Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

A la recherche de John Ford !

La cinémathèque de Paris, rend hommage en ce moment à John Ford en diffusant quelques 90 films des quelques 135 films tournés par Ford. Je souhaiterai moi aussi rendre un vibrant hommage à ce réalisateur, qui a tant fait pour faire aimer le cinéma à des générations de spectateurs. John Ford, c'est le réalisateur de très nombreux chefs-d'oeuvre. On peut considérer qu'il a apporté une contribution majeure au western, par ses nombreux westerns sur la cavalerie américaine. On peut citer dans ce genre, "le massacre de fort Apache" (1948), "la charge héroïque" (1949), "Rio Grande" (1950) ou encore "les cavaliers". Mais John Ford c'est aussi le réalisateur de "la prisonnière du désert". Et c'est l'homme de quelques acteurs, on peut citer à l'époque du muet, Harry Carey, et ensuite évidemment John Wayne, ce dernier lui étant tributaire d'une grande partie de sa renommée. John Ford avait une personnalité ambivalente, marquée par les valeurs traditionnelles de l'Irlande dont sa famille était originaire, auquel il sacrifiera plusieurs films, comme "le mouchard" (1935), ou "révolte à Dublin" (1936). On peut aussi se demander si "quelle était verte ma vallée" (1946), ne contient pas aussi des réminiscences de l'Irlande de ses parents.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,hommage,john ford

Le cinéma de Ford est marqué par un respect des valeurs traditionnelles. Il avait compris bien avant d'autres que le public de son temps, n'était pas de gauche ou de droite, mais traditionnel. Ainsi, il devait glorifier par son cinéma, l'armée américaine, les pionniers de l'Ouest, la famille, la mère courage, le père digne, tout en y ajoutant l'humanité très forte dans chacun de ses personnages. Les meilleurs films de ce Ford sont ceux où l'humanité des personnages, fait concurrence à la tradition, ou aux institutions, même si cette dernière sort finalement toujours vainqueur. Ce respect des traditions ne devait pas l'empêcher de s'opposer violemment à la volonté folle d'un Cecil B. DeMille qui souhaitait purger Hollywood, de l'influence communiste supposée qu'il y régnait. Ainsi, lors d'une assemblée générale très tendue de la Screen Directors Guild, John Ford pris la parole, afin de protéger Mankiewicz qui était président de la Guild. Il s'adresse à DeMille avec les mots suivants : "Mon nom est John Ford et je fais des westerns. Je t’admire Cecil, mais je ne t’aime pas." De ses valeurs traditionnelles, il ne se départit jamais, même lorsque les temps changèrent, et que le public se tourna vers la contre-culture à la fin des années 60.  John Ford, devait s'éteindre en 1973, année de ma naissance. Mais aujourd'hui, alors que les valeurs simples, portées par Ford reviennent à la mode, il n'est pas étonnant que le public redécouvre son oeuvre et que son cinéma vive encore. Même dans les années 60, lorsqu'on demanda à Orson Welles, quels réalisateurs, il préférait, il répondit : "Je préfère les vieux maîtres, John Ford, John Ford, John Ford". Adversaire de Cecil B DeMille, proche du parti communiste dans les années 30, artisan d'un cinéma souvent vu comme réactionnaire, peu bavard dans ses interviews, Ford reste énigmatique pour les critiques. En cela, il porte la marque des grands génies de l'Humanité, comme Mozart ou Beethoven. On a pas fini de prendre du plaisir à regarder les films de Ford et à l'étudier, tout en sachant qu'on ne saura finalement jamais rien, du plus grand réalisateur américain du 20ème siècle.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,hommage,john ford

Rétrospective Ford à la Cinémathèque :

http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retros...

 

Hommage vidéo à John Ford :

 

03/04/2014

Présentation de Tay Garnett par Jean-François Rauger

Pour aujourd'hui, je vous partage une petite présentation de Tay Garnett, par Mr Jean-François Rauger, de la Cinémathèque. Bon visionnage !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tay garnett

 Ci-dessus : Tay Garnett

 

 

21/03/2014

Bertrand Tavernier ou la passion du cinéma

Mr Bertrand Tavernier en compagnie de Denis Villeneuve, présente son film "Quai d'Orsay" (2014) à la télévision québecoise. Il parle également du cinéma d'auteur, et donne une vraie leçon de cinéma, toute en vérité et en simplicité. Merci Mr Tavernier !

