Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2014

La maison des 7 péchés / Seven Sinners - 1940

"La maison des 7 péchés" est le premier film du duo John Wayne / Marlene Dietrich. C'est un film en noir & blanc de Tay Garnett. Ce dernier, est surtout connu par le public cinéphile pour avoir réalisé, la plus belle version du "facteur sonne toujours deux fois" avec Lana Turner et John Garliefd. Mais il a aussi d'autres films beaucoup moins connus, mais tout aussi intéressants, à son actif. Ainsi, on peut noter quelques similitudes entre "voyage sans retour" (1932) et "la maison des 7 péchés", que je vous présente ici. Tay Garnett s'engage comme un instructeur de pilotes pour le Naval Air Service à San Diego entre 1917 et 1922. Après une blessure lors d'un crash il doit abandonner le service actif, et réalise alors des spectacles burlesques pour les troupes. Après son expérience militaire, il commence par écrire 2 scénarios, avant de passer dans plusieurs studios jusqu'à sa signature pour Universal en 1932. Là il réalise plusieurs comédies avec le producteur Walter Wagner. "La maison des 7 péchés" est donc un retour au mélodrame, mais cette fois-ci un mélodrame teinté de burlesque. Marlene Dietrich et John Wayne tiennent à eux seuls le film. Mais on peut noter aussi la présence de quelques seconds rôles très intéressants comme Broderick Crawford. Broderick Crawford, c'est le terrible commandant fou du "temps de la colère" (1956) avec Robert Wagner. Pour terminer sur le casting de "la maison des 7 péchés", on peut noter aussi la présence fémine de la belle Anna Lee, et de Oskar Homolka dans le rôle d'un homme qui semble être un ancien souteneur de la belle Marlene.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Le film en lui même, fait la part belle au mélodrame, tout en teintant son propos de référence au cinéma burlesque et à la comédie. Ici, on ne veut jamais rester trop sérieux comme dans "voyage sans retour" (1932) du même Tay Garnett. Donc il y a donc la scène de la bagarre digne d'un bon vieux film muet, avec une accélération par moment de l'image, et quelques morceaux de comédies choisis. Pour ma part, j'ai trouvé que cela décrédibilisait un peu le film. Mais cela peut être aussi un parti-pris, tout à fait acceptable. Il faut également noter que le film est rehausser par la superbe photographie d'un certain Rudolph Maté (réalisateur né à Krakow), qui avait été responsable de la photographie de "la passion de Jeanne d'arc'" (1928). Il deviendra lui même réalisateur, et on le retrouvera à la réalisation de westerns. "La maison des 7 péchés" propose également quelques chansons interprétées par Marlene Dietrich. Voilà, donc un film assez réussi, dont on peut regretter le propos parfois léger, même si cela est voulu. On retient la présence du duo Wayne / Dietrich convaincant et la très belle photographie d'un Rudolph Maté, ici très inspiré. Deux ans plus tard, Michael Curtiz arrivera à dépasser Tay Garnett, en nous donnant lui aussi un film qui tournera autour de l'univers d'un bar, l'inoubliable "Casablanca". Personne ne peut dire si "la maison des 7 péchés" n'a pas été une source d'inspiration pour les scénaristes de la Warner, qui travaillaient sur Casablanca.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Ci-dessus : Marlene Dietrich & John Wayne

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Ci-dessus : Marlene Dietrich & John Wayne

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Disponible en DVD Zone 2, chez Universal en VO sous-titrée

Extrait :

Note : 7,5 / 10

13/09/2013

L'aveu / Summer Storm - 1944

Tout d'abord, je crois qu'il faut remercier la maison d'édition Sidonis pour la sortie de "l'aveu". Le film n'a rien à voir avec le film du même nom, de Costa Gavras de 1970 avec Yves Montand.  'L'aveu" de Douglas Sirk est tiré d'une nouvelle de Tchekhov. Le film est très peu connu et très peu diffusé. Ceci dit la copie proposée par Sidonis est loin d'être exempte de tout reproche. En effet, si l'image est assez propre, elle manque par moment cruellement de définition. Et on comprend alors, pour l'éditeur n'a pas pris le risque de sortir en bluray, un film à la qualité d'image, finalement assez moyenne. "L'aveu" est le deuxième film de la période hollywoodienne de Douglas Sirk, spécialiste du drame et du mélodrame. C'est aussi le premier de sa série de films avec George Sanders.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,george sanders,linda darnell,edward everett horton,anna lee,film,films,douglas sirk

En partant de l'Allemagne nazie en 1937, Sirk était allée à Paris où il ne devait pas trouver beaucoup de soutiens. Et après une courte période française, il part pour Hollywood où il réalise "Hitler"s madman" (1943).  "L'aveu" est donc son deuxième film. Le film ne brille pas par le jeu de George Sanders, qui si il est évidemment excellent ne semble pas réellement être un juge de la Russie du Tsar. Enfin, le casting du comte Volsky semble incroyablement peu perspicace. En effet, pour ce rôle on a choisi le comique, et indissociable partenaire de Fred Astaire, Edward Everett Horton. Le film a donc toujours un ton décalé, décalé par l'accent et les manières "so british" de George Sanders, mais aussi par le jeu presque toujours comique d'Edward Everette Horton. On peut supposer que Sirk avait choisi ce casting. Il n'en reste pas moins, qu'il ne fait rien pour rendre le film très crédible. Linda Darnell est par contre parfaite dans son rôle, ainsi que la jeune Anna Lee.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,george sanders,linda darnell,edward everett horton,anna lee,film,films,douglas sirk

