Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2014

Trapèze - 1956

Sur un scénario de James R. Webb, Liam O'Brien, Ben Hecht et Wolf Mankowitz (d'après le roman de Max Catto, The Killing Frost, Carol Reed nous offre un film réellement sur l'univers du site. Ici le cirque n'est pas prétexte à un pamphlet politique comme dans "cirque en révolte" (1953) avec Fredric March, ou à un mélodrame comme dans "le plus grand cirque du monde" (1964). Dans "Trapèze", le cirque est bien le centre de l'intrigue principale, sur fond d'intrigues amoureuses. On peut tout d'abord regretter la faible qualité d'image de l'édition Wild Side, globalement poussiéreuse et aux couleurs finalement assez ternes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

Le film aborde beaucoup de thèmes : rivalité amoureuse, mais aussi passage d'expérience entre le jeune et le vieux trapéziste. On sait que Burt Lancaster était très heureux de travailler sur ce tournage car il avait été lui même trapéziste dans sa jeunesse. Le film dégage une certaine dose d'émtion, mais force est de constater qu'il aurait pu en dégager beaucoup, si Carol Reed avait peut être marqué un peu plus son territoire et avait dirigé un peu plus ses acteurs. "Trapèze" reste quand même encore un très bon divertissement qui mériterait une restauration en Bluray.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

Disponible en DVD zone 2 chez Wild Side

Note : 7 / 10

30/05/2014

Le plus grand cirque du monde / Circus World - 1964

"Le plus grand cirque du monde" est un film d'Henry Hathaway, avec John Wayne, Claudia Cardinale, et Rita Hayworth. L'univers du cirque n'est ici que prétexte pour mettre en place un improbable mélodrame où le trio John Wayne / Claudia Cardinale / Rita Hayworth donne sa pleine mesure. Les seconds rôles se distinguent moins, même si on remarque Lloyd Nolan et Richard Conte. On peut regretter un John Wayne habillé étrangement en Cowboy les trois quarts du film, ou encore quelques longueurs. Il n'en reste pas moins que cette super-production de Samuel Bronston se regarde sans déplaisir et contient quelques scènes très spectaculaires. C'est John Wayne qui insista pour avoir Rita Hayworth pour le film. En effet, le rôle était prévu initialement pour Lilli Palmer. Le public de l'époque ne put s'empêcher de penser que le personnage alcoolique joué par Rita Hayworth, était en quelque sorte une image de cette dernière. On sait aujourd'hui que Frank Capra devait à l’origine diriger le film. Suite à un désaccord avec le scénariste James Edward Grant, Henry Hathaway le remplaça. A noter une très belle qualité du récent master Bluray. Pour finir sur cette restropective du cirque au cinéma, on peut regretter que le chef-d'oeuvre de Cecil B DeMille "Sous le plus grand chapiteau du monde" (1952), n'ait toujours pas droit à une restauration et à une sortie Bluray.

le-plus-grand-cirque-du-monde-a01.jpg

plus-grand-cirque-du-m-ii06-g.jpg

Ci-dessus : John Smith, Claudia Cardinale, John Wayne et Rita Hayworth

plus-grand-cirque-du-m-ii07-g.jpg

Ci-dessous : Rita Hayworth et John Wayne

plus-grand-cirque-du-m-ii03-g.jpg

Ci-dessous : Claudia Cardinale et John Wayne

Bonus :

Film disponible en Bluray et DVD zone 2, en VF et VO sous-titrée.

