Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2014

Coup de feu dans la Sierra / Ride the high country - 1962

"Coup de feu dans la Sierra" a été tourné en 26 jours, et encore une fois, la durée d'un tournage n'a rien à voir avec la qualité d'un film, car nous sommes ici devant un pur chef-d'oeuvre du western. "Coup de feu dans la Sierra ou dans son titre original "Ride the high country" est le 2ème film de Sam Peckinpah, qui était plutôt connu jusque là pour être un réalisateur de séries TV. Son premier film avait été "New Mexico" (1961), mais dont le tournage avec Maureen O'Hara et le frière de cette dernière, alors producteur, avait été exécrable. Ce film devait être ensuite charcuté au montage. Dans "Coup de feu dans la Sierra", Peckinpah ne rencontre pas ce type de difficultés et explique comment il a pu tourner ce film dans un entretien qu'il donne dans la revue Cinéma 69 N°141 : "C’est le succès de mes séries TV qui a fait que la Metro m’a proposé ce film. Randolph Scott et Joel McCrea étaient déjà engagés (le second grâce au premier qui voulait absolument l’avoir pour partenaire). Cette fois j’ai pu écrire le scénario à ma guise car l’histoire était tout à fait conventionnelle, sans authenticité aucune, et je l’ai tirée vers quelque chose de plus baroque tout en apportant ces éléments réalistes dont j’avais eu connaissance dans ma jeunesse soit par les récits qui m’avaient été faits, soit par l’observation directe ; c’est ainsi que le camp de mineurs a été reconstitué à partir de choses vues. J’ai également rendu le dialogue plus nerveux, développé certaines scènes, interverti les rôles de Scott et McCrea et surtout, je crois, approfondi ce thème de la vieillesse qui me hante véritablement. Mais mon nom ne figure pas au générique pour ce travail sur le scénario. Les deux interprètes ont été d’une grande coopération, entrant de plain-pied dans l’histoire telle que je la voulais, étant parfaitement conscients et acceptant de démystifier l’Ouest, à corriger l’image fausse qu’en donnait souvent le cinéma.C’est, en quelques mots, un film sur le rachat et la solitude. La solitude de ces deux légendaires officiers de paix oubliés par le pays qu’ils avaient pacifié et qui grandissait désormais sans eux"

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,randolph scott,joel mccrea,mariette hartley,ron starr,edgar buchanan,r.g. armstrong,jenie jackson,james drury,l.q. jones,john anderson,john davis chandler,warren oates,george bassman,lucien ballard,sam peckinpah

"Coups de feu dans la Sierra" est touchant à de multiples égards. Tout d'abord, car c'est le dernier film de Randolph Scott et un des ultimes de Joel McCrea. Lorsqu'on s'intéresse comme moi, un peu au western, on ne peut qu'être touché par cette réunion de deux héros de la légende de l'Ouest. Le film nous montre, un pays qui a évolué et qui n'a pas attendu nos 2 héros vieillissants, pour avancer. Ainsi, le film s'ouvre avec une course gagnée par un chameau, des policiers en uniforme qui ont remplacé les traditionnels Shérifs et une voiture à essence. Joel McCrea lit son contrat avec des lunettes et se cache pour que personne ne voit qu'il porte des lunettes. Ron Starr, qui incarne la nouvelle génération de cowboys ne semble pas à la hauteur. Et devant une meute de bandits, sans foi ni loi, le spectateur peut se demander comment tout cela va finir. "Coups de feu dans la Sierra" évoque la jeunesse, aussi bien que les souvenirs du passé, et la symbiose entre Randolph Scott et Joel McCrea est exceptionnelle, rehaussée encore par la très belle composition musicale de George Bassman. La solitude, l'amitié, et la vieillesse de vies exceptionnellement ratées au service des autres, parlent à chacun. Et si le film interroge sur la fin de l'Ouest traditionnel et sur le renouveau du western, il semble être un crépuscule cinématographique et sociétal, préfigurant l'abandon d'un genre et les mutations de la fin des années 60. En cela, ce film est un inoubliable souvenir, dernier chef-d'oeuvre d'un genre disparu, dont les décors seront recyclés en parc d'attraction pour touristes, dernier avatar des rêves de notre enfance.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,randolph scott,joel mccrea,mariette hartley,ron starr,edgar buchanan,r.g. armstrong,jenie jackson,james drury,l.q. jones,john anderson,john davis chandler,warren oates,george bassman,lucien ballard,sam peckinpah

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,randolph scott,joel mccrea,mariette hartley,ron starr,edgar buchanan,r.g. armstrong,jenie jackson,james drury,l.q. jones,john anderson,john davis chandler,warren oates,george bassman,lucien ballard,sam peckinpah

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,randolph scott,joel mccrea,mariette hartley,ron starr,edgar buchanan,r.g. armstrong,jenie jackson,james drury,l.q. jones,john anderson,john davis chandler,warren oates,george bassman,lucien ballard,sam peckinpah

Ci-dessus : Randolph Scott et Joel McCrea

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,randolph scott,joel mccrea,mariette hartley,ron starr,edgar buchanan,r.g. armstrong,jenie jackson,james drury,l.q. jones,john anderson,john davis chandler,warren oates,george bassman,lucien ballard,sam peckinpah, mgm

Ci-dessus : un bus de touristes visite les décors abandonnés de l'Universal dans les années 70.

 

Extrait de la belle musique de George Bassman :

 

 

 

Film, disponible en DVD Zone 2 VF et VO sous-titrée

Note : 8,5 / 10

Les commentaires sont fermés.