Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

Crime Passionnel / Fallen Angel - 1945

On parcourt sa vidéothèque et parfois on retrouve parfois, des films aujourd'hui malheureusement invisibles dans le commerce. Je dois avouer que j'ai été quelque peu désarçonné par "crime passionnel" d'Otto Preminger. En effet, le film bénéficiait d'un formidable casting avec Dana Andrews, Linda Darnell et Alice Faye. De plus avec un Otto Preminger à la réalisation et Joseph LaShelle à la photographie, on pouvait s'attendre à un très grand film noir. Or si "Crime Passionnel" est un bon film noir, il est très loin d'être un grand film noir. Ainsi, le scénario multiplie peut être un peu trop les ellipses. De plus, si la femme fatale semble bien présente en la personne de Linda Darnell. On ne sait qui est bien la victime pendant plus de la moitié du métrage. Et c'est dans le dernier tiers du film, que l'action se met finalement en place, pour un dénouement loin d'être évident, laissant planer un doute sur la suite de la relation du couple Dana Andrews / Alice Faye. Ce refus d'un "Happy-end" ou d'une fin dramatique, laisse planer un doute sur le ton de l'ensemble du film.  Mais le film a évidemment de très nombreuses qualités. On peut tout d'abord, comme je l'ai dit le casting, la photographie de Joseph Lashelle, la réalisaiton de Preminger, le sex-appeal de Linda Darnell. Il n'en reste pas moins que je suis resté un peu sur ma faim. On aurait aimé plus d'interactions entre Dana Andrews et Linda Darnell ou alors sans doute une intrigue policière menée différemment et plus tôt dans le film. "Fallen Angel" reste malgré tout un très bon film, mais qui reste loin derrière le chef-d'oeuvre absolu de Preminger : "Laura" (1944) avec Gene Tierney, et là aussi Dana Andrews.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

Ci-dessus : Linda Darnell (dans Crime Passionnel)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

Ci-dessus : Dana Andrews & Linda Darnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

Ci-dessus : Dana Andrews & Linda Darnell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,dana andrews,linda darnell,charles bickford,anne revere,bruce cabot,john carradine,percy kilbride,joseph lashelle,otto preminger

Film sans version française ni sous-titrage en DVD et non sorti en Bluray

Note : 7 / 10

27/02/2016

Banana Split / The Gang's All Here - 1943

"Banana Split" ou dans son titre original "The Gang's All Here" est le type de production capable de faire oublier l'horreur du monde. C'était déjà le cas, en 1943 et c'est encore le cas aujourd'hui. En effet, on trouve à la manoeuvre l'incroyable et génial réalisateur/chorégraphe, Busby Berkeley dans son premier film en couleur. On se rappelle que Busby Berkeley a commencé sa carrière à la Warner où il alors participé en tant que chorégraphe ou réalisateur, à certaines des plus marquantes comédies musicales des années 30. Ainsi parmi, ces comédies restées célèbres et qui ont fait de la comédie musicale, un genre à part entière, on peut citer : "Prologue" (1933), "Dames" (1934), "Wonder Bar" (1934) ou encore "Chercheuses d'or 1935", et "Chercheuses d'or 1937". Ici pour Banana Split, on retrouve Busby Berkeley au top de sa forme. Et on peut dire qu'il dépoussière la comédie musicale à la sauce Twentieth Century Fox. Ainsi, si on peut mettre au crédit du film, le Technicolor, le choix des couleurs, mais aussi les décors, la chorégraphie de Berkeley est incroyablement novatrice pour l'époque, utilisant, les images pour en faire un kaléidoscope de couleurs jamais vu jusque là, où la femme est le centre de tout. D'ailleurs, l'image recevra une nomination aux Oscars dans la catégorie Direction artistique (couleur), et c'est amplement mérité.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Berkeley a 25 ans d'avance sur tout le monde. Le film dans une ambiance Brésil, bouscule nos idées préconçues sur le Hollywood de 1943. En effet, les filles sont toujours peu vêtues, mais les bananes semblent être dans l'esprit de Berkeley, l'objet phallique par excellence, bien tenu en main par des girls qui ont tendance à en rire. Qui pourrait croire que les USA sont au moment du tournage, en pleine guerre. C'est peut être à ça que l'on reconnaît les grands peuples, capables de rire en pleine guerre dans un spectacle récréatif au maximum. Donc le spectacle est très divertissant, et on se demande ce que la commission de censure a bien pu interdire. L'artiste Berkeley semble encore au top de sa forme et en presque totale liberté, donnant des mouvements fous à sa caméra. C'est une des grandes qualités du film, alors que la Twentieth Century Fox, produisait souvent à l'époque des comédies musicales très statiques. Là Berkeley, donne un mouvement permanent à la caméra, qui sort le film des sentiers battus de la comédie musicale. Aidé par une équipe du tonnerre, avec en tête une Carmen Miranda survitaminée, on retrouve effectivement toute la bande, en la personne d'Alice Faye, Edward Everett Horton et Eugene Paillette. Edward Norton surjoue à ravir et comme d'habitude utilise son comique absurde. Charlotte Greenwood, qui a joué avec Buster Keaton au début des années trente, est également présente. En plus des innombrables Girls présentes, on est bien obligé de citer la très jolie Sheila Ryan. Mais on retrouve ainsi un certain Phil Baker et l'inoubliable Benny Goodman et tout son orchestre. Alors que manque t'il à "Banana Split" ? Il manque avant tout une grande vedette masculine. James Ellison n'est pas transparent, mais pas loin, et ne sait prendre aucune scène à son avantage et joue systématiquement en retrait un rôle au mieux de faire-valoir, alors qu'un Gene Kelly aurait sans doute enlevé le tout. Mais on n'en tiendra pas rigueur au film, qui nous fait oublier que rien n'existe pendant 103 minutes. C'est déjà beaucoup. Oui toute la bande est là et bien là pour le plus grand plaisir du spectateur.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Ci-dessus : La fameuse scène avec les bananes qui a du rendre fou le comité de censure

