Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2015

Même les assassins tremblent / Split Second - 1953

"Même les assassins tremblent" est un film intéressant, car tout d'abord il nous permet de retrouver Dick Powell derrière la caméra en tant que réalisateur. Et c'est bien là toute l'originalité du film. En effet, Dick Powell était un chanteur de charme dans les années 20 et 30. On le retrouve ainsi dans plusieurs des plus belles comédies de cette période sous la chorégraphie de Busby Berkeley, et avec souvent sa future seconde femme pour compagne : Joan Blondell. Après Joan Blondell, il devait rester marier avec June Allyson jusqu'à sa mort. Et si le style du réalisateur Dick Powell n'est pas très affirmé, il reste néanmoins sérieux. Et "dans même les assassins tremblent", c'est le scénario qui attire. En effet, derrière ce modeste film noir de la RKO, il y a une étrange synchronicité que je vais vous révéler. Le scénario du film nous raconte, l'histoire se passe dans les années 50 et nous raconte le périple de trois évadés de prison en cavale, qui vont se réfugier dans une ancienne ville de mineurs, au fin fond de l'Ouest. Car c'est juste là qu'est prévu un test de bombe nucléaire. Le lieu semble être un abri sûr, mais aussi précaire, et particulièrement non durable. Ces gangsters vont prendre des otages sur leur chemin et l'étrange menace ajoutée à l'éloignement de toute civilisation, va révéler les vrais caractères de chacun. Lorsqu'on sait que Dick Powell, devait tourner "le conquérant" (1956), sur un ancien site militaire en Utah, ayant servi à des essais nucléaires, on trouve donc à "même les assassins tremblent" une étrange synchronicité temporelle. Mais il n'y a pas que le scénario d'intéressant, il y a aussi un casting intéressant avec Stephen McNally, que l'on a vu dans de très nombreux westerns, mais aussi la belle Alexis Smith, partenaire d'Errol Flynn dans "Dive Bomber" (1941), "Gentleman Jim" (1942), "San Antonio" (1945), "Montana" (1950)  ou de Bogart dans "la seconde Madame Caroll" (1947). On note aussi la présence de fabuleux seconds rôles, comme Jan Sterling, Arthur Hunnicutt (éternel vieux routier des westerns), ou du formidable Paul Kelly dans un petit rôle de truand, dont la carrière mériterait sans aucun doute d'être redécouverte. Ainsi, je me souviens de sa présence dans "les formidables années 20" (1939) de Raoul Walsh ou de son rôle de méchant dans "San Antonio" (1945). "Même les assassins tremblent" est donc clairement une petite production RKO, qui a du mal à sortir du lot de très grands films de l'année 1953. Mais, il n'en reste pas moins une production sérieuse, avec un bon casting, et des scènes finales très spectaculaires pour l'époque.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Ci-dessus : Stephen McNally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Ci-dessus : Keith Andes & Jan Sterling

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Film disponible aux éditions Montparnasse dans un master à la définition un peu molle (VO sous-titrée français uniquement).

Note : 6,5 / 10

23/04/2014

La captive aux yeux clairs / The Big Sky - 1952

Aujourd'hui, je mets en avant une présentation de "la captive aux yeux clairs" (1952) par Mr Bertrand Tavernier. "La captive aux yeux clairs" est un très beau western que j'apprécie énormément. Pourtant à ma connaissance, il n'a jamais bénéficié d'une vrai restauration. Et je me souviens toujours de l'avoir vu dans une qualité plus ou moins déplorable voir catastrophique.  A ce titre la sortie en 2001, par les éditions Montparnasse, n'était vraiment pas une réussite. A l'ère de l'ultra-haute définition, du tout numérique et du Bluray. On doit donc encore se contenter d'un film difficilement regardable, car non restauré.

