Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2016

La Falaise mystérieuse / The Uninvited - 1944

"La falaise mystérieuse" fait parti d'un genre de film totalement disparu aujourd'hui : le film fantastique romantique. Il rejoint la longue liste des genres disparus. En effet, tourné en 1944, "la falaise mystérieuse" ne joue pas sur des effets horrifiques, que son époque ne lui permettait pas, mais sur une ambiance qui balance entre l'absolu beauté d'un noir & blanc sublimé par la photographie admirable de Charles Lang, une romance, une enquête quasi-policière, et des fantômes qui veulent absolument troubler la tranquillité des habitants de la grande demeure construite sur une falaise. Le casting est mené par Ray Milland, Ruth Hussey, Donald Crisp, et Gail Russell. Ray Milland était un acteur très célèbre dans les années 40. On se souvient de lui pour différents rôles, en particulier pour son rôle d'ivrogne dans "le poison" (1945), "Arise my love" (1940) avec Claudette Colbert, ou encore "les naufrageurs des mers du sud" (1942) avec John Wayne et Paulette Goddard, ou ce superbe classique du film noir "la grande horloge" (1948). Mais il est vrai qu'en France, la filmographie de Ray Milland mériterait d'être largement redécouverte par nos éditeurs. Cet acteur un peu oublié aujourd'hui, le mérite largement. Je dois vous avouer que je n'ai aucun souvenir des deux interprètes féminines que sont Ruth Hussey et Gail Russell. Cette dernière sera une étoile éphémère du ciel hollywoodien, sa carrière sera en effet ruinée par son alcoolisme chronique, qui finira par l'exclure de la plupart des studios. Quant à Donald Crisp il joue son rôle habituel de père, dont sa plus grande interprétation est celle qu'il donnera dans "Quelle était verte ma vallée" de John Ford. "La falaise mystérieuse" est à rapprocher de ces quelques films romantiques, qui vous rendent la vie plus belle et qui sont tellement rares dans l'histoire du cinéma. On peut citer "Quelque part dans le temps" (1980) avec Jane Seymour, ou encore et surtout "l'aventure de Madame Muir" (1947) sublime oeuvre avec Gene Tierney et Rex Harisson. Alors c'est sans doute vrai que le réalisateur Lewis Allen, n'est sans doute pas le plus grand réalisateur d'Hollywood, on peut d'ailleurs parfois se demander ce qu'il a fait de la direction d'acteurs. Le film semble parfois bien léger, et le ton semble parfois difficile à trouver pour les acteurs. Malgré cela, le film bénéficie de l'immense talent du directeur de la photographie, Charles Lange, qui joue avec les ombres et l'obscurité, et le film fait encore frissonner par moment. Il ajouter au crédit de l'oeuvre que l'ensemble est encore sublimé par l'inoubliable musique du très grand Victor Young, qui nous donne sans aucun doute, une de ses plus belles oeuvres, magnifique, mais aussi torturée. On notera enfin, que Lewis Allen devait tourner l'année suivante un film considéré comme une suite à la "falaise mystérieuse" : "The unseen" avec cette fois-ci Joel McCrea and Herbert Marshall. Il me reste à féliciter l'éditeur Wild Side, pour sa superbe édition Bluray, qui comprend le film globalement bien restauré, et surtout un superbe coffret, agrémenté de photos d'époque toutes plus belles les unes que les autres. Wild Side a fait de la présentation du film une oeuvre d'art.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

Ci-dessus : Ray Milland & Ruth Hussey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

Ci-dessus : Ray Milland & Ruth Hussey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

Ci-dessus : Ray Milland & Gail Russell.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

Ci-dessus : Ray Milland & Gail Russell.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ray milland,ruth hussey,donald crisp,cornelia otis skinner,dorothy stickney,barbara everest,alan napier,gail russell,holmes herbert,queenie leonard,elizabeth russell,ivan f. simpson,charles lang,victor young,lewis allen

Ci-dessus : Ruth Hussey

Extrait de la musique de Victor Young :

 

Disponible dans un superbe coffret Bluray & DVD en Zone 2, en VF et VO sous-titrée, chez Wild Side.

 

Note : 7,5 / 10

26/04/2016

La Vieille Fille / The Old Maid - 1939

En 1999, l'American Film Institute nommait Bette Davis, seconde meilleure actrice de légende du cinéma américain. Il y a dans cette simple phrase, tout le génie résumait d'une des plus grandes actrices du cinéma américain et du cinéma tout court. Qui s'en souvient encore aujourd'hui à part la communauté des cinéphiles ? Et nous avons avec "la vieille fille", un des plus beaux exemples, du talent de Bette Davis, et du film mélodramatique de ces années là. L'année 1939, est une année faste pour le cinéma américain. En effet, c'est l'année du tournage "d'autant en emporte le vent", mais c'est aussi une année de renaissance du western avec "le brigand bien-aimé" avec Tyrone Power, ou avec "la chevauchée fantastique" de John Ford avec John Wayne. Le cinéma américain est presque, à son apogée et chaque semaine, 80 millions d'américains se déplacent dans les cinémas, pour voir un film, soit plus de 4 milliards de spectateurs par an, contre un 1,2 milliard en 2014. Ces chiffres s'expliquent aisément, car en 1939, la télévision n'existait pas. Pour Bette Davis, 1939 est aussi une année faste. Elle a tourné l'année précédente, sous la direction de William Wyler, "l'insoumise", sorte de petit "autant en emporte le vent" de la Warner, pour lequel elle recevra son deuxième Oscar. En 1939, elle retrouve Errol Flynn, pour "La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre" de Michael Curtiz, mais elle tourne également une première fois sous la direction d'Edmund Goulding, dans "victoire sur la nuit", puis sous la direction de William Dieterle dans une fresque historique "Juarez". Aujourd'hui, l'Oscar reçu par Bette Davis, pour "victoire sur la nuit" a un peu éclipsé "la vieille fille". Et c'est bien dommage, car Bette Davis est réellement extraordinaire, arrivant à montrer l'évolution du caractère de son personnage, blessé par la vie, et jouant donc des rôles finalement totalement différent.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

Le film s'appuie sur un merveilleux scénario de Casey Robinson d'après la pièce de Zoe Akins et adaptée du roman de Edith Wharton. La construction du film autour d'après une pièce est une qualité, car il permet une narration sérieuse. Malheureusement et c'est le seul défaut du film, il entretient un effet un peu statique à l'oeuvre, qui lui empêche d'atteindre encore une meilleure note. Sinon, le film s'appuie sur un casting en or avec autour de Bette Davis, une Miriam Hopkins également au top de sa forme, un Donald Crisp en médecin paternaliste et un George Brent égal à lui même et qui n'apparaît qu'au début. La musique de Max Steiner, la réalisation d'Edmund Goulding et la photographie discrète de Tony Gauldio font le reste. C'est du bel ouvrage. Et on se surprend à pleurer devant cette oeuvre aux accents souvent dramatiques, qui nous parle autant de la vie et des moeurs du milieu du 19ème siècle, que de leurs résonances dans la société puritaine américaine de la fin des années 30. Et donc malgré le caractère statique, et parfois étouffant de l'ensemble, on prend un plaisir fou à se laisser porter, par le jeu incroyable d'une des plus grandes actrices de l'histoire du cinéma. Après avoir vu un tel film, on a honte de constater que la Warner Bros, n'a pas encore sorti l'ensemble de son oeuvre au mieux en Bluray, au pire en DVD. Car une fois de plus, cette "vieille fille" est encore un chef d'oeuvre à mettre au crédit de la grande Bette Davis.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

Ci-dessus : Louise Fazenda, Miriam Hopkins & Bette Davis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

Ci-dessus : George Brent & Bette Davis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

Ci-dessus : Bette Davis et Miriam Hopkins

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

Ci-dessus : Jerome Cowan & Bette Davis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bette davis,george brent,miriam hopkins,donald crisp,jane bryan,max steiner,edmund goulding

La bande-annonce :

 

Hommage à Bette Davis :

 

Film, disponible en DVD Version originale sous-titrée français sur Amazon.com

 

 

