Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

La Parole est au colt / Gunpoint - 1965

"La Parole est au colt" est le dernier film d'Audie Murphy pour l'Universal. Alors évidemment je passe rapidement la présentation d'Audie Murphy pour les habituer du blog et les cinéphiles. Donc Audie Murphy c'est un héros de guerre et le soldat américain le plus décoré de la seconde guerre mondiale, qui a réussi a arrêter à lui tout seul, une offensive allemande. Il a fait après guerre une carrière d'acteur qui l'ont mené à se spécialiser dans le western. Le western est avec le film d'aventures, un des genres priviligiés de l'Universal de cette époque. Et si il ne rapporte pas des millions au studio, il lui permet de vivre, dans un environnement très concurrentiel, envahi depuis les années 50, par la télévision et les mauvais westerns de la télévision. "La parole est au colt" est de 1965 et est donc presque anachronique. En effet, le western va muter et devenir à la fin des années 60 de plus en plus violent et réaliste, principalement par deux réalisateurs : sam peckinpah et Sergio Leone. Mais cette renaissance, ne sera que temporaire, et le western disparaîtra virtuellement des écrans dans les années 70, et ne fera ensuite que des apparitions fugaces.

1_(5).jpg

Le début du film, n'est pas très bon voir assez catastrophique. En effet, l'héroïne Joan Stanley, semble sortir d'un sitcom des années 60. La scène dans le saloon est très faible. En effet, Joan Stanley commence et le réalisateur, Earl Bellamy, s'en désintéresse totalement pour faire apparaître d'autres personnages. Habituellement, on profitait de ce type de scène pour mettre en valeur l'actrice. Là il n'en est rien, et son rôle se limite à un rôle de potiche. De plus dans cette même scène, on peut voir que le plan au loin de la rue, est un décor. Cela décrédibilise un peu le film, surtout pour un plan tourné en 1965. Après ce démarrage un peu lamentable, le film reprend son souffle. Et on peut noter que "la parole est au colt", a aussi des qualités. On peut citer en premier lieu, ses plans tournés en extérieurs et qui sont généralement plutôt bons, et qui donnent du corps à la poursuite. Les spécialistes des westerns d'Audie Murphy remarqueront aussi les ressemblances avec un autre western de ce dernier : "les Sept chemins du couchant" (1960). Dans "la parole est au colt", Warren Stevens, reprend un peu le rôle jour par Barry Sullivan. Audie Murphy joue un héros diminué, qui semble nous dire que le western ne sera jamais plus comme avant, et que d'autres héros prendront le haut de l'affiche. Et c'est peut être cet anachronisme qui fait aujourd'hui encore, toute la force de ce petit film, que l'on ne doit pas mépriser pour autant.

GUNPOINT10.jpg

la-parole-est-au-colt_305966_22039.jpg

parolecolt1.jpg

parolecolt2.jpg

Ci-dessus : Audie Murphy & Warren Stevens

sanstitre133.jpg

sanstitre134.jpg

Ci-dessus : Joan Stanley

Disponible en DVD zone 2, chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10

28/06/2014

Sierra - 1950

"Sierra" fait parti des westerns tournés par Audie Murphy pour l'Universal. Ce n'est certainement pas un chef-d'oeuvre. Mais c'est loin d'être le plus mauvais. En effet, le film a pas mal de qualités. Le scénario n'est pas mauvais, la réalisation de Alfred E. Green, n'est pas mauvaise. Il y a une belle exploitation des couleurs du Technicolor. On remarque aussi, qu'Audie Murphy n'est pas en tête d'affiche sur le générique, mais que c'est bien sa femme à la ville de l'époque, Wanda Hendrix, qui tient le haut de l'affiche. On sait qu'en 1946 Audie Murphy a vu Wanda Hendrix sur la couverture du magazine Coronet et s'est décidé à la rencontrer. Ils se marièrent, le 8 Février 1949, et furent occupés sur la réalisation du film Sierra (1950) ensemble,. Mais le mariage fut de courte durée; ils ont divorcé le 14 Avril 1950. Hendrix a dit plus tard que Murphy lui avait demandé d'arrêter sa carrière pour qu'elle se consacre à lui. Mais surtout Audie Murphy souffrait à cette époque, de symptômes post-traumatiques et pendant les épisodes "flashback" il aurait tourné vers elle, le canon d'une arme. Mais dans ses dernières années, Hendrix a parlé de l'état d'Audie Murphy avec sympathie, comprenant peut être tard, ce que son mari avait vécu.

