Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2012

Né un 4 juillet / Born on 4th of July - 1989

Aujourd'hui jour d'élection du président américain, je vous présente un film particulièrement touchant et peut être le plus beau film anti-militariste de toute l'histoire du cinéma : "Né un 4 juillet". Le film évoque l'histoire réelle de Ron Kovic, vétéran des Marines, ayant servi au Vietnam, de son enfance à son retour dans une chaise roulante aux USA. Le film est particulièrement poignant car il montre comme aucun film jusqu'alors, la beauté insurpassable de la vie et de l'espoir qu'il y a dans chaque enfant, et dans chaque rêve d'enfant. Le film montre tout d'abord les erreurs de Kovic qui croit le discours patriotique anti-communiste, qui le pousse à s'engager. Puis bientôt la blessure de guerre, l'infirmité et l'indignité qu'elle apporte aux yeux des autres, va lui ouvrir les yeux et lui montrer qu'il a été manipulé par d'autres vers des buts qui n'étaient pas les siens. Le film rappelle donc aussi l'importance des choix et des décisions de chacun. Nos choix sont ils réellement les notres ou ceux que la société nous impose ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,tom cruise,willem dafoe,oliver stone

Le casting est excellent, avec en tête Tom Cruise qui écrase tout sur son passage dans son interprétation totalement à contre emploi, de vétérans dépressif et handicapé. On retient aussi quelques apparitions d'acteurs connus tout le long du film, comme Willem Dafoe en vétéran blessé, et Tom Berenger en sergent recruteur ou même Oliver Stone en reporter. Alors bien sûr, on a ici une charge forte contre la guerre du Vietnam et ses conséquences. L'attaque est faite en règle contre le parti Républicain de l'époque.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,tom cruise,willem dafoe,oliver stone

Ci-dessus le vrai Ron Kovic et Tom Cruise :

Mais au delà du sujet purement américain, la vision de ce film, nous donne envie de nous lever et de crier notre indignation contre les faiseurs de guerre, les marchands d'armes, les politiciens et tous ceux qui veulent par leur fanatisme faire de notre planète un enfer au nom de Dieu, du profit, de l'ordre ou de que sais je encore ! Aucune cause ne devrait mériter le sacrifice d'un seul être humain et de ses rêves. Aucune cause, aucun Dieu ne devrait avoir besoin de la vie d'un de nos semblables, seulement par ce qu'ils ne pensent pas totalement comme nous. Ne devrait on pas penser plutôt l'autre comme à notre frère ou à notre soeur et non comme à un potentiel ennemi ? Voilà le message de ce film. Quand changerons nous pour enfin considérer et admettre, comme l'a très bien dit le président Kennedy en son temps, que nous respirons le même air, que nous chérissons tous, nos enfants et que nous habitons tous la même minuscule planète que l'on appelle la Terre. Car c'est bien à la terre que chacun nous reviendrons, quand notre temps sera venu. Et que par conséquent, au delà de nos différences, tous nos efforts devraient être mis en oeuvre, non pas pour provoquer la mort de notre prochain ou la destruction absolue de nos ennemis mais bien le recul de la faim, de la misère, de la maladie, de la souffrance et donc de la mort partout dans le monde. Comme d'habitude, j'ajouterais quelques mots sur la magnifique musique de John Williams qui tire les larmes au spectateur bien malgré lui. En résumé, au delà de ses qualités cinématographiques propres, ce film mérite donc d'être vu en mémoire des vétérans partis au Vietnam et sacrifiés dans une guerre absurde mais aussi pour l'accusation qu'il lance contre la guerre en générale à la figure de chaque être humain, car finalement personne ne peut être dédouané de sa responsabilité individuelle. Un très grand film politique qui ne laisse pas indemne.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,tom cruise,willem dafoe,oliver stone

Tom Cruise, ci-dessus :

 

Extrait de la magnifique musique accusatrice du film  :

 

Disponible en Bluray Zone B (bonne qualité) et DVD zone 2.


NOTE : 9 / 10

13/10/2012

Le retour / Homecoming - 1948

"Le Retour" est un film de 1948 qui évoque le départ et le retour d'un officier chirurgien de l'armée américaine, lors de la seconde guerre mondiale. Le chirurgien rencontrera sur le théâtre d'opération et autour de la table d'opération, une assistante qui deviendra pour lui une amie proche et enfin un amour impossible. Le film a été réalisé par Mervyn LeRoy à qui on doit par exemple, "la valse dans l'ombre". Le film permet également le retour à l'écran de Clark Gable avec Lana Turner en co-vedette. Anne Baxter joue le rôle de la femme du chirurgien qui coincée au pays et qui sent bien que peu à peu son mari lui échappe et s'éloigne d'elle. Alors c'est vrai que le sujet est assez classique. De plus, l'habit militaire ne permet pas de mettre beaucoup en avant l'extraordinaire sex appeal de Lana Turner.