 

abaca_183516_008.jpg

 

 

17/03/2014

Hommage à Danielle Darrieux et Max Ophüls

Danielle Darrieux et Max Ophüls sont peut être la plus belle collaboration du cinéma français entre une actrice et un réalisateur. Et Hollywood Classic fait sienne cette fameuse phrase de Max Ophüls : "Honorer les chefs-d'œuvre est une expérience que nous devons conserver vivante." Je souhaite donc rendre hommage à cet immense réalisateur, mais aussi à sa plus belle héroïne, Danielle Darrieux, actrice, mais aussi chanteuse. Hollywood Classic se souvient de chacun d'eux et de leur collaboration.

OPHULS.jpg

Ci-dessus : Max Ophüls

Danielle_Darrieux_The_Rage_of_Paris.jpg

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,danielle darrieux,max ophüls

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,danielle darrieux,max ophüls

Ci-dessus : Danielle Darrieux

 

Conférence à la cinémathèque de Lyon de Mr Bernard Benoliel :

 

http://www.canal-u.tv/video/cinematheque_francaise/daniel...

 

Hommage à Danielle Darrieux qui chante "le temps d'aimer" :

 

13/03/2014

Présentation de Michael Curtiz par Christian Viviani !

Mr Christian Viviani présente pendant une heure l'oeuvre de Michael Curtiz. J'avoue avoir une grande admiration pour Michael Curtiz et donc je partage l'avis de Mr Viviani sur la sous-estimation actuelle de l'oeuvre de Michael Curtiz, qui a tout de même réalisé dans sa période américaine, de très nombreux chef-d'oeuvres, à commencer par "Capitain Blood" (1935), "les aventures de Robin des Bois" (1938). Mais Michael Curtiz s'est attaqué à différents genres, comme le mélodrame de guerre avec "Casablanca" (1942) ou encore "Le crime était presque parfait" (1947). Et si ses manières et son anglais étaient détestables, il n'en reste pas moins un des plus grands réalisateurs de l'âge d'or d'Hollywood, et malgré tout ce que l'on peut dire, un grand auteur. Son oeuvre est à redécouvrir de toute urgence.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,michael curtiz,christian viviani

 

23/01/2014

Interview de Fritz Lang !

Vous trouverez ci-dessous une interview de Fritz Lang d'une durée de presque 50 minutes, très intéressante. A voir et à revoir.

68732363.jpg

 

 

 

13/12/2013

Henry Hathaway - le maître oublié

Pour bien commencer le week-end, je vous offre un très beau reportage sur Henry Hathaway, grand réalisateur, effectivement un peu oublié et surtout sous-estimé.

henry-hathaway.jpg

 

