Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2015

Quasimodo / The Hunchback of Notre Dame - 1939

Des milliers de films que l'on peut voir dans une vie d'homme, seuls quelques uns restent présents dans notre mémoire, comme des oeuvres mythiques et inoubliables. Incontestablement, "Quasimodo" de William Dieterle est de ceux là. Le film est évidement tiré du roman de Victor Hugo, "le bossu de Notre Dame". C'est un remake d'une version de 1923, tourné avec Lon Chainey dans le rôle titre. Cette nouvelle version, nous raconte donc une 'histoire qui se situe à la fin du Moyen-Age. Dans cette histoire, on retrouve les personnages du roman de Hugo : Quasimodo, le sonneur bossu des cloches de Notre Dame, Esméralda la belle bohémienne, aimée de tous, mais trop aimé par un homme trop frustré et dévot (Frollo), qui perd son âme à vouloir la posséder. La RKO a fait un énorme dans cette production énorme qui a coûté en 1939, 1,8 millions de dollars de l'époque. Et comme vous le savez, à cette époque, il n'y avait pas d'effets spéciaux. La recréation du bossu par les maquilleurs est donc magnifique. Et on imagine sans peine, la corvée quotidienne pour Charles Laughton et le maquilleur. Ainsi, on se rend compte que tout est parfait, et on a l'impression de voir réellement un monstre bossu. Mais ce qui est le plus bluffant, ce sont sans nulle doute, les décors somptueux, et la recréation du Paris du Moyen-Age, sur les 15 hectares du ranch de la RKO, dans  la San Fernando Valley par le célèbre décorateur Van Nest Polglase. Ainsi, on retrouve Paris de cette époque, avec ses rues sombres et au milieu Notre-Dame. Comment ont ils pu recréer cette ville sans aucun effet numérique ? Cela reste pour moi un mystère. Mais le résultat à l'écran est, en tous les cas, inoubliable. La distribution est quant à elle de très haut niveau avec dans un de ses premiers films, Maureen O'Hara qui crève littéralement l'écran du haut de sa beauté et de ses 19 ans. On doit citer évidemment Charles Laughton inoubliable bossu, mais aussi Edmond O'Brien plutôt pas mal ici, mais aussi Thomas Mitchell et Harry Davenport. Ces deux derniers se sont retrouvés la même année pour "Autant en Emporte le Vent".

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Mais "Quasimodo" n'est pas seulement marquant par ses décors, ses 3500 figurants, ses costumes ou son casting de rêve. Il est aussi marquant par une incroyable photographie et une musique bénie des Dieux d'Alfred Newman. Le film laisse donc un souvenir impérissable. Et on peut être sûr qu'il aurait raflé une pluie d'Oscars, si un des plus grands films de l'histoire du cinéma n'était pas sorti cette même année 1939 : "Autant en Emporte le vent". Je vous invite donc très fortement à vous procurer la superbe édition que la Warner a sorti en Bluray en Coffret ou en version individuel. En effet, la restauration de l'image et du son, au profit de cette édition est réellement somptueuse. Et on redécouvre le film quasiment comme si il avait été tourné hier. Vous bénéficierez enfin de quelques bonus sous-titrés en français. Vous pourrez ainsi profiter d'un des plus beaux films de l'histoire du cinéma et vous mettre vous aussi à crier : "Sanctuary !" "Sanctuary !"

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (Copie écran DVD)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Frollo (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus: Thomas Mitchell (Copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Charles Laughton & Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Charles Laughton & Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : "Que ne suis je de pierre moi aussi !"

 

Extrait de la musique d'Alfred Newman :

 

Montage vidéo :

Disponible en DVD & surtout dans une superbe édition Bluray zone Free, en VO sous-titrée français, totalement restaurée qui fait honneur à l'oeuvre originale. Disponible sur Amazon Espagne pour moins de 10 € (autant dire que c'est cadeau).

