Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Disparition de Michèle Morgan

Hier j'apprenais avec émotion, la disparition de notre Michèle Morgan nationale, très grande artiste du cinéma français. Je me souviens d'elle, dans "Quai des brumes" avec Gabin, dans "Fortunat" avec Bourvil, dans "Passage to Marseille" avec Humphrey Bogart, dans " Marie-Antoinette reine de France" ou encore "dans "Maxime" avec Charles Boyer ou encore dans  le miroir à deux faces" avec le même Bourvil, et dans combien d'autres ! Michèle Morgan s'en est allé et c'est un peu de nous même qui nous a quitté. C'est un peu comme cette grand-mère qu'on a toujours aimé et qui n'est plus. Aujourd'hui, je me souviens de ton sourire et de tes yeux. Je me souviens de ton rire et de ta voix. Je me souviens que le temps passe et s'en va comme le sable entre les doigts. Mais je sais que ton souvenir restera encore sur quelques bobines de films et de supports numériques, mais encore et surtout dans la mémoire des cinéphiles. Adieu Michèle. Nous cinéphiles sommes tous un peu en deuil aujourd'hui. Repose en paix. On pense fort à toi, et surtout on continue de t'aimer.

Morgan1.jpg

382800.jpg

3207764539_1_6_KpzMxhQQ.jpg

michele_morgan.jpg

3176646043_1_2_RezzlH0W.jpg

 

28/12/2015

Une partie de campagne - 1936

Une fois n'est pas coutume, je vais dans cette note célébré le cinéma français, pas cette chose généralement sans saveur et sans goût qu'il est devenu aujourd'hui, mais ce qu'il était hier : beau et grand à la fois. Ainsi, dans les maîtres du cinéma français d'autrefois, il faut écrire en lettres d'or, sur le fronton du Panthéon des génies du cinéma, le nom de Jean Renoir. J'ai vu hier un "petit film" de quarante minutes, que certains pourraient regarder avec un dédain hautain. Mais ce serait une grave erreur de jugement. En effet, ce moyen-métrage adapté d'une nouvelle de Maupassant, est peut être le plus grand film de Jean Renoir. Tout y est, la beauté de la nature, tant célébré par le père du réalisateur (le célèbre Auguste Renoir); mais on y trouve aussi, la grâce, l'amour, et aussi la fragilité de ce dernier, devant la destinée implacable qui contraint, les plus forts sentiments de l'Homme. "Une partie de campagne"a un scénario parfait, tiré d'une nouvelle de Maupassant initialement publiée dans La Vie moderne des 2 et avant d'être intégrée au recueil "la maison Tellier". Le scénario nous raconte l'après-midi à la campagne, d'un quincailler et de sa famille (sa femme, sa fille et son futur gendre). Sur ce thème, Jean Renoir se plaît à faire revivre l'impressionnisme de son père Auguste et de ses contemporains, comme Gustave Caillebotte ou Paul Cézanne. Mais c'est évidemment sa filiation qu'il veut mettre en avant. "Une partie de campagne" nous fait revivre une banlieue parisienne rêvée, toute encore campagnarde, une France de l'insouciance, un Paradis sur la terre, où hommes et femmes batifolent sans se soucier du lendemain. Mais il s'arrête aussi sur ces sentiments plus forts, que rien ne peut détruire mais que la destinée et le monde vont contraindre. Comme je l'ai dit, Renoir prend la suite de son père, et célèbre la nature, sa grandeur, et sa sensualité. Mais il y célèbre aussi les femmes de l'époque de son père, leurs amours et leurs vies contraintes. C'est la France d'avant-hier, un Paradis perdu qu'il nous décrit, sous nos yeux émerveillés. A t'il jamais existé ? Quoiqu'il en soit l'orage clôture la partie de campagne, comme pour chasser Adam et Eve du Paradis. La mélancolie remplacera la joie. Et trois ans après le tournage de ce film, la guerre embrasera la France. C'est pour tout cela qu'une partie de campagne, reste comme un film béni du cinéma français. En nos temps troublés, il mériterait bien d'être diffusé dans toutes les classes de France et de Navarre, pour montrer au jeune public ce que peut être la nature, la beauté, la joie, et l'amour. "Une partie de campagne" est aussi beau et magnifique qu'un flirt un beau dimanche de juin au bord de l'eau. C'est une bénédiction.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Sylvia Bataille

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Jane Marken & Sylvia Bataille

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Jacques Brunius & Sylvia Bataille

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Sylvia Bataille & Georges Darnoux

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Sylvia Bataille & Georges Darnoux

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : Georges Darnoux, Jacques Brunius, Sylvia Bataille & Jane Marken

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,sylvia bataille,georges d'arnoux,jane marken,andré gabriello,jacques b. brunius,paul temps,gabrielle fontan,jean renoir,marguerite renoir,henri cartier bresson,jacques becker,georges bataille,pierre lestringuez,alain renoir,joseph kosma

Ci-dessus : l'équipe sur le tournage

 

 Ci-dessous la bande-annonce :

Disponible en version restaurée, chez M6 Vidéo dans un coffret Jean Renoir comprenant également "la chienne" avec Michel Simon.