sanstitre146.jpg

Le casting est complété par Burl Yves, le chansonnier de service dans le film et par Dean Jagger que l'on a vu dans d'autres westerns, et en particulier dans "Crépuscule Sanglant" (1956), ou "l'attaque de la malle-poste" (1951). On s'attache assez à ce western à la forme et au fond très intéressant. Alors c'est vrai qu'il a un peu le défaut de ses qualités. Les chansons de Burl Yves sont drôles et sympathiques, mais coupent l'action. Et certaines scènes sentent le trucage de l'image. Mais malgré tout, le positif l'emporte sur le négatif. L'image est belle, c'est plutôt bien filmé. Que demander de plus pour un western au budget et à l'ambition limitée ? On remarquera enfin, la présence de Tony Curtis dans un tout petit rôle, proche de la figuration.

vlcsnap2011112818h08m13.png

Ci-dessus : Audie Murphy et Wanda Hendrix

02121.JPG

Ci-dessous : belle image, mais qui sent le trucage

2121.JPG

Ci-dessus à gauche : Tony Curtis dans une de ses rares apparitions

SierraStill.jpg

Ci-dessus : Wanda Hendrix et Audie Murphy

Capture.JPG

Ci-dessus : sur le plateau de Sierra

Disponible en DVD VO sous-titrée seulement

Note : 6,5 / 10

26/04/2014

Le bagarreur solitaire / The Wild and the Innocent - 1959

"Le bagarreur solitaire" western en couleur de Jack Sher est sans aucun doute, le genre de film qui mériterait d'être réévalué. En effet, si la critique de l'époque ou encore certaines critiques encore aujourd'hui y voient un film niais, avec la connaissance que l'on a aujourd'hui de la vie de Sandra Dee, c'est très loin d'être le cas. Ainsi, sous des aspects très communs et innocents, le film aborde en réalité des sujets très graves. Ainsi, dans le titre américain il nous dit déjà ce qu'il va se passer, "the wild and the innocent", soit en français "le sauvage et l'innocent". Et ce sont ces thèmes que le film va évoquer sous une forme et des aspects assez intelligents, pour retenir notre attention. Le scénario est pourtant simple et nous raconte l'histoire d'un jeune homme (Audie Murphy) qui a toujours vécu dans ses montagnes et qui est obligé d'aller vers la ville et la civilisation. Il y rencontre donc une jeune sauvageonne exploitée par son père, et qui est prêt à vendre sa fille (Sandra Dee) pour quelques peaux de bêtes. On sent qu'il y a sinon une relation incestueuse ou tout au moins de l'abus parental et des mauvais traitements.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Or on sait aujourd'hui que Sandra Dee, égérie de la jeunesse dorée des années 60, poupée des comédies à l'eau de rose, a eu une enfance difficile. En effet, son fils Dodd Darin raconte dans son livre sur l'histoire de ses parents ("Dream Lovers: The Magnificent Shattered Lives of Bobby Darin and Sandra Dee"), que sa mère avait été abusée sexuellement par son beau-père Eugene Douvan, étant en enfant. Cela devait donc être un traumatisme dans la vie de cet enfant, qui toute sa vie trainera une sexualité non épanouie, des problèmes d'anorexie, mais aussi de drogue et d'alcool. Elle restera ainsi sous la coupe de sa mère pendant très longtemps. Le film fait donc un douloureux écho à l'histoire de Sandra Dee. Mais le film n'est pas seulement tenu par le duo Audie Murphy / Sandra Dee, il y a aussi Gilbert Roland et Joanne Dru. Gilbert Roland c'est évidemment le capitaine espagnol qui croise l'épée avec Errol Flynn dans "l'aigle des mers" (1940).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