film-la-captive-aux-yeux-clairs20.jpeg

Après "la rivière rouge" (1948), Howard Hawks revient donc au western en 1952, à la demande du patron de la RKO, Howard Hughes, qui cherche à donner un nouvel élan à la RKO, plutôt mal en point. Rien y fait les spectateurs ne seront pas au rendez-vous. On décida alors de couper 12 minutes, qui n'arrangèrent rien à l'insuccès public. Pourtant, le film est bourré de qualités. Adapté d'un roman de A B Guthrie, il décrivait comme dans "la rivière rouge" une première fois. Et cette fois-ci, cette première était la descente d'une rivière en pays indien. Hawks voulait initialement Robert Mitchum pour le rôle titre, mais il aura un très bon Kirk Douglas. La force du film se situe dans ses formidables scènes, et sa faiblesse dans parfois un manque de liens entre elles, et une intrigue finalement assez faible. Mais ce n'est qu'un détail au vu de la qualité d'une oeuvre malheureusement introuvable dans un master correct. A noter que c'est le premier et dernier film, d'Elizabeth Threatt qui décidera après la sortie du film, d'abandonner le mannequinat et la mode, sans donner de raison.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,Kirk Douglas, Dewey Martin, Elizabeth Threatt, Arthur Hunnicutt, Buddy Baer, Steven Geray, Henri Letondal, Hank Worden, Jim Davis, Dimitri Tiomkin, Howard Hawks

Ci-dessus : Arthur Hunnicutt, Kirk Douglas &  Dewey Martin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,Kirk Douglas, Dewey Martin, Elizabeth Threatt, Arthur Hunnicutt, Buddy Baer, Steven Geray, Henri Letondal, Hank Worden, Jim Davis, Dimitri Tiomkin, Howard Hawks

Ci-dessus : Arthur Hunnicutt, Kirk Douglas &  Dewey Martin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,Kirk Douglas, Dewey Martin, Elizabeth Threatt, Arthur Hunnicutt, Buddy Baer, Steven Geray, Henri Letondal, Hank Worden, Jim Davis, Dimitri Tiomkin, Howard Hawks

Ci-dessus : Arthur Hunnicutt, Kirk Douglas, Dewey Martin & Elizabeth Threatt

La présentation de Betrand Tavernier

 

Note : 8 / 10

21/02/2014

Les rebelles de Fort Thorn / Two Flags West - 1950

"Les rebelles de Fort Thorn" aborde un thème quasiment jamais abordé au cinéma : la participation aux guerres indiennes de rebelles tirés des prisons nordistes en pleine guerre de sécession. En effet, Abraham Lincoln, avait promulgué une amnistie pour les prisonniers confédérés acceptant de s'engager sous le drapeau de l'union pour combattre les indiens de l'Ouest. Sur cet arrière fond historique, le  Frank Nugent écrivait une histoire, qui n'intéressait pas les patrons de la MGM, mais bien ceux de la Fox. La distribution comprenait Joseph Cotten, Linda Darnell, Jeff Chandler, et Cornel Wilde. Joseph Cotten c'était évidemment l'acteur de "Citizen Kane" (1941), mais aussi de "Lydia" (1941) formidable mélodrame de Julien Duvivier , ou de "La Splendeur des Amberson" (1942) d'Orson Welles, ou encore de "l'ombre d'un doute" (1943) d'Aldred Hitchcock. Mais il a joué également dans de très nombreux autres films célèbres et dans un western "Duel au soleil" (1946) avec Gregory Peck. Joseph Cotten paraît presque trop grand pour ce rôle de colonel sudiste. Quant à Linda Darnell, c'est un peu la Lana Turner brune de la Fox. Elle a joué plusieurs fois avec Tyrone Power dans par exemple "le signe de Zorro" (1940) de Rouben Mamoulian. C'est une immense actrice et elle a tourné pour John Ford dans un western, "la poursuite infernale" (1946) et elle a déjà tourné avec Cornel Wilde dans "quadrille d'amour" (1946) ou dans "Ambre" (1947). On retrouve aussi toute une pléïade de seconds rôles intéressants, comme Noah Beery Jr, que j'ai vu dernièrement dans "A feu et à sang" (1952).

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

 Robert Wise arrive à faire prendre la mayonnaise et à se servir parfaitement de ce casting prestigieux. Mr Patrick Brion nous fait remarquer, dans le bonus du DVD Sidonis, que tous les personnages ont des problèmes. Et c'est vrai. Ainsi le Major nordiste (Jeff Chandler) a perdu son frère, et il est rempli de haine contre les sudistes et le monde entier. Linda Darnell (belle soeur du colonel et veuve de son frère) ne supporte plus cette ambiance lourde au fort Thorn et veut s'éloigne du Major. Et Joseph Cotten ne sait pas trop ce qu'il fait dans l'armée nordiste et rêve de repartir vers le Sud. Le génie du scénariste Casey Robinson est de donner un grade plus important à Joseph Cotten par rapport à son supérieur nordiste, mais aussi de laisser supposer que Linda Darnell a une relation avec le Major (Jeff Chandler). En effet, comment peut on interpréter les propos du commandant à table, qui dit : "elle n'est pas ma femme, mais c'est comme si elle l'était". Ou encore lorsque Linda Darnell demande au Major, à ce que l'on ajoute dorénavant, un verrou à la porte de sa chambre. Il est évident que la censure ne pouvait montrer une relation entre une femme et le frère de son ex-mari défunt. Wise et le scénariste ont donc rusé pour nous suggérer ce qu'ils ne pouvaient montrer. Le film navigue entre action, horreur et haine est reste encore aujourd'hui un formidable classique qui a toute sa place dans la collection Sidonis, westerns de légende. A ne pas manquer.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

