Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2014

L'affaire des poisons - 1955

Le cinéma français s'est intéressé à l'histoire de France par moment. Ainsi "l'affaire des poisons" reprend la narration d'un célèbre scandale qui s'est produit à l'époque de Louis XIV vers 1680. Le film prend beaucoup de libertés avec la réalité. Mais ce n'est pas le seul défaut. En effet, Gaumont nous propose une honteuse copie au Technicolor tellement délavé qu'on a parfois l'impression de regarder un film colorisé voir monochrome. A cela, il faut ajouter une définition incertaine et des tâches multiples. Comment peut on sortir un tel film en 2014 ? Mystère. Pourtant il y avait de quoi plaire à un amoureux d'histoire comme moi. En plus le casting était plutôt alléchant avec Danielle Darrieux en marquise de Montespan. On remarquera que le réalisateur Henri Decoin était le mari de Danielle Darrieux jusqu'en 1941. Ce film est bien la preuve que l'actrice et le réalisateur conservait toujours des relations amicales, leur permettant de travailler ensemble. Pour le reste du casting, il y a donc Viviane Romance dans le rôle de La Voisin, Pierre Mondy en capitaine de police, Paul Meurisse en Abbé, Albert Rémy dans le rôle du bourreau, ou encore Christine Carrère en duchesse de Fontanges.

l-affaire-des-poisons-affiche-10283.jpg

Le film est donc aujourd'hui difficilement regardable. Autant par la très faible qualité de l'image, que par la musique assourdissante et insupportable de René Cloërec. On retrouve une belle photographie de Decoin par moment, et celui-ci sait travailler le côté gothique d'une telle histoire. Malheureusement cela fait bien peu et le film n'est pas non plus exempt de longueurs. On se retrouve donc devant une espèce de Gloubi-Boulga informe et assez pénible à voir. Si à tout cela on doit rajouter un son parfois inaudible, l'absence de chapitres, ou de bonus. On finit par avoir qu'une seule envie, c'est de jeter cette chose infâme que Gaumont ose appeler un DVD, très loin par la fenêtre.  Pourquoi Gaumont peut sortir de belles éditions et des films aussi pourris que "l'affaire des poisons" ? Je n'ai pas de réponse. Pauvre cinéma français. Il ne mérite pas de telles éditions. D'ailleurs ce n'est pas "Gaumont à la demande" que devrait s'appeler cette collection, mais "Gaumont à la poubelle". Car malheureusement ce n'est pas, le seul film de cet éditeur sorti dans un état déplorable. Nous le verrons plus tard.

 

affaire-des-poisons-55-01-g.jpg

Ci-dessus : Viviane Romance et Paul Meurisse

f2226921bbe47f286c5921f284cc5837f96bb7c3.jpg

Ci-dessus : Danielle Darrieux (masquée) et Viviane Romance

00318e43ba2297689cdf509b34215fd3ec9c04ff.jpg

Ci-dessus : Renaud Mary et Danielle Darrieux

affaire_poisons-10.jpg~original.jpg

Ci-dessus : Christine Carrère (en couleur ?)

Film disponible en DVD zone 2 en VF, dans une édition désastreuse de Gaumont à la demande.

 

Note du film : 4,5 / 10

Note du film dans l'édition Gaumont à la demande : 2,5 / 10

11/10/2013

Le train / The train -1964

Souvent les Américains ont su parler des Français, mieux ou aussi bien, que les Français eux mêmes. C'était le cas dans "saboteur sans gloire" (1944) qui racontait la vie d'un village de France, qui cherchait à échapper à l'exécution sommaire d'otages par les Allemands. Le film n'était pas sans rappeler "le corbeau" (1943) de Henri George Clouzot. Ici, les Américains réalisent encore un très grand film sur la résistance. On abandonne le ton quasiment documentaire de "la bataille du rail" pour aller vers du cinéma expressif à la gloire des cheminots résistants. Aujourd'hui, où il est de bon ton d'accuser la SNCF de la déportation de milliers de juifs innocents, il faudrait rappeler encore et encore que es cheminots ont versé un lourd tribut à la libération de la France, avec, au total, 819 fusillés et plus de 1 200 morts en déportation. Le film s'inscrit dans la lignée des grandes films de guerre des années 60, du "jour le plus le plus long" (1962) en passant par "Paris brûle t'il ?" (1966) ou encore 'la bataille des Ardennes" (1965).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

De par son sujet, "le train" est différent des autres films sur la résistance. En effet, il évoque l'histoire de ce train de peintures françaises que les nazis voulaient faire partir pour l'Allemagne. Doit on mourir pour des oeuvres d'art ou pour préserver sa culture ? C'est cela, le sujet du film. Inutile de vous dire qu'il prend aux tripes du début à la fin. Mais "le train" c'est d'abord des personnages, oserais je dire, des gueule. Ainsi, Michel Simon est extraordinaire en vieux cheminot, Burt Lancaster est parfait en chef de réseau, et que dire de Jeanne Moreau en veuve révoltée, Suzanne Flon en conservatrice de musée, ou encore Paul Scofield en officier nazi avide de ramener son train d'oeuvres d'art volées à une France encore occupée. La distribution est au niveau et pour tout vous dire, magistrale. Et les seconds rôles ne sont pas en reste avec un Jacques Marin en chef de gare plus vrai que nature. On peut dire, sans se tromper que l'ensemble de la distribution a été sublime sur ce film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

Ci-dessus : Michel Simon et Burt Lancaster

La réalisaiton de John Frankenheimer est également au niveau, sachant placer parfaitement ses plans dans des espaces restreints et donnant un relief à l'image ou jouant avec les ombres dont le noir et blanc est si friand. Néanmoins la perfection recherchée et apparente de Frankenheimer n'est pas exempte de défauts. Ainsi on est surpris par certains plans étranges, où les horizons ressemblent à des immeubles des années 60 et où le train semble rouler à côté du rail. Mais ce ne sont que des détails très mineurs, par rapport à un sujet attachant et à un film extraordinairement fort. Un film que tout Français et amoureux de l'Art se devrait de posséder dans sa vidéothèque. On peut d'ailleurs se demander pourquoi il n'a jamais été restauré et pourquoi aucun éditeur ne veut le ressortir en Bluray ? ! L'édition actuelle en DVD est d'ailleurs globalement médiocre, ne permettant pas par exemple d'avoir des inserts lors des dialogues des officiers allemands. On est donc obligé de passer constamment en VF ou VO et de mettre ou de supprimer les sous-titres, alors qu'il aurait été plus simple d'avoir une VF, sous titrée sur la partie des acteurs allemands.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

Ci-dessus : Burt Lancaster et Jeanne Moreau

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

 

Extrait de la musique de Maurice Jarre :

Disponible en DVD zone 2 (VO sous titrée et VF)

Note : 8,5 / 10