Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2015

Le rodeur / The Prowler - 1951

"Le rodeur est le type même de films que l'on a sous-estimé pendant des années, n'ayant pas bénéficié d'une exposition suffisante. Pourtant il a tout pour plaire, un scénario pervers et tortueux, un personnage nocif et attirant, une photographie tout à fait honorable, et une réalisation parfaite, mais surtout des acteurs principaux (Van Heflin & Evelyn Keyes) au sommet de leur talent. La génèse du "rodeur", commence avec l'échec de "We Were Strangers", en 1949. En effet,  les producteurs Sam Spiegel et John Huston cherchent donc un scénario qui fera gagner de l'argent à leur compagnie indépendante, Horizon Films. Ils avaient acquis les droits d'une histoire de Robert Thoeren et d’Hans Wilhelm, nommée The Cost of living". A partir de là, Spiegel, confia l'écriture du scénario à Dalton Trumbo, sympathisant communiste, qui refusait de collaborer avec la commission Mc Carthy du congrès au moment de la chasse aux sorcières et de la constitution des listes noires. Trumbo avait été condamné et devait partir en prison. Il avait donc besoin d'argent pour sa famille avant de se rendre en prison. Malheureusement Spiegel avait une réputation d'être un voleur, de mal payer, voir ne pas payer du tout. Mais les gens travaillaient pour lui, car ils savaient que si il ne payait pas cette fois-ci, il les paierait la prochaine fois. Ceci dit, on raconte, que Trumbo, menaça Spiegel en voiture de son revolver, pour que ce dernier le paye l'écriture du scénario qu'il avait accompli. En dehors des talents douteux de Spiegel, pour économiser de l'argent, on peut noter la photographie correcte d'Arthur C Miller, dont ce sera malheureusement le dernier film. Mais si le scénario de Trumbo, semble être une constante provocation au comité de censure de l'époque, il touche son but et passionne. Et lorsqu'on regarde "le rodeur", on pense à "Assurance sur la mort" (1944) ou "au facteur sonne toujours de fois" (1946) de Tay Garnett avec Lana Turner et John Garfield.

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

Mais l'autre grande qualité du "rodeur" ce sont ses acteurs. Ainsi, on peut citer, les deux têtes d'affiches, en la personne de Van Heflin et Evelyn Keyes. Van Heflin c'est un immense acteur, avec une énorme carrière, malheureusement oublié aujourd'hui et totalement sous-estimé. Pourtant on se rappelle de lui, déjà dans "La piste de Santa Fe" (1940), avec Errol Flynn, où il jouait un extrémiste abolitionniste. Puis, dans "Johnny, roi des gangsters" (1942), il était l'ami ivrogne du gangster Robert Taylor. En 1948, il était un touchant Portos, dans "les trois mousquetaires" avec Gene Kelly, et en 1949 il était encore parfait dans le pur chef-d'oeuvre Minnelli, "Madame Bovary". En 1970, il devait finir une carrière parsemée de chef-d'oeuvres, avec "Airport" et nous quitter en 1971 d'une crise cardiaque, qui devait l'emporter après 17 jours de coma. Evelyn Keyes, c'est évidemment la soeur de Scarlett O"hara dans "Autant en emporte le vent" (1939). C'est aussi une belle carrière, qui est malheureusement écrasée par ce petit rôle dans "autant en emporte le vent". Et les gens  ne souviennent d'elle, généralement que pour ce rôle. Elle le déplorait de son vivant. Et on peut dire qu'elle avait bien raison. Car Evelyn Keyes, est extraordinaire dans "le rodeur", où elle interprète une femme mariée, esseulée, et malheureuse. C'est peut être son plus grand rôle. Pour ma part, j'aimerais bien que Sidonis ou un autre éditeur, nous déniche une belle version, de "l'Affaire de la 99ème rue" (1953), qui a de très bonnes critiques. Vous l'aurez compris, "le rodeur" est quant à lui un très bon film, porté par ses acteurs, son scénario, sa réalisation et bénéficiant d'une photographie tout à fait intéressante. C'est donc un film à redécouvrir de toute urgence, ne serait-ce que pour le talent de ses interprètes principaux.

 

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,van heflin,evelyn keyes,john maxwell,katherine warren,emerson treacy,madge blake,wheaton chambers,robert osterloh,arthur c miller,lyn murray,joseph losey

Ci-dessus : Evelyn Keyes & Van Heflin

Film disponible en DVD zone 2 chez Wild Side en VO sous-titrée dans un superbe coffret comprenant un livre de 80 pages, expliquant le tournage.

