Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2016

Les Demoiselles Harvey / The Harvey Girls - 1946

"Le Demoiselles Harvey" nous raconte l'histoire d'un groupe de serveuses, d'une chaîne de restaurants où la bonne nourriture, et les bonnes manières avaient pour but de civiliser l'Ouest sauvage, et apporter la civilisation là où elle n'existait pas encore. Aujourd'hui, à notre époque, où l'inversion des valeurs et l'ensauvagement sont monnaie courante, ce scénario prête quelque peu à sourire. De plus, mélanger l'univers du western avec l'univers de la comédie musicale, c'est comme un peu mélanger la Choucroute et le chocolat. On est donc un peu désarçonné par le premier tiers du film. Puis finalement, on s'y habitue. Les chansons sont plutôt sympathiques, et il y a quand même un certain George Sidney à la réalisation et Arthur Freed à la production. Et ce sont deux grands maîtres de la comédie musicale sauce MGM. Le casting autour de Judy Garland, regroupe John Hodiak, Preston Foster, Angela Lansbury, Preston Foster, et une certaine Cyd Charisse qui crève déjà l'écran, malgré son rôle minuscule. Le film comprends quelques numéros épatants et un numéro de valse assez extraordinaire, qui fait chavirer le spectateur. On peut noter également un travail incroyable sur la photographie, par des ombres portés, et un travail dingue sur le Technicolor, avec un soin infini aux costumes, parsèment ainsi l'écran de petites touches colorées, pour faire de chaque scène un tableau incroyable où la couleur est reine. Oui, à un tel niveau de perfection, le scénario hyper-classique et rétro, est tellement sublimé qu'il est impossible de mal noter le film. "The Harvey Girls" est à voir et à revoir, ne serait-ce que pour sa pure forme, incroyablement parfaite.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,judy garland,john hodiak,ray bolger,angela lansbury,preston foster,virginia o'brien,kenny baker,marjorie main,chill wills,selena royle,cyd charisse,ruth brady,jack lambert,edward earle,morris ankrum,george sidney,arthur freed

Ci-dessus : Angela Lansbury (noter le Technicolor sublimé)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

Ci-dessus : John Hodiak

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

Ci-dessus : Angela Landsbury & John Hodiak

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

Ci-dessus : Judy Garland & Ray Bolger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

Ci-dessus : Les Harvey Girls au complet (noter Cyd Charisse au premier rang à droite)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,  Judy Garland, John Hodiak, Ray Bolger, Angela Lansbury, Preston Foster, Virginia O'Brien, Kenny Baker, Marjorie Main, Chill Wills, Selena Royle, Cyd Charisse, Ruth Brady, Jack Lambert, Edward Earle, Morris Ankrum, george sidney, arthur freed

Ci-dessus : Judy Garland & John Hodiak

Extrait de la fameuse scène du bal :

Disponible en DVD chez Warner en VO sous-titrée français

 

Note : 8 / 10

19/04/2015

Le Grand National / National Velvet - 1944

"Le Grand National" est un film en Technicolor de Clarence Brown. Il semble avoir été destiné à un très jeune public. En effet, cette histoire de petite fille amoureuse de son cheval et qui veut le faire courir dans la plus prestigieuse course d'Angleterre, "le Grand National", semble pour le moins peu crédible. En effet, tout cela, se déroule dans une ambiance "petite maison dans la prairie" quasiment permanente. Les parents sont toujours bienveillants. Ils ne sont jamais coléreux, fatigués, impatients et ne semblent rien désirer pour eux mêmes, sinon le bonheur de leurs enfants. Ce monde parfait, ainsi représenté, ne peut que destiner le film aux spectateurs les plus jeunes. Pour le critique de cinéma adulte, malgré un beau Technicolor, et l'intérêt de voir Elizabeth Taylor enfant, Angela Lansbury adolescente, et Mickey Rooney jeune homme, on s'ennuie. Quelques scènes sortent le spectateur de sa torpeur. Ainsi, les scènes de dialogues entre le père (joué par l'admirable Donald Crisp) et sa femme (Anne Revere) sont souvent très bonnes. Enfin, c'est souvent très impressionnant de voir la jeune Elizabeth Taylor sur un cheval au galop. Et la course finale, où elle était très sûrement doublée, redonne un bel intérêt au film. Mais si on ajoute une fin trop longue, c'est malgré tout, finalement assez peu pour satisfaire un public autre que celui des très jeunes enfants. Surtout, qu'il faut ajouter que la réalisation de Brown, semble se satisfaire assez mal de l'exigence de la couleur, et laisse voir beaucoup de décors peu réalistes. Cette réalisation se serait sans doute satisfaite d'une image en noir & blanc, mais en couleur, l'effet théâtrale qu'accentue le tournage en studio, est relativement désastreux.