Note : 7,5 / 10

23/05/2014

Cirque en révolte / Man on a Tightrope - 1953

"Cirque en révolte" est un film qui porte plus sur la dictature communiste que sur l'univers du cirque. Le film bénéficie d'une belle distribution avec en tête Fredric March, Terry Moore, la belle Gloria Grahame, Paul Hartman, Richard Boone, Cameron Mitchell et Adolphe Menjou. Le titre américain, "Man on a Tightrope" (un  homme sur une corde raide), est tiré du roman éponyme de Neil Paterson. Fredric March joue comme d'habitude admirablement bien. Néanmoins même si le casting est excellent, on se dit que cette histoire de cirque tchécoslovaque qui lutte pour sa liberté de conscience aurait pu être meilleure jouée par des acteurs tchèques. Elia Kazan est plutôt inspiré et sait donner un ton particulier à son film, un ton entre rire et larmes, où le drame concurrence très souvent la comédie. Le film reste donc quand même une oeuvre mineure dans l'oeuvre d'Elia Kazan, mais la réalisation et les acteurs élèvent clairement l'ensemble, porté encore une fois par un excellent Fredric March qui mériterait que l'on se souvienne un peu plus de lui aujourd'hui.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Gloria Grahame

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessous : Gloria Grahame et Fredric March

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Adolphe Menjou et Fredric March

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Terry Moore

Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée chez Twentieth Century Fox dans la collection "Hollywood Legends".

Note : 7 / 10

21/05/2014

L'amour et la bête / The Wagons Roll at Night - 1941

Hier soir j'ai vu "l'amour et la bête" de Ray Enright. Le film a été tourné par Humprhey Bogart en 1941 la même année que le "faucon maltais" (voir pour ce dernier film l'excellente Chronique du site le film était presque parfait) ou "la grande évasion" (High Sierra). L'histoire de "l'amour et la bête" se déroule dans un cirque. Bogart a le rôle d'un patron de cirque sans aucun scrupule. Un lion s'échappe de sa cage et un jeune vendeur (Eddie Albert) arrive à le maîtriser. Bogart se décide donc d'en faire progressivement la vedette de son show. Mais les duos amoureux vont compliquer à l'extrème la relation de travail entre les deux hommes.

The_Wagons_Roll_at_Night-739016616-large.jpg

En vedettes féminines on trouve Sylvia Sidney et Joan Leslie. Joan Leslie jouera la même année avec Bogart dans "High Sierra" (la grande évasion).Joan n'a que 16 ans dans ce film, mais sa beauté crève déjà l'écran.

JoanLeslie.jpg

Ci-dessus Joan Leslie :

Les autres vedettes se sont bien sûr les lions qui crèvent littéralement l'écran. Quand Bogart passe devant une cage à la fin du film et lance un regard assassin aux lions, on a l'impression que leurs rugissements répondent à ce regard dans un dialogue animalier totalement improvisé. Enfin les quelques "combats" avec les lions sont très impressionnants quand on sait qu'en 1941 les trucages étaient quand même très réduits. On est très loin des images de synthèse de Gladiator où Maximus combat dans l'arène des lions à mains nues. J'ajouterais que la musique est parfaite et réserve des morceaux très romantiques. Seule la scène qui suit le combat entre le dompteur et son apprenti est gâchée par la musique qui n'est absolument pas à sa place. Il aurait fallu une musique un peu sérieuse et et pas légère comme initialement composée. Pour le reste la musique est parfaite. Bref, si vous voulez que votre homecinéma sente le fauve, je ne saurais trop vous conseiller de rentrer vous aussi dans la cage aux lions et de voir sur grand écran "l'amour et la bête". Film, méconnu de Bogart, mais qui mériterait un bien meilleur sort que le relatif oubli dans lequel il est tombé aujourd'hui.

optimized-sylvia-sidney-humphrey-bogart-wagons-roll-at-night.jpg

the-wagons-roll-at-night.jpg

Ci-dessus Sylvia Sidney & Humphrey Bogart :

 

Le trailer :

 