Note  : 8,5 / 10

16/10/2015

L'homme de la plaine / The man from Laramie - 1955

"L'homme de la plaine" est un western de la Columbia, tourné en Technicolor par Anthony Mann. J'ai eu beau regarder, à part un casting assez flamboyant, l'ensemble ne m'a pas semblé voler très au dessus des westerns d'Audie Murphy à l'Universal. En effet, si on peut considérer le casting composé de James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, et Alex Nicol,  excellent et donc le jeu des acteurs globalement supérieurs à un western d'Audie Murphy, le reste m'a quelque peu laissé sur ma fin. En particulier le scénario nous laisse assez peu de suspens et on sait déjà comment tout cela va se terminer 20 minutes avant la fin. Alors oui c'est bien filmé, c'est bien joué, la musique de George Duning est bonne. Mais le film n'arrive jamais à emporter le spectateur, et on reste assez déçu devant un spectacle finalement convenu, où l'héroïne n'en est pas une, où le héros ne veut pas en être un, où le patron du ranch ne peut plus l'être, où son fils ne sait pas l'être. Finalement, c'est bien ce qui serait intéressant dans "l'homme de la plaine", c'est presque cette inadaptation au monde, affichée et revendiquée par les personnages. En effet, chacun est rempli d'une espèce d'impuissance face à son destin, qui donne tout son charme au film. Au delà de cette constatation, j'avoue m'être un peu ennuyé devant "l'homme de la plaine", qui reste un honnête spectacle, mais très loin du très grand western que l'on pouvait espérer. Parfois ne faudrait-il pas trop attendre d'un film ? Mais lorsque l'on compare les chef-d'oeuvres de Mann, à ce film, on ne peut que ranger ce dernier, dans la catégorie des honnêtes films mineurs de sa filmographie.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

Ci-dessus : James Stewart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

Ci-dessus : Arthur Kennedy & James Stewart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

Ci-dessus : James Stewart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

Ci-dessus : Donald Crsip & Arthur Kennedy

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

Ci-dessus : James Stewart & Cathy O'Donnell

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp, Cathy O'Donnell, Alex Nicol, Aline MacMahon, Wallace Ford, Jack Elam, John War Eagle, James Millican, Gregg Barton, Boyd Stockman, Frank DeKova, anthony mann

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,james stewart,arthur kennedy,donald crisp,cathy o'donnell,alex nicol,aline macmahon,wallace ford,jack elam,john war eagle,james millican,gregg barton,boyd stockman,frank dekova,anthony mann

Ci-dessus : Donald Crisp & James Stewart couché

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,james stewart,arthur kennedy,donald crisp,cathy o'donnell,alex nicol,aline macmahon,wallace ford,jack elam,john war eagle,james millican,gregg barton,boyd stockman,frank dekova,anthony mann

Ci-dessus : Aline MacMahon & Cathy O'Donnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,james stewart,arthur kennedy,donald crisp,cathy o'donnell,alex nicol,aline macmahon,wallace ford,jack elam,john war eagle,james millican,gregg barton,boyd stockman,frank dekova,anthony mann

Ci-dessus : Donald Crisp

La musique de George Duning :

 Disponible en DVD zone 2, en VF et VO sous-titrée

Note : 6,5 / 10

19/04/2015

Le Grand National / National Velvet - 1944

"Le Grand National" est un film en Technicolor de Clarence Brown. Il semble avoir été destiné à un très jeune public. En effet, cette histoire de petite fille amoureuse de son cheval et qui veut le faire courir dans la plus prestigieuse course d'Angleterre, "le Grand National", semble pour le moins peu crédible. En effet, tout cela, se déroule dans une ambiance "petite maison dans la prairie" quasiment permanente. Les parents sont toujours bienveillants. Ils ne sont jamais coléreux, fatigués, impatients et ne semblent rien désirer pour eux mêmes, sinon le bonheur de leurs enfants. Ce monde parfait, ainsi représenté, ne peut que destiner le film aux spectateurs les plus jeunes. Pour le critique de cinéma adulte, malgré un beau Technicolor, et l'intérêt de voir Elizabeth Taylor enfant, Angela Lansbury adolescente, et Mickey Rooney jeune homme, on s'ennuie. Quelques scènes sortent le spectateur de sa torpeur. Ainsi, les scènes de dialogues entre le père (joué par l'admirable Donald Crisp) et sa femme (Anne Revere) sont souvent très bonnes. Enfin, c'est souvent très impressionnant de voir la jeune Elizabeth Taylor sur un cheval au galop. Et la course finale, où elle était très sûrement doublée, redonne un bel intérêt au film. Mais si on ajoute une fin trop longue, c'est malgré tout, finalement assez peu pour satisfaire un public autre que celui des très jeunes enfants. Surtout, qu'il faut ajouter que la réalisation de Brown, semble se satisfaire assez mal de l'exigence de la couleur, et laisse voir beaucoup de décors peu réalistes. Cette réalisation se serait sans doute satisfaite d'une image en noir & blanc, mais en couleur, l'effet théâtrale qu'accentue le tournage en studio, est relativement désastreux.