Filmographie

En tant que réalisateur

  • 1932 : Heritage of the Desert
  • 1932 : Wild Horse Mesa
  • 1933 : Thundering Herd
  • 1933 : Under the Tonto Rim
  • 1933 : Sunset Pass
  • 1933 : Man of the Forest
  • 1933 : To the Last Man
  • 1934 : Les Gars de la marine (Come on Marines)
  • 1934 : The Witching Hour
  • 1934 : La Dernière ronde (The Last Round-Up)
  • 1934 : C'est pour toujours (Now and Forever)
  • 1935 : Les Trois Lanciers du Bengale (The Lives of a Bengal Lancer)
  • 1935 : Peter Ibbetson
  • 1936 : La Fille du bois maudit (The Trail of the Lonesome Pine)
  • 1936 : I loved a Soldier
  • 1936 : Go West, Young Man
  • 1937 : Âmes à la mer (Souls at Sea)
  • 1938 : Les Gars du large (Spawn of the North)
  • 1939 : La Glorieuse Aventure (The Real Glory)
  • 1940 : Johnny Apollo
  • 1940 : L'Odyssée des Mormons (Brigham Young)
  • 1941 : Le Retour du proscrit (The Shepherd of the Hills)
  • 1941 : Crépuscule (Sundown)
  • 1942 : Ten Gentlemen from West Point
  • 1942 : La Pagode en flammes (China Girl)
  • 1944 : Le Jockey de l'amour (Home in Indiana)
  • 1944 : Le Porte-avions X (Wing and a Prayer)
  • 1945 : La Grande Dame et le Mauvais Garçon (Nob Hill)
  • 1945 : La Maison de la 92e Rue (The House on 92nd Street)
  • 1946 : L'Impasse tragique (The Dark Corner)
  • 1947 : 13 Rue Madeleine
  • 1947 : Le Carrefour de la mort (Kiss of Death)
  • 1948 : Appelez nord 777 (Call Northside 777)
  • 1949 : Les Marins de l'Orgueilleux (Down to the Sea in Ships)
  • 1950 : La Rose noire (The Black Rose)
  • 1951 : La marine est dans le lac (You're in the Navy Now)
  • 1951 : 14 heures (Fourteen Hours)
  • 1951 : L'Attaque de la malle-poste (Rawhide)
  • 1951 : Le Renard du désert (The Desert Fox: The Story of Rommel)
  • 1952 : Courrier diplomatique (Diplomatic Courier)
  • 1952 : La Sarabande des pantins (O. Henry's Full House)
  • 1953 : Niagara
  • 1953 : La Sorcière blanche (White Witch Doctor)
  • 1954 : Prince Vaillant (Prince Valiant)
  • 1954 : Le Jardin du diable (Garden of Evil)
  • 1955 : Le Cercle infernal (The Racers)
  • 1956 : Le Fond de la bouteille (The Bottom of the Bottle)
  • 1956 : À vingt-trois pas du mystère (23 Paces to Baker Street)
  • 1957 : La Cité disparue (Legend of the Lost)
  • 1958 : La fureur des hommes (From Hell to Texas)
  • 1959 : La Ferme des hommes brûlés (Woman Obsessed)
  • 1960 : Les Sept Voleurs (Seven Thieves)
  • 1960 : Le Grand Sam (North to Alaska)
  • 1962 : La Conquête de l'Ouest (How the West was won)
  • 1964 : Le Plus Grand Cirque du monde (Circus World)
  • 1965 : Les Quatre Fils de Katie Elder (The Sons of Katie Elder)
  • 1966 : Nevada Smith
  • 1967 : Le Dernier Safari (The Last Safari)
  • 1968 : Cinq Cartes à abattre (5 Card Stud)
  • 1969 : Cent dollars pour un shérif (True Grit)
  • 1971 : Le Cinquième Commando (Raid on Rommel)
  • 1971 : Quand siffle la dernière balle (Shoot Out)
  • 1974 : Hangup

En tant que réalisateur seconde équipe

  • 1925 : The Thundering Herd (séquences des bisons)7

  • 1927 : Les Nuits de Chicago (Underworld, de Joseph von Sternberg)

  • 1930 : Cœurs brûlés (Morroco, de Joseph von Sternberg

  • 1952 : Red Skies of Montana, de Joseph M. Newman (scènes non créditées)

  • 1957 : The Wayward Bus (scènes non créditées)

  • 1963 : Massacre pour un fauve (Rampage, de Phil Karlson) (scènes non créditées)

  • 1964 : L'Ange pervers (Of Human Bondage, de Ken Hughes) (scènes non créditées)

  • 1970 : Airport (Airport, de George Seaton) (extérieurs hivernaux, scènes non créditées)

En tant qu'acteur

  • 1917 : The Storm Woman (court-métrage)

 

11/12/2013

Edouard Molinaro nous a quittés

Edouard Molinaro nous a quittés le 7 décembre 2013, quelques jours après que Lautner en ait fait de même. Essentiellement réalisateur des années 70 et 80, Edouard Molinaro aura beaucoup tourné de comédies que ce soit avec Louis De Funès (Oscar, Hibernatus), Jacques Brel (l'emmerdeur), ou Michel Serrault (la cage aux folles 1 & 2), Dans "quand passent les faisans" il mettait en scène le duo Bernard Blier, et Jean Lefebvre. On retrouvait un peu des "tontons flingueurs" là aussi. Lautner, Molinaro, c'est une des plus belles pages du cinéma français qui se tourne.

edouard-molinaro.jpg

22/08/2013

Raoul Walsh raconte les débuts de John Wayne !

Raoul Walsh nous raconte ici sa découverte de John Wayne :

 

aabig19.jpg

 

 

15/08/2013

Souvenez vous de ... Raoul Walsh et Errol Flynn !

Aujourd'hui je souhaiterai rappeler à votre mémoire, un très grand réalisateur de la grande époque d'Hollywood, et une grande star. Il s'agit de Raoul Walsh et d'Errol Flynn. Même si Walsh a été aussi acteur, on se souvient aujourd'hui de lui, surtout pour ses talents de réalisateur. Enfin, il a formé un duo parfait avec Errol Flynn, pour devenir pour ce dernier, ce que Henry King était pour Tyrone Power, c'est à dire, son réalisateur préféré.

 

Hollywood Classic vous présente donc ces deux légendes du cinéma à travers leur collaboration cinématographique et un reportage visible sur le lien ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=z6XhDAUKYqg

RAOUL-WALSH-anniv.jpg

Ci-dessus : Raoul Walsh

errol5.jpg

Ci-dessus : Errol Flynn

23/07/2013

Denys de La Patellière est mort

Les médias en ont finalement peu parlé. Mais Denys de La Patellière nous a quitté discrètement le 23 juillet dernier à l'âge de 92 ans, laissant une longue vie, pleine de quelques grands films souvent commerciaux comme "Un taxi pour Tobrouk" (1960). Il fera souvent Jean Gabin dans ses films : "Les grandes familles" (1958) et "Rue des Prairies" (1959). Gabin a joué aussi dans les films "Le Tonnerre de Dieu" (1964), "Le Tatoué" (1968) et "Le Tueur" (1972). Né le 8 mars 1921 à Nantes, Denys de La Patellière, fils d'un officier de carrière, descend d'une famille ayant fait fortune dans le négoce nantais (ses ancêtres ont été anoblis pendant la Restauration) et prépare Saint-Cyr lorsque la guerre éclate. Après avoir servi dans l'Armée de libération, il se tourne vers le cinéma en débutant comme ouvrier développeur dans un laboratoire, avant de devenir monteur aux Actualités françaises. En 1955, il réalise son premier long-métrage, Les aristocrates, avec Pierre Fresnay

2179406_capture-d-ecran-2013-07-21-a-20-30-38.png

 

Filmographie

 

Cinéma

 

20/06/2013

Souvenez de ... Stanley Donen

Stanley Donen, peut être un des plus grands réalisateurs de comédie musicale, donne une interview au public français. Et oui c'est bien cette homme qui a fait rêver des générations et des générations de spectateurs à travers tant de films magiques comme par exemple : "Un jour à New York", 'mariage royale" et bien évidemment "Chantons sous la pluie".

 

cinéma, cinema, dvd, bluray,

Filmographie

  • 1949 : Un jour à New York (On the Town)
  • 1951 : Mariage royal (Royal Wedding)
  • 1952 : Love Is Better Than Ever
  • 1952 : Chantons sous la pluie (Singin' in the Rain)
  • 1952 : L'Intrépide (Fearless Fagan)
  • 1954 : Donnez-lui une chance (Give a Girl a Break)
  • 1954 : Les Sept Femmes de Barbe-Rousse (Seven Brides for Seven Brothers)
  • 1954 : Au fond de mon cœur (Deep in My Heart)
  • 1955 : Beau fixe sur New York (It's Always Fair Weather)
  • 1955 : Kismet (non-credité au générique)
  • 1957 : Drôle de frimousse (Funny Face)
  • 1957 : Pique-nique en pyjama (The Pajama Game)
  • 1957 : Embrasse-la pour moi (Kiss Them for Me)
  • 1958 : Indiscret (Indiscreet)
  • 1958 : Cette satanée Lola (Damn Yankees!)
  • 1960 : Chérie recommençons (Once More, with Feeling)
  • 1960 : Un cadeau pour le patron (Surprise Package)
  • 1960 : Ailleurs l'herbe est plus verte (The Grass Is Greener)
  • 1963 : Charade
  • 1966 : Arabesque
  • 1967 : Voyage à deux (Two for the Road)
  • 1967 : Fantasmes (Bedazzled)
  • 1969 : L'Escalier (The Staircase)
  • 1974 : Le Petit Prince (The Little Prince), d'après Antoine de Saint-Exupéry
  • 1975 : Les Aventuriers du Lucky Lady (Lucky Lady)
  • 1978 : Folie Folie (Movie Movie)
  • 1980 : Saturn 3
  • 1984 : La Faute à Rio (Blame It on Rio), remake d'Un moment d'égarement de Claude Berri (1977)