Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2017

Kong : Skull Island -2017

Désolé pour cette longue absence, mais le travail nous oblige parfois à abandonner nos passions. Mais je suis bien décidé à réveiller ce blog, belle au bois dormant endormie. Et pour commencer cette résurrection cinématographique, je vous propose un film pop-corn, "Kong Skull Island" de Jordan Vogt-Roberts. Le film ne s'embarrasse pas de la légende et des films précédents et se concentre plutôt sur un scénario tourné vers l'action voir l'horreur comique, dans un mode troisième degré revendiqué. Au niveau scénaristique la force du film est de mettre le film en scène dans une période conflictuelle, juste à la fin de la guerre du Vietnam. Les Marines US, prêts à rentrer chez eux et à retrouver femmes et enfants se laissent alors rattraper pour une ultime mission, par leur colonel Packard en manque d'action, joué par l'excellent Samuel Lee Jackson. Celui-ci est alors parti avec sa troupe pour accompagner une expédition scientifique sur une île inconnue. La distribution s'articule autour de Tom Hiddleston, Brie Larson, John Ortiz et Jing Tian. On notera également la présence du toujours excellent John Goodman.

7ee9656b48c3f6aa00a2eb527d37dc17.jpg

Alors c'est vrai que les années 70, c'est un peu moins glamour que le début des années 30 du "King-Kong" de Peter Jackson. Néanmoins, on se laisse prendre par cette aventure aux confins de la civilisation et de la rencontre d'êtres que tout oppose. L'opposition entre le colonel, sa troupe et Kong est à ce titre assez palpitante. Alors c'est vrai que c'est violent, voir parfois un peu gore, très américain, mais si on arrive à voir le film en mode deuxième ou troisième degré, en ce disant que c'est juste pour le "fun", on peut prendre un plaisir assez coupable à voir nos bêtes de guerre en face de la bête de la nature, plus grande qu'un immeuble. Et il y a beaucoup d'autres surprises, qu'évidemment je ne révèlerai pas. On retrouve donc un cinéma d'aventure, plaisant, même si il n'est pas à conseiller à tous les publics. En effet, certaines scènes peuvent choquer le jeune public. Il n'en reste pas moins que le divertissement est là, accompagné par une photographie tout à fait intéressante de Larry Fong, et par une bande originale très tournée vers les Seventies. On remarquera enfin un petit clin d'oeil, pour les spécialistes, à la chanteuse Vera Lynn en toute fin de métrage, avec un extrait très opportun et très touchant de "We will meet again". En somme, on s'amuse beaucoup à voir "Kong Skull Island", encore faut-il avoir le coeur bien accroché. Si c'est le cas. Vous allez aimer.

kong-skull-island-mit-tom-hiddleston-brie-larson-und-thomas-mann.jpg

Ci-dessus : Tom Hiddleston, Brie Larson, John Ortiz et Jing Tian

undefined.jpg

Ci-dessus : Samuel Lee Jackson (le colonel Packard)

Disponibles sur Amazon.fr en DVD & Bluray

Note : 7,5 / 10

23/12/2016

La Pagode en flammes / China Girl - 1942

"La pagode en flammes" est autant un film qui met en avant la maîtrise du vieux routier Henry Hathaway, que de son immense directeur de la photographie Lee Garmes. Tourné en noir & blanc, pour le compte de la Twentieth Century Fox, "la pagode en flammes" permet donc à Lee Garmes de se surpasser pour nous donner des images formidablement contrastées qui se jouent du noir & blanc comme un peintre de la couleur. Il y avait des génies à Hollywood en 1942, et Lee Garmes en faisait bien partie. Le film est difficilement classable. Ainsi, il navigue entre le film de guerre, le film d'aventures, et la romance purement hollywoodienne. On profite de la présence de la magnifique Gene Tierney, mais aussi de la sexy Lynn Bari, qui essaye de voler le plus de scènes possibles à l'actrice principale. Lynn Bari de son vrai nom Margaret Schuyler Fisher, on la retrouve dans de nombreux films noirs où elle joue les rôles de méchants. Elle racontera d'ailleurs plus tard, "avoir une peur bleue des armes feu, mais que pourtant, on l'utilisait uniquement dans les rôles de femmes qui avaient un revolver dans leur sac, et qu'elle allait de plateau en plateau, abattant les gens et volant les maris." On regrettera que sa filmographie ne soit pas plus mise en avant aujourd'hui, car c'est une actrice avec un énorme potentiel. 

Poster - China Girl (1942)_02.jpg

Les acteurs masculins sont également très intéressants. Ainsi on retrouve George Montgomery dans le rôle d'un héros assez complexe torturé entre son amour des femmes et sa liberté. Victor McLaglen est ici dans un rôle de méchant qui lui est peu commun. Car Victor McLaglen c'est le sergent chef des plus grands westerns de John Ford sur la cavalerie américaine, mais aussi le personnage principal du "Mouchard" (1933) du même John Ford. Pour en revenir à "la pagode en flammes", on ne peut que louer la direction d'acteurs d'Hathaway, la photographie de Lee Garmes, la musique de Hugo Friedhofer et Alfred Newman. Mais on regrettera un ou deux plans ratés, comme au début la scène avec l'avion qui semble tellement sortir d'un plan d'un studio qu'on voit à l'écran les câbles tenant l'avion. En dehors de cette scène ratée, et des rapports très autoritaires de Montgomery avec un enfant birman, le film est parfait, et fait parfois penser à Casablanca tourné la même année. On ne saurait terminer cet article sans louer la musique exotique et symphonique du duo Hugo Friedhofer et Alfred Newman. On ne peut donc que remercier l'éditeur ESC pour son choix et les inviter à nous faire découvrir plus de films avec Gene Tierney ou la belle Lynn Bari.

la-pagode-en-flammes_50495_27628.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

LA-PAGODE-EN-FLAMMES-CHINA-GIRL-1942_portrait_w858.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

51521058.png

51521036.png

hqdefault.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

vlcsnap-6267643.png

Ci-dessus : George Montgomery & Lynn Bari

8148-12.jpg

Ci-dessus : Lynn Bari

MJ_UZBBwuKdq1-9YADaJECHgNe4.jpg

930full-lynn-bari.jpg

Ci-dessus : Lynn Bari

Extrait de la musique :