Note : 9,5 / 10

17/05/2014

6 destins / Tales of Manhattan - 1942

"6 destins" ou en anglais "Tales of Manhattan" nous raconte à travers des sketches, l'histoire d'une veste ou pour être plus précis, d'une queue de pie. On a déjà eu des films à sketches racontant les péripéties d'un objet à travers ses différents propriétaires. Ainsi, je me souviens avoir vu il y a une dizaine d'années : "la Rolls-Roye Jaune" (1965) qui avait un casting international, et qui racontait comme son nom l'indique, l'histoire d'une voiture. Ici dans "6 destins" la queue de pie ne reste qu'un accessoire scénaristique, et n'est pas le personnage principal. Elle est le lien entre les différentes histoires et a même parfois une importance primordiale, mais sans jamais trahir ou effacer l'histoire personnelle de la personne qui la porte. Le point fort du film est son casting qui comprend entre autre : Charles Boyer, Rita Hayworth, Thomas Mitchell, Ginger Rogers, Cesar Romero, Henry Fonda, Charles Laughton, Edward G. Robinson, Ethel Waters, Paul Robeson, Harry Davenport, et W. C. Fields. Excusez du peu !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,sol kaplan,julien duviviers

Le film est le premier des deux films à sketches de Julien Duvivier à Hollywood. Le deuxième est "obsessions" (1943), formidable film aux frontières du fantastique et du paranormal et à la forme cinématographique exceptionnelle. La force de "6 destins", au delà de son casting, est évidemment sa réalisation. Les acteurs n'ont jamais semblé aussi beaux que sous la caméra de Duvivier et sous la photographie de Joseph Walker. De plus, le film a été écrit par une armée d'auteurs qui donnent aux dialogues une belle consistance. Alors que reprocher à "6 destins" ? On peut lui reprocher une certaine hétérogénéité. Ainsi, chaque séquence n'est pas toujours au niveau de la précédente. Ainsi la séquence avec W C Fields semble très faible, et celle avec les acteurs pas toujours de très bon goût. Le sketch avec W C Fields et Margaret Drumont avait d'ailleurs été éliminée à sa sortie. On la retrouve ici complète. Enfin, la représentation des noirs avaient posé un tel problème déjà à l'époque Paul Robeson avait décidé de racheter tous les exemplaires du film, car il le considérait comme infamant pour la communauté noire. A titre personnel, je n'ai rien trouvé à redire à ce passage du film, qui montre une communauté noire, abandonnée certes,  mais qui ne doit son salut qu'à elle même et à une manne providentielle. Quoiqu'il en soit, le film ne laisse pas indifférent par la beauté formelle de certaines de ses séquences et par l'originalité d'une histoire, parfaitement écrite et réalisée, à mettre au crédit d'un Duvivier et d'auteurs très inspirés. Une belle surprise que nous fait là la Twentieth Century Fox, en sortant cet excellent film de l'oubli.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Charles Boyer et Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Henry Fonda et Ginger Roger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus à gauche : Charles Laughton

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Edward G Robinson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : George Sanders et Edward G Robinson

Disponible en DVD zone 2, sous-titré en français dans la collection "Hollwyood legends"

 

