Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2015

Le Fils de Frankenstein / The son of Frankenstein - 1939

Il y a des éditeurs qui comptent sur le marché. On peut évidemment citer Sidonis pour ses westerns, mais il y a également, Elephant Films pour les films anglais et maintenant pour les films d'épouvante de l'Universal. On peut remercier chaleureusement cet éditeur pour sa sortie Bluray du "fils de Frankenstein". En effet, cela nous permet de voir la suite de la saga du monstre, avec encore dans le rôle titre Boris Karloff, et cette fois-ci dans le rôle du fils du docteur, Basil Rathbone. Basil Rathbone tout le monde, le connaît, c'est évidemment, le méchant "des aventures de Robin des Bois" (1938) avec Errol Flynn, qui se vantait d'être un meilleur escrimeur que Flynn, et qu'il aurait pu le transpercer cent fois, si il l'avait voulu. Des déclarations qui correspondent bien à ses personnages à l'âme parfois noire, souvent hautains mais toujours racés. Dans "le fils de Frankenstein", Colin Clive n'apparaît pas, disparu dans la solitude en 1937 pour cause d'alcoolisme et de tuberculose. On suppose qu'il a commencé à boire, pour se soulager d'une jambe malade. Mais dans "le fils de Frankenstein" apparaît deux superbes personnages, Igor joué par le grand Bela Lugosi que l'on a vu dans "Dracula" (1931) et Lionel Atwill, en commandant des forces de police, au bras perdu, arraché quand il était enfant par le monstre. Le château des Frankenstein est aussi un des grands personnages, du film. La stylisation du château est étonnante. Tout y grand, abrute, les ombres portés ne font que refléter des formes géométriques sans aucune rondeur, qui en accentuent la dureté, le malaise, et l'impression de mort qui étreint tout le film. Et j'avoue que ça marche et que si parfois, le scénario fait parfois un peu grand guignol, on se prend à suivre le fil de l'histoire et voir le fils faire les mêmes erreurs que son père. A la musique c'est cette fois, Frank Skinner que l'on retrouve et qui nous donne une belle partition, où les solos de clarinettes sont là pour accentuer le caractère pervers et morbide du personnage d'Ivor qui se réjouit de la mort qui rode. Glaçant. Mon impression est donc très bonne devant ce troisième film pourtant décrié par la critique et le public. Il y a quelque chose de profondément artistique dans cet épisode. Et le mythe de Frankenstein nous ressuscite encore une fois, le mythe de Prométhée, qui avait volé le feu des Dieux. Ces oeuvres méritent bien mieux, que l'oubli dans lequel elles sont malheureusement tombées. A noter que "le fils de Frankenstein" sera le dernier film de Boris Karloff pour l'Universal, du moins dans la peau du monstre.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

Ci-dessus : Basil Rathbone & Bela Lugosi

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

Ci-dessus : Basil Rathbone et Boris Karloff

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

Ci-dessus : Basil Rathbone & Lionel Atwill

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

Ci-dessus : Bela Lugosi

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff,Bela Lugosi, Lionel Atwill, Basil Rathbone, Josephine Hutchinson, Donnie Dunagan,  frank skinner, Rowland V Lee

Ci-dessus : Lionel Atwill et Boris Karloff

 

Extrait de la musique de Frank Skinner :

Disponible en Bluray & DVD chez Elephant Films 

 

 

 Note : 7,5 / 10

08/11/2015

La fiancée de Frankenstein / The bride of Frankenstein - 1935

Le monstre était mort dans un moulin en flammes. Mais devant la mine d'or du premier épisode, les producteurs de l'Universal se décidèrent à faire travailler de nouveau des scénaristes pour "la fiancée de Frankenstein". Le film porte assez mal son nom, car la fameuse fiancée, n'en est pas une et apparaît seulement dans les cinq dernières minutes du film. Le film concentre donc son action, sur la suite des aventures du monstre, qui connaît d'autres échecs dans ses rencontres avec les humains. Le réalisateur James Whale, est de nouveau à l'ouvrage. On retrouve également Boris Karloff, Colin Clive dans le rôle du Docteur Frankenstein. Dwight Frye réapparaît cette fois-ci dans le rôle de Karl. On retrouve également avec plaisir,  Una O'Connor en servante absente du précédent film, et Elsa Lanchester dans le rôle de Mary Shelley, et de la "fiancée" du monstre. Elsa Lanchester restera célèbre pour ce rôle, mais aussi pour avoir été la compagne de Charles Laughton. Pour la petite histoire, elle écrira que Charles Laughton était homosexuel et que c'est pour cela qu'elle n'eut jamais d'enfant. Maureen O'Hara qui appréciait Charles Laughton, racontera de son côté, que c'était faux et que l'infertilité du couple venait de deux avortements mal réalisés d'Elsa Lanchester. Quoiqu'il en soit et pour en revenir au film, on peut dire que ce deuxième épisode, surpasse quasiment le premier, par son insondable noirceur et les échecs successifs du monstre à nouer des relations avec des êtres humains. Ainsi, même le vieillard aveugle rencontré dans la cabane, qui devient son ami, ne peut empêcher des chasseurs de venir pourchasser le monstre jusque dans sa maison. Le malheur et la mort semblent poursuivre la destinée du monstre et surtout de ceux qui le rencontrent. Même sa compagne ne peut rien ou ne veut rien faire pour lui. Et Valerie Hobson, arrive à angoisser le spectateur par son évocation d'une mort qui rode. L'enfer c'est les autres disait Sartre, et il est vrai que c'est un peu le concept de ce film. Par conséquent la décision du monstre est de retourner à sa tombe. On notera enfin, au crédit du film, le recrutement de Franz Waxman à la musique, qui nous donne une musique symphonique aux accents baroques très étonnants, mais qui soutient bien l'action et sait créer un climat d'angoisse vis à vis d'un monstre dont ni les spectateurs ni les protagonistes ne pourront échapper. Comme devant le premier épisode, on reste aujourd'hui toujours autant fasciné par ce cinéma d'épouvante, créateur d'un mythe cinématographique.