Disponible chez ESC en DVD VO sous-titrée en français

 

Note : 7,5 / 10

11/12/2014

Capitaine King / King of the Khyber Rifles - 1953

Je me faisais une joie de revoir, "Capitaine King", film en Technicolor d'Henry King, que j'avais vu, étant plus jeune et qui m'avait fait très bonne impression. Malheureusement l'édition de l'éditeur ESC est presque déplorable. On constate tout d'abord un format étrange de l'image, pas réellement adapté à nos écrans, et qui oblige à ruser avec son vidéoprojecteur, pour bénéficier d'autre chose que d'une image au format timbre poste. Mais le pire ce n'est pas ça, c'est bien le massacre d'une des plus belles scènes du film : la scène du baiser entre Tyrone Power & Terry Moore. Ainsi, cette scène romantique est coupée du baiser final. Cela montre un non professionnalisme de l'éditeur, à se demander si quelqu'un a réellement regardé la qualité d'un Master, rempli de points blancs et griffures. Pour le reste, "Capitaine King" est un formidable film d'aventure, qui nous compte les exploits d'un officier britannique métisse (Tyrone Power), qui doit lutter contre le racisme et les préjugés autant que contre les rebelles en révolte dans les collines. Les films hollywoodiens, sur l'Inde coloniale, sont nombreux. On peut citer. 'les trois lanciers du Bengale" (1935), "la charge de la brigade légère" de Michael Curtiz avec Errol Flynn, "alerte aux Indes" (1938), "Gunga Din" (1939) ou encore "Kim" (1950) avec encore Errol Flynn.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Le film est formidablement réalisé par King, qui met tout son talent au service de Tyrone Power et du sujet. La musique magnifique, de Bernard Hermann fait également beaucoup pour le charme du film. On ne peut donc s'empêcher de penser que le film aurait vraiment mérité une autre édition avec une belle restauration en Bluray. Au lieu de ça, on a droit à une édition au rabais, avec un film incomplet, où la plus belle scène est littéralement massacrée. Sidonis ou Wild Side devraient bien racheter les droits et nous proposer autre chose, ou alors qu'ESC fasse le nécessaire pour nous sortir une édition propre et gratuite pour les personnes qui ont déjà acheté cette première édition. Mais là je rêve ... Bref ! Un très beau film, malheureusement sorti dans une édition qui frise le carton rouge. Ceci dit, cela reste aujourd'hui la seule édition disponible à la vente.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Ci-dessus : Tyrone Power & Michael Rennie

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Ci-dessus : Michael Rennie & Terry Moore

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Ci-dessus : Tyrone Power

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Ci-dessus : Tyrone Power & Terry Moore

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, tyrone power, terry moore, Michael Rennie, bernard herrmann, henry king

Ci-dessus : Terry Moore & Tyrone Power

 

Extrait N°1 de la musique :

 

Extrait N°2 de la musique :

 Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée, dans la collection Hollywood Legends.

Note du film : 7,5 / 10

Note du film avec l'édition actuelle ESC : 6 / 10

10/12/2014

La rose noire / The black rose - 1950

"La rose noire" film d'aventure, en Technicolor d'Henry Hathaway, est un film étrange. Cela commence par son titre, "la rose noire". On comprend plus tard au détour d'un dialogue, que le titre fait référence à la Chine, dont est originaire le clou de girofle, surnommé la rose noire. Mais il fait plus sûrement référence à une jeune captive Maryam (jouée par Cécile Aubry), surnommée "la rose noire". La première partie n'est pas très convaincante. En effet, l'ouverture, sur des châteaux, dont l'architecture de certains, ne fait pas très 13ème siècle est assez troublante. La suite, est également déroutante, avec cette haine du jeune bâtard saxon (joué par Tyrone Power), qui fait un scandale à la lecture du testament de son père, et refuse de rejoindre l'armée du roi, vu comme un envahisseur normand. Le conflit se termine par la volonté de quitter une Angleterre souillé par la présence normande. Le voyage devient donc autant une odyssée qu'une initiation ou une révolte contre l'ordre établi, d'un pays tellement aimé, qu'il en devient détesté, car occupé par des Normands que notre héros, voient toujours (2 siècles) après la conquête comme des envahisseurs.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway, twentieth century fox

Etrangement, Hathaway semble plus à son aise à tourner la suite de son aventure sous un climat exotique. Et le film prend du corps pour suivre les péripéties des deux protagonistes (Tyrone Power & Jack Hawkins); aventures qui commencent aux confins du Moyen-Orient, et qui se finiront en Chine. "La rose noire" est avant tout une histoire sur l'amitié : l'amitié entre un aventurier (Tyrone Power) et son compagnon de fortune et d'infortune (Jack Hawkins), et l'amitié entre ce même aventurier (joué par Power) et un seigneur de guerre mongol (Orson Welles). Et au milieu de ces amitiés où naissent parfois des conflits, Cécile Aubry tente de faire survivre son petit rôle. Elle craignait d'ailleur d'être mangée toute crue, par les deux monstres sacrés qu'étaient Orson Welles et Tyrone Power. Mais au delà, le film nous parle aussi de l'Homme et de son rapport à la violence. Cette dernière semble normale pour les Mongols, élevés dans la violence et devenus naturellement cruels, mais immorale et anormale pour un seigneur anglais, élevé dans des idéaux de chevalerie. J'oserai un raccourci facile, en disant que ce film semble d'une brûlante actualité, et nous parle aussi de ces hommes qui partent faire la guerre, pour des causes qui ne sont pas les leurs. La violence importée semble ici toujours la plus cruelle. Cinématographiquement, le film paraît parfois un peu kitch et les dialogues un peu ampoulés ou déconcertants. Il n'en laisse pas moins une forte impression dans sa conclusion, et on est heureux d'avoir vu un film d'aventure, finalement pas si bête. A noter que "la rose noire", sera le premier et seul film américain de Cécile Aubry, que l'on connaîtra en France, comme scénariste et réalisatrice, des séries "Poly" où jouera son mari, et "Belle et Sébastien", dont elle assurera aussi le rôle de narratrice. Enfin, on peut également dire que Cécile Aubry rencontra au Maroc sur le tournage, son futur mari, Si Brahim el Glaoui, fils du pacha de Marrakech.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Cécile Aubry (de dos), Jack Hawkins, & Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Orson Welles

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Tyrone Power & Jack Hawkins

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Tyrone Power & Cécile Aubry

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : En pause sur le plateau de "la rose noire"

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Cécile Aubry

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,tyrone power,cécile aubry,orson welles,jack hawkins,michael rennie,herbert lom,finlay currie,laurence harvey,henry hathaway,twentieth century fox

Ci-dessus : Extrait du journal de Cécile Aubry - (Article du Paris Match n°40 du 24 décembre 1949)

Film disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée dans la collection Hollywood Legends, et dans une qualité d'image tout à fait correct.

Note : 6,5 / 10

04/12/2014

Ames à la mer / Souls at Sea - 1937

"Ames à la mer" est le type même du film à moitié réussi ou à moitié raté. Pourtant il y avait tout pour réussir; à commencer par un duo d'acteurs épatants avec Gary Cooper et George Raft; des seconds rôles intéressants comme Henry Wilcoxon, Harry Carey (le cowboy fétiche de John Ford) ou encore Robert Cummings. La réalisation était sous la conduite d'un grand professionnel d'Hollywood, Henry Hathaway, et la photographie était de Charles Lang. Charles Lang, c'est quand même le directeur de la photographie de plus de 150 films américains, entre 1926 et 1973, qui obtiendra 18 nominations aux Oscars dont un Oscar en 1934, pour "L'adieu aux Armes" avec le même Gary Cooper. Pourtant, "Ames à la mer" lasse plus qu'il ne distrait. Ainsi, le thème de l'esclavage est mal exploité. On commence par le procès de Gary Cooper, qui est accusé d'être un ancien négrier, qui aurait choisi les personnes à sauver lors d'un naufrage. Mais on ne croit jamais Cooper coupable. Enfin le scénario est mal construit et inutilement compliqué, avec le personnage de Cooper pas bien défini. Seul, le dernier tiers du film, et la réunion de Gary Cooper et George Raft sauvent l'entreprise de la noyade. Malgré tout, le spectateur boit plusieurs fois la tasse, à suivre un film mal construit, qui n'a qu'un seul vrai moment de bravoure dans sa dernière partie. Dommage "Ames à la mer", avait tout pour réussir, si il n'avait pas largué en cours de croisière son sujet principal. A noter que Gary Cooper, sera de nouveau capitaine d'un navire, cette fois ci dans "cargaison dangereuse" (1959) bien meilleur.

Ames-a-la-mer-affiche-8795.jpg

a Sam Peckinpah Ride the High Country Randolph Scott DVD Review PDVD_005.jpg

ames-a-la-mer_426936_38483.jpg

Ci-dessus : George Raft & Gary Cooper

ames-a-la-mer_426935_40375.jpg

ames-a-la-mer_489499_14093.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper & Frances Dee

Disponible en DVD zone 2 version originale sous-titrée

Note : 5,5 / 10

09/11/2014

Le cygne noir / The black Swan - 1942

Contrairement à Mr Bertrand Tavernier, dans sa présentation, je ne pense pas que "le cygne noir", soit le début d'un genre qu'on appelle "le film de pirates". En effet, Hollywood s'était intéressé dès les années 20 aux films de pirates. Ainsi on peut noter une première version du fameux roman de Rafael Sabatini, "Captain Blood"  en 1924, dirigée par David Smith, mais aussi dès 1904, "The Pirates" par un réalisateur inconnu. Je peux également citer dans les films notables, "l'île au trésor" de Victor Fleming, ou encore la nouvelle version de "Capitaine Blood" (1935) de Michael Curtiz avec Errol Flynn et Olivia de Havilland, mais aussi "l'aigle des mers" (1940) avec le même Errol Flynn et cette fois-ci Brenda Marshall dans une réalisation toujours de Michael Curtiz. Ces deux derniers films étant des films Warner Bros, on peut supposer que le cygne noir est la réponse de la Twentieth Century Fox, aux succès colossaux de la Warner, dans ce genre. On peut tout de suite remarquer que Tyrone Power apporte moins de physique à son personnage qu'Errol Flynn, mais il le compense par une touche d'humour décalé. Tyrone Power partage la vedette Maureen O'Hara. On retrouve cette dernière bien plus tard, dans un film de pirates avec Errol Flynn, "Against all flags" ou dans son titre français "A l'abordage" (1952). Concernant la distribution, on peut noter que Tyrone Power et Maureen O'Hara sont bien entourés avec des seconds rôles de choix comme Thomas Mitchell, père de Scarlett dans "Autant en emporte le vent" (1939), Georges Sanders. On se rappelle de lui pour son interprétation, de lord débauché dans "le portrait de Dorian Gray" (1945), ou dans "l'aveu " de Douglas Sirk. Mais il est également dans plusieurs films d'Hitchcock, comme "Rebecca" ou "Correspondant 17". A cette distribution déjà prestigieuse, il faut ajouter, le capitaine Morgan, joué par Laird Cregar, et Anthony Quinn. Ce dernier était habitué aux seconds rôles en 1942. Ainsi, on le verra la même année en chef sioux, dans "la charge fantastique" de Raoul Walsh, défiant le général Custer, joué par Flynn.