Note : 8 / 10

12/03/2015

La route du tabac / Tobacco Road - 1941

J'ai été particulièrement surpris lors de la vision de "la route du tabac". En effet, ce film en noir & blanc de John Ford est très particulier. Je pourrais faire comme toutes les critiques et le rapprocher des "raisins de la colère" du même Ford, tourné l'année précédente. Et c'est vrai qu'il s'en rapproche par ses aspects dramatiques, et sa description d'une misère campagnarde profonde. Mais dans "les raisins de la colère" (1940), la critique était avant tout social, et acerbe contre le système capitaliste. Dans "la route du tabac", il n'y a pas réellement de critique du système en place en Amérique. On est plus dans une critique de toutes les misères : misère du grand âge, mais aussi misère financière, sociale, et intellectuelle. Par ailleurs, Ford mélange avec génie, le drame, la comédie, et le rire, pour donner à son film, un ton vraiment particulier. Et c'est un ton , rarement vu dans le cinéma hollywoodien de cette époque. Le rôle principal est tenu par Charley Grapewin (le grand père épuisé), et on aperçoit de temps en temps Gene Tierney qui joue avec délice la sauvageonne, mais aussi Dana Andrews, et War Bond. Marjorie Rambeau semble quant à elle, s'être beaucoup amusé à jouer le rôle d'une vieille fille intégriste, mais décidée à se marier avec un garçon attardé de 20 ans son cadet !

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,charley grapewin,marjorie rambeau,gene tierney,william tracy,elizabeth patterson,dana andrews,ward bond,slim summerville,arthur c miller,david buttolph,john ford

L'idée de la pièce est de nous montrer ce que sont devenus les descendants des grandes plantations qui longeaient la fameuse route du tabac. Le film est une adaptation fidèle de Nunnally Johnson d'une pièce jouée plus de 4000 fois à Broadway, elle-même tirée d'un roman d'Erskine Caldwell. Le génie de Ford est de mettre une courte introduction, dans le style "d'autant en emporte le vent" (1939), avec une caméra plantée, sur cette route du Tabac, filmant une grande demeure en ruine, et les feuilles mortes sur la route, balayées par le vent de l'histoire. On a l'impression que Ford a voulu faire un anti "autant en emporte le vent" ou s'être amusé comme un enfant à l'idée de raconter une suite totalement "underground" et décalée, avec des descendants devenus des personnages douteux. Aujourd'hui on rit beaucoup, on est ému, devant cette histoire de miséreux. Et on se surprend à être touché par le charme d'une Gene Tierney sale, couchée dans la paille et dans la boue, mendiant War Bond pour un sac de légumes, mais toujours magnifiquement belle.  "La route du tabac" est donc un film admirable de Ford, qui doit être redécouvert en urgence pour ceux qui ne l'ont pas vu. Son final est en plus extrêmement touchant, comme rarement vu au cinéma. Un chef-d'oeuvre sur la vie des miséreux du Sud profond. Certains pourront peut être, simplement lui reprocher cet humour systématique, et potache, dont Ford aime jouer en maître, et qui pourra parfois lasser les plus intellectuels d'entre nous.

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,charley grapewin,marjorie rambeau,gene tierney,william tracy,elizabeth patterson,dana andrews,ward bond,slim summerville,arthur c miller,david buttolph,john ford

Ci-dessus : Gene Tierney

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,charley grapewin,marjorie rambeau,gene tierney,william tracy,elizabeth patterson,dana andrews,ward bond,slim summerville,arthur c miller,david buttolph,john ford

Ci-dessus : War Bond, Charley Grapewin et Gene Tierney

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,charley grapewin,marjorie rambeau,gene tierney,william tracy,elizabeth patterson,dana andrews,ward bond,slim summerville,arthur c miller,david buttolph,john ford

Ci-dessus : Charley Grapewin et Gene Tierney

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,charley grapewin,marjorie rambeau,gene tierney,william tracy,elizabeth patterson,dana andrews,ward bond,slim summerville,arthur c miller,david buttolph,john ford

Ci-dessus : War Bond & Charley Grapewin

Disponible en DVD Zone 2 en VO sous-titrée sur Amazon ou FNAC.

Note : 9 / 10