Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2014

Gilda - 1946

"Gilda" film épique de Charles Vidor, a plusieurs points communs avec le "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz. Tout d'abord, il est resté dans l'esprit de tous les cinéphiles juqu'à aujourd'hui. Il est porté par une vedette féminine magnifique, ici Rita Hayworth, et il a été tourné lui aussi au jour le jour, sans une construction préalablement définie. "Gilda" marque le retour de Rita Hayworth au cinéma, qui avait passé 2 ans à s'occuper de sa fille Rebeca, et qui voulait sortir d'un mariage désastreux avec un Orson Welles, à l'intellectualité exacerbée, qui ne convenait absolument pas, à la nature exubérante et libre de Rita Hayworth. Mais à la différence de "Casablanca", ici Rita Hayworth est bien le personnage central et principal de l'oeuvre des scénaristes Marion Parsonnet et Ben Hecht, qui s'étaient eux mêmes inspirés d'une histoire de E.A. Ellington. La photographie de Rudolph Maté, les décors, les costumes participent au succès du film, et en font un des meilleurs films noirs.  Le réalisateur Charles Vidor était un des réalisateurs de Rita Hayworth, pour lequel elle avait déjà tourné "lady in question" (1940) et "la reine de Broadway" (1944).

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Mais il faut bien noter aussi, les raccourcis ou incohérences scénaristiques, qui n'en facilitent pas toujours la vision. Néanmoins, "Gilda" ressort de la masse de films de cette époque, par l'évocation peut être pour la première fois d'une sexualité féminine, ou tout au moins d'un désir féminin à satisfaire. C'est proprement révolutionnaire pour le cinéma américain de 1946, qui jusque là s'était contenté la plupart du temps, de montrer la femme très souvent comme la friandise du héros, ou sa perte. Enfin, il faut ajouter que la tension sexuelle entre Glenn Ford et Rita Hayworth est aussi à son maximum. Mais elle ne serait peut être pas aussi forte, sans la présence énigmatique de George Macready. Le film a quelques scènes mémorables, comme la chanson en forme de début de strip-tease, "put the blame on Mame" reprise un peu plus tôt à la guitare solo. Bien sûr, "Gilda" n'est pas exempt de défauts, mais sa qualité formelle et son rapport quasiment sadomasochiste, entre Glenn Ford, et Rita Hayworth, en fait un film assez exceptionnel qui a marqué des générations de cinéphiles, jusqu'à aujourd'hui. On pourra enfin noter, que le succès du film, devait décider Hollywood, à réunir de nouveau le duo. Glenn Ford et Rita Hayworth tourneront 5 films en tout, "Lady in question" (1940), "Gilda" (1946), "les amours de Carmen" (1948),  "l'affaire de Trinidad" (1952). et "Piège au grisbi" (1965) 

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : George Macready & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : A gauche de Rita Hayworth, Joseph Calleia

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Disponible en DVD et Bluray freezone en VF et VO sous-titrée

 

Extrait de la scène la plus célèbre :

Note : 8 / 10

Commentaires

Un très grand classique où Rita est absolument la fénimité même dans toute sa splendeur! Le final du film est un "happy end" comme à son accoutumée mais un peu "surprenant" comparé aux films de la Warner
A noter le passage de "put the blame on mame" a été ovationner par les détenus du film "les évadés" ;)
Je pense que je reviendrai faire des petits tours sur ce blog qui m'a l'air bien sympa :)

Écrit par : ideyvonne | 10/10/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Yvonne,

Merci pour ton commentaire très sympathique. Tu es ici chez toi. :)

Amicalement.
Stéphane (HC).

Écrit par : Stéphane | 11/10/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire