardaire Howard Hughes. En effet, Clifford Irving volera ses sources et ne rencontrera jamais Howard Hughes. Clifford, parfait anti-héros, trouvera t'il une quelconque rédemption, ou arrivera t'il à sortir du mensonge ? Pas sûr. En tous les cas, le film nous raconte une partie de sa vie et une des plus belles escroqueries du 20ème siècle.

46f90543ae417.jpg

Le film a beaucoup de qualités, car il possède peu de temps mort et montre comment il est relativement facile de manipuler des gens importants. Enfin, le duo d'acteurs, Richard Gere et Alfred Molina fonctionne à merveille. Enfin, les seconds rôles sont également intéressants avec entre autre : Hope Davis (à peine reconnaissable en éditrice, et avec une coupe de cheveux des années 70), Marcia Gay Harden (qui interrprète la femme de Clifford), mais aussi Julie Delpy célèbre actrice et réalisatrice. Enfin, Stanley Tucci et Eli Wallach complètent la distribution. Eli Wallach c'est bien entendu le célèbre chef des bandits mexicains dans les "7 mercenaires" (1960).

richard-gere-hope-davis-faussaire_510f2b885b6bd.jpg

Ci-dessus : Richard Gere et Hope Davis

Pour revenir au film lui même, celui-ci est intéressant car il nous montre, que l'auteur du canulard est aussi un être malade, emprisonné dans ses mensonges : mensonges envers son éditeur, mensonges envers les médias, et mensonges vis à vis de sa femme et à la fin même avec son meilleur ami, qui l'a pourtant aidé à monter son escroquerie. Le sujet fascine tout autant par les implications politiques que le film suggère. Ainsi, les scénaristes imaginent un rapprochement entre la pose de micros dans l'immeuble du Watergate et la future publication du livre ... Mais c'est peut être là que le scénario pêche un peu. Ainsi, si le ton de la comédie dramatique sert bien le film, ce ton dessert le film dès que l'on touche aux implications politiques que tout cela suppose.

892-M-the-hoax.jpg

Ci-dessus : Richard Gere

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, acteur, actrice, hollywood, richard gere, hope davis, alfred molina, Marcia Gay Harden, julie delpy, Eli Wallach, Stanley Tucci, Lasse Hallström, Miramax

Ci-dessus : Richard Gere, Alfred Molina, et Stanley Tucci

 

Bande-annonce :


Note : 7,5 / 10

15/02/2013

Les sept voleurs / Seven Thieves - 1960

Il est dernièrement sorti en DVD un joli film d'Henry Hathaway, "les sept voleurs" chez Sidonis. Le film est assez bien réalisé par Hathaway. Il est particulièrement bien construit au niveau de l'intrigue autant que de la réalisation. Même si celle-ci reste relativement classique et peu surprenante. Le scénario évoque la retraite d'un ancien professeur de chimie (Edward G Robinson) qui décide de se venger de l'oubli dans lequel il est plongé par sa retraite, en faisant un gros coup en volant la recette d'un casino. Le gang est comme vous pouvez l'imaginer donc composé de sept voleurs avec Rod Steiger, Eli Wallach, mais aussi la toute jeune Joan Collins et Michael Dante. On a donc un prestigieux casting. Même si la dimension d'acteur de Steiger semble trop importante pour le personnage qu'il occupe. Hathaway devait dire d'ailleurs qu'il avait essayé de teinter d'humour le personnage joué par Steiger, mais que cela n'avait pas été vraiment possible car Steiger jouait toujours des personnages sérieux dans des rôles sérieux et donc peu empreint d'humour. C'est d'autant plus vrai que Steiger avait joué des personnages comme "Al Capone" l'année précédente, Napoléon dans "Waterloo" (1972) ou son personnage avide de femmes et de pouvoir du "Docteur Jivago" (1965).

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, bluray, film, films, hollywood, edward g. robinson, rod steiger, joan collins, Eli Wallach, henry hathaway

Il faut ajouter aussi qu'on a la chance de voir Joan Collins au top de sa forme et dans une espèce de séance de streap-tease assez fascinante, appelée par Hathaway, le "saxosexe".  Elli Walach, vous vous souvenez probablement de lui pour son rôle de chef des bandits mexicains dans "les sept mercenaires". La partie où notre fine équipe attaque le casino, n'atteint pas les sommets du genre et de ce qu'on peut voir aujourd'hui, tout simplement car à cette époque, il y avait moins de protection dans les casinos.

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, bluray, film, films, hollywood, edward g. robinson, rod steiger, joan collins, Eli Wallach, henry hathaway

Ci-dessus : Joan Collins

Néanmoins, il y a une belle recherche dans l'intrigue même à ce niveau là, avec son lot de suspens. Enfin le retournement final et les relations entre divers protagonistes apportent son lot de très grosses surprises au spectateur. Un joli film donc, réalisé très sérieusement par un vieux routier d'Hollywood, et qui réserve quelques beaux morceaux et quelques belles surprises. On sait que ce film devait plus tard inspiré la fameuse série des "Ocean's". C'est donc un film somme toute assez important et qui est malheureusement très sous estimé, comme nous l'apprend les nombreux bonus de l'édition DVD, qui comprend dans l'un d'eux, une belle présentation de Mr Patrick Brion.

 

A noter  : une image parfaite même en DVD.

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, bluray, film, films, hollywood, edward g. robinson, rod steiger, joan collins, Eli Wallach, henry hathaway

Ci-dessus : Michael Dante, Rod Steiger, et Joan Collins

 

La bande-annonce :

 

Note : 6,5 / 10

07/11/2012

Les Sept mercenaires / The Magnificent Seven - 1960

"Les Sept mercenaires" réalisé en 1960 par John Sturges est un Western, remake du célèbre film, "les Sept Samouraïs, réalisé par Akira Kurosawa en 1954. Alors tout d'abord ce qui est vraiment formidable dans ce film c'est le casting. On a pas seulement 7 grandes stars à l'affiche, on a 7 grands acteurs et le chef de la bande de bandits mexicains : Eli Wallach. On a donc 8 grands acteurs si on inclut Yul Brynner comme la grande star du film. On a donc comme mercenaires avec Brynner : Steve McQueen, Horst Buchholz, Charles Bronson, Robert Vaughn, James Coburn, Brad Dexter. Eli Wallach grâce à ce film sera présent dans d'autres westerns comme dans "le bon, la brute, et le truand" ou dans "la conquête de l'Ouest" 2 ans plus tard où il jouera encore un rôle de chef de bande. Steve McQueen avait l'année précédente déjà tournée pour John Sturges dans "la proie des vautours". Mais il n'était pas encore la grande star qu'il allait devenir. Donc au début du film il se mit à tourner et à enlever son chapeau sans cesse afin d'attirer le regard du public vers lui. Cela rendit fou de rage Brynner qui lui dit qu'il ferait pareil si il continuait. McQueen fit donc en sorte d'avoir une interprétation plus neutre dans la 2ème partie du film. Bronson avait quant à lui, derrière lui une carrière déjà conséquente et avait également tourné l'année passée avec Sturges sur la proie des vautours. Robert Vaughn n'a pas fait de son côté encore beaucoup de films en 1960. Horst Buchholz est quant à lui  un jeune acteur allemand, James Coburn n'a presque rien tourné avant ce film, et Brad Dexter est plutôt habitué au rôle de faire-valoir, comme par exemple avec Clark Gable dans "l'Odyssée du sous-marin Nerka". Si on ajoute que Brynner a des origines par son grand-père de Mongolie, et qu'il est donc la vedette principale d'un western, on peut comprendre que personne chez United Artists ne croyait à l'époque en un quelconque succès de ce film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,films,film,yul brynner,steve mcqueen,horst buchholz,charles bronson,robert vaughn,james coburn,brad dexter,eli wallach,john sturges,elmer bernstein

Or contre toute attente, Brynner va se relever très crédible dans son rôle, Wallach parfait en chef d'un groupe de bandits mexicains, McQueen va tenter de voler la vedette à Brynner, comme on l'a vu plus haut et tous les autres vont être beaucoup plus que de simples seconds rôles. Il y a une espèce d'émulatipn entre chacun qui décuple le talent et l'interprétation de tous. C'est assez fascinant de voir cela à l'écran. Et en plus de ce casting "Galactique", le scénario qui semble simple au départ va se relever beaucoup plus complexe que prévu et réserver de large portion du récit à la personnalité de chaque mercenaire. Le spectateur va ainsi s'identifier à chaque personnage ou tout au moins tenter de le comprendre. L'explication de pourquoi ce village est constamment rançonné est aussi donnée. Présenté tout d'abord comme un western de série B, "les Sept Mercenaires" bénéficiera ensuite d'une exploitation beaucoup plus large, au vu des premiers succès en salle et aura ainsi un immense succès public. Ce n'est que justice pour un western au casting impressionnant et à l'inoubliable ouverture musical d'Elmer Bernstein. Deux suites seront faites plus tard, mais elles n'atteindront jamais la perfection de son glorieux aîné.

 

sept-mercenaires.jpg

Ci-dessus les 7 mercenaires :

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,films,film,yul brynner,steve mcqueen,horst buchholz,charles bronson,robert vaughn,james coburn,brad dexter,eli wallach,john sturges,elmer bernstein

 

Ci-dessous la musique ultra-connue du titre :

 

NOTE : 9 / 10