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor

cinéma, cinema, hollywood, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, elizabeth taylor, mickey rooney, donald crisp, anne revere, Angela Lansbury, Jackie Jenkins, reginald owen,herbert stothart,  clarence brown

Ci-dessus : Elizabeth Taylor & Mickey Rooney

Disponible en DVD zone 2 en VF et VO sous-titrée

Note : 5 / 10

30/11/2013

Le cavalier au masque / The purple mask - 1955

"Le cavalier au masque" n'est pas le plus grand film de l'Universal. En effet, en plus de devoir supporter un scénario pas très crédible, pourtant tiré de la pièce de Paul Armont et Jean Manoussi, on se retrouve avec un Tony Curtis maniéré à l'extrème. Les incohérences du scénario se retrouvent dans quasiment chaque séquence. Ainsi, Tony Curtis est censé représenter un royaliste masqué en lutte contre le pouvoir dictatorial du premier consul, Bonaparte. Mais dès le départ, rien est crédible. Les ministres de la police sont représentés comme des shérifs prêts à conduire des charrettes de foin, ou à porter des fausses barbes. On finit par rire devant ce cavalier au masque, qui ne peut se voir qu'au deuxième ou au troisième degré. On retrouve des décors déjà vu dans d'autres films de Curtis, comme dans "le chevalier du roi" (1954) ou "le fils d'Ali Baba" (1952). Et oui, c'était l'époque où l'Universal utilisait et réutilisait ses décors pour plusieurs productions, pour des raisons économiques. La réalisation de H Bruce Humberstone n'est pas si mauvaise et les costumes sont plutôt chatoyants et vraiment d'époque. Malheureusement, c'est presque le seul point fort du film.

Le-Cavalier-au-masque-affiche-11184.jpg

A cela il faut ajouter un tournage en cinémascope et une présentation DVD en 4/3, et une très faible définition ! Si Universal voulait détruire son propre catalogue, il ne le ferait pas autrement. Le film en lui même n'a certes pas beaucoup de qualités. Mais là, c'est purement et simplement du sabotage. En conclusion, je vous conseille de ne pas acheter ce "cavalier au masque", car même en promotion, c'est toujours 7,50 € d'économie non investis sur un mauvais film, totalement massacré par l'éditeur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Ci-dessus : On reconnait de gauche à droite, Colleen Miller, Angela Lansbury et Tony Curtis (en royaliste rose ...)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Note : 4 / 10 (pour les costumes et le second degré)

27/04/2013

Samson et Dalila / Samson and Delilah - 1949

Souvent aujourd'hui la critique rejette en bloc les péplums bibliques les trouvant dépassés ou simplement un peu ringards. Auvant vous le dire tout de suite ce n'est absolument pas mon avis. Ainsi, quand on sait que "Samson et Dalila" a été réalisé par Cecil B DeMille, le maître du péplum, je ne pouvais que me décider à revoir ce film en technicolor que j'avais vu plus jeune lors d'une diffusion à la télévision. Aujourd'hui nous avons la chance grâce à Paramount de pouvoir le redécouvrir avec un master numérique. En effet, il a fait l'objet d'une restauration complète en 2012. Pourquoi Paramount ne l'a pas sorti en Bluray multizones ? Pourquoi il n'existe qu'une édition zone 1 non multizones, sortie début mars ? A part pour se faire plus d'argent, et le sortir dans quelques mois ou quelques années en Bluray, j'avoue n'avoir pas d'explications logiques. En effet, l'importance et la qualité d'image du film, méritait bien une édition Bluray, remplie de Bonus. Mais qu'en est il du film lui même ? Que pouvons nous attendre de ce "Samson et Dalila" ? C'est ce que nous allons voir.