 Note : 10 / 10

02/08/2015

Scènes de ménage - 1954

Je vous propose de reparler un peu de cinéma français. Aujourd'hui, je vous propose un film très plaisant, "scènes de ménage" d'André Berthomieu. Le film a l'ambition de faire rire, et il y arrive pleinement. L'action se passant au début du siècle précédent, à Paris. Ainsi, on reste admiratif devant les costumes, le ton du film, la musique d'époque, et un peu avant, par ces premières images d'archives qui nous laissent voir un Paris oublié et disparu, mais qui n'a pas forcément tellement changé dans certains de ses quartiers historiques (la Concorde, l'Arc de Triomphe). Malheureusement après, cette entrée en matière plutôt convaincante, le film se divise en 3 sketchs qui sont autant de huis-clos filmés de façon relativement théâtrales, avec très peu de mouvement de caméra ou de scènes extérieures. Alors c'est vrai que cela peut s'expliquer par le fait que ce film est tiré de trois pièces de Georges Courteline : « La Peur des coups », « La Paix chez soi », « Les Boulingrin ». Ceci dit, lorsqu'on a franchi le pas, on rit, on sourit et surtout on savoure les dialogues de George Courteline, et de Marcel Achard pour les ajouts. En effet, tout cela est brillamment écrit, et parfaitement interprété par une pléïade d'acteurs français de grands talents. Ainsi, on peut citer, Louis de Funès, Marthe Mercadier, Sophie Desmarets, Bernard Blier, François Périer, Jean Richard, ou encore Marie Daems. Cela me donne l'occasion de rappeler à votre souvenir Marthe Mercadier, dont, sa fille Véronique a annoncé publiquement qu'elle était atteinte depuis un an de la maladie d'Alzheimer. Dans le magazine France Dimanche (avril 2014), Marthe Mercadier déclarait ne vivre que d'une retraite de 420 euros par mois, n'ayant pas cotisé aux caisses de retraites. Émus, les forains parisiens lui avaient offert une roulotte car elle avait été expulsée de son logement avec la fin de la trêve hivernale. Vous me rejoindrez probablement pour dire que tout cela est bien triste, pour une femme de 86 ans, qui a fait rire des générations de spectateurs. Quoiqu'il en soit, que cela ne vous gâche pas le plaisir de découvrir ce petit bijou de comédie à la française, intelligente, soignée, chic et folle, comme on en fait malheureusement plus, aujourd'hui. Le dernier sketch fou avec Louis De Funes, vaut à lui seul la vision du film. Ce n'est pas du très grand cinéma, mais du bon sans aucun doute.

Scenes_de_menage.jpg

1954-00034.jpg

0002919_aff_001_med.jpg

Ci-dessus : Marthe Mercadier se bat avec Louis De Funes

Disponible en DVD zone 2 chez Gaumont

Note : 7,5 / 10

02/05/2015

Tendre Poulet - 1972

Si il y a bien un réalisateur français, à redécouvrir, c'est peut être Philippe De Broca. La cinémathèque française et les éditeurs l'ont bien compris et nous font ainsi parcourir son oeuvre, dans diverses rediffusions ou sorties Bluray. Le public français a donc la chance de redécouvrir dans de très bonnes conditions une partie de l'oeuvre de Philippe De Broca, que soit à travers "tendre poulet" (1972), "on a volé la cuisse de Jupiter", "le cavaleur", "le bossu" (1997) tous édités chez TF1 vidéo, ou encore dans ce coffret édité chez Gaumont qui comprend plusieurs de ses oeuvres de jeunesse. Philippe De Broca, c'est peut être avant tout chose, le réalisateur qui a magnifié à l'écran la liberté. Cette liberté qui ne satisfait pas des apparences ou de ce que peut offrir la société. Ainsi déjà dans "Cartouche" avec Jean-Paul Belmondo, il décrit cette société underground, mais tellement libre, qu'elle en devient fascinante. Ici aussi dans "Tendre Poulet", la liberté est célébrée. Liberté sexuelle d'abord, où Catherine Alric vend son corps à une partie de l'assemblée nationale, dans le plus pur bonheur, et en totale ingénue. Liberté aussi, des rapports humains, où la rencontre entre Girardot et Noiret, ne s'encombre d'aucun formalisme. Ensuite De Broca, nous montre aussi des personnages à l'esprit libre. Girardot commissaire, est pourtant libre de ses mouvements, libres de démissionner, ce qu'elle fait d'ailleurs. Même la solitude de Noiret, semble choisie. Après tout, on est libre d'enseigner le grec ancien, plutôt que d'aimer une femme ! Par conséquent pour Broca, ce sont les personnages les plus obscurs et les moins libres qui se révèlent les plus dangereux. Dans "Cartouche" (1962), c'est bien le personnage de  Malichot, effacé et craintif qui sera le plus dangereux. Dans "tendre poulet" il en est un peu de même. On ne peut terminer cet article sans citer la superbe musique de Georges Delerue. Les films de Philippe De Broca, ont donc une saveur particulière, peut être parce que son oeuvre célèbre aussi, cette France d'hier, cette France active et libérée des idéologies mortifères, où il faisait tellement bon vivre et aimer, et où chacun savait finalement, qu'elle était sa place. En 2015, ce cinéaste pressé, qui ne tournait souvent qu'avec une seule prise, semble essentiel à notre mémoire cinématographique collective.