 Quant au film lui même, il va se transformer progressivement et passer du genre western au mélodrame en quelques scènes. Les scènes de bal m'ont fait d'ailleurs penser à d'autres films beaucoup plus célèbres. On peut reprocher à Audie Murphy d'être un peu trop âgé pour le rôle et à Sandra Dee, d'être un peu trop jeune. Malgré tout, il y a une justesse de ton qui transcende le film et qui en fait un film beaucoup plus intelligent et sérieux qu'il n'y paraît pour des critiques peu attentives. On regrettera par contre le charcutage de l'image de la version DVD d'Universal, qui coupe honteusement le cinémascope d'origine. Ceci étant dit, le film reste pour moi une belle surprise et un des meilleurs westerns d'Audie Murphy.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee, & Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee & Gilbert Roland

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee, Wesley Marie Tackitt & Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Gilbert Roland et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Audie Murphy & Gilbert Roland pendant une pause

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Gilbert Roland pendant une pause

Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée chez Universal

Note : 7,5 / 10

12/04/2014

L'enfer des hommes / To Hell and Back - 1955

"L'enfer des hommes" est le film qui retrace l'histoire du sergent Audie Murphy, joué par ... Audie Murphy ! Rien que le concept est assez savoureux pour attirer l'attention. Ainsi, on voit notre héros dans sa ferme natale, s'occuper de sa mère et de ses frères et soeurs et livrant un combat pour nourrir sa famille dès l'âge de 12 ans. Le récit est donc très hagiographique. Mais si parfois il peut faire sourire, il ne tombe jamais dans le comique involontaire et ne se prend jamais vraiment au sérieux. Cela donne donc un ton particulier à ce film de guerre. Le film est tiré du récit autobiographique d'Audie Murphy "To Hell and Back". Celui-ci ne voulait pas au départ interpréter son propre rôle, suggérant de prendre Tony Curtis, avec qui il avait travaillé sur d'autres films. Finalement, Audie Murphy devait accepter sous la pression du réalisateur Jesse Hibbs et du producteur Aaron Rosenberg. Audie Murphy obtenait par contrat 10% des recettes du film, 100 000 dollars pour sa future interprétation, et 25 000 dollars pour l'achat des droits de son livre. Le pari devait se révéler gagnant pour Audie Murphy, qui devait empocher 1 million de dollars de recettes, le film étant un énorme succès public en 1955.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,marshall thompson,charles drake,universal

Quant au film lui même, il raconte la seconde guerre mondiale du point de vue, d'un GI et c'est évidemment ce qui fait sa force. Enfin, il a des scènes de guerre assez saisissante, mais qui n'arrive pas à concurrencer des films plus récents ou des films de la même époque comme "la gloire ou la peur" (1959) avec Gregory Peck. L'ensemble reste néanmoins plaisant à regarder et on se prend d'admiration pour ce garçon ordinaire, sorti de nul part et devenu le plus grand héros de guerre américain, sorte d'anti Rambo des années 50. Par contre, le film n'aborde pas son retour au pays, ni les angoisses traumatiques du combat. Il faudra attendre les années 60 pour que ce thème soit abordé dans le cinéma américain.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,marshall thompson,charles drake,universal

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,marshall thompson,charles drake,universal

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,marshall thompson,charles drake,universal

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,marshall thompson,charles drake,universal

 

La bande-annonce :

disponible en DVD zone 2 VF ou VO sous-titrée

Note : 6,5  / 10

04/04/2014

Une balle signée X / No Name on the Bullet - 1959

Il faudra un jour redécouvrir le travail du réalisateur Jack Arnold, spécialisé dans les séries B de qualité. En effet, en plus de la réalisation de nombreux westerns, comme "une balle signée X", il a touché à presque tous les genres. On peut citer parmi ces genres, le film noir,"le salaire du diable" (1957), excellent film avec Orson Welles et Jeff Chandler, mais surtout de nombreux films de science-fiction, comme "l'étrange créature du lac noir" (1954), et même des comédies. J'ai revu dernièrement "Crépuscule sanglant" (1955) du même Jack Arnold, avec Rory Calhoun, et c'est un très honnête western. Pour revenir à "une balle signée X", le casting comprend donc Audie Murphy, Joan Evans, Charles Drake et Virginia Grey qui n'est ici, plus que l'ombre d'elle même. Le film a un scénario fort bien construit, dont le thème est peu banal dans le western. Ainsi, l'anti-héros Audie Murphy arrive dans une petite ville, avec une réputation de tueur. Donc, les habitants vont rapidement craindre qu'il vienne pour éliminer quelqu'un. Chacun va donc se demander qui peut bien lui en vouloir et commencer à soupçonner son voisin. Le thème est peu banal, car en général dans le western les conflits sont connus, dès le début. Ici il faudra attendre, la toute fin, pour comprendre la raison de la venue d'Audie Murphy.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,charles drake,joan evans,virginia grey,warren stevens,r.g. armstrong,willis bouchey,edgar stehli,simon scott,karl swenson,whit bissell,charles watts,john alderson,jerry paris,russ bender,herman stein,jack arnold