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

Disponible en DVD zone 2 en VF et VO sous-titrée

Note : 5 / 10

14/06/2014

La belle de Saïgon / Red Dust - 1932

"La belle de Saïgon" mérite bien sa réputation de film mythique. Deuxième des six films du duo Clark Gable / Jean Harlow, on peut bien dire que celui-ci ne laisse pas indifférent. L'histoire semble pourtant classique. Ainsi un patron (Clark Gable) de plantation d'hévéas (arbre à Caoutchouc) en Indochine française, se retrouve avec une jeune et belle prostituée (Jean Harlow) sur les bras, mais l'arrivée d'un nouveau contre-maître (Gene Raymond) et de sa femme va changer les choses. Le couple va se dissoudre dans une nature luxuriante où les éléments naturels auront toute leur place pour déclencher un érotisme étonnant pour l'époque. Car il ne faut pas oublier que "la belle de Saïgon" date de 1932, soit 2 ans avant la mise en place du code de censure (Code Hays). Deux ans plus tard, une histoire mettant en avant, aussi souvent une prostituée, et la montrant aussi sympathique n'aurait pas été autorisée à être filmée. Ainsi, on sait que sur "Autant en emporte le vent", Selznick s'interrogeait sur les nombreuses scènes du personnage de Belle Watling (patronne d'une maison close) et sur son caractère si franc et finalement honnête.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, clark, jean harlow, mary astor, Gene Raymond, donald crisp, Victor Fleming gable

Pour en revenir à "la belle de Saïgon", le scénario de John Lee Mahin tiré de la pièce de Wilson Collison, est donc assez classique. Mais ce sont bien les acteurs qui font de ce film un superbe classique. Gable est très bon, mais Jean Harlow transfigure littéralement son personnage. Quant à Victore Fleming, il sait mettre en valeur le corps parfait de l'actrice, laissant voir ses jambes, ou dans un dixième de second un sein. Le scénario sera d'ailleurs utilisé avec moins de bonheur dans un autre film de Clark Gable, bien des années plus tard : Mogambo (1954). Ava Gardner reprendra le rôle de Jean Harlow, Grace Kelly celui de Mary Astor, et l'action se déroulera cette fois-ci en Afrique. Néanmoins, ni le Technicolor ni un Gable vieillissant ne feront oublier, l'incroyable fulgurance de ce premier érotisme cinématographique de cette "Belle de Saïgon", qui fit sortir le cinéma de son enfance, pour le propulser dans une modernité dont les résonances parviennent encore aujourd'hui, à marquer durablement, le spectateur. Ainsi, on peut espérer que la Warner nous sorte rapidement la totalité des films de Jean Harlow, peut être la première icône blonde platine de l'écran, bien avant Lana Turner. qui la qualifia de "première incarnation américaine du sex-appeal". En effet, les films de Jean Harlow sont d'autant plus mythiques que cette star eut un destin particulièrement tragique. Mais  nous verrons tout cela dans un prochain article.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Jean Harlow & Clark Gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Mary Astor & Clark Gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Jean Harlow & Mary Astor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Clark Gable, Tully Marshall & Jean Harlow

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : sur le tournage avec Victor Fleming

Film disponible en DVD zone 2, VO sous-tirée dans la collection "Trésors Waner".

