Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2014

Intrigues en Orient / Background to Danger - 1943

1942, le Reich cherche des alliés et la Turquie est un morceau de choix, pour s'emparer de régions pétrolifères et contrer les Russes par le sud. Malheureusement, pour l'Allemagne, la Turquie reste neutre. Des réseaux d'espions s'installent donc à Ankara pour influencer la Turquie et tout faire, pour la faire basculer du côté des nazis ou des alliés. Un américain (George Raft) arrive dans cette région, pour faire du tourisme. Mais on devine rapidement que c'est un agent américain, qui est là pour contrer les manoeuvres allemandes, qui veulent diffuser de fausses preuves de la préparation d'une attaque soviétique sur la Turquie. C'est à peu près, le sujet "d'intrigues en Orient", film en noir & blanc, tourné par Raoul Walsh . On retrouve un casting plutôt sympathique avec deux acteurs présents dans "Casablanca" de Michael Curtiz : Peter Lorre et Sidney Greenstreet. On peut également citer Brenda Marshall, qui est pourtant ici totalement transparente, dans un tout petit rôle, qui fait d'elle malheureusement, une potiche. Pour clôturer la partie casting, on peut aussi citer, Osa Massen, actrice danoise qui n'apparaît que dans les 15 premières minutes du film. "Intrigues en Orient", n'est pas un pur film de propagande, car il nous donne à voir un bon petit film d'espionnage, avec des rebondissements et un peu d'action. Mais malgré tout, ce film reste tout à fait mineur dans la filmographie de Walsh. Mais on ne s'ennuie guère, à suivre ce film de 75 minutes, et c'est déjà pas mal. A noter une image globalement correcte de l'édition Warner, mais malheureusement pas exempte de griffures un peu gênantes, surtout lors des scènes d'action (poursuite en voiture).

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Osa Massen

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : Peter Lorre & George Raft

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : Peter Lorre, Brenda Marshall & George Raft

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Brenda Marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Sidney Greenstreet

Film disponible dans la collection "trésors Warner" en DVD zone 2, VO sous-titrée français

Note : 6 / 10

05/12/2014

Réglements de comptes / The big heat - 1953

"Réglements de comptes" est un des derniers films de Fritz Lang. Comme vous le savez tous, Fritz Lang s'était enfui d'Allemagne après l'arrivée des nazis au pouvoir. Il avait auparavant discuté avec Goebbels, qui lui avaigt dit qu'il voulait faire de lui, le cinéaste en titre du régime nazi. Suite à cette entrevue, Lang n'avait qu'une idée en tête, fuir l'Allemagne. Il quitta donc l'Allemagne, tout d'abord pour la France où il réalisait, "Liliom" (1934) avec Charles Boyer. Puis, en Amérique, il réalisait son premier film sur la vengeance, "j'ai le droit de vivre" (1936) avec Spencer Tracy. "Réglements de comptes", est aussi un film sur la vengeance d'un homme. Mais à la différence de "j'ai le droit de vivre", nous sommes ici devant un vrai film noir, comme Fritz Lang en a fait beaucoup. On peut ainsi citer, "La Femme au portrait" (1944), "La rue rouge"(1945), "Le Secret derrière la porte" (1948), ou encore "la femme au gardenia" tourné un an, avant "réglements de comptes". Dans "réglements de comptes", Lang est allé puiser à différentes sources d'inspirations. Il a évidemment apporté sa touche personnelle, mais on sent qu'il a subi l'influence d'autres films. On peut citer comme influence, "Gilda" (1946) de Charles Vidor. En effet, Lang reprend l'acteur principal de "Gilda", Glenn Ford, pour son film. Enfin le personnage féminin le plus touchant, jouée par Gloria Grahame, semble l'archétype même du personnage principal féminin de Gilda. C'est une femme totalement libérée, qui demande à un homme qu'elle ne connaît quasiment pas à le suivre, jusqu'à sa chambre d'hôtel. La situation est totalement inimaginable pour un film américain de 1953. Et la première chose qu'elle fait, c'est s'assoir sur le lit, et prendre des positions lascives (voir photos ci-dessous). C'est assez estomaquant pour l'époque. Mais Lang intellectualise la sexualité, restant tout en sous-entendu, beaucoup plus que dans "Gilda".

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Mais la comparaison avec "Gilda" ne s'arrête pas là. Ainsi, on retrouve un second rôle, comme Joseph Calleia qui était déjà présent dans "Gilda". Et le chef des gangsters est joué par Alexander Scourby, qui était présent dans "l'affaire de Trinidad" (1952), déjà avec déjà un certain Glenn Ford, et Rita Hayworth. Le casting de "réglements de comptes" est complété par Jocelyn Brando (soeur aînée de Marlon Brando), Jeanette Nolan et Lee Marvin. Fritz Lang se déchaîne pour nous donner une histoire de vengeance, sur fond de sexe, de violence et de corruption. Cette histoire déchire le voile de la censure des années 50, pour nous montrer une Amérique à la façade belle, mais dans le fond totalement pervertie par le crime et la corruption. Tout cela est accentué par la superbe photographie de Charles Lang. Lorsqu'on sait que le film a été tourné en seulement 15 jours, on se rend alors compte que les génies du cinéma, n'ont jamais été remplacés par des avalanches d'effets spéciaux comme on en voit trop souvent aujourd'hui ... On notera enfin que le couple à l'écran, Glenn Ford / Gloria Grahame, sera reformé un an plus tard, donc en 1954, pour "désirs humains" du même Fritz Lang. Alors que celui-ci avait choisi initialement, Peter Lorre qui aurait été associé à Rita Hayworth. Je finirai cette note, par remercier l'éditeur, Wild Side, qui nous donne là, une superbe édition Bluray & DVD avec un livre de 260 pages, remplis de photos magnifiques. Le master utilisé est qui plus est, quasiment immaculé. L'éditeur Wild Side fait réellement honneur au support Bluray et au cinéma. On attend avec impatience, d'autres éditions de cette qualité. Et j'irai presque jusqu'à dire que c'est un plaisir de dépenser 29,90 € pour une telle édition et un tel film ! Merci Wild Side pour ce cadeau de Noël !