MovieCovers-18641-219969-LE CYGNE NOIR.jpg

Pour en revenir au "cygne noir", on ne peut pas dire qu'il soit meilleur que ses prédéceseurs. Pourtant il a plusieurs qualités en plus de son casting de choix. Il est en couleur, et il réserve quelques surprises. Pourtant le film, ne peut se défaire d'une certaine naïveté des personnages qui nuit à l'ensemble. Ainsi, les personnages sont d'un bloc, sans passé, sans aspérité. Le traître de service, est un faible, sans qualité. On se demande bien pourquoi la belle Maureen O'Hara, a pu tomber amoureuse de lui. La psychologie des personnages est donc assez faible, et destine clairement le film à un public d'enfants ou de jeunes adolescents. La musique d'Alfred Newman, n'est pas ici très imaginative, et on regrette les grandes envolées lyriques d'un Korngold dans "Capitaine Blood" (1935), ou du même dans "l'aigle des mers". Le film est assez bien réalisé par Henry King. Mais on a connu ce dernier plus inspiré. Le Technicolor est plutôt sympathique. On regrettera donc un scénario quelque peu simpliste, des personnages trop peu crédibles, et finalement un manque de majesté du film, face à d'autres productions plus anciennes de la Warner Bros. L'avantage du "cygne noir" est que l'aspect décors de studio apparaît moins prononcé que dans par exemple "Capitaine Blood". Quoiqu'il en soit, ce serait stupide de se priver d'une belle édition Bluray française et d'un film plutôt bon, mais pas exceptionnel.

01.JPG

Ci-dessus : Tyrone Power

4327729_orig.png

Ci-dessus : Thomas Mtichell

5576193aa30e9dd0ad179fea412.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power (de dos) & George Sanders

cygne-noir-1942-01-g.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power & Maureen O'Hara

The_Black_Swan-32.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power

The_Black_Swan55.jpg

Ci-dessus : Maureen O'Hara

tyrone88.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power & Maureen O'Hara

anthony quinn le cygne noir  1942.JPG

Ci-dessus : Maureen O'Hara, Tyrone Power (ligoté), Anthony Quinn, & Georges Sanders

jtPDUW4xBfIpXYIPoNDOf00Jv14.jpg

Film disponible en DVD & Bluray chez nos amis de Sidonis & Calysta (en VF et VO sous-titrée)

Note : 6,5 / 10

21/09/2014

Capitaine Mystère / Captain Lightfoot - 1955

"Capitaine Mystère" ou dans son titre américain "captain Lightfoot" un film en cinémascope et en Technicolor de Douglas Sirk, produit par l'Universal. C'est une adaptation du roman de W R Burnett de 1954. Ce qui est intéressant sur ce DVD sorti par Carlotta, c'est qu'on retrouve une belle présentation de Bertrand Tavernier qui nous raconte son histoire avec le film, et aussi l'histoire du film. Alors, autant vous le dire tout de suite, je n'ai pas le même enthousiaste que Mr Tavernier pour ce film. Néanmoins, il faut bien dire que tout ce que présente Mr Tavernier est très juste et présente parfaitement les qualités du film. Donc on retient que Douglas Sirk s'est distingué dans tous les genres, mais aujourd'hui on se souvient surtout de ses mélodrames, comme "le secret magnifique" (1954) avec Rock Hudson et Jane Wyman, mais aussi "tout ce que le ciel permet" (1955) avec le même duo. Au vu du nombre de films tournés, on peut bien que Douglas Sirk était le réalisateur préféré de Rock Hudson. Ainsi, Douglas Sirk devait faire tourner le grand Rock dans un western, "Taza fils de Cochise" (1955), des mélodrames, mais aussi un film de guerre très touchant "les ailes de l'espérance" (1956) avec Dan Duryea.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,rock hudson,barbara rush,jeff morrow,kathleen ryan,finlay currie,denis o'dea,irving glassberg,douglas sirk

En ce qui concerne "Capitaine Mystère", on apprend que le film a été tourné en Irlande avec beaucoup d'acteurs irlandais. Rock Hudson est entouré par la belle Barbara Rush et Jeff Morrow. Le directeur de la photographie Irving Glassberg, a connu un tournage difficile, car il pleuvait constamment en Irlande. Et donc ce serait Sirk qui l'aurait décidé à tourner malgré la pluie, car celle-cii ne marquait pas l'image. Finalement le résultat est assez particulier et donne des tons assez inhabituels pour un film hollywoodien de l'époque. Sirk se joue du cinémascope en multipliant les cadres de portes ou les formes improbables. Le scénario est intéressant quoique finalement assez improbable. Le vrai reproche, c'est la prestation de Rock Hudson qui semble être constamment jouer à contre-emploi. Et la douce ironie que dégage le film, ne semble pas totalement lui correspondre. Un Errol Flynn aurait sans aucun doute, était un meilleur casting. Ce n'est donc clairement pas, le plus grand film d'aventures des années 50, mais il distrait assez pour maintenir l'attention d'un spectateur, qui pourra parfois être déconcerté par l'ironie d'un film, qui aurait mérité sans doute, un ton un peu plus sérieux. 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,rock hudson,barbara rush,jeff morrow,kathleen ryan,finlay currie,denis o'dea,irving glassberg,douglas sirk

Ci-dessus: Rock Hudson (de dos) & Barbara Rush

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,rock hudson,barbara rush,jeff morrow,kathleen ryan,finlay currie,denis o'dea,irving glassberg,douglas sirk

Ci-dessus: Rock Hudson (de dos), Barbara Rush & Jeff Morrow

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,rock hudson,barbara rush,jeff morrow,kathleen ryan,finlay currie,denis o'dea,irving glassberg,douglas sirk

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,rock hudson,barbara rush,jeff morrow,kathleen ryan,finlay currie,denis o'dea,irving glassberg,douglas sirk

Disponible en DVD zone 2 en VF et VO sous-titrée chez Carlotta

Note : 6 / 10

24/08/2014

Le voleur de Tanger / The Prince who was a thief - 1951

"Le voleur de Tanger" est un film en Technicolor, tourné par l'Universal et réalisé par Rudolph Maté. Je ne vais pas refaire toute la filmographie de Rudolph Maté, mais on peut retenir le concernant, qu'il a été directeur de la photographie en 1926, de "la passion de Jeanne d'Arc", directeur de la photographie également de "la maison des 7 péchés" (1940) ou de "Gilda" (1946) avec évidemment Rita Hayworth, et qu'ensuite, il devait s'essayer à la réalisation avec plus ou moins de succès réalisant de très bons films, mais aussi des navets, comme "le chevalier du roi" (1954) avec Tony Curtis. Mais Rudolph Maté c'est tout de même une carrière de plus de 60 films comme directeur de la photographie, et donc quelques films intéressants comme réalisateur. On peut citer à son crédit, "le Gentilhomme de la Louisiane" (1953) avec Tyrone Power, "les années sauvages" avec encore Tony Curtis, ou "la bataille des Thermopyles" (1962) qui est une espèce de première version de "300" (2006). Concernant "le voleur de Tanger", le film tient grâce au duo Tony Curtis / Piper Laurie, mais est également soutenu par un magnifique Technicolor, de splendides costumes et un scénario plutôt sympathique.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, tony curtis, piper laurie, Everett Sloane, Jeff Corey, Betty Garde