435466.1020.A.jpg

Néanmoins, la naissance d'une amitié, puis d'une complicité, et enfin d'un véritable amour entre Gable et Turner est assez intéressant à voir à l'écran. Mais le film semble à chaque fois ne vouloir qu'à peine éffleurer les sujets qu'il aborde. La misère sociale est évoquée, on dit bien que l'on ne fait pas assez, mais que fait on pour y remédier ? Le film ne propose rien. La guerre est son cortège de blessés sont évoqués, mais aucune critique de l'armée ou de l'horreur de la guerre n'est faite. Enfin l'amour impossible entre les 2 protagonistes n'a aucune incidence sur le mariage du chirurgien et finalement cela ne déclenche qu'une simple explication entre lui et sa femme. Tout ça semble trop linéaire et ne ménage pas assez de rebondissements. Donc à mon sens, le film est peut être un peu trop convenu et semble être le reflet d'un fait de société en 1948 : le retour au pays des soldats désocialisés par de longues années de conflits loin de leurs proches.

turner-and-gable.jpg

Ci-dessus Gable et Lana Turner :

Néanmoins globalement on ne s'ennuie et les scènes finales sont assez intéressantes. Même si pour ma part je pense qu'on aurait pu filmer un peu différement la scène de l'hopital à la toute fin du film. Je finirais sur la musique de Bronislau Kaper qui très loin d'être exceptionnelle fournie quelques jolis thèmes.

 

Annex - Gable, Clark (Homecoming)_01.jpg

cg.jpg

homecoming1f.jpg

Ci-dessus : Gable et Anne Baxter.

 

A noter une qualité assez médiocre de l'image dans l'unique édition DVD actuellement existante dans la collection Trésor Warner de la Fnac.


Note : 7,5 / 10

08/09/2012

Passage to Marseille - 1944

Continuons aujourd'hui notre visite des films qui ont soutenu l'effort de guerre américain. Dans cette série il y a "Passage to Marseille". Ce film a été fait 2 ans après Casablanca tourné par le même Michael Curtiz.  Il est difficile de ne pas voir ce film sans penser à Casablanca. En effet il a tous les ingrédients de ce dernier. : l'exostisme avec les évadés du bagne de Cayenne, la tourmente de la guerre, et la séparation entre les 2 principaux personnages : Humphrey Bogart et Michelle Morgan.

 

B000JC0QNK.01-AD4PYDO4ED369._SCLZZZZZZZ_.jpg

 

L'histoire débute dans un aérodrome camouflé d'Angleterre. Et le commandant de l'unité (Claude Rains) explique à un journaliste la force de son unité en racontant l'histoire d'un de ses hommes : Jean Matrac (Humphrey Bogart). Ce dernier était journaliste opposant avant guerre à l'attitude pacifique du gourvernement français envers l'Allemagne nazie. Son journal détruit il est accusé de meurtre et envoyé au bagne, et développe là bas une haine contre la France. Le film montre alors que ces hommes rejetés par la société française vont finalement décider de s'évader, et finalement de se battre pour la France Libre. Michelle Morgan joue dans ce film le rôle de la femme de Matrac. Bref on ne s'ennuie pas. Il faut savoir également que Peter Lorre et Sidney Greenstreet ont un un petit rôle comme dans Casablanca. Enfin lors d'une interview en 1993, Michèle Morgan évoque le souvenir désagréable du tournage, notamment de ses mauvaises relations avec le réalisateur Michael Curtiz. Mais aucun acteur n'aimait Curtiz car il les poussait à bout.

passage-to-marseille-trailer-title-still-small.jpg

 

La musique magnifiquement symphonique est de Max Steiner comme pour Casablanca. Vous en trouverez ci-dessous une partie vous en faire une idée :

 

2 courts extraits du film :

 

 

 

Note : 7,5 / 10

06/09/2012

Edge of Darkness / L'ange des ténèbres - 1943

L'ange des ténèbres est un film de 1943. Il fait parti de ces films de "propagande" tournée pendant la seconde guerre mondiale. On y retrouve 2 grandes stars de l'époque : Errol Flynn et Ann Sheridan. Le réalisateur Lewis Milestone s'était fait une spécialité de tourner ce type de film pour soutenir l'effort de guerre contre les ennemis des USA. A noter qu'il fera parti après la guerre de la fameuse et terrible liste noire, et suite à ça il décidera de quitter les USA pour aller en Europe. La liste noire comprenait la liste des personnes souspçonnées par le sénat américain d'être communiste ou d'avoir des sympathies pour le parti communiste. C'était malheureusement ainsi à l'époque. Beaucoup d'artistes eurent de par cette liste, leur carrière brisée.