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Ci-dessus : Gloria Grahame & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Ci-dessus : Gloria Grahame & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Film disponible chez Wild Side en DVD zone 2, VF et VO sous-titrée

Note : 9,5 / 10

04/12/2014

Ames à la mer / Souls at Sea - 1937

"Ames à la mer" est le type même du film à moitié réussi ou à moitié raté. Pourtant il y avait tout pour réussir; à commencer par un duo d'acteurs épatants avec Gary Cooper et George Raft; des seconds rôles intéressants comme Henry Wilcoxon, Harry Carey (le cowboy fétiche de John Ford) ou encore Robert Cummings. La réalisation était sous la conduite d'un grand professionnel d'Hollywood, Henry Hathaway, et la photographie était de Charles Lang. Charles Lang, c'est quand même le directeur de la photographie de plus de 150 films américains, entre 1926 et 1973, qui obtiendra 18 nominations aux Oscars dont un Oscar en 1934, pour "L'adieu aux Armes" avec le même Gary Cooper. Pourtant, "Ames à la mer" lasse plus qu'il ne distrait. Ainsi, le thème de l'esclavage est mal exploité. On commence par le procès de Gary Cooper, qui est accusé d'être un ancien négrier, qui aurait choisi les personnes à sauver lors d'un naufrage. Mais on ne croit jamais Cooper coupable. Enfin le scénario est mal construit et inutilement compliqué, avec le personnage de Cooper pas bien défini. Seul, le dernier tiers du film, et la réunion de Gary Cooper et George Raft sauvent l'entreprise de la noyade. Malgré tout, le spectateur boit plusieurs fois la tasse, à suivre un film mal construit, qui n'a qu'un seul vrai moment de bravoure dans sa dernière partie. Dommage "Ames à la mer", avait tout pour réussir, si il n'avait pas largué en cours de croisière son sujet principal. A noter que Gary Cooper, sera de nouveau capitaine d'un navire, cette fois ci dans "cargaison dangereuse" (1959) bien meilleur.

Ames-a-la-mer-affiche-8795.jpg

a Sam Peckinpah Ride the High Country Randolph Scott DVD Review PDVD_005.jpg

ames-a-la-mer_426936_38483.jpg

Ci-dessus : George Raft & Gary Cooper

ames-a-la-mer_426935_40375.jpg

ames-a-la-mer_489499_14093.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper & Frances Dee

Disponible en DVD zone 2 version originale sous-titrée

Note : 5,5 / 10

03/12/2014

Le trésor des 7 collines / Gold of the Seven Saints - 1961

Je finis ma série de films sur l'oeuvre westernienne de Gordon Douglas, en vous présentant "le trésor des 7 collines". Ce film orésente en vedette Clint Walker qui est apparu dans un autre western de Gordon Douglas, "sur la piste des Commanches" (1958) avec Virginia Mayo. Dans "le trésor des 7 collines" il est aussi question, comme dans "l'or du Nevada" (1950), d'or caché, donc évidemment dans des collines, vous l'avez compris. Malheureusement si le début du film, est intéressant, le rythme d est interrompu par un long intermède sans aucune force, dans l'hacienda mexicaine. Pourtant le film a des qualités. Ainsi, Clint Walker est crédible en cowboy, Roger Moore alors tout jeune, n'en fait pas des tonnes comme dans les James Bond. Mais le scénario n'est pas tout à fait à la hauteur et finalement ce western de Gordon Douglas, fait un peu pâle figure par rapport à celui de 1958 avec Virginia Mayo. La morale finale, fait penser à celle du "trésor de la Sierra Madre" (1946) avec Humphrey Bogart, mais bien sûr le film n'a jamais l'ampleur de ce dernier. On reste donc avec "le trésor des 7 collines" sur un honnête divertissement, porté par d'honnêtes seconds rôles, comme robert middleton, Gene Evans, ou Chill Wills. Mais l'ensemble est loin d'être inoubliable.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

Ci-dessus : Clint Walker

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

Ci-dessus : Clint Walker

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

Ci-dessus : Clint Walker & Roger Moore

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

Ci-dessous  : Roger Moore & Gene Evans

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,leticia roman,robert middleton,gordon douglas,warner,trésors warner

Ci-dessus : Chill Wills, Roger Moore, & Leticia Roman

Disponible en DVD Zone 2 en VO sous-titrée chez Warner, collection trésors Warner

Note : 6 / 10

29/11/2014

Sur la piste des Commanches / Fort Dobbs - 1958

"Sur la piste des Commanches" fait parti des très bons films de Gordon Douglas, et est peut être un de ses meilleurs westerns. Je ne vais pas répéter ce que vous savez déjà sur Gordon Douglas, et que vous pouvez lire dans la note précédente. Mais sa carrière dans le genre western a été marqué par des hauts et des bas. A n'en pas douter, "sur la piste des Commanches" fait parti des oeuvres particulièrement remarquables du réalisateur. Ainsi, on retrouve un bon casting avec la belle Virginia Mayo, et Clint Walker, qui n'a pas fait une carrière cinématographique exceptionnelle, mais qui imposait une forte présence à l'écran. Il laisse ainsi apparaître une impressionnante musculature. Il faut tout de suite dire, que le scénario est particulièrement bien écrit, car le personnage joué par Clint Walker arrive dans une ville pour tuer un homme. Il le tue et s'enfuit, poursuivi par le shérif et ses hommes. Il se retrouve alors à la frontière du territoire indien. Et après avoir échangé sa veste avec un homme mort, il arrive dans un Ranch tenu par Virginia Mayo, et son jeune fils. Comment va t'il s'en sortir ? Pourquoi a t'il tué cet homme ? Quel était l'homme mort trouvé dans le canyon ? "Sur la piste des Commanches" est autant un western, qu'un film noir. De plus, on n e sait jamais, comment cela va tourner, ni ce que les scénaristes (George W. George, Burt Kennedy) ont prévu dans la prochaine scène. C'est la très grande force du film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Mais un bon casting, et un bon scénario n'est pas tout. Il faut aussi noter le bon montage en ellipse au début du film, qui laisse planer le suspens, mais aussi et surtout la très bonne réalisation de Gordon Douglais, qui nous laisse voir de magnifiques extérieurs. On ne peut s'empêcher de se dire qu'il y a du John Ford dans ce réalisateur, car de nombreux plans semblent sortis de westerns de Ford. Ce film est donc une bien, belle réussite, rehaussée par la présence de Brian Keith, parfait en méchant et par la musique d'un Max Steiner, qui amplifie l'action à mesure que le film avance. "Sur la piste des Commmanches" est à donc à découvrir de toute urgence dans la collection "trésors Warner". On peut remercier la Warner de nous avoir sorti de l'oubli un film de cette qualité.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Clint Walker & Virginia Mayo

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Virginia Mayo

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Clint Walker

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Clint Walker & Virginia Mayo

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Clint Walker & Virginia Mayo

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Clint Walker & Virginia Mayo

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,clint walker,virginia mayo,brian keith,richard eyer,russ conway,michael dante,max steiner,gordon douglas

Ci-dessus : Brian Keith

 

Petit Diaporama du film :

Disponbile en DVD Zone 2, dans la collection "Trésors Warner" uniquement en VO sous-titrée en français

Note : 7,5 / 10

28/11/2014

L'Homme du Nevada / The Nevadan - 1950

Dans la filmographie de Gordon Douglas, il y a des films qui marquent plus que d'autres, ou des bons et des moins bons. Ici 'l'homme du Nevada" fait parti des films moins marquants du réalisateur. Ainsi, l'histoire n'est pas particulièrement originale. Car cette histoire d'or caché dans les montagnes, n'est pas sans rappeler "Le Trésor des sept collines" (1961) avec Clint Walker. Ce film est le deuxième western de Gordon Douglas et la troisième production du duo Harry John Brown / Randolph Scott. Gordon Douglas a commencé par tourner des courts métrages pour la série "our gang" puis des films de Laurel & Hardy. Mais il a également tourné beaucoup de films noirs, et de westerns, pour une carrière de plus de 30 ans qui devait se prolonger jusque dans les années 70. Les cinéphiles d'aujourd'hui se rappellent très sûrement, de "la maîtresse de fer" (1952) avec Alan Ladd, de "fort invincible" avec Gregory Peck, ou peut être de son meilleur western, "Sur la piste des Comanches" (1958) avec Virginia Mayo et Clint Walker.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, Randolph Scott, Dorothy Malone, Forrest Tucker, Frank Faylen, Jeff Corey, George Macready, Charles Kemper, Tom Powers, Jock Mahoney, gordon douglas

Pour revenir à "l'homme du Nevada", le fim souffre malheureusement d'un manque de moyens. Ainsi le tournage en Cinécolor et non pas avec du Technicolor, montre la faiblesse des moyens de la production. Le Technicolor aurait en effet, coûté plus cher. On a donc des dominantes un peu vertes. A cela il faut ajouter une durée plutôt faible autour de 80 minutes, qui limite un peu l'action, mais surtout la construction scénaristique. Ainsi le noeud de l'intrigue, est l'or d'un hold-up, l'hold-up en lui même, n'est jamais montré. Il est à peine évoqué à travers les roues d'un chariot, filmées pendant le titre. C'est donc assez frustrant pour le spectateur. Le réalisateur n'exploite pas non plus la beauté de Dorothy Malone. Le specateur ressort donc un peu frustré de ce western, qui a malgré tous des qualités. On peut ainsi noter les très beaux extérieurs, l'action intéressante et un très bon casting avec, outre Randolph Scott et Dorothy Malone, mais aussi George Macready. On ressort donc un peu déçu, par un western qui aurait été formellement bien meilleur en Technicolor, et avec une exploitation de l'histoire et des acteurs différentes. Un western, donc à découvrir malgré tout, mais qui ne vous laissera pas un souvenir impérissable.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,randolph scott,dorothy malone,forrest tucker,frank faylen,jeff corey,george macready,charles kemper,tom powers,jock mahoney,gordon douglas

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,randolph scott,dorothy malone,forrest tucker,frank faylen,jeff corey,george macready,charles kemper,tom powers,jock mahoney,gordon douglas

Ci-dessus : Randolph Scott & Dorothy Malone

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,randolph scott,dorothy malone,forrest tucker,frank faylen,jeff corey,george macready,charles kemper,tom powers,jock mahoney,gordon douglas

Ci-dessus : Dorothy Malone

Film disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée uniquement chez Sidonis & Calysta

 

La présentation de Mr Patrick Brion :