url.jpg

tendre-poulet-1977-02-g.jpg

121.jpg

tendre-poulet-1977-03-g.jpg

tendre-poulet-1977-01-g.jpg

Ci-dessus : Annie Girardot & Philippe Noiret

tendre_poulet_portrait_w858.jpg

Ci-dessus : Catherine Alric & Guy Anthony

Extrait de la musique de Georges Delerue :

 Disponible en DVD & Bluray Zone 2

Note : 7 / 10

19/11/2014

Angélique Marquise des Anges - 1964

En ce moment, je suis dans ma période cinéma français. Je tiens donc à parler du film de Bernard Borderie, "Angélique marquise des anges". Ce film et cette série à l'importance sociale et cinématographique majeure, a été éreinté par une certaine critique intellectuelle. Ainsi, certains ont dit qu'il ne faisait pas honneur au cinéma français. Ce propos est une totale absurdité. Et peut être, devons nous, nous attarder en tout premier, sur ce qu'est le cinéma. Le cinéma c'est une expérience qui doit bouleverser le spectateur. Et lorsque j'ai vu ce film profitant d'une sortie Bluray, moi qui ne l'avait jamais vu, j'ai pleuré comme un enfant. Je n'ai pas pleuré devant la beauté des images, mais devant la beauté d'une histoire peut être à l'eau de rose, mais qui si elle ne fait pas honneur au cinéma, fait honneur à la gente féminine. Il n'est pas seulement un film d'aventures, comme en tournait beaucoup, le cinéma français dans les années 60. Il fait surtout parti des rares films où le héros est une femme. Dans cette catégorie, on peut citer "Autant en emporte le vent" (1939) avec Vivien Leigh, "Ambre" (1947) avec Linda Darnell, ou encore la série des "Caroline Chérie" avec Martine Carol. Mais contrairement à "Autant en emporte le vent" ou "Ambre" ici Angélique n'agit que par amour. Et finalement, son incroyable succès s'explique, car ce film est arrivé au moment précis, où la jeune fille française se libérait des dernières contraintes du passé. Ainsi, l'érotisme du film, presque surprenant pour l'époque, garde au film, une modernité.

ANGELIQUE MARQUISE DES ANGES.jpg

Alors  bien sûr, le film a des défauts. On peut citer des problèmes de raccords, une photographie pas toujours au top niveau, un scénario parfois pas totalement parfait. Mais les qualités sont aussi nombreuses. Ainsi, il faut quand même bien redire que Michèle Mercier est extraordinaire dans le rôle d'Angélique et tient le film et les autres films de la série sur ses épaules. On se souviendra un jour de cette formidable actrice ! Mais Robert Hossein est également très bon. Dans les seconds rôles, on peut citer l'excellent Jean Rochefort. A tout cela, il faut ajouter la superbe musique de Michel Magne très inspiré ici. Et pour finir sur la critique de ce film légendaire, je dirai, que quand un film arrive à bouleverser autant de générations de spectatrices, c'est qu'il est entré dans la légende. Ma mère se souvient avoir lu le roman et vu les films. Je me souviens que des jeunes filles se pressaient pour le voir à la télévision lorsque j'étais adolescent. Un mauvais film n'aurait pas traversé ainsi les générations, pour arriver jusqu'à nous, tout auréolé de la gloire du public. Oui messieurs les critiques, "Angélique marquise des anges", fait bien honneur au cinéma français et aux femmes qui ont un coeur !