lafianceedefrankenstein.jpg

301835.jpg

Ci-dessus : Boris Karloff

0729_BW_00116.JPG

Ci-dessus : Elsa Lanchester & Boris Karloff

301838.jpg

Ci-dessus : Elsa Lanchester & Colin Clive

304782.jpg

489193.jpg

Ci-dessus : Colin Clive, Elsa Lanchester & Ernest Thesiger 

 

bride-of-frankenstein.jpg

Ci-dessus : Elsa Lanchester

Extrait de la musique de Franz Waxman :

 Disponible en Bluray dans le coffret "épouvante" / Monsters édité par l'Universal

 

Note : 7,5 / 10

06/11/2015

Frankenstein - 1931

On a à peu près tout dit, sur le "Frankenstein" (1931) de James Whale. On sait que le film est tiré d'un roman de Mary Wollstonecraft Shelley, femme du célèbre poète anglais Percy Shelley. L'histoire est simple et peut se résumer, dans la volonté d'un savant de créer un homme de toute pièce et de devenir ainsi Dieu à la place de Dieu, dans une espèce de résurgence du mythe de Prométhée. Certaines critiques ont vu dans l'oeuvre cinématographique de Whale, une moquerie ou une critique de Dieu. Je crois qu'il n'en est rien. Le roman en lui même semble être un terrible réquisitoire, rempli d'une terrible malédiction, contre ceux qui voudraient imiter la divine nature. Qu'en est il exactement, du film de Whale lui même ? "Frankenstein" dans sa version de 1931, doit tout d'abord être replacé dans son contexte. Le film se passe en Allemagne, précisément dans un petit village d'Allemagne, nommé Frankenstein, même si le film ne dit rien de ce nom, au moins dans ces deux premiers films. On sait également que la famille Frankenstein est encore une illustre famille, mais que le film se déroulant, le mur de respectabilité semble se fissurer inexorablement. En 1931, année de création du film, le nazisme parcourt la société allemande et déjà en cette même année, en Allemagne Fritz Lang, explique la montée sociale du nazisme, dans son film "M le maudit". Et là aussi, le sujet représente les habitants d'une ville allemande, jetés dans la terreur et l'hystérie par un meurtrier d'enfant. Dans "Frankenstein" de Whale, l'action se déroule dans un petit village, dans "M le maudit" de Lang, il s'agit d'une grande ville, mais l'analogie est bien présente. Les ressemblances entre les deux oeuvres, ne s'arrêtent pas là, car l'une et l'autre sont parcourues par un style cinématographique, que l'on pourrait qualifier d'expressionnisme allemand, ou de style à la Murnau, du nom du célèbre réalisateur allemand Friedrich Wilhelm Murnau, resté célèbre pour ses clairs obscurs et ses ombres portées. La montée du nazisme allait d'ailleurs accélérer la venue de réalisateurs adeptes de son style, Lang en sera d'ailleurs, l'un de ses meilleurs représentants, aux USA.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,colin clive,boris karloff,mae clarke,john boles,dwight frye,bernhard kaun,james whale