Note : 8 / 10

05/05/2013

L'aigle des mers / The Sea Hawk - 1940

Après le succès de "Capitaine Blood", la Warner ne pouvait que relancer de nouveau la machine à faire des films de flibustiers ou de pirates et reprendre l'équipe gagnante de "Capitaine Blood" en reprenant pour le rôle titre Errol Flynn mais aussi Michael Curtiz à la réalisation comme "Capitaine Blood" 5 ans plus tôt. La Warner n'a pas lésiné sur les moyens, alors que "Capitaine Blood reprenait quelques images de scènes du film de Douglas Fairbanks, "l'aigle des mers" version de 1924. Cela donnait d'ailleurs un côté assez étrange au film. Là rien de tout cela, la Warner a construit des décors, des navires. On sent la très grosse production. A Errol Flynn on a ajouté un casting intéressant, avec Brenda Marshall, qui joue ici la nièce de l'ambassadeur espagnol (Claude Rains), avec laquelle Flynn entretient une relation. Mais dans les seconds rôles il faut aussi compter sur l'éternel vétéran Donald Crisp, mais aussi d'anciens compagnons des films de Flynn qui étaient d'ailleurs déjà présents sur "les aventures de Robin des Bois". Flora Robson a la lourde charge de reprendre le rôle de la reine Elizabeth 1ere qui était interprêtée un an plus tôt par Bette Davis qui avait pour partenaire encore Errol Flynn dans "The Private Lives of Elizabeth and Essex". Et Flora Robson s'en sortira plutôt bien. Et il y a bien d'autres vedettes, mais je ne citerai pour finir que le méchant du film : Henry Daniell.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Avec de tels moyens il était quasiment impossible à la Warner de rater le film, car il faut ajouter que Erich Wolfgang Korngold était encore responsable de la partition musicale. Il pourra d'ailleurs cette fois-ci la signer totalement car il disposera de suffisamment de temps, contrairement à "Capitaine Blood" où la musique de la scène de combat entre Flynn et Basil Rathebone sur les rochers était une reprise d'un thème classique, donc non composée par Korngold lui même. Alors oui "l'aigle des mers" est une belle réussite. Mais le film est parfois ampoulé et lourd. Ainsi, si la Warner veut à travers son film dénoncer le nazisme à travers la main mise de l'Espagne sur le monde au 16ème siècle, elle le fait un peu de façon caricaturale, mais surtout cela ralentit un peu le film et l'action. En résumé, on a perdu un peu cet appel révolutionnaire à la liberté présent dans "Capitaine Blood". D'ailleurs Flynn ne joue pas ici un pirate, mais un flibustier qui se fait reprocher l'attaque d'un navire espagnol. La réalisation de Curtiz joue toujours avec les effets d'ombres qui donnent à l'image une intéressante troisième dimension.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Brenda Marshall et Errol Flynn

Ceci dit, le film est irrigué par de nombreuses qualités : décors somptueux, costumes parfaits, casting prestigieux avec des stars au top de leur forme, musique magnifique. Mais le film ne prend son envol que dans sa dernière partie trop courte par rapport au reste de l'intrigue. Ceci à mon sens déstabilise peut être quelque peu l'ensemble. Il sortira d'ailleurs à l'époque avec des critiques mitigées. Il n'en reste pas moins un superbe spectacle, captivant, exotique, qui nous met dans la peau d'un flibustier du 16ème siècle perdu sur une côte bordée de palmiers, et on oublie tout. Alors que demandez de plus ?

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Henry Daniell et Errol Flynn

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Brenda Marshall et Una O'Connor

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Alan Hale et Errol Flynn

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz


Extrait de la musique :