SANSÓN.jpg

Le film comprend un impressionnant casting avec Hedy Lamarr, Victor Mature, Angela Lansbury, George Sanders, mais aussi Henry Wilcoxon. Victor Mature, devait faire 4 autres péplums avec en plus de ce "Samson et "Dalila", "la Tunique" (1953), "l'égyptien" (1954), "Demetrius and the gladiators" (1954) et enfin "Hannibal" (1959). Hedy Lamarr, vous pouvez retrouver son destin tragique sur ce site. Et Henry Wilcoxon, vieux camarade de plateau de DeMille, a joué dans de nombreux films. Ainsi il a été le commandant des chars de Pharaon dans "les 10 Commandements" (1956) ou encore le bras du marquis de Maine dans Scaramouche. "Samson et Dalila reprend l'histoire bien connue de la Bible en la modifiant quelque peu pour les besoins du scénario. Samson (Victor Mature) jeune berger à la force sur-humaine est amoureux de Semadar (Angela Lansbury). Mais Samson est hébreux et Semadar d'une grande famille de Philistins, or la Judée est sous le joug des Philistins. La haine des Philistins contre Samson, 'incompréhension des siens, mais aussi la jalousie maladive et l'amour de Dalila (Hedy Lamarr) vont contrarier le désir de mariage de Samson avec Semadar et sceller son destin et son histoire. Qui peut dire que cette haine entre des communautés différentes et que la jalousie amoureuse ne sont pas des sujets au sens éternels et ne possèdent pas en eux mêmes, une étrange actualité ?

Capture1.JPG

Ci-dessus : Hedy Lamarr et Victore Mature

Le film possède de nombreuses qualités. On peut noter tout d'abord la beauté du Technicolor, et la maestria de DeMille pour mettre à l'écran cette histoire. Les costumes et les décors sont chatoyants et rendent le film inoubliable. Et que dire de la beauté des actrices ?! Angela Lansburay semble n'avoir jamais été aussi belle, mais c'est bien Hedy Lamarr qui transperce l'écran d'une énigmatique et lassive beauté. Le film est long et fait plus de 2H, mais le temps est il long en compagnie d'Hedy Lamarr ? Ainsi, comme dans tous ses films  mais aussi comme les peintres de la renaissance et tant d'autres avant lui, DeMille se sert d'un sujet biblique pour montrer des femmes dénudées mais aussi pour mettre en avant un certain sadisme. Ainsi, DeMille mêle histoire biblique, technicolor, glamour aux désirs les plus obscurs d'une femme jalouse, qui veut avilir Samson dans un espèce de jeu pervers qui va bien au delà de ce que la censure de l'époque pouvait tolérer, si le sujet du film n'avait pas été un épisode de la Bible. Ainsi, on retrouve des scènes de flagellation chères à DeMille et qui sont présentes dans beaucoup de ses films.