Le film nous renvoie dans le Tanger du 13ème siècle, où les intrigues de cour étaient encore très nombreuses, et on navigue du palais du prince à la maison du roi des voleurs. Le scénario n'est pas particulièrement original, mais son classicisme est agrémenté de notes d'humour ou de passages plutôt comiques, qui font sortir le film de la production courante des studios de cette époque. Et il faut bien dire que chacun joue son rôle à merveilles. Et le duo Tony Curtis / Piper Laurie est formidablement secondé par une pléiade de seconds rôles. Ainsi, on retrouve, Everett Sloane en père adoptif de Tony Curtis. Il joue une parfaite fripouille. Betty Garde en femme acariâtre est également tout à fait crédible. Mais surtout, Jeff Corey est formidable dans ses scènes de comédie, dont une qui ne peut provoquer que l'hilarité la plus totale. Ce qui est moins drôle, c'est que Jeff Corey a été une des victimes du maccarthysme et a été inscrit sur la fameuse "liste noire" qui fermait les portes d'Hollywood à tous les acteurs, réalisateurs, et techniciens inscrits dessus. Jeff Corey qui tournait beaucoup, allait donc arrêter de tourner entre 1951 et 1963, et consacrer son temps entre un travail dans le bâtiment et une activité de professeur de comédie passionné enseignant à de petits groupes dans son garage transformé en théâtre, sur Cheremoya Avenue à  Los Angeles. Enfin on retrouve la jolie Peggie Castle en princesse. Elle aura une fin assez tragique car elle décédera d'une crise cardiaque à 45 ans en 1973, rongée par l'alcool. En attendant, je vous invite à vous procurer "le voleur de Tanger", film aux recherches de couleurs admirables, et qui ressuscite la grande époque du Technicolor à travers l'intéressante photographie d'Irving Glassberg, d'origine polonaise comme le réalisateur Rudolph Maté. On ne peut souhaiter qu'une chose, c'est qu'Universal ait l'intelligence de sortir en France, d'autres films de cette qualité, en particulier ceux avec Maria Montez.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Everett Sloane & Betty Garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Donald randolph

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus à droite sur la photo : l'incroyable talent comique de Jeff Corey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle & Tony Curtis (de dos)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Piper Laurie, Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Piper Laurie sur le tournage du "voleur de Tanger"

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée chez Universal (à noter qu'il est disponible à 6 € chez Gibert Joseph, en cas d'achat de 5 films !)

Note : 7,5 / 10

08/06/2014

Les marins de l'Orgueilleux / Down to the sea in ships - 1949

"Les marins de l'Orgueilleux" est un beau film d'aventure qui s'appuie sur un casting intéressant avec en tête le duo : Lionel Barrymore et Richard Widmark, mais aussi avec un petit garçon surdoué, le jeune Dean Stockwell, qui avait débuté 4 ans plutôt dans "la vallée du jugement" (1945), avec Gregory Peck dans le rôle titre, mais aussi déjà Lionel Barrymore. Le trio s'en sort ici à merveilles, dans ce film de baleinier à la fin du 19ème siècle. On peut dire sans se tromper s'en sort à merveilles, d'un sujet pas évident à filmer. Même si parfois les sentiments ou les clins d'oeil entre les trois protagonistes semblent un peu téléguidés. Il n'en reste pas moins que le jeu de Lionel Barrymore en vieux marin irascible, est extraordinaire et force le respect. Dean Stockwell c'est évidemment Al de la série "Code Quantum". Hathaway arrive à nous faire passer un bon moment, sans trop montrer la réalité de l'horreur sanglante de la pèche à la baleine, que n'aurait pas pu supporter le public de l'époque. Ainsi, parfois certaines scènes semblent un peu fabriquées. Mais globalement c'est pas mal du tout, et cela nous montre aussi une époque et une pêche que l'on aimerait aujourd'hui révolue dans tous les océans. La meilleure scène du film est au début, lorsque le proviseur donne une bonne note à l'enfant, refusant de le voir séparer de la vie aventureuse avec son grand-père, et considérant que la vie ne s'apprend pas uniquement sur les bancs d'une école. Une belle leçon de vie, qui nous rappelle "Capitaines courageux" (1937) avec Spencer Tracy, Freddie Bartholomew dans le rôle de l'enfant et toujours Lionel Barrymore dans le rôle du capitaine. A noter que Lionel Barrymore s'éteindra 5 ans après la sortie du film, "les marins de l'Orgueilleux".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

Ci-dessus : le jeune Dean Stockwell et Richard Widmark

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

Ci-dessus : Lionel Barrymore

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

Ci-dessus : le Trio réuni

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,richard widmark,lionel barrymore,dean stockwell,harry davenport,gene lockhart

Ci-dessus : Gene Lockhart, Dean Stockwell et Lionel Barrymore

Film, disponible en DVD Zone 2 sous-titrée français uniquement

Note : 7 / 10

18/04/2014

Captaine de Castille / Captain from Castille - 1947

"Captaine de Castille" réalisé en Technicolor, fait parti de toute la série de films que Tyrone Power et Henry King ont tourné ensemble. Cette collaboration avait commencé en 1936 avec le tournage du "pacte". Puis, il s'était retrouvé l'année suivante pour "l'incendie de Chicago" (1937), en 1941 pour "un yankee dans la RAF", et enfin pour "le cygne noir" en 1942. Henry King allait ainsi au fil des années devenir le réalisateur préféré de Tyrone Power. Ici on retrouve dans "Capitaine de Castille" Tyrone Power dans des aventures exotiques, qui l'amèneront à rejoindre l'expédition mexicaine de Hernan Cortés. Le film bénéficie d'un casting impressionnant avec donc en plus de Tyrone Power, Jean Peters, Cesar Romero, mais aussi Lee J. Cobb  et Antonio Moreno. Pour la petite histoire, Jean Peters allait devenir évidemment la femme de Howard Hughes en 1954, et Audie Murphy raconte dans ses mémoires qu'il avait eut une relation avec elle en 1946, avant qu'elle rencontre Howard Hughes. On peut également noter que "Capitaine de Castille" est le premier film de Jean Peters qui remplace ici Linda Darnell, initialement prévue. Cesar Romero est quant à lui parfait dans le rôle du conquistador espagnol, Cortez.