Note : 7,5 / 10

03/01/2014

La grande horloge / The big clock - 1948

"La grande horloge" est un film noir de 1948, avec Ray Milland, Charles Laughton et Maureen O'Sullivan, dans les rôles principaux. Ray Milland est un peu oublié aujourd'hui. Pourtant il a été une grande vedette de films d'aventures comme "Beau Geste" (1939) avec Gary Cooper, ou "dans les naufrageurs des mers du Sud" (1942). Cet acteur britannique a excellé dans presque tous les genres et après la guerre, il commence à s'intéresser aux films noirs. On peut citer donc "la grande horloge" (1948), mais aussi "un pacte avec le diable" (1949), ce dernier étant dans un registre plus fantastique, mais également du même réalisateur, du film qui nous intéresse aujourd'hui : John Farrow. Milland tournera 4 fois avec John Farrow. Avant de commencer sa carrière à Hollywood, John Farrow était un ancien militaire, enrôlé dans la Navy, il décidait de l'abandonner pour voyager sur des navires de commerce. Comme d'autres, il commença sa carrière par l'écriture scénaristique et ce n'est que plus tard il se tourna vers la réalisation, jusqu'à devenir un des réalisateurs vedettes de la Paramount. On notera qu'il était fervent catholique et qu'il fit donc à sa femme Maureen O'Sullivan, 7 enfants. Et c'est elle qui joue dans le film. On se rappelle aujourd'hui d'elle en France, surtout car elle a été la compagne de Johnny Weissmuller dans les films de Tarzan, et dont un des 7 enfants du couple, est l'actrice Mia Farrow. 

45177.jpg

Pour le scénario on retrouve un très grand scénariste, Jonathan Latimer, spécialiste du roman policier. A la photographie il y a également un maître aux commandes en la personne de John F Seitz. John F. Seitz avait dix-huit brevets pour divers procédés photographiques à son nom . Il s'agit notamment des dispositifs d'éclairage, qu'il a perfectionné pendant le tournage de "Trifling Women" (1922) de Rex Ingram (1922). Seitz a commencé sa carrière cinématographique avec la compagnie Essanay à Chicago , puis a rejoint le St Louis Motion Picture Company en tant que technicien de laboratoire en 1909 . Dans quatre ans , il avait atteint le poste de directeur de la photographie . Il signe à la Metro en 1920 , faisant de son mieux travailler en collaboration avec Ingram , notamment sur ​​"les Quatre cavaliers de l' apocalypse" (1921) et Le Roman d'un Roi (1922 ).A cette époque , il était le directeur de la photographie le mieux payé de Hollywood . La marque de Seitz était faite, de faibles éclairages, et il éclairait différemment les différentes zones de l'écran. Sa couleur photographie a été caractérisée par une tendance à privilégier des tons beiges, et vives pour les costumes ou les accessoires . La carrière de Seitz dans les années 1930 , s'est passée à la 20th Century Fox (1931-1936) et à la MGM ( 1937-1940 ), sans être réellement marquante. Cependant , il a connu de nouveaux et grands succès à la Paramount de 1941 à 1952. La Paramount lui permit de travailler sur certains des meilleurs films de Preston Sturges, comme "les voyages de Sullivan" (1941) , "Héros d'occasion" (1944 ) ou "le Miracle au village (1944), mais aussi avec Billy Wilder comme dans  "assurance sur la mort" (1944) , "Le poison" (1945) ou "Boulevard du crépuscule" (1950) . Ajoutez à cela deux autres excellents films noir , "tueur à gages" (1942 ) et la "Jordan le révolté" (1942) - tous deux réalisés par Frank Tuttle et mettant en vedette Alan Ladd . Seitz était un maître dans la création d'atmosphère par des ombres inquiétantes et de l'apparition d'une menace dans les gros plans.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ray milland,maureen o'sullivan,charles laughton,george macready,rita johnson,john f seitz,victor young,john farrow