Note : 5,5 / 10

25/11/2014

Hollywood en Kodachrome

Pour vos cadeaux de fin d'année, je souhaite vous présenter, l'édition française, d'un très beau livre, qui comprend une longue présentation, de son auteur, David Wills, et quelques 250 photos en couleur, photographiées en Kodachrome. Le Kodachrome était la technique de photographie couleur utilisée par Hollywood dans les années 40 et 50. Progressivement, cette technique devait supplanter le noir & blanc. Ce livre est magnifique et nous montre les stars d'hier sous un format assez méconnu. Pourtant on apprend sur ce livre que par exemple la Twentieth Century Fox, distribua 1500 photos de Gene Tierney aux magazines spécialisés. L'industrie cinématographique contrôlait à l'époque, non seulement les salles de cinéma, mais aussi la publicité, avec ses propres photographes. Les studios vivaient grâce à la publicité des magazines, pour les nouveaux films et leurs stars. Les magazines vivaient grâce aux studios, qui envoyaient des photos en masse. Finalement, chacun avait sa place, dans ce petit monde, bien réglé de l'âge d'or hollywoodien. Mais au delà, d'un concept économique viable, ce livre nous donne à redécouvrir 250 photos magnifiques, de nos actrices et acteurs préférés qui restent sur chacune d'elle, éternellement jeunes et beaux. Le livre nous laisse aussi à redécouvrir quelques grands noms de la photographie de cette période. Je ne saurai donc que trop vous conseiller son achat. Pour finir, je laisserai la parole à Arthur Miller : "Etre glamour, c'est avoir le pouvoir d'agir sur les émotions des autres, c'est à dire, le pouvoir de fait, de contrôler son entourage." A parcourir ce livre, on ne saurait mieux dire.

118107_couverture_Hres_0.jpg

bk_Kodachrome_06.jpg

hollywood3.jpg

hollywood6.jpg

David Wills, Hollywood en Kodachrome, Editions de la Martinière

22/11/2014

Le Charlatan / Nightmare Alley - 1947

"Le charlatan", c'est peut être un des films les moins désirés de Darryl F Zanuck. En effet, ce dernier n'avait pas particulièrement apprécié le roman de William Lindsay Gresham. Il considérait d'une part que la plupart des thèmes ne passeraient pas la censure et que le rôle titre allait détruire l'image de star de Tyrone Power, auprès du public. Pourtant, Tyrone Power voulait vraiment jouer ce rôle, qu'il considérait comme une parabole sur la star hollywoodienne. Et c'est Lana Turner avec laquelle il entretenait une liaison qui devait écrire à Darry F Zanuck pour le convaincre de laisser jouer Tyrone Power. Zanuck mis alors au travail, deux scénaristes, dont Jules Furthman, pour tenter d'adapter le roman. Dans le but d'atténuer le côté glauque de l'oeuvre, il mit sur le projet, peut être le réalisateur, le plus spécialisé dans le mélodrame romantique : Edmund Goulding. Ce dernier était connu pour ses réalisations de grands mélodrames. On peut citer le magnifique "victoire sur la nuit" (1939) avec Bette Davis, l'inoubliable "Grand Hotel" (1932) avec John Barrymore, "voyage sans retour" avec Kay Francis et William Powell,  On peut également noter qu'il avait déjà tourné avec Tyrone Power, "le fil du rasoir" (1946). Le début du film, commence assez étrangement en situant le début de l'histoire dans une fête foraine. On pense alors encore à William Powell, et à sa prestation dans "le grand Ziegfeld". Mais ce serait un contre-sens. Car finalement le film se rapproche plutôt de "Freaks" (1932) de Tod Browning.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

L'histoire est composée de 3 parties et d'une conclusion. La première partie est en quelque sorte, la mise en place, la seconde l'avancée sociale du personnage joué par Tyrone Power. La troisième partie, est sa décente vers les bas fonds. La conclusion pour moi n'est pas très claire. Le personnage est il sauver en quelque sorte par l'amour de sa femme ? On peut le supposer. Les plus pessimistes y verront la dernière humiliation du personnage, qui ne trouve que pitié dans les yeux de sa propre femme. Le casting est très bon, Tyrone Power, est entouré par une Joan Blondell vieillissante, mais terriblement convaincante, par Coleen Gray qui arrive à donner du corps à un personnage de peu d'envergure. Mais c'est surtout le personnage d'Helen Walker qui interroge. En effet, son rôle de psychiatre perverse et manipulatrice, lui va comme un gant, elle la belle intellectuelle du Hollywood de cette époque. Enfin, il faut citer au crédit du film, la magnifique photographie de Lee Garmes, sur laquelle le réalisateur, Edmund Goulding, confia s'être reposée, tout le long du film. Helen Walker, qui a un second rôle très important dans le film (le rôle de la psychiatre), devait être gravement blessée, et avoir sa carrière brisée en 1946. En effet, le 1er janvier 1946, elle devait avoir un accident de voiture avec 3 GI pris en auto-stop, et être accusée d'être ivre au volant par un des passagers. Sa carrière ne devait jamais se remettre de ce scandale. Pour revenir au "Charlatan", le film évoque presque ouvertement, les relations sexuelles, sans mariage, l'ambition, l'hypocrisie du faux dévot. Interprété par certaines critiques, comme une féroce attaque de la religion, il pourrait en être également une défense, par la mise en avant de la seule valeur qui vaille quelque chose en ce monde : l'amour sincère d'un homme et d'une femme. Au final, "le Charlatan" est un film à tiroirs, qui n'a pas fini de faire parler de lui, et qui mérite d'être vu et revu. Archétype même du film noir dramatique, il est obsédant, comme le destin de l'Homme. C'est tout dire.

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Joan Blondell

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Tyrone Power & Joan Blondell

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray, Joan Blondell, Tyrone Power, & Mike Mazurki

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray, Tyrone Power, et Helen Walker (de profil avec un porte-cigarette)

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray & Tyrone Power

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Coleen Gray & Tyrone Power

cinéma,cinema,actrice,acteur,film,films,dvd,bluray,tyrone power,joan blondell,coleen gray,edmund goulding

Ci-dessus : Helen Walker & Tyrone Power

 

La bande-annonce :

Film disponible en DVD Zone 2 chez Sidonis & Calysta en VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

20/11/2014

La fille du Nord / Second Fiddle - 1939

On revient ce soir au cinéma américain, et à l'année 1939. Je n'ai pas besoin de rappeler tous les chef-d'oeuvres produits cette année là. Ainsi, on peut citer évidemment "Autant en emporte le vent", mais aussi "Victoire sur la nuit", "femmes", "Ninotchka", "vers sa destinée", et beaucoup d'autres. L'année 1939, est donc une année très prolifique pour le cinéma américain. Pourtant il y a aussi quelques petits films, sans prétention et qui méritent d'être redécouverts. "La fille du Nord" est un de ceux-ci. C'est une comédie musicale avec Tyrone Power et Sonja Henie. Je l'avoue, j'ai été moi même surpris de voir Tyrone Power, présent au générique d'une comédie musicale, mais c'est bien le cas. Sonja Henie est quant à elle, une actrice norvégienne, et considérée comme peut être la plus grande patineuse artistique de tous les temps. En effet, Elle a été trois fois championne olympique ; dix fois championne du monde, un record qui n'est toujours pas battu aujourd'hui. On lui a reproché d'avoir eu des relations assez troubles avec les nazis, acceptant de déjeuner avec Hitler, à Berchtesgaden. On raconte que la photo de la star, avait reçu un autographe d'Hitler en personne et que cette photo trônait sur le piano de la maison familiale des Henie en Norvège, sauvegardant ainsi, la famille de toute occupation ou pillage. Le temps effaçant tout, je ne sais pas si cela est vrai. En tous les cas, si on en croit Wikipédia, ce serait vrai. Je ne vais pas juger son attitude, et savoir si elle était sympathisante où si son attitude était le résultat d'une peur des nazis. Quoiqu'il en soit, en 1939, elle était à Hollywood et tournait donc avec Tyrone Power, ce film, "la fille du Nord", film simple et pluôt sympathique.

Second_Fiddle-853991117-large.jpg

Le film nous raconte l'histoire d'une jeune institutrice perdue au fond de la campagne américaine enneigée. Elle est sélectionnée sur photo, pour passer une audition pour un des plus grands films de l'année et Tyrone Power est sélectionné en tant que responsable de la publicité, pour aller à sa recherche. Ce qui est formidable ici, c'est que l'on a droit à des jolies numéros musicaux, du patinage artistique, mais aussi à une comédie sur les studios hollywoodiens. Alors bien sûr, ce n'est pas un drame. Ce n' est pas dans "Boulevard du Crépuscule" (1953). Dans "la fille du Nord", tout est pris sur le ton de l'humour. Mais on sent bien que le patron à l'autre bout, du dictaphone, c'est le patron de la Twentieth Century Fox, Darryl F Zanuck lui même. Les dialogues font mouches et le réalisateur Sidney Lanfield, trouve le moyen de contourner la censure en nous montrant des jeunes filles dénudées autour d'une piscine. Ce qui choque finalement le plus dans "la fille du Nord", c'est le travail sur la photographie, sur les décors, ou les personnages. On se rend compte qu'un film, même sans prétention comme celui-ci, était  à l'époque, terriblement bien travaillé et finalisé. Tout cela surprend encore, lorsqu'on le revoit aujourd'hui.

second-fiddle-henie-power1.jpg

Ci-dessus : Sonja Henie & Tyrone Power

Annex - Henie, Sonja (Second Fiddle)_01.jpg

Ci-dessus : Rudy Vallee & Sonja Henie

16841 - Second Fiddle.jpg

Extrait ci-dessous, où Tyrone Power danse !

 

La bande-annonce :

Disponible en DVD en VO sous-titrée en français

Note : 6 / 10

19/11/2014

Angélique Marquise des Anges - 1964

En ce moment, je suis dans ma période cinéma français. Je tiens donc à parler du film de Bernard Borderie, "Angélique marquise des anges". Ce film et cette série à l'importance sociale et cinématographique majeure, a été éreinté par une certaine critique intellectuelle. Ainsi, certains ont dit qu'il ne faisait pas honneur au cinéma français. Ce propos est une totale absurdité. Et peut être, devons nous, nous attarder en tout premier, sur ce qu'est le cinéma. Le cinéma c'est une expérience qui doit bouleverser le spectateur. Et lorsque j'ai vu ce film profitant d'une sortie Bluray, moi qui ne l'avait jamais vu, j'ai pleuré comme un enfant. Je n'ai pas pleuré devant la beauté des images, mais devant la beauté d'une histoire peut être à l'eau de rose, mais qui si elle ne fait pas honneur au cinéma, fait honneur à la gente féminine. Il n'est pas seulement un film d'aventures, comme en tournait beaucoup, le cinéma français dans les années 60. Il fait surtout parti des rares films où le héros est une femme. Dans cette catégorie, on peut citer "Autant en emporte le vent" (1939) avec Vivien Leigh, "Ambre" (1947) avec Linda Darnell, ou encore la série des "Caroline Chérie" avec Martine Carol. Mais contrairement à "Autant en emporte le vent" ou "Ambre" ici Angélique n'agit que par amour. Et finalement, son incroyable succès s'explique, car ce film est arrivé au moment précis, où la jeune fille française se libérait des dernières contraintes du passé. Ainsi, l'érotisme du film, presque surprenant pour l'époque, garde au film, une modernité.

ANGELIQUE MARQUISE DES ANGES.jpg

Alors  bien sûr, le film a des défauts. On peut citer des problèmes de raccords, une photographie pas toujours au top niveau, un scénario parfois pas totalement parfait. Mais les qualités sont aussi nombreuses. Ainsi, il faut quand même bien redire que Michèle Mercier est extraordinaire dans le rôle d'Angélique et tient le film et les autres films de la série sur ses épaules. On se souviendra un jour de cette formidable actrice ! Mais Robert Hossein est également très bon. Dans les seconds rôles, on peut citer l'excellent Jean Rochefort. A tout cela, il faut ajouter la superbe musique de Michel Magne très inspiré ici. Et pour finir sur la critique de ce film légendaire, je dirai, que quand un film arrive à bouleverser autant de générations de spectatrices, c'est qu'il est entré dans la légende. Ma mère se souvient avoir lu le roman et vu les films. Je me souviens que des jeunes filles se pressaient pour le voir à la télévision lorsque j'étais adolescent. Un mauvais film n'aurait pas traversé ainsi les générations, pour arriver jusqu'à nous, tout auréolé de la gloire du public. Oui messieurs les critiques, "Angélique marquise des anges", fait bien honneur au cinéma français et aux femmes qui ont un coeur !

angelique_marquise_des_anges_1964_portrait_w858.jpg

Ci-dessus : Michèle Mercier & Giuliano Gemma

angelique-marquise-des-a-ii05-g.jpg

Ci-dessus : Robert Hossein

angelique-marquise-des-anges-12-1964-5-g.jpg

Ci-dessus : Michèle Mercier

dddcustom.png

Ci-dessus : Robert Hossein

gccustom.png

Ci-dessus : Robert Hossein & Michèle Mercier

 

Extrait de la musique de Michel Magne :

 

Très belle interview de Michèle Mercier :

 Disponible en Bluray & DVD VF (à déplorer la qualité moyenne du Bluray)

Note : 7,5 / 10

16/11/2014

Diplomatie - 2014

Comme je parlais hier d'un film français, je vais continuer un peu et évoquer, un film très intéressant : "Diplomatie" (2014). Le film nous raconte l'entretien décisif précédent la libération de Paris, entre le consul de Suède à Paris, Raoul Nording et le gouverneur militaire de Paris, le Général Von Choltitz. "Diplomatie" est tiré de la pièce éponyme de Cyril Gely, joué déjà par André Dussollier et Niels Arestrup. On ne sait ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas dans ce film. On peut imaginer que l'homme Raoul Nording, est assez éloigné du personnage, joué par André Dussollier. Néanmoins, le film est captivant, car il fait s'affronter deux personnalités. Et on peut supposer que la négociation a du être longue et difficile pour que le consul arrive à faire plier la volonté de fer, d'un général nazi. Le film évoque tout autant la seconde guerre mondiale, qu'évidemment les rouages de la diplomatie. Ainsi, la base de la diplomatie est de comprendre ce que souhaite son interlocuteur, quelles sont ses peurs, ses objectifs. Et à partir de là, de faire correspondre ses propres objectifs avec ceux de son interlocuteur dans un rapport gagnant / gagnant. La photographie claire obscure est plutôt bonne, et l'on reste séduit par ce film d'un haut niveau intellectuel et des dialogues au top. On regrettera pourtant les scènes d'action et de batailles quasiment absentes. "Diplomatie" n'est clairement pas "Paris, brûle t'il ?" (1966). Néanmoins, on reste impressionné par le jeu parfait des acteurs. On regrettera seulement le côté un peu statique de l'ensemble.

Diplomatie.jpg

cinéma, cinema, actrice, acteur, film, films, dvd, bluray, andré dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner, Volker Schlöndorff

cinéma, cinema, actrice, acteur, film, films, dvd, bluray, andré dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner, Volker Schlöndorff

cinéma, cinema, actrice, acteur, film, films, dvd, bluray, andré dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner, Volker Schlöndorff

La bande-annonce :

 

Making of par André Dussolier :

Disponible en DVD & Bluray en VF

Note : 7,5 / 10

15/11/2014

La révolution française - 1989

Il y a des films bénis par la grâce des Dieux et malheureusement oubliés des cinéphiles. Ce blog est là pour les tirer de l'oubli. "La révolution française" immense fresque révolutionnaire est un de ceux là. Cette oeuvre est composé de deux films distincts et divisent la révolution française : "les années lumières" avant la prise de la bastille et jusqu'à la prise des Tuileries par le peuple, et "les années terribles" qui commence avec l'arrivée du roi à la prison du Temple et qui finit après la mort de Robespierre. De cette colossale oeuvre tournée par deux réalisateurs : Robert Enrico pour la première partie, et par Richard T. Heffron, pour la deuxième partie. La distribution est réellement éclatante et internationales. On peut citer, Klaus Maria Brandauer qui est un formidable Danton, mais aussi François Cluzet, superbe en Camille Desmoulins et qui a là sans doute un de ses plus grands rôles. Mais que dire du talent consommé d'un Jean-François Balmer en Louis XVI, de Jane Seymour en Marie-Antoinette, ou d'un exceptionnel Andrzej Seweryn en Robespierre. Ce dernier avait d'ailleurs déjà, interprété Robespierre dans le film "Danton" (1983) avec Gérard Depardieu. Cette distribution des rôles principaux est complétée par bien d'autres : Peter Ustinov, Sam Neil, Claudia Cardinale, ou encore Jean-François Stévenin.

Revolution_francaise_affiche1.jpg

Derrière ce casting exceptionnel, les réalisateurs et les scénaristes nous font revisiter des pages terribles de notre histoire, faites d'espérance, de fureur, et de sang. Tout est récréé, que ce soit, les costumes, décors etc. Ainsi, la prise de la Bastille est très bien rendue. On se retrouve, réellement sur le champ de bataille de ce 14 juillet 1789.  Tout cela est rehaussé par la musique d'un Georges Delerue très inspiré. Ainsi, il nous donne un hymne à la liberté, qui devient une sorte de Marseillaise du film, chantée dans le titre final de la première partie par la soprano, Jessye Norman. Les plus exigeants reprocheront peut être une réalisation un brin conventionnel. Pour ma part j'ai une histoire avec ce film, car en 1989, j'avais 16 ans, et je me souviens que les cours d'histoire se transformait souvent cette année là, en visionnage de film sur la révolution. Et voir ces films avaient été une grande expérience d'adolescent. Peut être n'aurais je pas autant aimé l'histoire de mon pays, si je ne les avais pas vu. "La révolution française" reste donc pour moi un film essentiel, qui nous montre d'où nous venons et qui fait des citoyens responsables et éduqués. Il devrait être passé et repassé dans toutes les classes d'histoire, si l'histoire de France est encore enseignée ! A l'heure, de la sortie des jeux vidéos, comme Assassin's Creed, qui popularise la révolution française, à coups d'approximations, la jeunesse devrait voir ce film, qui lui parle du passé d'un vieux pays qui ne veut pas mourir, qu'on appelle la France. Alors pourquoi ce film n'a t'il jamais bénéficié d'une vraie restauration pour une sortie Bluray et que l'on doit se contenter d'une "petite" édition DVD, sortie le 11 juin 2009, mystère. Je n'ai pas de réponse, concernant l'oubli d'un film majeur du cinéma français et de notre histoire nationale. Un film tout simplement incontournable.

d71ec192-6312-4ca9-b00a-f20b40acb7e0.JPG

Ci-dessus : Claudia Cardinale & Jane Seymour

1.JPG

revolution-francaise-1989-06-g.jpg

revolution-francaise-1989-08-g.jpg

Ci-dessus : Klaus Maria Brandauer (Danton)

revolution-francaise-1989-09-g.jpg

Ci-dessus : Jean-François Balmer (Louis XVI à droite) & Sam Neil (Marquis de Lafayette à gauche)

revolution-francaise-1989-15-g.jpg

Ci-dessus : Jane Seymour (Marie-Antoinette)

 

Extraits de la superbe musique de Georges Delerue :

 

 Disponible en DVD zone 2, Version Française

Note : 9 / 10

14/11/2014

Divergente - 2014

Parfois, la déception sur certains films, vient de l'attente que l'on en a eu. Et c'est bien le cas, pour "divergente", qui promettait beaucoup. En effet, une adaptation d'un "best-seller", un casting alléchant avec Kate Winslet, James Franco, et la jeune Shailene Woodley auquel on ajoutait la musique de Hanz Zimmer, semblaient êtreun gage de succès. Pourtant au final on sort globalement un peu déçu de ce sous "Hunger Games". Ainsi, la partie sur l'initiation des nouveaux Audacieux, est longue, très longue, trop longue. Au final, le coup d'état final, semble plus ou moins poussif et le film prend rarement de l'ampleur. Pourtant le thème du choix de sa vie, et de la nature de l'être humain, étaient des thèmes prometteurs. Mais, les scénaristes et le réalisateur se refusent à donner au film une hauteur suffisante. Ainsi, le niveau intellectuel de l'ensemble ne monte jamais plus haut que les doutes et les hésitations d'un lycéen ou d'un collégien devant son avenir. Et c'est surtout cela qui décrédibilise le film. Il y avait matière à explorer l'âme de l'Homme et sa nature. Au final, on a l'impression d'explorer, les ouvrages de la mission d'orientation d'un collège. Mais tout n'est pas négatif, dans "Divergente", il y  a de l'action et quelques bons moments. Mais franchement 2H20 c'est juste vraiment trop long pour un film destiné à un public adolescent ... On a envie de dire : "tout ça, pour ça ?" Si un deuxième Opus, devait sortir, il faudra vraiment penser à changer de réalisateur et de scénaristes.

DIVERGENTE-FILM-AFFICHE-1.jpg

Divergente-700x437.jpg

Ci-dessus : Shailene Woodley

divergente-photo-532335ee1f181.jpg

eric.jpg

le-troisieme-volet-de-la-saga-sera-divise.jpg

Ci-dessus : Shailene Woodley & James Franco

 

La bande-annonce :

 Disponible en DVD & Bluray en VO et en VF

Note : 6,5 / 10

11/11/2014

La Parole est au colt / Gunpoint - 1965

"La Parole est au colt" est le dernier film d'Audie Murphy pour l'Universal. Alors évidemment je passe rapidement la présentation d'Audie Murphy pour les habituer du blog et les cinéphiles. Donc Audie Murphy c'est un héros de guerre et le soldat américain le plus décoré de la seconde guerre mondiale, qui a réussi a arrêter à lui tout seul, une offensive allemande. Il a fait après guerre une carrière d'acteur qui l'ont mené à se spécialiser dans le western. Le western est avec le film d'aventures, un des genres priviligiés de l'Universal de cette époque. Et si il ne rapporte pas des millions au studio, il lui permet de vivre, dans un environnement très concurrentiel, envahi depuis les années 50, par la télévision et les mauvais westerns de la télévision. "La parole est au colt" est de 1965 et est donc presque anachronique. En effet, le western va muter et devenir à la fin des années 60 de plus en plus violent et réaliste, principalement par deux réalisateurs : sam peckinpah et Sergio Leone. Mais cette renaissance, ne sera que temporaire, et le western disparaîtra virtuellement des écrans dans les années 70, et ne fera ensuite que des apparitions fugaces.