121206.jpg

Le film est découpé en deux grandes parties : Espagne et Mexique, la partie courte sur Cuba n'étant qu'une transition. Le film a beaucoup de qualités, tout d'abord scénaristique et dans sa réalisation par Henry King, qui sait utiliser à merveilles toutes les facettes du Technicolor, jouant énormément sur la lumière. King bénéficie également d'un plus sur sa production assez inatendu. En effet, le film est tourné au Mexique, sur les lieux mêmes de l'expédition et une irruption volcanique a lieu, ce qui donne des ciels changeants assez étranges et remarquables. Le film bénéficie aussi d'une musique très forte d'Alfred Newman, que je trouve pour ma part un peu pompier. Néanmoins, elle devait être appréciée en devenant la première bande originale disponible chez les disquaires. Mais que retenir de ce "Capitaine de Castille". On est impressionné par la réalisation, le casting, les costumes. Mais on reste malgré tout sur notre faim. Après 2H10, les desserts ne sont toujours pas arrivés. Le scénario ne fait pas affronter les Indiens et les Espagnols et on sort donc un peu frustré. Mais peut être était il impossible en 1947 de montrer le massacre des Indiens par des blancs. Le film est donc plaisant à voir, mais semble parfois vouloir éviter les écueils qui ne ferait pas de lui, un spectacle tout public. Cela lui enlève donc une certaine force, que les fabuleux plans extérieurs de King tentent de compenser.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tyrone power,jean peters,cesar romero,lee j cobb,john sutton,antonio moreno,thomas gomez,alfred newman,henry king

Ci-dessus : Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tyrone power,jean peters,cesar romero,lee j cobb,john sutton,antonio moreno,thomas gomez,alfred newman,henry king

Ci-dessus : Jean Peters

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tyrone power,jean peters,cesar romero,lee j cobb,john sutton,antonio moreno,thomas gomez,alfred newman,henry king

Ci-dessus : Tyrone Power en duel contre

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tyrone power,jean peters,cesar romero,lee j cobb,john sutton,antonio moreno,thomas gomez,alfred newman,henry king

Ci-dessus : Henrry King, Tyrone Power et Jean Peters

 

La musique d'Alfred Newman :

Disponible en DVD zone 2 VF et VO sous-titrée

Note : 7 / 10

05/04/2014

Horizons lointains / Far and Away - 1992

Je dois vous avouer que j'attendais depuis très longtemps la sortie de "horizons lointains" en Bluray. J'avais plusieurs raisons à cela. Tout d'abord j'ai une énorme admiration pour le réalisateur Ron Howard, qui a donné à Hollywood pas mal de  très bons films : "Backdraft" (1990), Apollo 13 (1995), Un homme d'exception (2005) et le très récent "Rush" (2013). De plus, "horizons lointains" est un film d'aventure ambitieux, genre également en voie de disparition dans la globale morosité artistique actuelle du cinéma américain. Et puis, on peut revoir à l'écran le très beau couple Tom Cruise / Nicole Kidman. Et c'est vraiment un plaisir de les revoir à l'écran s'entredéchirer et s'aimer. Ils ne sont pas loin d'être le couple le plus romantique des 20 dernières années. Vous, je ne sais pas, mais moi je ne me suis jamais remis de leur divorce. Enfin quand le film est sorti j'avais 19 ans, et cela me rappelle pas mal de bons souvenirs de cette époque. Sinon pour en revenir au film, on retrouve aussi de très bons seconds rôles. Le scénario est un peu mélodramatique, mais l'humour permet de ne pas rendre le film trop sérieux et en fait un divertissement pour toute la famille.

ms_57290668_horizons-lointains.jpg

Au talent du réalisateur, il faut aussi ajouter, au crédit du film, la fabuleuse musique de John Williams, visiblement très inspiré par les mélodies irlandaises. Les 134 minutes passent donc très vites et on est littéralement transporté par la beauté de Nicole Kidman et je suppose que les spectatrices doivent l'être par celle de Tom Cruise. En résumé, voilà du cinéma qui me plaît bien : grandiose, bien filmé, romantique, violent, avec des vrais gens et des vrais sentiments. On en redemande. Espérons qu'Hollywood réunira Tom Cruise et Nicole Kidman au moins à l'écran, comme il avait su réunir le couple Leonardo DiCaprio / Kate Winslet Quand on les voit à l'écran, on ne peut s'empêcher de se dire qu'ensemble ils sont superbes. Il y a entre eux une formidable alchimie. On se dit que personne ne peut mentir à la caméra comme ça ! Du très beau cinéma.