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Ci-dessus : Alice Faye et James Ellison

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Ci-dessus : Carmen Miranda

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Ci-dessus : Alice Faye, Phil Baker et Carmen Miranda

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,alice faye,phil baker,benny goodman,carmen miranda,eugene pallette,edward everett horton, Charlotte Greenwood, Tony Demarco, sheila ryan, busby berkeley

Ci-dessus : la bande au complet

Extrait :

 Film disponible en France en DVD en Version Originale sous-titrée français.

 

Note : 7,5 / 10

07/11/2014

L'Incendie de Chicago / In Old Chicago - 1937

"L'incendie de Chicago", production Twentieth Century Fox, est le type même du film à plusieurs tiroirs. Il ressemble au départ à la plupart des films mélodramatiques de l'époque, contant d'abord la vie du vieux Chicago, et d'une nouvelle famille d'immigrants qui s'y installent, le père mourant avant d'atteindre les faubourgs de la ville. Le film nous projette rapidement dans le futur. Les 2 fils (Tyrone Power & Don Ameche) ont grandi et la mère gagne sa vie grâce à une petite affaire de laverie. L'un des deux frères (Tyrone Power) travaille d'affaires douteuses, l'autre joué par Don Ameche s'essaye au droit et à la défense du progrès contre le milieu corrompu mais foisonnant du vieux Chicago. Le scénario de Lamar Trotti est assez prenant dans sa première partie mais comporte beaucoup de reccourcis. Comment Tyrone Power arrive t'il à réunir des fonds pour racheter le saloon à Bryan Donlevy ? Mystère, le scénario n'y répond jamais. Par contre, il nous réserve quelques numéros de danseuses assez sympathiques, quelques effets mélodramatiques. Mais le film marque surtout par l'érotisme qu'Henry King transmet à l'écran. Ainsi en plus des numéros de chants et de danses, Tyrone Power enlève quasiment Alice Faye en calèche, et semble plusieurs fois abuser d'elle dans sa chambre et de manière presque violente. C'est assez incroyable pour l'époque dans un cinéma hollywoodien devenu presque pudibond depuis août 1934. Ici, il n'en est rien. Je ne peux finir sur cette première partie, sans citer la formidable Alice Brady, qui joue la mère courage de Tyrone Power, qui sait forcément ce qui est bien pour son fils, et qui s'oppose au mariage de son fils avec une danseuse qu'elle réprouve. Alice Brady, semble voler plusieurs scène à Tyrone Power, par un jeu assuré et très inspiré.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Mais cette première partie très correcte et classique n'est encore rien, par rapport à l'incroyable deuxième partie et au final, qui nous font vivre presque en direct l'incendie de Chicago. En cela, le film est donc bien un film catastrophe, qui se rapproche pour partie de l'excellent "San Francisco" avec Clark Gable et Jeanette MacDonald tourné l'année précédente par la MGM. Et pour ce qui concerne "l'incendie de Chicago", on reste totalement sidéré devant les moyens déployés pour rendre en images cet incendie. On sent que Darryl F Zanuck n'a pas compté à la dépense et tout est fait pour mettre le spectateur au milieu d'un incendie. Les effets spéciaux sont assez incroyables pour l'époque. Tout est montré, l'incendie qui se propage, s'étend, la destruction des immeubles, la panique de la foule. Et on se surprend par moment à revoir des scènes "d'autant en emporte le vent" et de la panique à Atlanta, où la star Vivien Leigh se retrouvait bousculée au milieu d'une foule déchaînée. Ici, c'est pareil. Les acteurs sont pris dans cette marée humaine, et le spectateur est lâché dans ce prodigieux Enfer. La réalisation de King est donc une réussite totale, d'un film tourné en 22 mois, et qui montre petit à petit en pression, pour arriver à un final prodigieusement long et fort en intensité. "L'incendie de Chicago" est définitivement un film à redécouvrir. Il le mérite sans l'ombre d'un doute.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Ci-dessus : Alice Faye