Ci-dessus : Ray Milland et Maureen O'Sullivan

Vous l'aurez compris avec un tel casting et une tel équipe derrière la caméra, il était impossible de ne faire un très bon film. Et évidemment le résultat est là. Laughton est fabuleux et a des intonations incroyables accentuant avec délices certains mots dans une phrase pour leur donner plus de forces. Il joue à la perfection ce grande patron psychorigide qui veut tout contrôler, dont l'horloge centrale à l'entrée du siège social de son cartel médiatique, est là pour montrer qu'il maîtrise le temps, et donc son argent, ses employés. Ses employés ne sont pour lui que des esclaves à sa merci, ainsi il refuse pendant des années des vacances à son directeur de publication (Ray Milland), et licencie à la moindre erreur, voir au moindre refus. Et Laughton nous donne une interprétation beaucoup plus que dans "les révoltés du Bounty" (1935). En effet, ici on voit le rapport trouble qu'il entretient avec sa maîtresse (Rita Johnson), qui semble être son jouet et qui lui fait remarquer qu'elle n'est avec lui que pour son argent et qu'il la dégoute. On sent que Laughton arrive à nous faire partager le drame de sa vie personnelle, dans ce film, donnant à son personnage tour à tour, force et faiblesse, rejouant à l'écran le drame intime de sa propre existence. On ne peut passer sous silence également l'excellence des seconds rôles avec en tête Elsa Lanchester ou George Mc Ready, et la belle musique de Victor Young qui accompagne parfaitement le film. Le film fait d'ailleurs penser par moment à "mélodie pour un meurtre" '(1989) avec Al Pacino, pour les connaisseurs.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ray milland,maureen o'sullivan,charles laughton,george macready,rita johnson,john f seitz,victor young,john farrow

Ci-dessus : Charles Laughton

Voilà, je ne saurai que vous conseillez très fortement de découvrir ce film de John Farrow, qui revisite l'univers du film noir, en l'associant au monde des affaires pour nous donner un film superbement réalisé. On notera qu'un remake devait être tourné avec Gene Hackman et Kevin Costner, "sens unique" (1987). Evidemment, ce dernier ne devait pas atteindre l'apogée esthétique de "la grande horloge".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ray milland,maureen o'sullivan,charles laughton,george macready,rita johnson,john f seitz,victor young,john farrow

Ci-dessus : Rita Johnson et Ray Milland

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ray milland,maureen o'sullivan,charles laughton,george macready,rita johnson,john f seitz,victor young,john farrow

Ci-dessus : Ray Milland et Maureen O'Sullivan

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ray milland,maureen o'sullivan,charles laughton,george macready,rita johnson,john f seitz,victor young,john farrow

Ci-dessus  : à gauche Elsa Lanchester & à droite (son mari à la ville), Charles Laughton

 

Extrait :

Film disponible chez Carlotta en DVD zone 2 VO sous-titrée français

 

Note : 7,5 / 10

26/05/2013

Le démon du sous-marin / Devil and the Deep - 1932

"Le démon du sous-marin" est un film de 1932, produit par la Paramount et sorti en 1932, il comprend un intéressant avec Gary Cooper, Charles Laughton, Tallulah Bankhead et Cary Grant dans un petit rôle. Tallulah Bankhead, native de l'Alabama, est une actrice assez peu connue en France, mais elle devait défrayer la chronique en 1932 à Hollywood, en se plaignant à un journaliste du "Motion Picture Magazine" qu'elle n'avait pas eu une relation avec un homme depuis 6 mois ! Même si elle devait démentir le mal était fait, et elle devait rester dans l'esprit du public comme une mangeuse d'hommes et de femmes, à la sexualité vorace. Quoiqu'il en soit et pour en revenir au film, Tallulah Bankhead est ici la femme d'un commandant de sous-marin (joué par Charles Laughton) stationné en Méditérannée. Le personnage de Laughton se sait trompé par sa femme. Vrai ou faux ? Nul ne le sait, en tous les cas, sa jalousie maladive le pousse à se séparer de son second (joué par Cary Grant). Enfin, la dispute qui en découle, pousse la femme du commandant à s'enfuir de sa propre maisson, et à rencontrer ... Gary Cooper. Le réalisateur Marion Gering, originaire de Russie, et habitué à monter des pièces à Broadway avait été engagé par la Paramount en 1931. Si il tourna beaucoup avec Sylvia Sidney, il n'a pas laissé une marque très importante au cinéma hollywoodien. Pourtant si le film est réalisé sans génie, le spectacle est ici correct.

1932 Devil and the deep - Entre la espada y la pared (ing) (i) 01.jpg

Le film vaut par la présence de Laughton qui surclasse Cooper et Grant sans aucune difficulté. La meilleure scène du film est celle où Laughton apprend de la propre bouche de sa femme que oui, elle l'a bien trompé. On voit alors le visage de Laughton se décomposait progressivement sous ses mains, pour devenir de plus en plus hideux et se rapprocher d'une expression proche de son rôle de Quasimodo dans "le bossu de Notre-Dame" (1939). Mais quand on voit ce "Devil and the Deep" c'est bien aux "révoltés du Bounty" (1935) auquel on pense tout de suite. Laughton se complait dans son rôle de capitaine injuste et fou, pour notre plus grand plaisir. Il ne reste que des miettes à Grant et Cooper, qui se partagent les scènes sentimentales. On passe un agréable moment à suivre cette histoire et à admirer Tallulah Bankhead, dans un film qui n'as pas son pareil pour nous faire rêver d'exotisme et de romance sous les étoiles, mais aussi pour nous montrer jusqu'où peut aller la jalousie maladive.

Annex - Laughton, Charles (Devil and the Deep)_01.jpg

Ci-dessus : Cary Grant et Charles Laughton

Annex - Bankhead, Tallulah (Devil and the Deep)_01.jpg

Bankhead, Tallulah (Devil and the Deep)_01.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper et Tallulah Bankhead

Disponible dans la collection "Universal" sur le site de l'éditeur ou dans les magasins spécialisés (Gibert Joseph)

Note : 7 / 10

31/03/2013

L'île au complot / The Bribe - 1949

"L'île au complot" ou dans son titre américain "The Bribe" est un film de Robert Z Leonard produit en 1949 par la MGM. Je me permets de vous le présenter car il vient de sortir en France en DVD dans la collection Warner "films criminels". Cette note bénéficie donc grandement du livret fourni avec chaque film et qui présente tous les films de la collection. Il faut donc remercier chaudement la Warner pour cette très intéressante initiative. Robert Z Leonard n'était pas connu jusqu'alors pour avoir tourné des films noirs, mais plutôt pour la réalisation de "Ziegfield Girl" (1941) une comédie musicale, ou "Pride and Prejudice" (1940). La scénariste est Marguerite Roberts. Rien ne prédestinait une femme à écrire le scénario d'un film noir et pourtant fille de Shériff, elle devait commencer comme secrétaire à la Fox avant d'obtenir un contrat de scénariste à la MGM. Le scénario est donc intéressant et bien construit. A noter que la carrière de Marguerite Roberts sera interrompue en 1951, car elle figurera sur la tristement célèbre "liste noire" qui recensait tous les supposés communistes officiant à Hollywood. Suite à cette affaire on refusera de lui donner du travail et son nom sera retiré du générique d'Ivahnoé qui restera son ultime scénario avant un long passage à vide.

L'Ile au complot.jpg

'L'île du complot" est le premier film du couple Robert Taylor/Ava Gardner. Il suivra ensuite "Vaquero" et "les chevaliers de la table ronde". A ce sujet, je tiens à souligner l'ignoble édition existante de "Vaquero" dont les couleurs sont passées et la définition plus qu'incertaine. Dans "The Bribe" c'est par contre du tout bon au niveau de la qualité de l'image. Après des premières images qui laissent craindre le pire, on a un master bien défini qui si il n'est pas exempt de défauts, reste tout à fait correct et magnifie le jeu de lumières sur le visage d'Ava Gardner. Amants à l'écran, Robert Taylor et Ava Gardner le seront aussi à la ville. En plus du couple Taylor/Gardner, on retrouve le méchant de service en la personne de Vincent Price mais aussi Charles Laughton.

ntDgKPMJBeoa5wFUycRJfnXPCpe.jpg

 Ci-dessus : Ava Gardner, John Hodiak et Robert Taylor

La scène finale est d'ailleurs fabuleusement bien réalisée. Et pour cause, elle sera réalisée par vincente minnelli avec l'aide du chef opérateur Joseph Ruttenberg. On a donc encore ici l'exemple de la coopération qu'il existait entre réalisateurs à cette époque à Hollywood et de la saine émulation qui pouvait en découler. A cela il faut bien entendu ajouter la belle musique originale de Miklós Rózsa qui devait composer plusieurs musiques de films de Robert Taylor avec entre autre : "les chevaliers de la table ronde" , "Quo Vadis","Ivanhoé" et "la vallée des Rois". "The Bribe" est donc une belle surprise de la Warner pour le marché du dvd français. On espère une sortie un jour de "Guet-apens" (Conspirator) toujours avec Robert Taylor et de cette même année 1949.

 

Fim disponible en DVD Zone 2 sur le site de la Warner.

Galerie de photos :

BribeStill2.jpg

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, acteur, actrice, hollywood, robert taylor, ava gardner, charles laughton, vincent price,

Ci-dessus : Robert Taylor et Ava Gardner

soborno_1949_3.jpg

Ci-dessus : Charles Laughton et Robert Taylor

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, acteur, actrice, hollywood, robert taylor, ava gardner, charles laughton, vincent price,  John Hodiak, miklos rosza, Robert Z Leonard, vincente minnelli

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,robert taylor,ava gardner,charles laughton,vincent price,john hodiak,miklós rózsa,robert z leonard,vincente minnelli

Note : 7 /10

05/02/2013

Les misérables - 1935

"Les Misérables" de Victor Hugo est un des plus célèbres romans de la littérature française. Ce roman a énormément inspiré le cinéma et a engendré un grand nombre d'adaptations cinématographiques ou télévisuelles. Nous en passerons quelques unes  en revue. Je vais commencer par évoquer cette version de 1935, produite par la Twentieth Century Fox et tourné par Richard Boleslawski.

Poster - Les Miserables (1935)_01.jpg

Tout d'abord commençons par les défauts du film, et pour être tout à fait honnête avec vous chers lecteurs, il en a quelques uns. Le plus gros défaut du film, c'est bien entendu le scénario de W.P. Lipscomb qui ne respecte pas beaucoup l'oeuvre initiale d'Hugo. Ainsi, les bagnards se retrouvent être de vrais galériens dans des galères, attachés aux bancs et avec le fouet pour les encourager à ramer. Or, on se souviendra que les galères ont été supprimées par Louis XV autour de 1748. Le film comme le roman commence en 1815. On peut donc déjà se demander où se trouve le conseiller historique sur ce film. On se dit donc qu'il y en a pas. Ensuite le film étant tourné en 1935, la censure a fait son oeuvre et le personnage de Fantine est réduit à la portion congrue. Ainsi, on ne sait pas pourquoi elle est misérable alors que les salaires de l'usine de Monsieur Madeleine sont censés être les meilleurs de la région. Et surtout, il n'est jamais évoqué à aucun moment qu'elle se prostitue pour nourrir son enfant. On peut continuer ainsi longtemps et dire également que le personnage du père Ténardier est invisible et que la mère Ténardier n'est montré que 1 ou 2 minutes dans tout le film. Enfin on ne comprend pas qui est Marius sinon un jeune révolutionnaire. Bref, le scénario frise la catastrophe sur beaucoup d'aspects. Enfin les cartons de textes qui séparent le film en 3 parties, le vieillissent terriblement sans rien apporter à l'histoire. Néanmoins ne partez pas tout de suite ! La suite est bien meilleure.

 