Le scénario est donc excellent car la venue de ce tueur enlève le masque de la bienséance à cette petite ville, qui va commencer à s'entredéchirer.  Le scénario de Gene L. Coon, et de Howard Amacker, permet également d'aborder des thèmes peu abordés traditionnellement comme la signification de la vie et de la mort. Ce western se situe donc clairement au dessus du lot de petits westerns que l'Universal avait l'habitude de produire dans les années 50. On a un mélange de suspense, de tensions psychologiques et presque de films noirs assez inhabituels pour intéresser et marquer les esprits, les plus réfractaires. On se rend compte également qu'Audie Murphy est capable de camper un rôle d'anti-héros à des antipodes de ses personnages de gentils qu'il a souvent interprétés. "Une balle signée X" est donc un très bon western, qui mérite d'être découvert.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,charles drake,joan evans,virginia grey,warren stevens,r.g. armstrong,willis bouchey,edgar stehli,simon scott,karl swenson,whit bissell,charles watts,john alderson,jerry paris,russ bender,herman stein,jack arnold

Ci-dessus : Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,charles drake,joan evans,virginia grey,warren stevens,r.g. armstrong,willis bouchey,edgar stehli,simon scott,karl swenson,whit bissell,charles watts,john alderson,jerry paris,russ bender,herman stein,jack arnold

Ci-dessus : Joan Evans et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,charles drake,joan evans,virginia grey,warren stevens,r.g. armstrong,willis bouchey,edgar stehli,simon scott,karl swenson,whit bissell,charles watts,john alderson,jerry paris,russ bender,herman stein,jack arnold

Ci-dessus : Joan Evans et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,charles drake,joan evans,virginia grey,warren stevens,r.g. armstrong,willis bouchey,edgar stehli,simon scott,karl swenson,whit bissell,charles watts,john alderson,jerry paris,russ bender,herman stein,jack arnold

Ci-dessus : Joan Evans

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée (chez MFP).

 

Note : 7 / 10

22/03/2014

Le nettoyeur / Destry - 1954

 "Le nettoyeur" est un film très sympathique avec Audie Murphy et la belle Mari Blanchard qui joue une prostituée au grand coeur. Ici le réalisateur George Marshall réalise un remake de son propre film, "femme ou démon" (1939) avec James Stewart et Marlene Dietrich.  On retrouve aussi Lyle Bettger, excellent dans les rôles de méchant. Et là, encore une fois il est très bon. On peut ajouter, la présence de Thomas Mitchell, qui était le père de Scarlett O'Hara dans "Autant en emporte le vent'. Ce dernier en fait peut être un peu trop et surjoue un peu parfois. Audie Murphy est quant à lui parfait, et semble toujours être dans un humour décalé réellement savoureux. Alors les années 50, c'est quand même le règne de la couleur à Hollywood et on retrouve ici un très beau Technicolor, qui met en valeur l'action, les costumes et les jolies danseuses. Audie Murphy, joue un garçon apparemment gauche et timide, venu remettre de l'ordre dans une ville. On prend donc beaucoup de plaisir à regarder ce joli western classique, mais sexy, qui n'ennuie jamais, au contraire, et qui a été pour moi une très bonne surprise.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Audie Murphy, joue un garçon apparemment gauche et timide, venu remettre de l'ordre dans une ville. La mission risque d'être difficile entre le gros homme d'affaires véreux et le maire corrompu jusqu'à la moelle. On prend donc beaucoup de plaisir à regarder ce joli western classique, mais sexy, qui n'ennuie jamais, au contraire, et qui a été pour moi une très bonne surprise.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : Mari Blanchard et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : les 2 méchants (Edgar Buchanan et Lyle Bettger)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : Thomas Mitchell et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : Lyle Bettger et Mari Blanchard

