Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2014

La bête humaine - 1939

On ne peut parler que doucement de "la bête humaine" de Jean Renoir, car ici on rentre dans le temple du cinéma français. Le film est lointainement inspiré du roman éponyme de Zola, publié en 1890. Ce sont les producteurs, Raymond Hakim et Robert Hakim, qui en achètent les droits. Une première version du scénario est écrite en mars 1933, elle en reprenait l'intégralité du roman de Zola et le transposait en 1914, alors que l'action du roman original se déroulait en 1870. Mais Jean Renoir futur réalisateur, n'en voulait pas et se décide à écrire de nouveau un scénario plus court et modifié. Il achève sa tâche aidée de son assistante et d'un scénariste allemand en une petite douzaine de jours. Le film comprend dans son casting, l'immense Jean Gabin, Simone Simon que Renoir défend dès le début, Julien Carette (dans le rôle du chauffeur), Fernand Ledoux (dans le rôle de Roubaud) et Blanchette Brunoy, cette dernière n'ayant d'ailleurs qu'une scène importante. Le film commence par une fabuleuse scène d'ouverture, qui nous fait voyager sur la locomotive qui fait le voyage entre Paris et Le Havre. Et comme en 1939, c'est tout à fait saisissant de voir ainsi la France de ce point de vue, et de voyager comme un cheminot de cette époque. On sait qu'il a fallu un véritable exploit humain pour réaliser cette scène, car c'est Claude Renoir, qui tient l'énorme caméra, tous les deux attachés à la locomotive !

La-Bete-humaine-20111213061745.jpg

Pour les besoins du film, Jean Gabin est devenu cheminot et Carette chauffeur. On a ici un Jean Renoir particulièrement inspiré, qui multiplie les plans d'exceptions, et qui réussit de faire de "la bête humaine", un film apolitique, pour satisfaire une partie de la presse de droite de l'époque. Et il est vrai qu'on ne trouve pas une seule revendication sociale dans ce film, sinon dans la petite scène avec le juge d'instruction. Le film est donc inspiré lointainement de l'oeuvre de Zola. Il n'en reste pas moins un monument du cinéma français à la photographie réellement exceptionnelle. L'oeuvre de Renoir, reprend le thème de l'hérédité cher à Zola, mais évoque aussi à mots couverts l'inceste. Mais, certains pourront trouver ici une étrangeté, car si Zola parle de l'hérédité des ancêtres de l'anti-héros (Jacques Lantier/ Jean Gabin), qui "lui pourrissent le sang", en 1939, on a depuis longtemps découvert la psychiatrie. Et le théorie de l'hérédité physiologique a pris du plomb dans l'aile, de ce côté-ci du Rhin en tous les cas ! Quoiqu'il en soit "la bête humaine" doit être inscrit en lettres d'or, au Panthéon du cinéma français, et reste très sûrement le plus grand film de Jean Renoir.

Jean_Gabin_Simone_Simon_film_La_Bete_Humaine_Jean_Renoir.jpg

Ci-dessus : Jean Gabin & Simone Simon

1.JPG

Ci-dessus : Fernand Ledoux & Simone Simon

2.JPG

Ci-dessus : Jean Gabin

3.JPG

Ci-dessus : Jean Gabin & Simone Simon

4.JPG

Ci-dessus : Jean Gabin & Blanchette Brunoy

18356.jpg

bete-humaine-1938-01-g.jpg

film-la-bete-humaine5.jpeg

 La bande-annonce :

Disponible en Bluray et DVD chez Studio Canal

Note : 10 / 10

Les commentaires sont fermés.