Bande-annonce :

http://youtu.be/6_XIJm0_Wgc

Note : 8 / 10

22/12/2012

La Vallée du jugement / Valley of decision - 1945

"La vallée du jugement" est film avec Gregory Peck tourné en 1945 par la MGM. Le réalisateur Tay Garnett est derrière la caméra.  Le sujet décrit la vie d'une famille d'industriels de l'acier vers 1880 aux USA, avec leurs espoirs, leurs difficultés et les relations qu'ils entretiennent avec leurs ouvriers. Bien évidemment, on ne peut regarder ce film sans penser à "Quelle était verte ma vallée" tourné par John Ford 4 ans plus tôt pour la Twentieth Century Fox.  En plus de Gregory Peck on retrouve dans les rôles principaux Greer Garson et Donald Crisp. Et comme d'habitude Donald Crisp a le rôle du père de famille, mais contrairement à "Quelle était verte ma vallée", il a ici le rôle du patron détesté par une bonne partie des ouvriers. La distribution est aussi complétée par Marsha Hunt (Constance), Lionel Barrymore (l'ouvrier blessé en chaise roulante) et Preston Foster (délégué syndical). Preston Foster on l'a vu joué dans le film précédemment commenté, "Love before Breakfast".

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett

Le point fort du film, vous l'aurez compris, c'est donc bien sa distribution. On a des acteurs et actrices de grands talents que ce soit pour les premiers comme pour les seconds rôles. Peck est convaincant en jeune héritier de l'industrie de l'acier, comme Greer Garson en amoureuse transie. Mais ce sont bien les seconds rôles qui retiennent l'attention. Crisp je l'ai déjà dit maîtrise parfaitement son rôle. Mais surtout Lionel Barrymore est excellent et crève l'écran en ouvrier handicapé aigri et détestant à mort le patron. Enfin, Preston Foster fait penser par moment à George Marchais dans son rôle de délégué syndical. Quand on sait qu'il interprêtait un dirigeant d'une grande entreprise dans "Love before Breakfast", on mesure l'étendue du talent de tous ces acteurs.  On retiendra également dans cette distribution, le premier rôle de Dean Stockwell, ici enfant, que les amateurs de séries auront plus tard l'habitude de voir jouer dans "Code Quantum".

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett

Ci-dessus : Donald Crisp et Gregory Peck

Non ce qui plombe un peu le film, c'est finalement la comparaison avec son prédecesseur, "Quelle était verte ma vallée". En effet, la force d'un film est d'arriver à nouer une intrigue intéressante pour arriver à maintenir l'attention du spectateur du début à la fin du métrage. Ici, le film y arrive que partiellement ou à de rares moments. On a du mal à se passionner pour cette famille très riche et qui pour la plupart de ses membres ne s'intéresse que peu à son industrie. Le film arrivera à nouer une intrigue avec la romance entre Marie (Greer Garson) fille d'ouvrier et Gregory Peck (le fils du patron). Puis il y aura la grève, qui donnera son lot d'actions et de rebondissements. Mais finalement les passages les plus intéressants sont traités trop rapidement, et autant la vie simple des ouvriers attirait l'attention dans "Quelle était verte ma vallée", autant ici la vie très lisse d'une riche famille sans énormément d'ambitions ne passionne guère. Enfin la réalisation très académique de Tay Garnett n'attire pas l'oeil comme celle de John Ford c'est si bien le faire. Ainsi les luttes sociales finies, la conclusion du film se bornera à trouver une solution à la conservation à tout prix du patrimoine industriel, ou pour faire simple du capital. Pour y arriver il faudra aussi la part de Marie (la fille d'ouvrier) et la bonne volonté de Constance (la jeune mariée pas trop avide). Voilà toute la morale du film. On pourra donc trouver la leçon comme de peu d'importance et attendre une sortie Bluray du chef-d'oeuvre de John Ford : "Quelle était verte ma vallée" pour espérer un meilleur spectacle.

 

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett


Extrait :

 

Disponible en Zone 2 dans les Trésors Warner sur le site de l'éditeur.

 

NOTE : 6 / 10

19/11/2012

Une certaine femme / That certain woman - 1937

"Une certaine femme" est un mélodrame de 1937 d'Edmund Goulding avec pour acteurs principaux : Bette Davis, Ian Hunter et le jeune Henry Fonda. Ian Hunter est connu aujourd'hui pour son rôle de Richard Coeur de Lion dans "les Aventures de Robin des Bois" (1938), ou encore pour son rôle dans Dr. Jekyll and Mr. Hyde (1941) avec Spencer Tracy. Pour Bette Davis, le scénario est parfait. En effet, Bette Davis reste la reine incontestée du mélodrame hollywoodien (genre quasiment disparu aujourd'hui). "Une certaine femme" raconte l'histoire d'une veuve de gangster, abandonnée par son nouveau mari, mais protégée par son richissime patron (célèbre avocat).

