Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2012

La maitresse de Fer / The Iron Mistress - 1952

Je  vais vous parler aujourd'hui de "la maîtresse de fer", film tourné en 1952 par Gordon Douglas. Le film ne raconte pas l'histoire du fameux Jim Bowie comme on le voit écrire partout, mais bien l'histoire de son monstrueux couteau : "la maîtresse de fer". Jim Bowie n'est que l'accessoire de son couteau. Ainsi le film touche quasiment à sa fin quand le couteau finit au fond de la rivière, le mariage de Bowie ne présentant d'ailleurs aucun intérêt. Le film amène une interrogation, ou une autre interprétation possible du titre. La maîtresse de fer c'est le couteau ou est-ce la femme impossible qu'il convoite et qui rend les hommes fous ? Maîtresse qui met notre héros dans des situations plus dures les unes que les autres et qui finalement obligent ses amants ou ses soupirants à tuer et à voler ? Toute l'ambiguité du film est là. Cela en fait une oeuvre passionnante et profondément troublante qui dépasse largement le cadre d'un simple film d'aventures des années 50. De plus l'attrait du film est accuenté par la mise en vedette de deux grandes stars de l'époque : Alan Ladd et Virginia Mayo.

sanstitre45vv9.jpg

On peut sans difficulté inscrire "la maîtresse de fer", dans la lignée des grands films d'aventures des années 50. Mais il se distingue des oeuvres habituelles de cette époque par une violence très présente et réaliste, presque dérangeante. En effet, il y a de nombreux duels le plus souvent mortels, du sang, des couteaux. Chaque scène est presque anthologique. Ainsi la scène du duel à la seule lumière des éclairs ou celle dans l'auberge avec une main attachée sont particulièrement captivantes. 

sanstitre50mr4.jpg

On retrouve également toute une époque reconstruite (La Nouvelle Orléans des années 1820). Les costumes sont beaux et donnent au film une belle crédibilité. Virginia Mayo aussi belle que vénéneuse donne également à l'oeuvre un glamour inimitable. On retrouve bien entendu Max Steiner à la musique qui y va de sa composition habituelle d'une valse pour la scène du bal comme à son habitude.

sanstitre46yg9.jpg

Je ne saurais donc que vous conseiller très fortement la vision de ce film très réaliste pour l'époque et je dirais presque sur certaines scènes, quasiment hypnotisant. Du grand cinéma violent et sanglant que les photos glamours de cette note ne laissent en rien présager.

sanstitre45od4.jpg

sanstitre42jd9.jpg


Note : 7,5 / 10