La signification du "Frankenstein" de Whale pose donc encore aujourd'hui question. Le monstre Frankenstein, n'est il pas cet homme nouveau, que les nazis voulaient créer de toute pièce ? Le monstre n'est il pas cet être asocial, créé par l'esprit fou d'un homme seul ? La réponse a la menace reste la même, que ce soit, chez Lang ou chez Whale. La société, se défend, et se regroupe contre l'assassin, afin de le punir. Si la police, et l'état sont dépassés, la foule, à travers une vindicte populaire, prend alors la suite. Pour ma part, je ne crois pas que ce soit une coïncidence que l'action du film se déroule en Allemagne. Je crois qu'il y a là un choix des scénaristes et de la production, de montrer ce que l'Homme nouveau peut donner. La différence avec Lang est qu'ici, le monstre est créé de toute pièce par un homme. Dans "M le maudit", l'assassin est quand même un être de chair et de sang, issu de la société allemande de l'époque. Mais "M le maudit" et "Frankenstein, nous montre l'un et l'autre, une société allemande pré-nazie, ébranlée par des crimes odieux perpétrés par des tueurs d'enfants. On pourrait s'arrêter là, et considérer ces oeuvres, comme faisant partie de l'histoire du cinéma. Il n'en reste pas moins que ce "Frankenstein" interroge toujours notre conscience, comme il devrait interroger, celles des amateurs d'Homme nouveau, nazis, ou socialistes français, dans leur folie à créer un être, qui devrait être aujourd'hui selon les nouvelles normes en vigueur, un consommateur asexué, inculte, et apatride. Les irresponsables d'hier et d'aujourd'hui devraient se souvenir, qu'à vouloir changer l'Homme ou la société, on crée le plus souvent des monstres asociaux, annonciateur de tragédies futures et de catastrophes mondiales. Le "Frankenstein" de Whale est là pour le rappeler. Quoiqu'il en soit, si "Frankenstein" n'effraye plus autant aujourd'hui, il continue de fasciner et d'être pour le public le centre d'interrogations et de débats.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Colin Clive & Dwight Frye

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Colin Clive & Dwight Frye

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Colin Clive & Dwight Frye

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Boris Karloff & Marylin Harris

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Boris Karloff & Mae Clarke

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, colin clive, boris karloff, Mae Clarke, John Boles, Dwight Frye,Bernhard Kaun, james whale

Ci-dessus : Colin Clive & Boris Karloff

Film disponible en Bluray chez Universal dans le coffret "Monsters" ou individuellement

 

Note : 7,5 / 10

27/02/2013

Five Star Final - 1931

"Five Star Final" est un film coup de poing sur le pouvoir des tabloïds et d'une certaine presse à sensation, qui n'a ni sens moral, ni scrupule et qui fait tout pour augmenter le tirage à tout prix. La distribution comprend Edward G Robinson qui tournera 4 films pour cette seule année 1931 : "Little Caesar", "The Stolen Jool", "Smart Money" et donc "Five Star Final". Aujourd'hui si on se rappelle surtout de ses films de gangsters de cette année 1931 comme "Smart Money" avec James Cagney et aussi Boris Karloff, mais surtout du "Petit César". il faut aussi remettre au devant de la scène ce "Five Star Final". En plus de Robinson, Ona Munson. Boris Karloff, Marian Marsh, H B Warner, et Frances Starr complète la distribution. H B Warner les cinéphiles se rappellent surtout de lui aujourd'hui pour son interprétation du Christ dans la version du  "Roi des Rois" de 1927 de Cecil B DeMille. Et Ona Munson c'est bien évidemment l'inoubliable Belle Walting "d'Autant en Emporte le Vent".

five-star-final-0.jpg

Le film est donc à lui seul un cri. L'histoire nous montre, le directeur de la publication (Edward G. Robinson) sous la pression des actionnaires, qui se voit dans l'obligation de ressortir une affaire de meurtre vieille de 20 ans pour augmenter le tirage. Les conséquences seront alors désastreuse pour la personne jetée en pâture, et la tension augmentera constamment jusqu'à l'explosion finale et sa libération rédemptrice. Le film est un parfait exemple de drame hollywoodien des années 30, doublé d'une profonde critique sociale sur le rôle de la presse à scandale. Chaque acteur joue parfaitement son rôle. Mais la jeune Marian Marsh vole à la toute fin du film la vedette à Edward G Robinson pour un incroyable et improbable final effectivement 5 étoiles.

aaaaf3.jpg

 Ci-dessus : Edward G Robinson et Ona Munson sur le tournage de "Five Star Final"

Alors c'est vrai que le film a vieilli, c'est vrai que l'intrigue a du mal à se mettre en place. Mais après 45 minutes assez moyennes voir laborieuses, les 40 dernières minutes sont prodigieuses. L'accusation contre une certaine presse est terrible. Et même si une réalisation parfois un peu théatrale limite les émotions, le propos est là, l'accusation irréfutable. Et la prestation de Marian Marsh met le spectateur littéralement K.O.

aaaaf9.jpg

On ne s'étonnera donc pas de voir "Five Star Final" nominé à l'époque aux Oscars. Ce n'est que justice. Finalement c'est cette deuxième partie, que l'on retient d'un film, qui exploite dramatiquement le thème de la presse à scandale, sujet que "la joyeuse suicidée" ("Nothing Sacred") avec Fredric March et Carole Lombard reprendra en 1937 mais cette fois-ci dans un style de comédie pure beaucoup plus léger.

aaaaf8.jpg

Edward G. Robinson et Mervyn Leroy sur le plateau de "Five Star Final"

aaaaf7.jpg


Film disponible dans la collection des Trésors Warner, sur le site de l'éditeur.


La bande-annonce :


Note : 7 / 10