57437DhqS6EIvAHMbX8dfwVSpXW.jpg


Alors oui, c'est vrai dans "Une certaine femme" on a parfois l'impression d'être devant un épisode de "plus belle la vie". Mais ce film est très intéressant à plus d'un titre. Tout d'abord même si ce film constitue un film de studio, c'est un peu du cinéma d'auteur. En effet, Edmund Goulding a écrit le scénario et réalisé le métrage. Quand on sait la difficulté d'avoir un script propre, et les multiples réécritures que subissent certains scénarios, c'est quelque chose de notable. Alors bien sûr, même si "une certaine femme" est un remake d'un film de 1929 avec Gloria Swanson, ("The Trespasser"), il n'en reste pas moins que c'est une bonne initiative. De plus, le film bénéficie d'acteurs extraordinaires. On a déjà parlé de Ian Hunter. Mais que dire de Bette Davis ou d'Henry Fonda. Bette Davis allait d'ailleurs se faire une spécialité à tourner des drames ou des mélodrames pour la Warner. On la retrouvera d'ailleurs plus tard dans des films plus aboutis comme "Dark Victory" (1939) où elle est extraordinaire dans sa lutte désespérée face à la mort, ou plus tard, dans un genre qui atteindra son paroxysme dans les années 40 avec des films comme "Now Voyager" ou "Mr. Skeffington". Henry Fonda est aussi très bien dans son rôle de jeune homme de bonne famille, dominé par son père et incapable de prendre ses responsabilités. Enfin Donald Crisp est très crédible dans son rôle de père intolérant qui considère la femme de son fils comme une aventurière avide d'argent. On verra d'ailleurs Donald Crisp très souvent dans des rôles de père, que ce soit ici ou dans "la charge de la brigade légère". Mais c'est bien dans "qu'elle était verte ma vallée" qu'il obtiendra enfin une reconnaissance du milieu et donc un Oscar pour son inoubliable interprétation d'un père ouvrier luttant pour sauvegarder sa famille.

a_certain_woman.jpg

Ci-dessus Henry Fonda et Bette Davis :

 

Si on ajoute à tout ça, une belle musique originale (qui aurait mérité à être mise plus en avant), on se retrouve devant un film très correct et classique qui si il n'atteint pas les sommets du genre, arrive facilement à émouvoir (surtout à la fin) et à distraire. On notera enfin qu'Henry Fonda et Bette Davis se retrouveront l'année suivante, sur le tournage de "Jezebel".

optimized-davis-fonda.jpg

Film disponible en Zone 2 dans la collection "Trésors Warner"


NOTE : 6 / 10

01/09/2012

La charge de la Brigade légère - 1936

La charge de la brigade légère a été tournée en 1936. On y retrouve donc pour la 2ème fois, Errol Flynn et Olivia de Havilland. En plus des 2 vedettes du film il y a également à l'affiche, Patric Knowles et Donald Crisp. Patric Knowles fera beaucoup de seconds rôles ou aura la vedette dans des comédies de l'époque. Donald Crisp reste lui, comme l'immortel interprète du père dans "quelle était verte, ma vallée" de John Ford. Michael Curtiz est à la réalisation sur ce film comme il l'était précédemment sur Capitaine Blood. Il est le maître du cinéma d'action de cette époque. Il était connu pour son très mauvais anglais (il était Hongrois, de son vrai nom Manó Kertész Kaminer) et pour sa dureté avec les acteurs. Enfin pour revenir au casting, le tout jeune David Niven est également présent.

 

Michael Curtiz ci-dessous :

 

Casablanca - Michael Curtiz.jpg

 

Concernant le sujet du film, certains pourraient voir dans ce film une ode au néo-colonialisme. Mais ce serait une grave erreur. En effet, ce film a été produit à un moment où  l'Europe est menacée par le nazisme. Les nazis sont au pouvoir depuis 1933. La charge de la brigade légère est donc une des réponses d'Hollywood à la menace nazie.