Capture6.JPG

Le effets spéciaux sont eux aussi assez bluffants pour l'époque et la destruction du temple païen reste un morceau de cinéma à lui tout seul, qui préfigure l'ouverture de la Mer Rouge dans "les 10 Commandements" (1956). Enfin "Samson et Dalila" comprend une ouverture musicale, et aussi une musique de sortie. Alors autant vous le dire tout de suite, la musique de Victor Young est magnifique et c'est une des grandes stars du film. On sent que Cecil B DeMille a demandé à Victor Young de faire quasiment une musique d'opéra pour le film et le résultat est assez impressionnant. On regrettera seulement que parfois que la musique est presque trop omniprésente. En résumé, parcouru par un souffle épique, DeMille crée ici un film à la hauteur de la légende de Samson et de sa propre légende. "Samson et Dalila" film faste, chatoyant, à la forme parfaite dont l'impression finale laisse une trace indélébile dans le coeur du spectateur, faisant d'Hedy Lamarr une déesse de l'écran pour l'éternité, maîtresse de la damnation et de la rédemption de l'homme qu'elle aime. On pardonnera alors à DeMille quelques scènes trop longues ou une durée excessive. "Les 10 commandements" corrigeront sept ans plus tard, ces quelques défauts de la trame narrative, pour faire de ce dernier film sa plus extraordinaire et sa plus parfaite réussite cinématographique.

Capture3.JPG

Capture7.JPG

Capture11.JPG

 

Bande-annonce :

 

Extrait de la musique de Victor Young :

Note du 24 novembre 2013 : Le bluray zone B est enfin disponible en France au prix de 11,43€. A ce prix c'est la cadeau. La qualité de l'image est à toute épreuve (définition et couleur superbes).

Note : 8 / 10

16/04/2013

Ville sans loi / A lawless street - 1955

"Ville sans loi" est un western de 1955 avec Randolph Scoot et Angela Lansbury. Alors comme je sais que certains voulaient une présentation de Randolph Scott que je n'ai pas faite dans mon dernier article sur lui, je vous ai trouvé une petite vidéo de Patrick Brion et Bertrand Tavernier qui nous explique peu, qui était Randolph Scott.Il était le mari d'une femme très riche et ne voulant pas dépendre de sa femme, il faisait à peu près deux films par an qui marchait très bien. Angela Lansbury c'est bien évidemment l'interprète du feuilleton "Arabesque" aux 264 épisodes. Mais si quelques uns s'en souviennent aujourd'hui, il faut quand même rappeller qu'elle a eu une important carrière hollywoodienne dans sa jeunesse. Elle fera une jeune ingénue dans "le portrait de Dorian Gray" (1945) et retrouvera George Sanders dans le magnifique "The Private Affairs of Bel Ami" (1947). Elle fera Anne d'Autriche dans les 3 mousquetaires de George Sidney. Mais c'est bien évidemment dans son rôle de leader politique extrémiste et machiavélique "d'un crime dans la tête" (1962) qu'elle atteindra peut être sa meilleure interprétation. Ici, dans "Ville sans loi" elle ne fait que donner la réplique à Randolph Scott et son rôle n'a pas une vraie consistance. Seule le personnage de femme infidèle interprêtée par Jean Parker a peut être un peu plus de consistance avec bien évidemment celui de Randolph Scott et des deux affairistes. Ceci étant dit, "Ville sans loi" est tout à fait digne d'intérêt et nous allons voir pourquoi.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

Le réalisateur est Joseph H Lewis, spécialiste des westerns depuis 1937, il était surnommé par les producteurs à l'époque "Wagon-Wheel Joe", car il avait l'habitude de faire des plans intéressants sur les roues de chariot contrairement à Hathaway qui détestait filmer les chariots. Et ici, si il n'y a pas de chartiots, ni de pionniers on va retrouver un bon nombres de plans très beaux et très recherchés qui sortent ce western de la production série B courante. Ainsi, le premier commence avec l'arrivée d'un cavalier solitaire à la figure patibulaire, le plan est pris du haut et puis la caméra descend comme suspendue et enfin un plan est fait sur le colt. Lewis fera un autre plan de ce type avec Randolph Scott à la porte du Saloon mais pris depuis le revolver de son adversaire, avec la main au dessus prête à dégainer qui donne au film une réalité et le met sans aucun doute au dessus du lot. Et finalement, le scénario se rapproche énormément de celui du "train sifflera trois fois", mais dont la fin est ici bien meilleure.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

On ne peut pas donc reprocher grand chose à ce western qui remplit bien son office, sinon peut être des doublures un peu trop voyantes. Mais bon ce serait stupide de se gâcher le plaisir de voir "Ville sans loi" car franchement c'est très souvent admirablement bien filmé, avec certes assez conventionnel mais plutôt bon. La dernière phrase du film si elle se veut moralisatrice, fait en tous les cas réfléchir sur ce que devrait être le maintien de l'ordre.

