Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

Prologue / Footlight Parade - 1933

Pour le réveillon, quoi de mieux que de parler d'un film chorégraphié par Busby Berkeley : "Prologue". "Prologue" ou en anglais "Footlight Parade" fait parti des films chorégraphié en 1933 par Busby Berkeley. Ainsi on retrouve pour cette année 1933 : "42nd Street", "Gold Diggers of 1933", "Footlight Parade" et "Roman Scandals". Pourquoi ce titre "Prologue" ? Cela s'explique par le scénario dans lequel s'inscrit le film. En effet, avec l'arrivée du parlant au cinéma, James cagney qui joue un producteur de revue musicale se retrouve avec des salles vides. Il décide donc de créer des revues musicales avant le film. Et de quelques salles il se retrouve à couvrir tout le pays. Et c'est bien à une industrie naissante que l'on assiste et à une espèce de "Prologue" de la comédie musicale, où la réalité rejoint la fiction et où finalement la fiction dépasse réalité. On se rend compte ainsi que les cinémas en 1930 étaient souvent des salles de spectacles immenses ou plus exactement des grands théâtres avec balcons et pouvant contenir 2000 personnes ou plus. Ce film parle tout autant de la naissance de la comédie musicale à Hollywood, que de la société américaine de l'époque et de ses distractions.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley

James Cagney y joue donc un producteur. Ainsi dans le film, on retrouve le travail fou du producteur mais aussi du chorégraphe joué par le débonnaire Frank McHugh qui doit manager une bande de girls plus belles les unes que les autres et qui ne supporte plus la charge de travail. Le film pêche un peu par son succès. En effet, la réputation de Busby Berkeley, de James Cagney, et de Ruby Keeler, n'étant plus à faire, le spectateur ronge un peu son frein en attendant les fameux gros numéros de danses qui n'arrivent que dans la 2ème partie du métrage. De plus, dans la première partie, la belle Ruby Keeler est câchée derrière de vilaines lunettes et un bureau de secrétaire.  Tout ça est un peu dommage, car finalement cela déséquilibre le film. Mais oui, les numéros dansés sont  magnifiques et pour certains légendaires.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley

Ci-dessus Dick Powell et Ruby Keeler

La distribution est complétée par Dick Powell et par Joan Blondell. C'est d'ailleurs assez surprenant de voir Dick Powell si heureux de vivre et de chanter. Mais c'est qu'aujourd'hui on a oublié qu'il a commencé par faire des comédies musicales avant d'attaquer des rôles plus dramatiques comme dans "le grand attentat" ou "Cornered". La musique est de Harry Warren et Sammy  Fain et les paroles d'Al Dubin et Irving Kahal.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley

Aujourd'hui qui se souvient de James Cagney, de Ruby Keeler, ou de Dick Powell à ses débuts ? Personne. C'est malheureux. Car finalement le glamour d'Hollywood de cette époque vaut largement le Hollywood d'aujourd'hui. En ce sens, "Prologue" est bien la magnifique introduction de 30 ans de glamour et de films de rêves à Hollywood. La 2ème partie du film est un enchantement qui laisse déjà présager les futurs chefs-d'oeuvres qui seront produits 20 ans plus tard, mais cette fois-ci en couleur.

 

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley


Extraits (By a waterfall avec Dick Powell et Ruby Keeler) :

 


Footlight Parade - Shanghai Lil (1933) par eugene3453

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley

Publicité censurée de l'époque (Joan Blondell en photo)

 

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,james cagney,ruby keeler,joan blondell,dick powell,lloyd bacon,busby berkeley

Ci-dessus James Cagney avec les Girls de "Prologue" ne semble pas le plus malheureux.



Disponible en DVD Zone 2 sur le site de l'éditeur dans la collection Pré-code (Hollywood Forbidden). Mais je conseillerais plutôt le coffret de la collection Busby Berkeley en version Zone 1. Car le film comprend des bonus contrairement à la version Zone 2 qui n'a aucun bonus.


Allez j'arrête là pour cette année 2012. Bonne et heureuse année 2013 à tous mes lecteurs et à tous les amoureux de cinéma classique. Et à l'année prochaine pour de nouvelles aventures cinématographiques sur Hollywood Classic !!


NOTE : 8,5 / 10

30/12/2012

Picture Snatcher - 1933

"Picture Snatcher" de Lloyd Bacon fait parti de la liste des films sortis sur le site Warner France et qui ont été tournés avant la mise en place du code de censure en 1934. Ce film est particulièrement intéressant car on y retrouve un James Cagney survitaminé et d'une tonicité à toute épreuve. James Gagney joue dans ce film le rôle d'un gangster repenti qui décide de se ranger en sortant de prison. Il décide donc d'être journaliste reporter. Mais il devra utiliser toute son expérience de gangster pour arriver à ses fins et satisfaire son directeur de rédaction. On retrouve dans la distribution la belle Alice White qui fait le rôle d'une journaliste plutôt volage et Ralph Bellamy qui tournera énormément dans les années 30.