 

La-Charge-de-la-Brigade-Legere-20110609062512.jpg

 

Si il est vrai que l'histoire se concentre sur la guerre de frontière entre le Sultan Surat Khan, nouvel allié des Russes et l'armée anglaise aux Indes, puis sur la guerre de Crimée, cette toile de fond n'est qu'un décor. Et, il est impossible de ne pas voir en ce sultan, la reproduction d'Hitler ou du totalitarisme nationalisme poussé à l'extrème. Car comme lui, Surat Khan sera responsable de massacres de masse et donc d'innocents, de civils ou de militaires désarmés. On prévoyait donc en 1936 ce qu'il allait se passer ... ou alors ce film est un échos à la guerre d'Espagne.

 

Quoiqu'il en soit les autres thèmes du film sont la romance à 3 et l'esprit de sacrifice pour une cause qui apparaît juste noué à un sacrifice par amour pour sa belle. Ainsi il y a quelque chose de profondément romantique dans ce film.

 

article-1193489-055DD2A8000005DC-878_468x715.jpg

 

Concernant la musique, on a cette fois ci une composition extraordinaire de Max Steiner qui composera les très nombreux thèmes du film. Les plus célèbres restant l'ouverture, la charge finale et la valse originale écrite pour le film en début de film. A noter que Steiner étant à l'origine un compositeur viennois, aimait donc écrire des valses pour les films dont il était le compositeur.

 

Vous trouverez ci-dessous le thème de la charge finale, qui fait à lui seul plus de 9 minutes de musique symphonique !!

 

 

Malheureusement, ce film occasionna la blessure grave de plusieurs chevaux. C'est donc à cette époque que des associations se mirent en place pour protéger les animaux avec l'assentiment des stars de l'époque.

 

Un film qui mériterait sans conteste une restauration totale en Blu-ray. Pour ma part, j'ai découvert ce film à 14 ans sur un vieux magnéto qui avait enregistré la dernière séance de la veille.  Je crois que c'est ce film qui m'a fait aimer le cinéma.

 

Pour finir, sachez qu'en 1968 un remake sera fait. Mais il prendra le contre pied de la version de 1936, en mettant en avant le côté absurde du commandement et la rivalité des généraux dont les hommes feront les frais.

 

Un extrait du film :

 


La Charge de la brigade légère 1/6 


Le film :

http://www.dailymotion.com/playlist/x1j40y_apo-dictique_la-charge-de-la-brigade-legere/1#video=xgw4be

 

Le poème de Lord Tennyson dont le film s'est inspiré :

HALF a league, half a league,
Half a league onward,
All in the valley of Death
Rode the six hundred.
'Forward, the Light Brigade!
Charge for the guns!' he said:
Into the valley of Death
Rode the six hundred.

'Forward, the Light Brigade!'
Was there a man dismay'd ?
Not tho' the soldier knew
Some one had blunder'd:
Their's not to make reply,
Their's not to reason why,
Their's but to do and die:
Into the valley of Death
Rode the six hundred.

Cannon to right of them,
Cannon to left of them,
Cannon in front of them
Volley'd and thunder'd;
Storm'd at with shot and shell,
Boldly they rode and well,
Into the jaws of Death,
Into the mouth of Hell
Rode the six hundred.

Flash'd all their sabres bare,
Flash'd as they turn'd in air
Sabring the gunners there,
Charging an army, while
All the world wonder'd:
Plunged in the battery-smoke
Right thro' the line they broke;
Cossack and Russian
Reel'd from the sabre-stroke
Shatter'd and sunder'd.
Then they rode back, but not
Not the six hundred.

Cannon to right of them,
Cannon to left of them,
Cannon behind them
Volley'd and thunder'd;
Storm'd at with shot and shell,
While horse and hero fell,
They that had fought so well
Came thro' the jaws of Death,
Back from the mouth of Hell,
All that was left of them,
Left of six hundred.

When can their glory fade ?
O the wild charge they made!
All the world wonder'd.
Honour the charge they made!
Honour the Light Brigade,
Noble six hundred!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...


Note : 8,5 / 10