miserables-1935-01-g.jpg

Ce qui sauve cette oeuvre de l'oubli, c'est d'abord l'admirable casting. Ainsi, Fredric March est tout bonnement extraordinaire dans le rôle de Jean Valjean et de Champmathieu. Et oui, Fredric March interprête bien deux rôles. On le sent habité par son rôle comme jamais. Et il fait oublier par son jeu les incohérences ou les divers oublis du scénario. Quel acteur cela a pu être ! Enfin, Charles Laughton est un fabuleux Javert. On tremble quand on pense à l'intonation qu'il donne à chacune de ses répliques : "It's not in the law !" On ne peut que songer à lui, dans le rôle du capitaine du Bounty qu'il devait interprêter la même année, mais cette fois-ci avec Clark Gable. Enfin et peut être au dessus de tout, il y a une formidable osmose entre Fredric March et les deux interprêtes féminines de Cosette (enfant et jeune adulte). Ainsi, on voit une très belle interprétation de Rochelle Hudson et surtout de la petite Marilyn Knowlden qui crève l'écran. Le réalisateur et le scénariste ont bien compris que ces deux êtres (Jean Valjean et Cosette) brisés  par l'injustice des Hommes s'aiment, au delà de toute différence d'âge, au delà d'une improbable et de toute façon impossible sexualité ou quelconque désir sexuel. Il y a quelque chose de miraculeux dans cet enfant qui croient en cet homme et ensuite dans ce vieil homme qui croit discerner un amour dans cette belle jeune fille qui n'est alors là plus une enfant. Il y a quelque chose qu'on ne pourra plus jamais montrer aujourd'hui qui fait de ce film une espèce de bénédiction cinématographique, merveilleusement exprimée d'une impossible réalité. Ainsi, la scène où Jean Valjean comprend qu'il ne sera jamais le mari de Cosette mais qu'en plus elle aime Marius est admirable à tous les points de vues.

a1935 les mis PDVD_005.jpg

Ci-dessus : Fredric March et Rochelle Hudson

Enfin, la réalisation de Richard Boleslawski est excellente. La poursuite avec Javert au début du film est un des plus beaux montages de l'histoire du cinéma; filmée sur le vif, elle est rapide, et rend le spectateur acteur de cette séquences aux innombrables plans et angles pas si courant pour l'époque. Enfin, la poursuite dans les égouts est sans aucun bruitage, mais avec juste la musique d'Alfred Newman, nous donne l'impression d'avoir une partie du film en muet, mais d'un très haut niveau bien évidemment.

Capture11.JPG

Ci-dessus : Fredric March et Rochelle Hudson

Voilà. vous savez tout. Je vous conseillerais donc très fortement de voir et revoir ce film, qui malgré ses incohérences ou ses approximations scénaristiques par rapport à l'oeuvre littéraire originale, réserve de très très beaux moments de grand cinéma. Un film qu'il est urgent de re-découvrir.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,fredric march,rochelle hudson,marilyn knowlden,charles laughton,cedric hardwicke,alfred newman,richard boleslawski

 Ci-dessus, Marilyn Knowlden en Cosette :


La réplique du film : "Aimez vous, car finalement l'amour c'est à peu près la seule chose qu'il y ait sur terre." (Jean Valjean à Marius et Cosette)

 

Disponible en DVD Zone 2 (sortie en 2013), acheté récemment à la FNAC.

 

Note : 7 / 10

25/11/2012

Le suspect / The Suspect - 1944

"Le suspect" est un film de Robert Siodmak avec Charles Laughton et Ella Raines. On retrouve dans les seconds rôles, le très mystérieux Henry Daniell. Ce dernier, habitué à jouer des rôles de méchants ou de traîtres, ne déroge pas non plus ici à la règle.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,charles laughton,ella raines,henry daniell,robert siodmak

Ce film qui pourrait passer pour un film policier classique (un mari tuant sa femme), n'en est pourtant pas un. En effet, généralement, l'assassin s'en prenant à sa propre femme est détesté par le public. Ici on prend fait et cause pour l'assassin (Charles Laughton). On n'approuve pas son geste mais on le comprend et on tremble avec lui. De plus, les inspecteurs de Police apparaissent comme des êtres grossiers, fourbes, et usant de ruses, presque malhonnêtes. A ce titre Stanley Ridges est prodigieux dans son rôle d'inspecteur. Enfin, on voit tous les travers (voir la perversion) de la bonne société britannique du début du 20ème siècle. Car finalement c'est une espèce de morale victorienne poussée à l'extrème qui va quasiment obliger le mari à tuer sa femme. Laughton est d'ailleurs toujours montré quasiment avec bienveillance, portant un important sens moral mais non perverti comme ceux qui l'agressent, et ses méfaits (même si ils sont prémédités) ne sont que la réponse à une atroce agression, un chantage etc. En un mot, ce film surprend donc par son scénario inversé, où les bons sont les méchants. Et inversement l'assassin est présenté comme presque le bienfaiteur d'une société vérolée. La fin est d'ailleurs assez incroyable à ce titre. On retrouve donc un bon film en costume qui n'atteint pas les sommets du film noir ou de l'oeuvre d'Hitchcock, mais qui malgré tout interroge le spectateur sur le rapport au Mal et sur ce qu'un homme peut accepter des autres sans réagir et finalement ce de qui transforme un honnête homme en assassin. Donc un film assez fascinant et très intelligent, surtout qu'en plus, on retrouve la belle Ella Raines. Je reprocherai uniquement une interprétation peut être trop caricaturale de la femme de Laughton. Pour le reste ce film est une très bonne pioche d'Universal (avec une belle musique de Frank Skinner).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,charles laughton,ella raines,henry daniell,robert siodmak

Ci-dessus Ella Raines :

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,charles laughton,ella raines,henry daniell,robert siodmak

Ci-dessus Ella Raines sur le plateau du "Suspect" avec Robert Siodmiak :

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,charles laughton,ella raines,henry daniell,robert siodmak

Ci-dessus Ella Raines en train d'enfiler un costume pour une scène du "Suspect"

 

Film disponible en DVD Zone 2 (collection Universal) - Dispo chez Gibert Joseph pour les personnes de Région parisienne.


NOTE : 7 / 10

17/09/2012

Vedettes du pavé / Sidewalks of London - 1939

"Les vedettes du Pavé" est un film tourné en Angleterre, avec Vivien Leigh. C'est son dernier film avant qu'elle tourne "Autant en Emporte le Vent". Elle partage la vedette avec Charles Laughton et Rex Harrison.

 

z%20sidewalks%20of%20london.jpg

 

Le film évoque l'ascension dans l'univers du spectacle d'une ancienne voleuse de rue (Liberty), jouée donc par Vivien Leigh. La réussite de sa carrière l'obligera à abandonner ses amis, et ses relations de confiance qu'elle entretenait avec les autres. A ce sujet, une des meilleures scènes du film est la scène où elle est assaillie par ses fans et n'entend pas au loin son ancien partenaire qui l'appelle.

 

vedette-du-pave-1938-01-g.jpg

 

Le film contient d'autres très bonnes scènes, comme au début où Vivien danse dans une maison abandonnée ou la scène finale où Charles Laughton essaye de se faire embaucher au théâtre en récitant le poème "if" de Rudyard Kipling. Et là le pauvre n'y arrivant pas, elle comprend que ce dernier ne pourra pas la suivre et que la vie l'obligera à se séparer de lui. La scène où elle doute de l'avenir du spectacle de rue est aussi très bonne. Elle préfigure les thèmes semblables qu'elle explorera dans Autant en Emporte le Vent d'un monde qui évolue et qui n'attend pas l'Homme, et c'est aussi une parabole sur la survie du cinéma anglais face à l'ogre américain.

 

Donc un beau film, qui malheureusement bénéficie sur l'édition "Antartic" d'un transfert déplorable, digne d'une vieille VHS, rayures incluses !! Les acteurs sont parfois à peine visibles ! E les sous-titres sont plus nets que l'image, c'est dire. C'est malheureusement le seul moyen pour moi de voir ce film. C'est proprement scandaleux qu'un film d'une actrice de talent comme Vivien Leigh ne mérite pas les honneurs d'une restauration !

 

Si des internautes connaissent une bonne édition en terme d'image, je suis intéressé.

 

Extrait :

 

 

L'expression du film :"And Start again, Charles !"


Note : 6,5 / 10