1_(5).jpg

Le début du film, n'est pas très bon voir assez catastrophique. En effet, l'héroïne Joan Stanley, semble sortir d'un sitcom des années 60. La scène dans le saloon est très faible. En effet, Joan Stanley commence et le réalisateur, Earl Bellamy, s'en désintéresse totalement pour faire apparaître d'autres personnages. Habituellement, on profitait de ce type de scène pour mettre en valeur l'actrice. Là il n'en est rien, et son rôle se limite à un rôle de potiche. De plus dans cette même scène, on peut voir que le plan au loin de la rue, est un décor. Cela décrédibilise un peu le film, surtout pour un plan tourné en 1965. Après ce démarrage un peu lamentable, le film reprend son souffle. Et on peut noter que "la parole est au colt", a aussi des qualités. On peut citer en premier lieu, ses plans tournés en extérieurs et qui sont généralement plutôt bons, et qui donnent du corps à la poursuite. Les spécialistes des westerns d'Audie Murphy remarqueront aussi les ressemblances avec un autre western de ce dernier : "les Sept chemins du couchant" (1960). Dans "la parole est au colt", Warren Stevens, reprend un peu le rôle jour par Barry Sullivan. Audie Murphy joue un héros diminué, qui semble nous dire que le western ne sera jamais plus comme avant, et que d'autres héros prendront le haut de l'affiche. Et c'est peut être cet anachronisme qui fait aujourd'hui encore, toute la force de ce petit film, que l'on ne doit pas mépriser pour autant.

GUNPOINT10.jpg

la-parole-est-au-colt_305966_22039.jpg

parolecolt1.jpg

parolecolt2.jpg

Ci-dessus : Audie Murphy & Warren Stevens

sanstitre133.jpg

sanstitre134.jpg

Ci-dessus : Joan Stanley

Disponible en DVD zone 2, chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10

10/11/2014

Vivre Mourir Recommencer / Edge of Tomorrow - 2014

On avait apprécier grandement le dernier film de science-fiction de Tom Cruise, "Oblivion", qui était déjà d'une rare intelligence et post-apocalyptique. Moins d'une semaine après ce premier tournage, Tom Cruise se lançait à 50 ans dans "Edge of Tomorrow", avec presque le même succès. On peut croire que la drogue de Tom Cruise est devenu le travail. Car que ce soit en regardant le film, ou en voyant les bonus, on se rend compte du professionnalisme énorme de l'acteur qui a 50 ans multiplie les films d'action comme un jeune de 25 ans ! C'est assez impressionnant et notable pour le dire. Pour ma part, j'adore cet esprit professionnel. On sent que Tom Cruise doit faire le bonheur de ses producteurs, car en plus d'être un excellent acteur, il est un bourreau de travail, qui avoue travailler jusqu'à 7 jour sur 7 en tournage. Alors il est vrai que ce professionnalisme casse un peu l'effet cool et séducteur de l'acteur. On aimerait bien retrouver ce côté là, finalement assez peu présent dans ses dernières productions. Pour revenir à "Edge of Tomorrow", il nous plonge dans une guerre mondiale entre l'Humanité et des extra-terrestres qui ont envahi et exterminé la moitié du globe. La veille du plus grand débarquement, Tom Cruise joue le Commandant Cage, bien décidé à ne pas combattre et à rester dans son travail de communication bien au chaud, à l'arrière du front. Mais sa hiérarchie va en décider autrement et c'est sur le front, le matin de la grande invasion qu'il va se retrouver. Que faire pour rendre cet assaut gagnant alors que tout annonce une sanglante défaite ? Voilà le sujet d"Edge of Tomorrow. On peut noter que la plupart du tournage eut lieu, à Londres, aux studios de Leavesden de la Warner, et que Doug Liman est le réalisateur de "la mémoire dans la peau" (2002).

effets-secondaires-7.jpg

C'est vrai que Tom Cruise est entouré par un très bon casting, avec en tête la jolie Emily Blunt, qui semble vraiment souffrir sous son armure de 40 kilos. On peut citer aussi Bill Paxton et Brendan Gleeson, qui n'apparaissent malheureusement qu'assez peu. Le reste du casting est très bon, car il est vraiment composé de "gueules" qu'on oublie pas. Entre le gros nounours, le black, la petite brute, et la fille genre garçon manqué. Le réalisateur a su donner une âme à sa section J. Le scénario est très original. Il n'y a rien à dire ce côté là. Et le réalisateur, arrive à éviter la répétition permanente, par des ellipses salutaires au récit. Par contre, on aurait souhaité, quand même, un peu plus d'humanité dans tout ça. Il n'y a jamais le début, de commencement d'une "love story" sinon dans les ultimes minutes du film. Si le réalisateur a parfaitement atteint son objectif, les scénaristes auraient du rajouter une petite romance pour enrober le tout. Quoiqu'il en soit, l'action est omniprésente, et on ne s'ennuie jamais. On espère donc une suite à ce beau film de science-fiction.

edge-of-tomorrow4.jpg

Ci-desus : Tom Cruise

AYNIK-D052-10584r.jpg

Ci-dessus : Tom Cruise & Emily Blunt

image_d1858.jpg

Ci-dessus : Tom Cruise

emily-blunt-edge-of-tomorrow.png.jpg

Ci-dessus : Emily Blunt

La bande-annonce :

Disponible en DVD & Bluray en VF et VO sous-titrée

Note : 8 / 10