angelique_marquise_des_anges_1964_portrait_w858.jpg

Ci-dessus : Michèle Mercier & Giuliano Gemma

angelique-marquise-des-a-ii05-g.jpg

Ci-dessus : Robert Hossein

angelique-marquise-des-anges-12-1964-5-g.jpg

Ci-dessus : Michèle Mercier

dddcustom.png

Ci-dessus : Robert Hossein

gccustom.png

Ci-dessus : Robert Hossein & Michèle Mercier

 

Extrait de la musique de Michel Magne :

 

Très belle interview de Michèle Mercier :

 Disponible en Bluray & DVD VF (à déplorer la qualité moyenne du Bluray)

Note : 7,5 / 10

15/11/2014

La révolution française - 1989

Il y a des films bénis par la grâce des Dieux et malheureusement oubliés des cinéphiles. Ce blog est là pour les tirer de l'oubli. "La révolution française" immense fresque révolutionnaire est un de ceux là. Cette oeuvre est composé de deux films distincts et divisent la révolution française : "les années lumières" avant la prise de la bastille et jusqu'à la prise des Tuileries par le peuple, et "les années terribles" qui commence avec l'arrivée du roi à la prison du Temple et qui finit après la mort de Robespierre. De cette colossale oeuvre tournée par deux réalisateurs : Robert Enrico pour la première partie, et par Richard T. Heffron, pour la deuxième partie. La distribution est réellement éclatante et internationales. On peut citer, Klaus Maria Brandauer qui est un formidable Danton, mais aussi François Cluzet, superbe en Camille Desmoulins et qui a là sans doute un de ses plus grands rôles. Mais que dire du talent consommé d'un Jean-François Balmer en Louis XVI, de Jane Seymour en Marie-Antoinette, ou d'un exceptionnel Andrzej Seweryn en Robespierre. Ce dernier avait d'ailleurs déjà, interprété Robespierre dans le film "Danton" (1983) avec Gérard Depardieu. Cette distribution des rôles principaux est complétée par bien d'autres : Peter Ustinov, Sam Neil, Claudia Cardinale, ou encore Jean-François Stévenin.

Revolution_francaise_affiche1.jpg

Derrière ce casting exceptionnel, les réalisateurs et les scénaristes nous font revisiter des pages terribles de notre histoire, faites d'espérance, de fureur, et de sang. Tout est récréé, que ce soit, les costumes, décors etc. Ainsi, la prise de la Bastille est très bien rendue. On se retrouve, réellement sur le champ de bataille de ce 14 juillet 1789.  Tout cela est rehaussé par la musique d'un Georges Delerue très inspiré. Ainsi, il nous donne un hymne à la liberté, qui devient une sorte de Marseillaise du film, chantée dans le titre final de la première partie par la soprano, Jessye Norman. Les plus exigeants reprocheront peut être une réalisation un brin conventionnel. Pour ma part j'ai une histoire avec ce film, car en 1989, j'avais 16 ans, et je me souviens que les cours d'histoire se transformait souvent cette année là, en visionnage de film sur la révolution. Et voir ces films avaient été une grande expérience d'adolescent. Peut être n'aurais je pas autant aimé l'histoire de mon pays, si je ne les avais pas vu. "La révolution française" reste donc pour moi un film essentiel, qui nous montre d'où nous venons et qui fait des citoyens responsables et éduqués. Il devrait être passé et repassé dans toutes les classes d'histoire, si l'histoire de France est encore enseignée ! A l'heure, de la sortie des jeux vidéos, comme Assassin's Creed, qui popularise la révolution française, à coups d'approximations, la jeunesse devrait voir ce film, qui lui parle du passé d'un vieux pays qui ne veut pas mourir, qu'on appelle la France. Alors pourquoi ce film n'a t'il jamais bénéficié d'une vraie restauration pour une sortie Bluray et que l'on doit se contenter d'une "petite" édition DVD, sortie le 11 juin 2009, mystère. Je n'ai pas de réponse, concernant l'oubli d'un film majeur du cinéma français et de notre histoire nationale. Un film tout simplement incontournable.

d71ec192-6312-4ca9-b00a-f20b40acb7e0.JPG

Ci-dessus : Claudia Cardinale & Jane Seymour

1.JPG

revolution-francaise-1989-06-g.jpg

revolution-francaise-1989-08-g.jpg

Ci-dessus : Klaus Maria Brandauer (Danton)

revolution-francaise-1989-09-g.jpg

Ci-dessus : Jean-François Balmer (Louis XVI à droite) & Sam Neil (Marquis de Lafayette à gauche)

revolution-francaise-1989-15-g.jpg

Ci-dessus : Jane Seymour (Marie-Antoinette)

 

Extraits de la superbe musique de Georges Delerue :

 

 Disponible en DVD zone 2, Version Française

Note : 9 / 10