Ci-dessus : Jeff Chandler de dos, Joseph Cotten et Cornel Wilde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

Ci-dessus : Cornel Wilde et Joseph Cotten

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

Ci-dessus : Joseph Cotten et Linda Darnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

Ci-dessus : Joseph Cotten et Linda Darnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

Ci-dessus : Cornel Wilde et Linda Darnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jeff chandler,joseph cotten,linda darnell,cornel wilde,dale robertson,jay c. flippen,noah beery jr.,arthur hunnicutt,hugo friedhofer,robert wise

La bande-annonce :

Disponible en DVD Zone 2 VO sous-titrée, chez Sidonis & Calysta

 

Note : 7,5 / 10

14/09/2013

El Dorado - 1966

"El Dorado" est un presque "remake" de "Rio Bravo". Cela commence par un titre à la même sonorité, mais aussi par un scénario très proche du film de Hawks de 1959. Hawks est donc encore derrière la caméra pour "El Dorado". John Wayne est encore là, mais il partage cette fois la vedette, non pas avec Dean Marin comme dans "Rio Bravo", mais cette fois-ci avec Robert Mitchum. Le scénario et les personnages sont donc très proches et tout tourne autour d'une poignée d'hommes qui veulent s'opposer à la main mise d'un gros éleveur sur la région. Comme dans "Rio Bravo", le thème du shérif ivrogne, de l'infirmité, ou de la jeunesse débutante.D'ailleurs dans le rôle du jeune débutant on retrouve un certain James Caan, dont c'est seulement le cinquième film.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, john wayne, robert mitchum, James Caan, Charlene Holt, Arthur Hunnicutt

Hawks se décide à remplacer la tension de "Rio Bravo" par la nostalgie d'une époque. Ainsi, la chanson titre évoque la recherche de l'El Dorado. L'El Dorado représente tout aussi bien la recherche d'une contrée mythique gorgée, que simplement l'amour et le bonheur que l'on cherche bien, mais qui finalement est en nous. On peut aussi supposer que cela représente déjà la nostalgie d'une époque du cinéma hollywoodien, qui est en train de se tourner. Car "El Dorado" est un des derniers grands westerns classiques, si ce n'est pas le dernier, d'un cinéma qui en train de tourner sa plus belle page. Il y a donc encore ici une certaine innocence, et une naïveté que Hawks semble regretter. Il y a aussi un passage de témoin, entre la génération des John Wayne et des Mitchum et celle du jeune James Caan. Enfin le film, et Hawks lui même devront laisser les premières places du box office aux westerns de Sergio Leone, représentant du nouveau western. Hawks finira quant à lui, sa carrière en 1970 avec Rio Lobo. Une page du cinéma hollywoodien aura été alors définitivement tournée. On dit que ce qui est rare, est précieux, j'aurai moi aussi tendance à le croire. Je vous invite donc à profiter de ce très beau film classique, qui a eu la chance de pouvoir bénéficier d'une sortie Bluray. La restauration de l'image est superbe et donne réellement l'impression que John Wayne est dans votre salon. Alors pourquoi ne pas inviter ce bon vieux John Wayne chez vous ? A son époque, c'était quand même quelque chose le cinéma.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, john wayne, robert mitchum, James Caan, Charlene Holt, Arthur Hunnicutt

Ci-dessus : John Wayne et Robert Mitchum

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, john wayne, robert mitchum, James Caan, Charlene Holt, Arthur Hunnicutt

Ci-dessus : James Caan et John Wayne

Film disponible en DVD et Bluray zone 2 VF et VO sous titré

 

Chanson du titre :

 

Note : 8,5 / 10