Note : 7 / 10

20/05/2014

La gloire du cirque / Annie Oakley - 1935

C'est parfois amusant de voir l'acharnement d'un site comme DVDclassik pour couler un film. "La gloire du cirque" en est l'exemple précis. Si le film manque parfois un peu d'un contenu dramatique dans son scénario, si la réalisation de George Stevens est ici loin d'être extraordinaire, le film est parcouru tout de même d'une certaine innocence propre à l'oeuvre de George Stevens, avant guerre. En effet, George Stevens vivra l'expérience du combat et reviendra changé. Son cinéma sera alors (après guerre), beaucoup plus réaliste et préfigurera en particulier dans ses westerns, la violence qui éclatera à la fin des années 60, sur les écrans américains. Ici, il n'en est évidemment pas question. La reine du cirque reste un spectacle divertissant, avec un casting d'acteurs, que l'on a connu plus inspiré (Barbara Stanwyck, Preston Foster, Melvyn Douglas). Il n'en reste pas moins que le film se regarde, sans être inoubliable que ce soit formellement ou même au niveau du fond. Malgré tout, on est très loin de la catastrophe que veulent nous vendre par force, certaines critiques.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, Barbara Stanwyck, Preston Foster, Melvyn Douglas, Moroni Olsen, Pert Kelton, Andy Clyde, Chief Thunderbird, Margaret Armstrong, Delmar Watson, Adeline Craig, Ernie Adams, Richard Alexander, Philip Armenta, Frank Austin, Brooks Benedict, George Stevens

On notera enfin que le personnage d'Annie Oakley fut également la vedette de "Annie du Far West" (Annie Get Your Gun), comédie musicale de Herbert et Dorothy Fields, musique d'Irving Berlin, créée à Broadway en 1946 et portée à l'écran sous le titre d' "Annie, la reine du cirque" (Annie Get Your Gun) par George Sidney en 1950 avec Betty Hutton dans le rôle d'Annie Oakley.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, Barbara Stanwyck, Preston Foster, Melvyn Douglas, Moroni Olsen, Pert Kelton, Andy Clyde, Chief Thunderbird, Margaret Armstrong, Delmar Watson, Adeline Craig, Ernie Adams, Richard Alexander, Philip Armenta, Frank Austin, Brooks Benedict, George Stevens

Ci-dessous : Barbara Stanwyck et Preston Foster

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, Barbara Stanwyck, Preston Foster, Melvyn Douglas, Moroni Olsen, Pert Kelton, Andy Clyde, Chief Thunderbird, Margaret Armstrong, Delmar Watson, Adeline Craig, Ernie Adams, Richard Alexander, Philip Armenta, Frank Austin, Brooks Benedict, George Stevens

Ci-dessous : Barbara Stanwyck

Disponible aux Editions Montparnasse en DVD zone 2, VO Sous-titrée, (image douce mais correcte même en projection)

Note : 5 / 10

19/05/2014

Souvenez vous de ... Joan Leslie !

Joan Leslie a été un peu oublié, pourtant elle apparaît dans de très nombreux films, très connus du public cinéphile. Pour ma part, je me souviens d'elle pas forcément pour son premier film, "le roman de Marguerite Gautier" (1936) car ses scènes ont été coupées au montage, mais pour "Corespondant 17" (1940), "la grande évasion" (1941) avec Humphrey Bogart, "The Wagons Roll at Night " (1941) également avec Humphrey Bogart, "Sergent York" (1941) avec Gary Cooper, mais surtout "la glorieuse parade" (1941) avec James Cagney. Je me rappelle aussi d'elle pour son rôle dans "la femme aux maléfices" (1950) avec Joan Fontaine ou dans un western avec Randolph Scott "le cavalier de la mort" (1951).

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

 

On peut trouver sur Wikipédia un petit résumé de sa vie malheureusement en anglais que j"ai traduit ci-dessous :

Né Joan Agnès Thérèse Sadie Brodel le 26 Janvier 1925 à Highland Park , Michigan , Leslie était le plus jeune enfant de John et Agnes Brodel . John était un employé de banque et Agnès était un pianiste. Elle est d'ascendance irlandaise. Joan Leslie avait deux sœurs âgées de Leslie, Betty et Mary,  qui partageaient un intérêt musical de leur mère et ont commencé à jouer d'instruments à un âge précoce, comme le saxophone et le banjo en apprentissage. Elles ont commencé à se produire devant des publics dans des numéros qui comprenaient du chant et de la danse. Leslie rejoint le duo à l'âge de deux ans et demi. Elle a vite appris à jouer de l'accordéon.