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Ci-dessus : Alice Faye et Tyrone Power (couchés ensemble, assez inédit dans le cinéma américain du code Hays)

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Ci-dessus : Tyrone Power & Alice Brady

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Ci-dessus : Tyrone Power & Alice Faye

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,hollywood,tyrone power,alice faye,don ameche,alice brady,brian donlevy,phyllis brooks,henry king

Ci-dessus : Don Ameche & Tyrone Power

 

La bande-annonce :

Film disponible en DVD zone 2 sous-titré français

Note : 8,5 / 10

04/08/2013

Sur l'avenue / On the avenue - 1937

"On the avenue" est un film de 1937, de la Twentieth century Fox, avec Dick Powell, et Madeleine Carroll. On se rappelle que Dick Powell c'est la vedette de toutes les productions de la Warner avec Busby Berkeley. Ainsi on le retrouve dans"42ème rue" (1933), "Prologue"(1933), "Dames" (1934),  "Wonder Bar" ou encore dans la série de films "chercheuses d'or" (1933, 1935, 1937). Donc c'est finalement assez exceptionnel de voir Dick Powell tourner pour la Fox. Dans une certaine mesure, on peut se demander si la Fox ne donne pas un cadeau empoisonné à Powell, vedette de la Warner. Ainsi dans la scénario qui n'est que prétexte à des malentendus amoureux entre Dick Powell et Madeleine Carroll, Powell se fait successivement giffler par deux fois, est obligé de jouer des numéros un peu vieillot même pour l'époque et finalement son show est modifié par deux fois. La Fox aurait voulu détruire l'image de séducteur de Powell, elle ne s'y serait pas pris autrement.

on-the-avenue-movie-poster-1937-1020143503.jpg

Enfin, le premier numéro des frères Ritz parodie les comédies musicales de la RKO, et le dernier numéro de ses mêmes frères Ritz dont l'un est déguisé en femme, semble vouloir caricaturer les comédies musicales de la Warner. La comédie musicale qui critique la comédie musicale, c'est assez étrange pour être remarqué.

vlcsnap-2010-10-28-21h26m53s172.png

Ci-dessus : Alice Faye et Dick Powell

Mais "on the avenue" a aussi des qualités, ainsi le très long premier numéro rappelle ceux de Busby Berkeley avec un bataillon de girls plutôt affriolantes et qui nous fait presque oublier que le film a été tourné 3 ans après l'instauration du code de censure. L'histoire est assez amusante et permet de passer un assez bon moment. Le sommet du film étant la descente d'Alice Faye accompagnée d'une bande de cochons derrière elle ! Le maximum du mauvais goût qui pouvait être fait à l'époque est dans ce film. Et c'est hilarant de voir la tête des personnes parodiées pendant les sketchs. Pour résumé le film multiplie les gags, pas toujours légers, Lorsqu'on le revoit, "Sur l'avenue" reste néanmoins une honorable comédie musicale, mais on a fait beaucoup mieux avant at après. Mais j'espère ne pas en avoir dit trop de mal, car il faut se souvenir que la musique est d'un certain Irving Berlin. C'est tout dire.

sur-l-avenue_43303_23944.jpg

Ci-dessus : Madeleine Carroll et Dick Powell

 

Extrait :

 

Note : 6,5 / 10