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : Mari Blanchard

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,audie murphy,lyle bettger,mari blanchard,thomas mitchell,edgar buchanan,lori nelson,wallace ford,mary wickes,alan hale jr.,john doucette,henry mancini,frank skinner,herman stein,george marshall

Ci-dessus : George Marshall avec la casquette et Mari Blanchard répétant sur le tournage du "Nettoyeur".

 

La présentation de Mr Patrick Brion :

 

Disponible en DVD zone 2, en VF ou Version Originale sous-titrée chez Sidonis & Calysta

Note : 7 / 10

01/03/2014

Le fort de la dernière chance / The Guns of Fort Petticoat - 1957

"Le fort de la dernière chance" est un western en Technicolor de George Marshall avec Audie Murphy, Hope Emerson, Ray Teal, Kathryn Grant, et Jeanette Nolan. Ce western a la particularité de ne montrer à l'écran que des femmes ou presque. Et c'est assez frappant, car l'univers du western est en général un  univers réservé aux hommes où la femme n'est habituellement que la récompense du vainqueur du duel entre le bon et le méchant, ou encore le repos du cowboy. Ici comme dans "convoi de femmes" (1951) de William A Wellman avec Robert Taylor, les femmes sont donc au centre du film. On retrouve d'ailleurs Hope Emerson (femme au physique si particulier) qui jouait déjà dans "convoi de femmes". George Marshall connu pour ses comédies doit aussi être reconnu pour ses westerns. Ainsi, j'ai revu dernièrement "When the Daltons Rode" (1940) avec Randolph Scott qui est très bien. Mais il a aussi réalisé beaucoup d'autres westerns. On peut citer : "Texas" (1941), mais aussi "le démon de l'or" (1949) avec Glenn Ford, qui est formidable et surtout son apport sur "La Conquête de l'Ouest" (1962), où il réalisa toute la partie sur le chemin de fer. On notera également qu'Audie Murphy avait déjà tourné pour George Marshall, dans "le Nettoyeur" (1954). 

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

Le film nous donne aussi à voir donc Kathryn Grant. Kathryn Grant, est une brune vive, absolument magnifique , (née Olive Kathryn Grandstaff ) est maintenant connue sous le nom de Kathryn Crosby et comme la veuve du chanteur Bing Crosby. Elle est née dans le Sud profond en 1933 et est apparu sur la scène dès l'âge de 3 ans . Diplômé de l'Université du Texas, comme élève-infirmière, elle réussit à gravir les échelons de starlette. Ainsi, elle est apparue avec Richard Kiley, Tony Curtis dans "l'Extravagant Monsieur Cory" (1957 ), avec Jack Lemmon dans "le bal des Cinglés" (1957 ), ou encore James Stewart dans "Autopsie d'un meurtre" (1959 ) et Victor Mature dans Le cirque fantastique (1959). Son rôle le plus connu , cependant, était celui de la princesse en détresse dans "le Septième voyage de Sinbad" (1958). Pour revenir au "fort de la dernière chance". On ne peut pas reprocher grand chose à ce film, sinon de nous donner un scénario un peu bâclé, compensé par une action omniprésente, et par des caractères féminins et des personnages bien définis.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

Ci-dessus : Kathryn Grant et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

Ci-dessus : Hope Emerson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

Ci-dessus (de gauche à droite) : Audie Murphy, Hope Emerson, et Kathryn Grant

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,hope emerson,ray teal,kathryn grant,jeanette nolan,patricia tiernan,james griffith,nestor paiva,mischa bakaleinikoff,george marshall

 

Présentation de Mr Patrick Brion :