78817_full.jpg

Ci-dessus : Nicole Kidman

tom-cruise_far-and-away_glamour_12apr13_rex_b.jpg

Ci-dessus : Tom Cruise

I-have-a-rake-and-m-not-afraid-to-use-it.jpg

Ci-dessus : Nicole Kidman & Tom Cruise

 

La bande-annonce :

 

La musique du film :

Disponible en DVD zone 2 et en Bluray Freezone (VF et VO sous-titrée anglais sur le Bluray)

 

Note: 8,5 / 10

19/03/2014

L'armure noire / The warriors - 1955

"L'armure noire" est connue sous plusieurs titres. En France, ce film est connu nous le nom de "l'armure noire", en Belgique sous le nom du "Prince noir", au Royaume-Uni sous le nom de "The dark avenger" et aux USA sous le titre de "The warriors". A la lecture vous savez donc déjà qu'une armure noire, va jouer un rôle important dans le film, que cela concerne des guerriers, et un prince noir qui veut se venger. C'est effectivement un peu tout ça, et c'est aussi une page de la guerre de cent ans qui déchira la France au 13ème et 14ème siècle et qui oppose le prince noir Edward d'Angleterre aux barons français. Le film est un peu agaçant car il prend un parti pro-anglais, et les Français apparaissent au mieux comme des empêcheurs de tourner en rond, au pire comme des félons. Le film a pour principal avantage de nous faire découvrir Errol Flynn dans son ultime film moyenâgeux. Errol Flynn partage l'affiche non pas avec Joanne Dru, dont le rôle n'est pas bien marquant, mais avec Peter Finch qui joue le leader des barons français. Celle qui fut modèle photo et qui sera l'épouse du chanteur Dick Haymes et de John Ireland et a tourné une série de westerns qui vont marquer les esprits, "la rivière rouge"en 1948  avec John Wayne, qu'elle retrouvera dans "la charge héroïque" (1949). Joanne Dru tournera pour les plus grands réalisateurs (John Ford, Howard Hawks, Robert Aldrich). On se rappelle d'elle dans "le convoi des braves" (1950).  Elle sera ainsi, à l'affiche dans pas moins de 11 westerns. Aujourd'hui on a tendance à oublier quel acteur était Peter Finch, et les plus cinéphiles d'entre nous se souviendront sans doute de son incroyable prestation dans "Network" (1977) au côté de William Holden, qui devait lui permettre de rafler un Oscar et un Golden Globe du meilleur acteur. Mais avant cela, Finch a bien eu une carrière et "l'armure noire" en est la preuve. Enfin on retrouve la belle actrice française : Yvonne Furneaux qui avait transfiguré de sa présence "le vagabond des mers" avec le même Errol Flynn tourné cette fois-ci avec la Warner, deux ans plus tôt.

DARKAVENGER1SHWS.jpg

Pour revenir à "l'armure noire", le film possède de grandes qualités  : superbes costumes, bonne musique, décors réalistes dignes de grands classiques. La lutte entre Peter Finch et Errol Flynn est plutôt intéressante, mais pourtant il manque quelque chose pour enlever l'adhésion pleine et entière. Il y a comme un manque. C'est peut être cette magie que Thorpe était arrivé à insuffler à son "Ivanhoé" (1952) ou au "chevalier de la table ronde" (1953), magie aussi présente dans "les aventures de Robin des Bois" (1938). La romance laisse aussi la part belle à la guerre. Et il faut le reconnaître, Flynn a bien vieilli et n'est plus ici que l'ombre de l'homme qu'il était en 1938. Enfin, n'est pas Richard Thorpe qui veut, et la production d'Henry Levin en est la preuve flagrante. On passe donc un bon moment devant "l'armure noire", mais teinté d'une douce nostalgie, car on ne peut s'empêcher de penser que c'est un des ultimes films du grand Errol Flynn.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,errol flynn,joanne dru,peter finch,yvonne furneaux,cedric thorpe davie,henry levin

Ci-dessus : Peter Finch

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,errol flynn,joanne dru,peter finch,yvonne furneaux,cedric thorpe davie,henry levin

Ci-dessus : Joanne Dru

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,errol flynn,joanne dru,peter finch,yvonne furneaux,cedric thorpe davie,henry levin

Ci-dessus : Errol Flynn

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,errol flynn,joanne dru,peter finch,yvonne furneaux,cedric thorpe davie,henry levin

Ci-dessus : Errol Flynn et Yvonne Furneaux

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,errol flynn,joanne dru,peter finch,yvonne furneaux,cedric thorpe davie,henry levin

Ci-dessus : Errol Flynn et Joanne Dru

Enfin disponible en DVD dans l'offre Adhérent de la Fnac à 6,99 € (3 films pour 20 €) dans la collection Hollywood Legends de la Twentieth Century Fox. Disponible uniquement en VO sous-titrée.

 

Note : 6,5 / 10

23/02/2014

Les 55 Jours de Pékin / 55 Days at Peking - 1963

Récemment sorti en Bluray Collector par Filmédia, Hollywood classique est fier de vous présenter "les 55 jours de Pékin", super production de Samuel Bronston et dernier film de Nicholas Ray. Je ne vais pas refaire le making-off que vous pouvez retrouver sur le Bluray ou dans un court résumé, dans la vidéo de présentation ci-dessous. Néanmoins je veux quand même insister sur la beauté de cette édition qui restitue le génie de Ray dans ses moindres couleurs. En effet, la définition et les couleurs sont formidables. Le film semble littéralement avoir été tourné hier. Et c'est un plaisir de redécouvrir cette oeuvre dans de telles conditions de restauration. Je ne sais pas où Filmédia déniche ses masters, mais ils sont d'une étonnante jeunesse. Ainsi après la sortie de leur incroyable master de "A l'abordage !" avec Errol Flynn, "les 55 jours de Pékin" est encore un coup de maître pour cette firme. On peut d'ailleurs se rendre compte de l'énorme travail de restauration, avec sur les bonus un comparatif en images, entre l'ancienne version et la version restaurée qui nous est présentée.