 

Présentation de Randolph Scott par Patrick Brion et Bertrand Tavernier :

 Extrait :

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,angela lansbury,randolph scott,jean parker,warner anderson,joseph h. lewis

Disponible en DVD Zone 2

Note : 7 / 10

22/10/2012

Les 3 mousquetaires / The 3 musketeers - 1948

"Les 3 Mousquetaires" tournée en 1948 est une pure merveille du cinéma d'aventures hollywoodien des années 50. Cette version deviendra d'ailleurs le maître étalon de toutes les adaptations futures de l'oeuvre de Dumas. Pour bien comprendre le contexte dans lequel s'inscrit ce film, il faut se rappeler que la Fox a tourné en 1947, Ambre avec Linda Darnell. Lana Turner avait été préssentie pour le rôle titre mais finalement l'actrice étant sous contrat avec la MGM, cette idée fut abandonnée par Zanuck le patron de la Fox. "Les 3 Mousquestaires" sont donc la réponse de la MGM à la Fox et cette fois-ci la magnifique Lana Turner est bien présente. Lana Turner fera d'ailleurs preuve dans son rôle de Lady de Winter d'une perversion sans bornes pour arriver à ses fins et ira ainsi jusqu'au crime d'une innocente. Dans le rôle principal on retrouve Gene Kelly qui semble s'amuser à merveilles et saute, danse plus qu'il ne semble combattre.

rueducine.com-les-trois-mousquetaires-1948.jpgAutour de Gene Kelly et Lana Turner on trouve d'autres vedettes de talents dans les seconds rôles. Ainsi, Van Heflin est un Portos plus vrai que nature, bouleversé par une femme qui a brisé sa vie. Vincent Price est parfait dans le rôle de l'ignoble cardinal de Richelieu. Enfin June Alysson est excellente dans son rôle de Constance. A noter qu'Angela Landsbury joue également correctement son rôle en Anne d'Autriche. Derrière la caméra on retrouve George Sidney qui réalisera tant de chef d'oeuvres, et pour n'en citer que deux : "Scaramouche" et "Escale à Hollywood". Bref on l'aura compris le film est né sous une bonne étoile vu le casting proposé que ce soit derrière ou devant la caméra.

trois-mousquetaires-1948-01-g.jpg

Et le résultat sur l'écran ira au delà de toute attente. On aura une Lana Turner qui illuminera l'écran et fera même oublier sa mission à d'Artagnan ainsi que tous ses problèmes au spectateur. Le Technicolor est chatoyant et les costumes éclatants. Ainsi, si Ambre était sombre par moment et pendant une bonne partie du film, "les 3 mousquetaires" est quasiment lumineux de bout en bout. Le travail sur la couleur est admirable. Les acteurs sont littéralement magnifiés et semblent sortir d'un livre d'images de notre enfance. La musique comprend quant à elle, de nombreux thèmes de Tchaïkovski et entraînerait un paralytique.

trois-mousquetaires-1948-05-g.jpg

Ce film allait consacrer Lana Turner comme déesse absolue de l'écran et donner une immense popularité mondiale à Gene Kelly, popularité qui ira bien au delà des comédies musicales qu'il pourra faire par la suite.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gene kelly,lana turner,van heflin,george sidney,angela landsbury

La nouvelle bande annonce version 2011 !!! A voir et à revoir :

 

Le film a bénéficié d'une sortie en France en DVD Zone 2. Mais bien évidemment ce film mériterait amplement les honneurs d'une sortie bluray et d'une restauration.



Note : 8,5 / 10