Poster - Edge of Darkness_02.jpg

Pour en revenir au film, il débute avec l'arrivée d'une patrouille allemande dans un village norvégien. Tout le village est désert, toute la garnison allemande a été exterminée, et le drapeau norvégien flotte au dessus de la mairie. Le film va donc dérouler les évènements pour expliquer comment on en est arrivé là.

 

Poster - Edge of Darkness_05.jpg

 

J'aime bien ce film, car il a de très bonnes scènes d'actions, du suspens et surtout il montre comment une communauté peut se révolter malgré la mise en place de la plus atroce des dictatures. Cela prend énormément de temps, mais tout est fait pour que la révolte finale soit vraiment désirée par le spectateur. Et puis voir Robin des Bois combattant les nazis il y a bien quelque chose de jouissif là dedans. Vous croyez pas ?

 

edge-of-darkness-1943.jpg


Note : 8 / 10

05/09/2012

Uncertain Glory / Saboteur sans gloire - 1944

Saboteur sans gloire est un film de 1944 de Raoul Walsh. C'est un de mes films préférés avec Errol Flynn. En effet, Flynn joue un rôle à contre emploi de son rôle d'éternel héros. Là il est dans la peau d'un criminel, Jean Picard, comdamné à mort. Mais un bombardement de sa prison par l'aviation alliée fait suspendre l'execution et mieux lui offre la possibilité de s'enfuir et d'échapper à son triste sort. Paul Lukas qui joue le rôle d'un inspecteur, part alors à sa recherche, le rattrape et veut le ramener. Mais la France est occupée et la Résistance pose des bombes. Les Allemands veulent donc des otages ne pouvant arrêter le résistant coupable d'avoir fait sauter un pont. Picard avoue donc à Bonnet qu'il veut sauver les otages en se faisant passer pour le résistant responsable du sabotage. Mais est il réellement sincère ?

 

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood

 

uncertain-glory-trailer-title.jpg

 

L'intrigue lancée, Walsh explore le thème de la rédemption qui ne peut qu'intervenir ici que libre et par amour pour l'autre, mais sous la menace de la mort. Le film nous invite donc à revoir l'idée que nous nous faisons de l'Homme, voir du criminel endurci. Assez révolutionnaire pour l'époque. De son côté, Flynn ayant eu à faire à des accusations de relations sexuelles avec mineure, avant de tourner ce film, est par conséquent finalement assez crédible dans son rôle et trouve avec ce film lui aussi sa rédemption.  Jean Sullivan dans le rôle de la fiancée de Flynn et est également très convaincante. On retrouve enfin Faye Emerson représentée en femme de gangsters, ou pire ... L'autre thème du film est la description saisissante d'un village français occupé. L'étude sociale qui en est fait par les Américains en est à ce titre assez saisissante de réalité.

 

Uncertain Glory 7.jpg

 Ci-dessus : Jean Sullivan et Errol Flynn

On pourrait penser que c'est un film américain de série, mais c'est un chef d'oeuvre de psychologie et de philosophie. Donc procurez vous "Saboteur sans gloire", et donnez à ce film la possibilité de sortir de l'oubli et donnez lui la rédemption qu'il mérite lui aussi.

 

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood,errol flynn,lucille watson,jean sullivan,paul lukas

  Ci-dessus : Jean Sullivan et Errol Flynn

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood,errol flynn,lucille watson,jean sullivan,paul lukas


 

La magnifique Jean Sullivan ci-dessous :

 

116l947tkoa7ao7.jpg

 

 Bande-annonce :


La phrase du film : "L'amour fait passer le temps et le temps fait passer l'amour."

 

La réplique du film :

-"C'est un vieux cheval. Il est comme le pays. Il est vieux et fatigué. Mais il veut pas mourir".

-"Qu'est ce qui le fait tenir ?"

-"Le courage."


Note : 9 / 10