La Grande Dépression a causé des difficultés financières de la famille dans le milieu des années 1930 , ains John allait perdre son emploi. En conséquence , les trois sœurs sont entrés dans le show-business que des artistes de vaudeville pour soutenir la famille. Elles ont commencé une tournée au Canada et aux États-Unis. Collectivement , elles étaient connus comme Les Trois Brodels. Dans le but, de contourner les lois du travail des enfants à l'époque, Marie et Joan prétendaient être plus âgées qu'elles ne l'étaient. Lorsque Joan Leslie avait neuf ans, elle avait dit aux enquêteurs du travail des enfants qu'elle avait 16 ans. Sur les trois soeurs , Leslie s'est avérée être une voleuse de scènes à cause de ses imitations de célèbres stars comme Katharine Hepburn, Greta Garbo , Luise Rainer , Maurice Chevalier , Jimmy Durante et Zasu Pitts. Joan a été élevée comme une catholique et est allée dans des écoles catholiques à Detroit , Toronto et Montréal.

En 1936 , Joan Leslie a attiré l'attention d'un découvreur de talents de la Metro-Goldwyn - Mayer ( MGM ) , lorsque les trois sœurs BRODEL se produisaient à New York. Elle a été placée sous un contrat de six mois avec le studio , gagnant 200 dollars par semaine. Elle a commencé à assister au cours de l'école de MGM avec d'autres acteurs de l'enfant comme Mickey Rooney et Freddie Bartholomew.  Son premier rôle au cinéma était dans "Camille" , un drame romantique avec Greta Garbo et Robert Taylor . Elle a joué plus jeune sœur Marie Jeanette Taylor, mais ses scènes ont été supprimés et elle était donc finalement non créditée. La MGM avait du mal à trouver des rôles appropriés pour elle et elle a été lâchée par le studio comme Deanna Durbin. Leslie est retournée à New York, et a participé à des émissions de  radio et a commencé une petite carrière de modèle. Pendant ce temps , sa sœur Marie a été signé à Universal Studios. Leslie revient à Hollywood avec le reste de sa famille , travaillant pour différents studios en tant que pigiste. Elle travailla ainsi principalement pour RKO Pictures.

En 1938 , Leslie a été choisi pour jouer un petit rôle dans "
Men with Wings". Alors que le tournage du film , le réalisateur William A Wellman a découvert que la mère de Joan Leslie avait menti au sujet de l'âge de sa fille et qu'elle était âgée de treize ans seulement. Pour le reste du tournage, Wellman l'a remplacée par sa sœur Marie.  Leslie a obtenu son premier crédité rôle dans le film "Winter Carnaval" (1939) où elle a joué Betsy Phillips. Elle a été choisie pour la partie parce que le directeur a été à la recherche d' une actrice qui avait un accent du sud. Elle a été présentée comme Joan Brodel .

Sa grande chance
est venue quand elle a signé un contrat avec Warner Bros en 1941. À l'époque, une autre actrice avait un nom similaire. Joan Blondell. Afin d'éviter une confusion entre eux , son nom a été changé en Joan Leslie. Après deux semaines, elle a alors 15 ans, on lui demande de faire un test de l'écran tout en ignorant de quel film il s'agit. Elle obtient le rôle en raison du fait qu'elle ne pouvait pleurer sur commande. Le film s'est avéré être High Sierra avec Humphrey Bogart et Ida Lupino. Leslie a joué la fille infirme Velma.

Plus tard cette année, elle joue dans "Sergent York" avec Gary Cooper et le film reçoit 11 nominations aux Oscars et Gary Cooper a remporté le prix du meilleur acteur.

Elle a auditionné pour le film "Holiday Inn" , mais Warner Bros a décidé de la faire jouer plutôt dans "Yankee Doodle Dandy" avec James Cagney. Le film était une comédie musicale qui dépeint la vie de la star de Broadway George M. Cohan. Joan Leslie dépeint sa petite amie et sa femme Mary Cohan , une chanteuse en herbe. Le film a reçu huit nominations aux Oscars , y compris une meilleure victoire acteur pour James Cagney.  A cette époque , Leslie est devenue une étoile dont la image à l'écran a été décrit comme " douce innocence sans avoir l'air trop sucré ".