Note : 6 / 10

18/02/2014

A feu et à sang / The Cimarron Kid - 1952

On sait que les années 50, ont été quasiment le bouquet final du cinéma classique américain. Et c'est vrai même dans ses plus petits films. Ainsi "A feu et à sang" ne dure que 70 minutes et pourrait être considéré comme une vulgaire série B. Pourtant, lorsqu'on y regarde de plus près, on constate aisément qu'il n'en est rien. En effet, même si le casting n'a pas de très grandes vedettes à l'affiche, le film a de nombreuses qualités. Tout d'abord l'action est omniprésente, à un tel point que l'on regrette que l'histoire des personnages n'aient pas été un peu travaillés un peu plus. Ainsi, au départ, j'ai cru ne connaissant pas l'histoire du film que c'était une suite, un peu dans le style du "retour de Frank James" (1940). Mais en fait il n'en est rien. On découvre ici l'histoire du Kid Cimarron injustement accusé d'avoir participé à un hold-up avec les Dalton.

a-feu-et-a-sang1.jpg

En plus d'un action omniprésente, le film bénéficie d'une superbe réalisation de Budd Boetticher, cette fois-ci très inspiré et d'une magnifique photographie de Charles P Boyle.Boetticher filme ici magnifiquement l'action sous tous ses angles donnant une vérité au film, mais trouve aussi des prises de vue très fordiennes. Ainsi, l'ouverture de la porte du dépôt de train, fait penser à ces plans d'une porte qui s'ouvre ou qui se ferme, de "la prisonnière du désert" (1952). Les vedettes féminines Beverly Tyler et Yvette Dugay sont plutôt sympathiques, même si assez peu célèbres et finalement un accessoires dans le scénario. A ce propos, les affiches orthographient son nom Dugay, or on retrouve les deux orthographes sur internet, Dugay ou Duguay. Quelle est la bonne ? Pour ma part, je n'en sais rien. Mais pour en revenir à notre film, "A feu et à sang", c'est donc un très bon Boetticher, et un des meilleurs films d'Audie Murphy, qui bénéficie d'une superbe réalisation, d'une excellente photographie, mais qui aurait mérité 15 ou 20 minutes supplémentaires, pour poser l'histoire et les personnages. On est pas loin du très grand film. Dommage.

010.JPG

Ci-dessus : Boetticher donne des yeux à ces pistolets

020.JPG

Ci-dessus : Vous pouvez constater le travail sur la photographie

202.JPG

Ci-dessus : Magnifique scène (filmée à la manière de John Ford) dans laquelle Yvette Dugay ouvre les portes

3333.JPG

Ci-dessus : Beverly Tyler et Audie Murphy (quel travail sur la lumière !)

A découvrir en DVD zone 2 VF et VO sous-titrée chez Sidonis et Calysta. A noter que la bobine numéro 2 comprenant le son français a été perdu. On a donc 15 minutes du film en VO sous-titrée sur la version française.

 

Note : 7 / 10

15/02/2014

Le diable dans la peau / Hell Bent For Leather - 1960

"Le diable dans la peau" est un western, en cinémascope, de George Sherman avec Audie Murphy et la belle Felicia Farr. Ce n'est sûrement pas le meilleur western de George Sherman ni d'Audie Murphy, mais malgré tout, le film a des qualités qui retiennent l'attention. Ainsi, la direction est confiée à un vieux routier d'Hollywood George Sherman, dont la première réalisation date de 1937 avec "Wild Horse Rodeo". Sherman excelle dans la réalisation de westerns et c'est un de ses genres préférés. On peut citer quelques westerns notables de George Sherman : "Le barrage de Burlington" (1948) avec Yvonne De Carlo, "Tomahawk" (1951) western pro-indien avec Van Heflin et Yvonne De Carlo, ou encore "la fille des prairies" (1949) avec encore Yvonne De Carlo. Sherman tournait bien 3 à 4 films par an et on peut dire que le western était sa spécialité. Et ici encore ça se voit. Les plans larges sont admirables. L'action est correctement rendue. De plus si Audie Murphy est loin d'avoir un jeu d'acteur transcendant, il n'en reste pas moins crédible ici, dans sans doute pas son meilleur western. On note également la présence de la belle Felicia Farr, qui est bien plus qu'une simple faire-valoir et qui apporte beaucoup au film et au scénario. Le film était le premier de sept westerns à petit budgets, avec Audie Murphy fait par le producteur Gordon Kay pour l'Universal. Ils étaient tournés en une vingtaine de jours pour un budget d'environ 500 000 dollars. Les autres films sont : "les Sept chemins du couchant" (1960), "Posse from Hell" (1961), "Six Black Horses" (1962), "Showdown" (1963), "Bullet for a Badman" (1964), "Gunpoint" (1966).

LE DIABLE DANS LA PEAU (1960).jpg

"Le diable dans la peau" est un titre qui ne dit rien de ce que peut être le scénario. En effet, le film bénéficie d'un scénario plutôt original où un Marshall fou (joué par Stephen McNally), décide de partir à la poursuite d'un homme qu'il sait innocent. Je n'irai pas jusqu'à dire que ce western annonce les westerns progressistes et violents de la fin des années 60. Mais malgré tout, on trouve ici un thème assez peu abordé auparavant. A noter que le film propose deux compositeurs : Irving Gertz et William Lava. La musique est donc très présente, mais pas extraordinaire. Le film pêche surtout par un scénario où les raccourcis sont nombreux, voir trop nombreux. Mais si on arrive à passer outre ces raccourcis scénaristiques, on a le plaisir de découvrir un petit western à l'action et au suspens plutôt bien rendus. En résumé, un film correct, qui se situe dans la bonne moyenne de la production de l'Universal en 1960, mais rien de vraiment révolutionnaire.

diablepeau2.jpg

Ci-dessus : Felicia Farr et Audie Murphy

diablepeau3.jpg

Ci-dessus : Audie Murphy

diablepeau4.jpg

Ci-dessus : Stephen McNally

26.jpg

sanstitre201hya.jpg

2120.JPG

farr-murphy-hell-bent.jpg

23.JPG

Ci-dessus : Felicia Farr

Extrait :

Film disponible chez Sidonis & Calysta en DVD zone 2 (VF et VO sous-titrée)

Note : 5,5 / 10

07/02/2014

Les Sept chemins du couchant / The seven ways from Sundow - 1960

"Les sept chemins du couchant" est un joli western avec Audie Murphy dont ce dernier s'était fait la spécialité. On ne saura quelle a été la vie privée de ce héros de guerre tourmenté. En effet, ses proches ont souvent parlé de son état post-traumatique, qui lui causait de fréquents cauchemars et des crises de larmes lorsqu'il voyait des orphelins allemands de guerre aux actualités. Pour en revenir au film, ce dernier nous propose une distribution intéressante avec donc John McIntire, dans un rôle attachant comme à son habitude. On a vu celui-ci dans de très nombreux westerns. On peut citer : "Winchester '73" (1950) avec James Stewart, "convoi de femmes" (1952) avec Robert Taylor, ou "le gentilhomme de la Louisiane" (1952) avec Tyrone Power, mais la liste est très longue. Dans le rôle du méchant de service, on retrouve Barry Sullivan, qui joue un bandit attachant. La force du film est de proposer ainsi un personnage de méchant très attirant. Ainsi, il plaît aux femmes et malgré ses méfaits a encore de nombreux amis et soutiens. La force et l'attirance du mal, sont un des thèmes du film.

50708.jpg

Le titre vient du nom du personnage d'Audie Murphy. En effet son père n'avait pas d'imagination pour les prénoms et comme son septième enfant, il décidait de l'appeler "Sept", mais sa mère qui avait de l'imagination, décidait de rajouter la suite : "ways from Sundow", soit en français "les septs chemins du couchant. Vous pouvez voir dans la deuxième vidéo une explication du titre par le personnage lui même. Mais ce titre n'est pas seulement le nom d'un personnage il est aussi le résultat des choix d'Audie Murphy qui devra prendre 7 décisions dont chacune pourront le faire basculer du côté du bien et dont le résultat de toute sera la mort de quelqu'un. Il y a un peu d'onirisme dans tout ça. Pour le reste, George Sherman qui avait commencé le film se disputat violemment avec Audie Murphy et ce dernier obtint son remplacement par Harry Keller. On peut aussi remarquer que la belle Venetia Stevenson (fille du réalisateur Robert Stevenson et de l'actrice Anna Lee) dont l'importance du rôle est peu évidente, est particulièrement crédible dans les scènes romantiques avec Audie Murphy, et pour cause elle deviendra la maîtresse de ce dernier, pendant le tournage. Comme quoi, parfois amour et cinéma vont ensembles.

waysfromsundown1.jpg

Ci-dessus : John McIntire

waysfromsundown4.jpg

Ci-dessus : Barry Sullivan & Audie Murphy

waysfromsundown2.jpg

Ci-dessus : Audie Murphy & Venetia Stevenson

 

Bande-annonce :

 

Explication du titre :

 

Note : 6,5 / 10

28/01/2014

Kansas en feu / Kansas Raiders - 1950

On peut se demander pourquoi certains réalisateurs ont percé plus que d'autres. Comment déterminer la part de chance ou de talent ? C'est bien un peu ce que je demande après la vision de l'excellent "Kansas en feu". En effet, ce western est très bon. Il a tout d'abord une distribution intéressante avec Audie Murphy, un héros de la deuxième guerre mondiale dans la vraie vie, décoré des plus hautes médailles militaires. Marguerite Chapman, est très bien dans son rôle. Mais l'acteur qui tient le film, c'est le formidable Brian Donlevy. On se souvient de lui, dans d'autres westerns, comme "le premier rebelle" (1939) avec John Wayne ou dans "Billy the Kid" (1940) avec Robert Taylor. Mais on se souvient aussi de lui dans le superbe "le brigand bien aimé, Jesse James" (1939) d'Henry King, où il jouait un homme payé pour racheter contre presque rien les terres des fermiers pour le compte d'une compagnie de chemins de fer. C'était un petit rôle, mais essentiel dans le film. On retrouve dans ce "Kansas en feu" également Tony Curtis, dans un tout petit rôle, ici Kit Dalton. Le rôle de Tony Curtis est donc un second rôle, voir troisième rôle. En effet, son rôle n'influence jamais le scénario.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ici, on reprend donc l'histoire des jeunes années de Jesse James et c'est Audie Murphy qui a la responsabilité du rôle. Jesse James a quitté sa ferme détruite par les Nordistes et leurs partisans et il décide de partir avec sa bande, rejoindre les rebelles sudistes du colonel Quantrill (Brian Donlevy). Mais il va rapidement déchanter, et ses rêves de gloire et de vengeance vont se heurter au caractère meurtrier et sans pitié de Quantrill. Le personnage du colonel Quantrill a réellement existé. Et effectivement cet homme était sanguinaire et partisan surtout de son propre intérêt avant une quelconque défense des intérêts du Sud. Ainsi, il devait ravager le Kansas. On pourrait le qualifier aujourd'hui de criminel de guerre. Ray Enright se sort parfaitement de ce scénario et nous donne à voir une réalisation particulièrement efficace dans un superbe Technicolor.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy

C'est donc le moment de se souvenir que Ray Enright a un filmographie particulièrement intéressante et a touché à presque tous les genres. Ainsi, il a tourné "Dames" (1934) une comédie musicale avec Ruby Keeler et Joan Blondell, mais aussi "Blondie Johnson" (1933) un film de gangster, ou encore des westerns, comme le très beau "Montana" (1950) avec Errol Flynn et Alexis Smith. Si on ajoute à tout ça que la musique de Milton Rosen, colle très bien à l'intrigue, on aura pas grand chose à reprocher à un film de série B qui mérite beaucoup mieux que ce qualificatif, qu'on lit encore trop souvent ici ou là. Seule la mort de Quantrill prête à sourire. En effet, ici Enright et les scénaristes donnent une mort dehéros à un homme à la vie finalement assez discutable. J'ajouterai que les rapports troubles, entre le colonel et Audie Murphy, rapports que l'on pourrait qualifier de paternel sont particulièrement troublants et intéressants et semblent réellement transfigurer le film et le marquer du sceau de l'intelligence, humanisant dans le même temps le personnage de Quantrill. J'avoue donc que j'ai été très surpris par la qualité de ce western particulièrement soigné.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy (de dos)

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Brian Donlevy

 

Extrait :

 Disponible en DVD Zone 2 chez Universal, VO sous-titrée uniquement

Note : 7 / 10