Ci-dessus : George Sanders et Linda Darnell

Sirk nous oppose ici les personnages et les thèmes comme dans la plupart de ses mélodrames. Ainsi, pour accentuer le pathétique d'une situation, il oppose la ville hypocrite à la campagne naturelle, l'individu à la société, les hommes aux femmes, les riches aux pauvres. Je retiens quelques plans, comme un plan de Linda Darnell montant les escaliers avec de nouvelles bottes, ou celui admirable où la jeune servante voit le meurtrier laver un couteau. Le film arrive à convaincre par son côté littéraire, et parce qu'il est évidemment parfaitement bien écrit. Malheureusement, le casting et un espèce d'escamotage des principales scènes du film, comme celle du meurtre, relègue le film au rang de bon film, alors qu'il aurait pu être un chef-d'oeuvre.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,george sanders,linda darnell,edward everett horton,anna lee,film,films,douglas sirk

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,george sanders,linda darnell,edward everett horton,anna lee,film,films,douglas sirk

Disponible en DVD zone 2 chez Sidonis VO sous-titré. Le DVD comprend comme tous les DVD Sidonis, une longue présentation de Mr Patrick Brion et de Mr Bertrand Tavernier.

La bande-annonce :

 

Extrait de la présentation de Patrick Brion et de Bertrand Tavernier :

 

 

Note : 7 / 10

26/01/2013

L'Aventure de madame Muir / The Ghost and Mrs. Muir - 1947

"L'aventure de Madame Muir" est un film de Joseph L. Mankiewicz sorti en 1947. Le film est porté par le duo Gene Tierney, et Rex Harisson. Le scénario est adapté d'un roman de R. A. Dick (écrit en 1945), devenu un classique au Royaume-Uni. On retrouve donc là, la manière assez classique pour le Hollywood de l'époque d'écrire un scénario. L'adaptation littéraire permettait d'avoir des scénarios beaucoup mieux construit la plupart du temps que ceux d'aujourd'hui. Le film raconte l'histoire d'une jeune veuve, seule avec son enfant, qui se décide à partir vers la côte, habiter une maison isolée. Elle fera dans cette maison une bien étrange rencontre avec un fantôme, qui meublera ses années de solitude.

600full-the-ghost-and-mrs.-muir-poster.jpg

Le film nous invite à plonger dans la vie de Madame Muir, mais aussi dans la notre et dans notre âme. Le film pose des questions et parle finalement d'un sujet encore assez tabou aujourd'hui : l'inadaptabilité à la vie de certaines personnes, pourtant plutôt attrayantes, mais dont la grandeur d'âme ne peut se satisfaire de l'hypocrisie, de la petitesse, de la mesquinerie ou de la médiocrité de la vie. Le personnage du fantôme joué par Rex Harrison devient alors une réponse, un espoir, un compagnon, à une vie solitaire loin du monde. La poésie mais aussi le romantisme le plus exacerbé se lient au personnage coléreux de Rex Harrison pour donner un étrange, mais fabuleux cocktaïl cinématographique. On retrouve dans les seconds rôles Natalie Wood qui joue la fille de Gene Tierney, et Anna Lee.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,gene tierney,rex harrison,george sanders,bernard herrmann,joseph l. mankiewicz

ci-dessus : Rex Harrison et Gene Tierney


Mankiewicz joue à merveilles avec l'océan, les éléments, les éclairages pour nous rendre cette aventure sans limites alors qu'elle se déroule dans le cadre restreint d'un simple cottage. En effet, il nous fait comprendre pour paraphraser Victor Hugo que l'immensité de l'océan, dépassée par le ciel, est lui même dépassé par l'infini de l'âme humaine et des passions réelles ou fictives qu'elle peut générer. Mankiewicz se sert également de l'océan pour montrer le temps qui passe inexorablement, comme un sablier mais aussi comme un rouleau compresseur qui emporte tout. Mais le temps n'effacera pas les passions de madame Muir. Et c'est avec son rêve que Madame Muir s'en ira, un rêve resté telle qu'il était, c'est à dire éternellement jeune.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,gene tierney,rex harrison,george sanders,bernard herrmann,joseph l. mankiewicz

On ne saurait terminer cette note sans parler de la superbe musique de Bernard Herrmann, belle à pleurer, qui exprime à elle seule toute la complexité de l'âme de notre héroïne, en allant dans les tons les plus hauts pour redescendre vers des abîmes de sensibilité mais sans jamais devoir terminer le thème initial. Cette musique est bien la représentation d'une âme qui respire en lutte entre ses aspirations, ses désirs de femme et sa mélancolique solitude, mais aussi menacée par le temps qui passe. La conclusion musicale finale est une forme de libération pour une meilleure vie ailleurs avec ses rêves de beauté et de plénitude enfin réalisés.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,gene tierney,rex harrison,george sanders,bernard herrmann,joseph l. mankiewicz

Ci-dessus : George Sanders et Gene Tierney

"L'aventure de Madame Muir" est donc un pur chef d'oeuvre qui me touche toujours autant, et je ne peux que conseiller à tous ceux qui ne l'ont pas vu de se ruer sur le DVD en attendant une éventuelle ressortie en Bluray.


La bande-annonce (terriblement envoutante) :

 

Extrait de la merveilleuse musique de Bernard Herrmann :

 

 

NOTE : 9 / 10