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été bénévole régulière à la Hollywood Canteen , où elle a dansé avec les militaires et a accordé des centaines d'autographes . En 1944 , elle a joué avec Robert Hutton dans le film de Warner Bros "Hollywood Canteen".

En 1946, le sondage de un exposants , menée par Motion Picture Herald , fait de Joan Leslie, l'étoile la plus prometteuse de demain.

En 1946 , Leslie étaient de plus en plus en plus insatisfaits avec les rôles qui lui sont attribués . Elle a demandé des rôles plus sérieux et matures et voulait sortir de l' image ingénue qu'elle avait en partie en raison de son jeune âge . Sa décision était également fondée sur des raisons morales et religieuses. Avec l'aide de son avocat Oscar Cummings , elle se décida à attaquer la Warner Brothers afin de se libéré de son contrat.  À la suite de cela, Jack Warner a utilisé son influence pour sa liste noire des autres grands studios d'Hollywood.

Au début des années 1950 , Joan Leslie choisissait de se concentrer sur l'éducation de ses filles ce qui donna pour résultat, une carrière cinématographique ralentie. En 1952, elle a signé un contrat à court terme avec Republic Pictures. Après 1956, elle continue à faire des apparitions sporadiques dans des émissions de télévision pendant que ses enfants étaient à l'école.

En 1991, elle abandonne définitivement le métier d'actrice.

En 1999, elle a été l'un des 500 candidats lorsque l' American Film Institute a décidé d'élire les 50 plus grandes légendes de l'écran pour avoir fait ses débuts avant 1950.

Le 12 Août 2006, elle a reçu un prix Golden Boot pour ses contributions au genre western.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

cinéma,cinema,dvd,bluray,actrice,hollywood,film,films,hommage

 

Hommmage vidéo :

 

Filmographie

1936 : Le Roman de Marguerite Gautier (Camille) : Marie Jeanette (scène coupée)

1938 : Men with Wings : Patricia Falconer at Age 11

1939 : Nancy Drew... Reporter : Mayme, Journalism Student

1939 : Elle et Lui (Love Affair) : Autograph Seeker

1939 : Winter Carnival : Betsy Phillips

1939 : Two Thoroughbreds : Wendy Conway

1940 : Laddie : Shelley Stanton

1940 : High School, de George Nichols Jr. : Patsy

1940 : Young as You Feel : Girl

1940 : Star Dust : College Girl

1940 : Suzanne et ses idées (Susan and God) : Party Guest

1940 : Military Academy : Marjorie Blake

1940 : Correspondant 17 (Foreign Correspondent) : Jones' Sister

1940 : Alice in Movieland : Alice Purdee

1941 : La Grande Évasion (High Sierra) : Velma Baughmam

1941 : The Great Mr. Nobody : Mary Clover

1941 : The Wagons Roll at Night : Mary Coster

1941 : Thieves Fall Out : Mary Matthews

1941 : Sergent York (Sergeant York) : Gracie Williams

1941 : Nine Lives Are Not Enough : Newspaper Receptionist

1942 : The Male Animal : Patricia Stanley

1942 : La Glorieuse Parade (Yankee Doodle Dandy) : Mary Cohan

1943 : The Hard Way : Katherine 'Katie' Chernen Blaine Runkel

1943 : L'Aventure inoubliable (The Sky's the Limit) : Joan Manion

1943 : This Is the Army : Eileen Dibble

1943 : Remerciez votre bonne étoile (Thank Your Lucky Stars) : Pat Dixon

1944 : Hollywood Canteen : Joan Leslie (herself)

1945 : Where Do We Go from Here? : Sally Smith / Prudence / Katrina

1945 : Rhapsodie en bleu (Rhapsody in Blue) : Julie Adams

1945 : Too Young to Know : Sally Sawyer

1946 : Cinderella Jones : Judy Jones

1946 : Janie Gets Married : Janie Conway

1946 : Two Guys from Milwaukee : Connie Reed

1947 : Repeat Performance : Sheila Page

1948 : Northwest Stampede : Christine 'Honey' Johnson

1950 : The Skipper Surprised His Wife : Daphne Lattimer

1950 : Born to Be Bad : Donna Foster

1951 : Le Cavalier de la mort (Man in the Saddle) : Laurie Bidwell

1952 : Hellgate : Ellen Hanley

1952 : Toughest Man in Arizona : Mary Kimber

1953 : La Femme qui faillit être lynchée (Woman They Almost Lynched) : Sally Maris

1953 : Flight Nurse : Lt. Polly Davis

1954 : Jubilee Trail : Garnet Hale

1954 : Hell's Outpost : Sarah Moffit

1956 : Bungalow pour femmes (The Revolt of Mamie Stover) : Annalee Johnson

1976 : The Keegans de John Badham (téléfilm) : Mary Keegan

1986 : Charley Hannah (TV) : Sandy Hannah

1989 : Ascenseur pour le passé (Turn Back the Clock) (TV) : Party Guest

1991 : Fire in the Dark (TV) : Ruthie

18/05/2014

Le DVD classique ça marche !

Le DVD classique ça marche ! Mieux encore cela se vend Et oui, les chiffres viennent de tomber. Rien que le premier jour, la FNAC a écoulé selon mes sources quelques  1 997 DVD de la nouvelle collection Hollywood Legends éditée par la Twentieth Century Fox ! Ces chiffres montrent l'intérêt du public français pour le DVD de patrimoine. Cela confirme les chiffres du site Facebook des trésors Warner, qui comptabilise à cette heure 6 235 "J'aime", soit en proportion, plus que le site américain des "Warner Archives". A quand une prise de conscience des éditeurs qu'il y a en France un vrai marché pour le DVD et le Bluray classique ou de patrimoine ? A suivre ...

 

16.jpgCi-dessus : Joan Bennett (légende d'Hollywood). On aimerait bien que les éditeurs français continuent d'explorer sa filmographie et pas seulement à travers ses films les plus connus.

 

17/05/2014

6 destins / Tales of Manhattan - 1942

"6 destins" ou en anglais "Tales of Manhattan" nous raconte à travers des sketches, l'histoire d'une veste ou pour être plus précis, d'une queue de pie. On a déjà eu des films à sketches racontant les péripéties d'un objet à travers ses différents propriétaires. Ainsi, je me souviens avoir vu il y a une dizaine d'années : "la Rolls-Roye Jaune" (1965) qui avait un casting international, et qui racontait comme son nom l'indique, l'histoire d'une voiture. Ici dans "6 destins" la queue de pie ne reste qu'un accessoire scénaristique, et n'est pas le personnage principal. Elle est le lien entre les différentes histoires et a même parfois une importance primordiale, mais sans jamais trahir ou effacer l'histoire personnelle de la personne qui la porte. Le point fort du film est son casting qui comprend entre autre : Charles Boyer, Rita Hayworth, Thomas Mitchell, Ginger Rogers, Cesar Romero, Henry Fonda, Charles Laughton, Edward G. Robinson, Ethel Waters, Paul Robeson, Harry Davenport, et W. C. Fields. Excusez du peu !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,sol kaplan,julien duviviers