49528.jpg

Pour revenir au film lui même, il regroupe quelques unes des plus grandes stars internationales de l'époque. On peut citer : Charlton Heston, Ava Gardner, David Niven, PaulLukas, Flora Robson, John Ireland, et Harry Andrews. La relation entre le réalisateur et Ava Gardner fut désastreuse, celle-ci se comportant très mal et arrivant souvent en retard et ivre. On pense qu'elle réussit à obtenir le départ de Nicholas Ray. En effet, on ne sait si Ray a fait une crise cardiaque. En tous les cas, une ambulance est venue le chercher et à mi-film il était remplacé par Andrew Marton and Guy Green. Le tournage eut lieu en grande partie en Espagne, où Samuel Bronston fit recréer la Chine de 1900. Et cela donne à l'image des décors assez incroyables et le sentiment que le film a été tourné en Chine même. Dans cette super-production qui aurait pu être étouffante, les scénaristes et Ray sont arrivés à mettre des pauses, et la relation entre la jeune enfant chinoise, jouée par  Lynne Sue Moon et Charlton Heston est particulièrement touchante et enlève l'adhésion. A cela il faut ajouter les presque 2 heures de musique d'un Dimitri Tiomkin très inspiré et qui nous donne une musique un peu baroque, étrange, mais toujours magnifique. Il ne vous reste donc qu'à vous ruer sur cette fabuleuse édition Bluray,  à voir et à revoir de toute urgence.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Charlton Heston et David Niven

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : John Ireland

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus Charlton Heston

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : La tension palpable entre Nicholas Ray et Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Nicholas Ray sur le plateau des 55 jours de Pékin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner et le directeur de la photographie ? (Jack Hildyard)

 

Présentation :

 

Bande-annonce :

 

Extraits de la musique :

Disponible en Bluray collector chez Filmédia VF et VO sous-titrée

 

Note : 9 / 10

30/11/2013

Le cavalier au masque / The purple mask - 1955

"Le cavalier au masque" n'est pas le plus grand film de l'Universal. En effet, en plus de devoir supporter un scénario pas très crédible, pourtant tiré de la pièce de Paul Armont et Jean Manoussi, on se retrouve avec un Tony Curtis maniéré à l'extrème. Les incohérences du scénario se retrouvent dans quasiment chaque séquence. Ainsi, Tony Curtis est censé représenter un royaliste masqué en lutte contre le pouvoir dictatorial du premier consul, Bonaparte. Mais dès le départ, rien est crédible. Les ministres de la police sont représentés comme des shérifs prêts à conduire des charrettes de foin, ou à porter des fausses barbes. On finit par rire devant ce cavalier au masque, qui ne peut se voir qu'au deuxième ou au troisième degré. On retrouve des décors déjà vu dans d'autres films de Curtis, comme dans "le chevalier du roi" (1954) ou "le fils d'Ali Baba" (1952). Et oui, c'était l'époque où l'Universal utilisait et réutilisait ses décors pour plusieurs productions, pour des raisons économiques. La réalisation de H Bruce Humberstone n'est pas si mauvaise et les costumes sont plutôt chatoyants et vraiment d'époque. Malheureusement, c'est presque le seul point fort du film.

Le-Cavalier-au-masque-affiche-11184.jpg

A cela il faut ajouter un tournage en cinémascope et une présentation DVD en 4/3, et une très faible définition ! Si Universal voulait détruire son propre catalogue, il ne le ferait pas autrement. Le film en lui même n'a certes pas beaucoup de qualités. Mais là, c'est purement et simplement du sabotage. En conclusion, je vous conseille de ne pas acheter ce "cavalier au masque", car même en promotion, c'est toujours 7,50 € d'économie non investis sur un mauvais film, totalement massacré par l'éditeur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Ci-dessus : On reconnait de gauche à droite, Colleen Miller, Angela Lansbury et Tony Curtis (en royaliste rose ...)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Note : 4 / 10 (pour les costumes et le second degré)

20/11/2013

A l'abordage / Against All Flags - 1952

"A l'abordage" n'est pas le dernier film de pirates d'Errol Flynn. En effet, il y aura un an plus tard, l'excellent "Vagabond des mers" (1953), certainement encore meilleur. Il n'en reste pas moins que cela reste un film de pirates avec Errol Flynn. Je n'ai pas besoin de dire que Flynn est plutôt ici sur une pente un peu descendante par rapport à ses premiers films d'aventure. Ainsi le héros de "Capitaine Blood" (1935), "de l'aigle des mers" (1940), ou des "aventures de Robin des Bois" (1938) a perdu de sa superbe. Néanmoins, sa présence est encore très forte à l'écran, et de nombreuses scènes avec Maureen O'Hara sont particulièrement plaisantes à regarder. Le casting est d'ailleurs plutôt avec en plus d'Errol Flynn et Maureen O'Hara, un Anthony Quinn en pirate de Madagascar. A ce prestigieux casting, il faut ajouter la jeune Alice Kelley, toute petite vedette de la Universal, qui joue ici une princesse un peu niaise et écervelée et gentiment nymphomane. Alice Kelley on l'avait vu par exemple dans "le fils d'Ali Baba" avec Tony Curtis.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Vous l'avez compris, c'est bien ici l'humour qui est présent, en plus de l'action, du suspens et de la romance. Le cocktail est donc plutôt plaisant. Et on sent que le vétéran du film d'action et de westerns à la Universal, George Sherman, est plutôt à son aise.  Alors, c'est vrai que ce n'est sûrement pas le plus grand film d'aventure d'Errol Flynn. Mais le film reste toujours plaisant et bénéficie qui plus est, d'une incroyable qualité d'image, qui écrase la précédente édition Universal. Je ne sais pas où Filmedia a trouvé le Master, si c'est eux qui l'ont restauré. Cette société est d'ailleurs très discrète. On ne trouve pas son site internet. Il n'y a pas de logo sur le DVD, mais Dieu que c'est beau et que c'est fluide. Les couleurs resplendissent comme jamais, les moindres détails sont soulignés, permettant de distinguer des trucages, ou certains décors en carton pâte. Si il reste quelques minuscules points blancs, c'est tout à fait mineur. Vous pourrez donc redécouvrir ce film avec un magnifique master, digne du support Bluray. Alors hissez la grande voile, aiguisez votre sabre, et tenez vous prêt à passer à l'abordage. Tout est en place pour une belle séance de cinéma pour petits et grands.

A noter en bonus du Bluray, une présentation intéressante de l'historien du cinéma, Mr Patrick Brion, notre maître Yoda à tous.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn et Anthony Quinn

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn et Maureen O'Hara

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn de dos et Alice Kelley

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Notez le travail sur le Master

 

Film disponible chez Filmedia en Bluray Zone 2 version Française et VO sous-titrée

 

Vidéo (réalisée par un jeune je suppose) :

Note : 8,5 (6,5 pour le film + 2 pour l'incroyable qualité du master)