Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2013

Sur l'avenue / On the avenue - 1937

"On the avenue" est un film de 1937, de la Twentieth century Fox, avec Dick Powell, et Madeleine Carroll. On se rappelle que Dick Powell c'est la vedette de toutes les productions de la Warner avec Busby Berkeley. Ainsi on le retrouve dans"42ème rue" (1933), "Prologue"(1933), "Dames" (1934),  "Wonder Bar" ou encore dans la série de films "chercheuses d'or" (1933, 1935, 1937). Donc c'est finalement assez exceptionnel de voir Dick Powell tourner pour la Fox. Dans une certaine mesure, on peut se demander si la Fox ne donne pas un cadeau empoisonné à Powell, vedette de la Warner. Ainsi dans la scénario qui n'est que prétexte à des malentendus amoureux entre Dick Powell et Madeleine Carroll, Powell se fait successivement giffler par deux fois, est obligé de jouer des numéros un peu vieillot même pour l'époque et finalement son show est modifié par deux fois. La Fox aurait voulu détruire l'image de séducteur de Powell, elle ne s'y serait pas pris autrement.

on-the-avenue-movie-poster-1937-1020143503.jpg

Enfin, le premier numéro des frères Ritz parodie les comédies musicales de la RKO, et le dernier numéro de ses mêmes frères Ritz dont l'un est déguisé en femme, semble vouloir caricaturer les comédies musicales de la Warner. La comédie musicale qui critique la comédie musicale, c'est assez étrange pour être remarqué.

vlcsnap-2010-10-28-21h26m53s172.png

Ci-dessus : Alice Faye et Dick Powell

Mais "on the avenue" a aussi des qualités, ainsi le très long premier numéro rappelle ceux de Busby Berkeley avec un bataillon de girls plutôt affriolantes et qui nous fait presque oublier que le film a été tourné 3 ans après l'instauration du code de censure. L'histoire est assez amusante et permet de passer un assez bon moment. Le sommet du film étant la descente d'Alice Faye accompagnée d'une bande de cochons derrière elle ! Le maximum du mauvais goût qui pouvait être fait à l'époque est dans ce film. Et c'est hilarant de voir la tête des personnes parodiées pendant les sketchs. Pour résumé le film multiplie les gags, pas toujours légers, Lorsqu'on le revoit, "Sur l'avenue" reste néanmoins une honorable comédie musicale, mais on a fait beaucoup mieux avant at après. Mais j'espère ne pas en avoir dit trop de mal, car il faut se souvenir que la musique est d'un certain Irving Berlin. C'est tout dire.

sur-l-avenue_43303_23944.jpg

Ci-dessus : Madeleine Carroll et Dick Powell

 

Extrait :

 

Note : 6,5 / 10

09/06/2013

Les mille et une nuits / Arabian Nights 1942

"Les mille et une nuits" ou dans son titre américain "Arabian Nights" est un film produit par Universal. Il est un des premiers films en Technicolor produit par ce studio. Il faut rappeler que l'utilisation de la couleur était assez peu courante dans les années 40. A la fin des années 30, la couleur était utilisée pour des super-productions comme "autant en emporte le vent" (1939) ou "les aventures de Robin des Bois" (1938), ou encore "le magicien d'Oz" (1939). Et au début des années 40, son utilisation était encore très loin d'être généralisée. Le réalisateur John Rawlins avait commencé comme acteur en 1918, puis comme cascadeur, scénariste et assistant  réalisateur. Chez Universal entre 1938 et 1946, il devait tourner beaucoup de série B. Mais autant vous le dire tout de suite, ce film n'a rien d'une quelconque série B. En effet, les décors, les costumes et l'utilisation du Technicolor en font un spectacle réellement digne des mille et une nuits. Le moindre costume, du moindre figurant est parfait, les maquillages aussi, et les décors ont aussi été construits pour nous plonger dans un Moyen-Orient de rêve. Tout a été fait pour plonger le spectateur au coeur des milles et une nuits. A ce titre, il faut vraiment féliciter l'équipe Universal et particulièrement Vera West pour ces costumes féminins dont les voiles ne cachent rien des beautés féminines de l'Orient.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

En plus de Maria Montez et John Hall en vedettes principales, on retrouve le jeune Sabu, que le public avait découvert quelques années plus tôt dans la production anglaise : "le voleur de Bagdad" (1940). Ce film y fait directement référence avec l'évocation de la lampe d'Aladin censé faire venir un génie. Mais si des effets spéciaux parfois improbables caractérisaient l'oeuvre magnifique et parfois déroutante de la production d'Alexander Korda, ici il n'en est rien. Les effets spéciaux sont réduits au minimum, et le film joue plutôt sur l'incroyable appel à la rêverie d'un Moyen-Orient imaginaire. Si à cela on doit ajouter la musique romantique au possible, de Frank Skinner, le spectateur est littéralement transporté dans un autre monde, magnifique et terrible tout à la fois. Ainsi, on découvre le palais du calife de Bagdad, la scène de comédiens ambulants, mais aussi le marché aux esclaves, et le harem très fourni du calife. Spectacle destiné à un jeune public, qui plongera facilement dans cette histoire de luttes pour la possession du coeur de la belle danseuse Sherazade, il intéressera aussi les adultes par la qualité de sa réalisation, les moyens colossaux mis à disposition et aussi pour les beautés féminines qui parcourt tout le film. Ainsi, si le scénario de Michael Hogan paraît parfois un peu faible il est très difficile de mettre une mauvaise note à un film possédant de telles qualités cinématographiques. Le public de l'époque ne devait pas s'y tromper et faire un triomphe à ces "Mille et une nuits". Enfin le film devait obtenir également un certain succès critique, lui permettant d'obtenir 4 nominations aux Oscars. Et si comme moi, vous considérez que le cinéma doit d'abord faire rêver, et que vous aimez par dessus tout le Technicolor et ses couleurs resplendissantes, ce film est fait pour vous.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : scène dans un harem

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : Maria Montez et John Hall

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : Au marché aux esclaves

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : John Hall et Maria Montez

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : Sabu au milieu du harem du calife

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : admiré, le maquillage et les costumes orientaux (ici Edgar Barrier)

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,maria montez,sabu,jon hall,leif erickson,billy gilbert,edgar barrier,richard lane,turhan bey,john qualen,shemp howard,frank skinner,john rawlins

Ci-dessus : la danse de Sherazade

Bande-annonce :

Disponible dans la collection Universal sur le site de l'éditeur en zone 2 avec version française et sous-titres.

Note : 8  / 10