Picture Snatcher DVD Large.jpg

Le film contient toute la folie et l'ambiance de l'époque : gangsters, flics louches, jolies filles faciles, journalistes sans aucune morale et bien entendu les fameux "speakeasy" (bars clandestins) de la prohibition. Et surtout ce métrage comporte de l'action sans arrêt. Il y en a presque tellement qu'on finit presque épuisé à suivre, notre héros négocié avec des gangsters, un forcené, son patron, etc Il y a également des courses poursuites qui ont lieu en voiture, ou dans le métro et qui donne au film une étonnante modernité. Mais ce film est réellement le reflet d'une époque, le début des années 30, comme dans la scène avec les tipograhes.

picturesnatch3.png

Ci-dessus Alice White, se préparant à aller faire un calin à James Cagney.

ps2.png

Ci-desssus James Cagney et Alice White

De plus, ce qui est particulièrement surprenant dans ce film c'est le traitement de la violence qui est réaliste, mais aussi des relations entre homme et femme, où le désir sexuel est mis en évidence avant les sentiments. Ce que s'interdira de faire plus tard, Hollywood.

picture_snatcher.jpg

Ci-desssus James Cagney et Ralph Bellamy

Bref, vous l'aurez compris ce film très tonique m'a beaucoup plu. J'ai pris beaucoup de plaisir à le voir. On pourra peut être toutefois lui reprocher une action omniprésente qui donne parfois l'impression de lire 4 lignes sans ponctuation.

A noter une très belle qualité d'image pour un film de 1933.

 

Disponible en DVD Zone 2 sur le site de l'éditeur dans la collection Pré-code ou dans le volume 3 de la collection "Gangsters" en DVD zone 1.

 

NOTE : 7 / 10

03/12/2012

La blonde framboise / The Strawberry Blonde - 1941

"La Blonde framboise" est tirée de la pièce de James Hagann intitulée One sunday afternoon, que Raoul Walsh réadaptera une nouvelle fois en comédie musicale pour Dennis Morgan, Janis Paige et Dorothy Malone. Le film est également le remake de One Sunday Afternoon (1933) de Stephen Roberts, interprêté par Gary Cooper et Fay Wray. Les vedettes principales sont James Gagney, Olivia de Havilland, et Rita Hayworth. Le rôle de Rita Hayworth avait été écrit à l'origine pour Ann Sheridan, mais cette dernière refusait de jouer dans ce film car elle était en conflit avec Jack Warner qui avait refusé de la laisser jouer dans une comédie musicale de la Twentieth Century Fox. La Warner fut dans l'obligation de négocier avec la Columbia car Rita Hayworth était en contrat avec cette dernière société. Elle fut donc prêtée pour ce film et pour un autre, mais la Warner ne put jamais racheter son contrat.

1941strawberryblonde.jpg

Si Rita Hayworth devait bien s'entendre sur le tournage avec James Cagney, il n'en fut pas de même avec Olivia de Havilland. Quant au film lui même ? Il serait de bon ton de dire que c'est une comédie légère de l'époque, mais pour ma part j'ai trouvé cela extrèmement daté et pour tout vous dire, je trouve que ce film a très mal vieilli. On a l'impression que le film a été fait pour un public de personnes âgés vivant en 1941, pour leur rappeler le bon vieux temps d'avant la première guerre mondiale ... Donc on retrouve les moeurs de l'époque avec la ballade du dimanche après-midi, sous les mélodies éternellement les mêmes  et définitivement vieillies de la fanfare de quartier. Rien de bien excitant.

blonde-framboise-cagney-havilland.jpeg

Enfin si Cagney est présent sur le métrage et a demandé que Raoul Walsh soit le réalisateur, on peut réellement se poser la question de ce que le film aurait donné si le rôle avait été donné à un autre acteur comme Errol Flynn par exemple et si le héros avait été mis en valeur. Cagney semble totalement à côté de son rôle. Aujourd'hui, James Cagney reste pour le public, l'éternel interprête des durs des films de gangsters comme dans "les fantastiques années 20", "l'ennemi public" ou "l'enfer est à lui". On a donc réellement du mal à croire en lui dans un rôle de joli coeur. Il se fait d'ailleurs tabasser, et rouler le plus souvent. Et même Alan Hale qui avait généralement un rôle de faire valoir dans les films de Flynn se retrouve à inverser les rôles. Preuve en est, Cagney répète à n'en plus finir "I take nothing, from nobody", comme si il avait besoin de le répéter sans fin pour que le public y croit. Seul Jack Carson semble crédible dans son rôle de patron véreux. "La blonde framboise" est donc un film relativement plat, qui tourne en plus autour de l'univers des dentistes, de molaires arrachées et des premières anesthésies. Qui aime les dentistes, aimera peut être ce film. Mais pour moi au mieux, tout cela tombe à plat, avec une qualité d'image qui en plus, est très moyenne.

Disponible en DVD dans les Trésors Warner (zone 2)

sb7.jpg

 

On ne me fera pas croire que cette musique composée en 1895, n'était pas déjà super datée en 1941 :

 

 

NOTE : 5,5 / 10