Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2014

Le Charlatan / Nightmare Alley - 1947

"Le charlatan", c'est peut être un des films les moins désirés de Darryl F Zanuck. En effet, ce dernier n'avait pas particulièrement apprécié le roman de William Lindsay Gresham. Il considérait d'une part que la plupart des thèmes ne passeraient pas la censure et que le rôle titre allait détruire l'image de star de Tyrone Power, auprès du public. Pourtant, Tyrone Power voulait vraiment jouer ce rôle, qu'il considérait comme une parabole sur la star hollywoodienne. Et c'est Lana Turner avec laquelle il entretenait une liaison qui devait écrire à Darry F Zanuck pour le convaincre de laisser jouer Tyrone Power. Zanuck mis alors au travail, deux scénaristes, dont Jules Furthman, pour tenter d'adapter le roman. Dans le but d'atténuer le côté glauque de l'oeuvre, il mit sur le projet, peut être le réalisateur, le plus spécialisé dans le mélodrame romantique : Edmund Goulding. Ce dernier était connu pour ses réalisations de grands mélodrames. On peut citer le magnifique "victoire sur la nuit" (1939) avec Bette Davis, l'inoubliable "Grand Hotel" (1932) avec John Barrymore, "voyage sans retour" avec Kay Francis et William Powell,  On peut également noter qu'il avait déjà tourné avec Tyrone Power, "le fil du rasoir" (1946). Le début du film, commence assez étrangement en situant le début de l'histoire dans une fête foraine. On pense alors encore à William Powell, et à sa prestation dans "le grand Ziegfeld". Mais ce serait un contre-sens. Car finalement le film se rapproche plutôt de "Freaks" (1932) de Tod Browning.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

L'histoire est composée de 3 parties et d'une conclusion. La première partie est en quelque sorte, la mise en place, la seconde l'avancée sociale du personnage joué par Tyrone Power. La troisième partie, est sa décente vers les bas fonds. La conclusion pour moi n'est pas très claire. Le personnage est il sauver en quelque sorte par l'amour de sa femme ? On peut le supposer. Les plus pessimistes y verront la dernière humiliation du personnage, qui ne trouve que pitié dans les yeux de sa propre femme. Le casting est très bon, Tyrone Power, est entouré par une Joan Blondell vieillissante, mais terriblement convaincante, par Coleen Gray qui arrive à donner du corps à un personnage de peu d'envergure. Mais c'est surtout le personnage d'Helen Walker qui interroge. En effet, son rôle de psychiatre perverse et manipulatrice, lui va comme un gant, elle la belle intellectuelle du Hollywood de cette époque. Enfin, il faut citer au crédit du film, la magnifique photographie de Lee Garmes, sur laquelle le réalisateur, Edmund Goulding, confia s'être reposée, tout le long du film. Helen Walker, qui a un second rôle très important dans le film (le rôle de la psychiatre), devait être gravement blessée, et avoir sa carrière brisée en 1946. En effet, le 1er janvier 1946, elle devait avoir un accident de voiture avec 3 GI pris en auto-stop, et être accusée d'être ivre au volant par un des passagers. Sa carrière ne devait jamais se remettre de ce scandale. Pour revenir au "Charlatan", le film évoque presque ouvertement, les relations sexuelles, sans mariage, l'ambition, l'hypocrisie du faux dévot. Interprété par certaines critiques, comme une féroce attaque de la religion, il pourrait en être également une défense, par la mise en avant de la seule valeur qui vaille quelque chose en ce monde : l'amour sincère d'un homme et d'une femme. Au final, "le Charlatan" est un film à tiroirs, qui n'a pas fini de faire parler de lui, et qui mérite d'être vu et revu. Archétype même du film noir dramatique, il est obsédant, comme le destin de l'Homme. C'est tout dire.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Joan Blondell

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Tyrone Power & Joan Blondell

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray, Joan Blondell, Tyrone Power, & Mike Mazurki

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray, Tyrone Power, et Helen Walker (de profil avec un porte-cigarette)

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray & Tyrone Power

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray & Tyrone Power

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Helen Walker & Tyrone Power

 

La bande-annonce :

Film disponible en DVD Zone 2 chez Sidonis & Calysta en VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

29/03/2014

Quand les tambours s'arrêteront / Apache Drums - 1951

"Quand les tambours s'arrêteront" western en Technicolor, est le dernier film du producteur Val Lewton, qui devait disparaître un peu avant la sortie du film. Val Lewton était un homme un peu perturbé qui faisait souvent le même cauchemard. En effet, il se voyait dans une piscine et incapable de remonter, car la piscine était entournée de centaines de chats. Ce rêve obsessionnel explique probablement son investissement sur des films comme "Cat people" (1942) de Jacques Tourneur ou encore "I Walked With a Zombie" (1943), et "Leopard Man" (1943) etc. Val Lewton est donc un producteur spécialisé dans le film fantastique suggestif comme il pouvait êtra dans le Hollywood de cette époque. C'est donc particulièrement intéressant de le voir à l'oeuvre sur un western d'Hugo Fregonese. Avec un tel duo producteur (Lewton) et réalisateur (Fregonese, le résultat ne pouvait qu'être incroyablement baroque et culte. Et c'est bien le cas. Fragonese revisite le genre western en le rendant, très éprouvant pour le réalisateur, et en fait presque un film d'horreur. La psychologie des personnages est particulièrement bien travaillé dans un format pourtant ultra-court de 75 minutes. Certains personnages comme le joueur aventurier, le maire, ou le pasteur de la petite ville ressorte particulièrement. Et il y a des interactions entre chaque personnage. Même les personnages qui sont des seconds rôles, sont particulièrement bien définis.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Pour continuer sur les personnages on se rend compte qu'ils évoluent tout au long du film. Et c'est cela qui en fait aussi l'intérêt. Le joueur égoïste et aventurier va se mettre au service de la communauté. La communauté qui voulait le pendre, va finalement l'accepter. Mais aussi le maire et le prêtre racistes vont évoluer sensiblement et devenir petit à petit non pas tolérant, mais être capable d'une espèce d'empathie pour un éclaireur indien. Les épreuves que cette communauté subira, est à n'en pas douter un lien quasiment indestructible entre les personnages. Et la survie au malheur devient un lien fort vers une nouvelle vie cette fois-ci vécue en commun les uns avec les autres. Ce film est donc sans aucun doute le meilleur western d'Hugo Fregonese, et le meilleur western de Stephen McNally. Stephen McNally a jouté dans de nombreux westerns. On peut citer entre autre : "le diable dans la peau" (1960) ou encore "Duel sans merci" (1951). On remarquera aussi, la belle Coleen Gray qui était déjà la partenaire de John Wayne dans "la rivière rouge" (1948). Je n'ai pas besoin d'ajouter que la photographie de Charles P. Boyle est au niveau de l'ensemble. On pourrait simplement regretter que le studio Universal, n'est pas décidé d'investir un peu plus sur ce film, décidément culte.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Stephen McNally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Willard Parker et Coleen Gray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Disponible chez Sidonis & Calysta en DVD zone 2 en Version Française et VO sous-titrée (bonne qualité d'image).

Note : 7,5 /10

22/03/2013

La rivière Rouge / Red River - 1948

Aujourd'hui, je suis heureux et fier de vous présenter la nouvelle version DVD et Bluray de "la rivière Rouge" (le chef d'oeuvre de Hawks). En effet, l'éditeur Wild Side a sorti une nouvelle version totalement restaurée. Le packaging est formidable et comprend un DVD et un Bluray qui inclus la version longue (cinéma) du premier montage de Hawks et la version plus courte issue du second montage également du réalisateur, initiée après la sortie du film en 1948. En effet, Hawks n'était pas totalement satisfait de la version cinéma, qu'il jugeait trop longue et ralentissant l'action. Cet exemple nous montre la liberté dont pouvait disposer les réalisateurs à cette époque pous la mise en valeur de leurs oeuvres. Quand on se rappelle aujourd'hui, le massacre que les studios imposèrent au chef d'oeuvre de Ridley Scott "le royaume des Cieux" dans sa version cinéma, on ne peut que rester songeur. Quoiqu'il en soit, et pour revenir à "la rivière Rouge", la version que nous propose Wild Side est admirable. J'avais vu ce film dans une mauvaise version, à la télévision lorsque j'étais adolescent et force de constater qu'avec cette édition Wild Side, nous avons un master totalement restauré et de la plus belle des manières. Il est vrai que Wild Side a pu bénéficier d'un superbe master. Mais il a aussi retravaillé l'image et cela se voit. Les griffures, déchirures, et autres salissures ont quasiment toutes disparues. Et si parfois le grain reste trop marqué, cela n'empêche pas le spectateur de se plonger dans l'action et d'être certain d'avoir la plus belle version de cette oeuvre magnifique entre les mains.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,howard hawks

Le film est le premier western de Hawks, mais il nous livre un superbe spectacle aux accents fordiens. Ainsi, les grands espaces deviennent rapidement des lieux inquiétants, peuplés d'indiens hostiles, et de dangers mortels. Le film nous raconte l'histoire d'une région (le Texas) ruinée à la sortie de la guerre de sécession, et de la volonté d'un homme (John Wayne) pour vendre son troupeau de bétails au Missouri, là où le bétail est encore demandé. Derrière ce scénario classique, Hawks magnifie le sacrifice des premiers éleveurs, mais aussi les relations humaines et l'action et fait de "la rivière Rouge" un western tout simplement mythique.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,john ireland,hank worden,coleen gray,howard hawks

 Ci-dessus : John Wayne et Coleen Gray

En plus de John Wayne et Montgomery Clift on retrouve John Ireland. On se souvient de John Ireland pour son interprétation dans "Spartacus" ou encore dans un autre western mythique "Réglements de comptes à Ok Corral". Pour les stars féminines on a droit à quelques minutes en début de film avec Coleen Gray et à la fin de la deuxième partie apparaît Joanne Dru dans une romance plus longue.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ainsi, la nature immense et sans fin va s'imposer tout le long du film et développer les oppositions et rendre presque fous des hommes au départ sains. Ce qui marque d'ailleurs lorsqu'on voit "la rivière Rouge" c'est donc bien l'absence de femmes tout le long du film. "La rivière Rouge" est donc un extraordinaire film d'hommes où la femme ne reprendra sa place qu'à l'ultime fin du film. La femme le plus souvent absent de la narration devient subitement la clé, de l'oeuvre qui va clôturer un des plus beaux westerns de l'histoire du cinéma. Bien évidemment on ne peut parler de "la rivière Rouge" sans dire quelques mots sur la musique de Dimitri Tiomkin qui magnifie les grands espaces et qui transforme le film de Hawks en une incroyable odyssée humaine. Pour finir, je laisserai la parole à John Ford qui fit cette déclaration après avoir vu John Wayne dans "la rivière Rouge" : "Je ne savais pas que ce grand fils de pute était capable de jouer comme ça !" One ne saurait mieux dire pour vous convaincre de voir et revoir "la rivière Rouge".

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

 Ci-dessus : John Wayne et Montgomery Clift

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ci-dessus : Montgomery Clift et Joanne Dru

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ci-dessus : Joanne Dru et Hank Worden

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique de Dimitri Tiomkin :

 

Note : 9 / 10