Le film est le premier des deux films à sketches de Julien Duvivier à Hollywood. Le deuxième est "obsessions" (1943), formidable film aux frontières du fantastique et du paranormal et à la forme cinématographique exceptionnelle. La force de "6 destins", au delà de son casting, est évidemment sa réalisation. Les acteurs n'ont jamais semblé aussi beaux que sous la caméra de Duvivier et sous la photographie de Joseph Walker. De plus, le film a été écrit par une armée d'auteurs qui donnent aux dialogues une belle consistance. Alors que reprocher à "6 destins" ? On peut lui reprocher une certaine hétérogénéité. Ainsi, chaque séquence n'est pas toujours au niveau de la précédente. Ainsi la séquence avec W C Fields semble très faible, et celle avec les acteurs pas toujours de très bon goût. Le sketch avec W C Fields et Margaret Drumont avait d'ailleurs été éliminée à sa sortie. On la retrouve ici complète. Enfin, la représentation des noirs avaient posé un tel problème déjà à l'époque Paul Robeson avait décidé de racheter tous les exemplaires du film, car il le considérait comme infamant pour la communauté noire. A titre personnel, je n'ai rien trouvé à redire à ce passage du film, qui montre une communauté noire, abandonnée certes,  mais qui ne doit son salut qu'à elle même et à une manne providentielle. Quoiqu'il en soit, le film ne laisse pas indifférent par la beauté formelle de certaines de ses séquences et par l'originalité d'une histoire, parfaitement écrite et réalisée, à mettre au crédit d'un Duvivier et d'auteurs très inspirés. Une belle surprise que nous fait là la Twentieth Century Fox, en sortant cet excellent film de l'oubli.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Charles Boyer et Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Henry Fonda et Ginger Roger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus à gauche : Charles Laughton

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Edward G Robinson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : George Sanders et Edward G Robinson

Disponible en DVD zone 2, sous-titré en français dans la collection "Hollwyood legends"

 

Note : 7,5 / 10

16/05/2014

Nouvelle série de Trésors Warner !

Une bonne nouvelle c'est la sortie de 11 nouveaux titres dans la collection trésors Warner. Pour le moment, je ne connais pas tous les titres et je ne les ai pas tous vus. Donc il m'est assez difficile de critiquer le choix éditorial de la Warner. On peut néanmoins regretter déjà le faible nombre de titres sorties dans cette fournée.  Si il faut attendre la rentrée pour avoir encore 11 titres, cela fait quand même un peu long. Quand on sait que la Warner à plus de 2500 films dans ses archives, cela fait bien peu. Cela coûte t'il si cher de payer un traducteur pendant 5 jours pour faire les sous-titres ? Sachant que nous Français, nous attendons donc toujours les mêmes films qui n'ont jamais été sous-titrés, ni en Zone 1, et encore moins en Zone 2. Ainsi, Joan Crawford est la parente pauvre du marché DVD français. Certains films de James Cagney sont introuvables en France, comme "Taxi" (1932) avec Loretta Young et George Raft, "Winner take all" (1932) également avec James Cagney et George Raft dans un petit rôle. La Warner pourrait donc sortir des films par acteur. Ainsi, certains films de Flynn sont introuvables aujourd'hui en France : "La dynastie de Foresyte", "les aventures de Don Juan", "the green light", "Another Dawn", "The Perfect Specimen", "Four's a crowd"et le magnifique "The Dawn Patrol". On pourrait appeler cette collection acteur mythique, voir en faire un package de plusieurs films en bluray. En attendant un miracle, on se contentera donc des 11 titres que nous proposent la Warner. Mais même la Twentieth Century Fox, nous sort des fournées de 20 titres avec sa collection "Hollywood Legends".

 

10313353_748227481901678_8452077412246909440_n.jpg

 

 

15/05/2014

Parkland - 2013

"Parkland" est le parfait film de bande-annonce, parfait en bande-annonce, mais très décevant à l'écran. Pourtant sur le papier, il y avait tout pour faire un chef-d'oeuvre : une histoire très attirante évoquant l'assassinat du président américain John Fitzgerald Kennedy et un beau casting comprenant de très nombreux seconds rôles de talent. Pourtant, alors que le réalisateur Peter Landesman a participé à l'écriture scénaristique, on ne peut pas dire que ce soit le point fort de "Parkland". Ainsi, après un début qui prend le parti pris de ne montrer que la mort de Kennedy à travers les yeux d'un témoin (Abraham Zapruder) filmant la scène à 30 mètres. On est déjà un peu surpris de ce traitement de la réalisation. Mais les mauvaises surprises ne vont pas cesser. Ainsi, l'auteur se borne à raconter les quelques heures et jours après la mort du président, se refusant à évoquer toute explication ou toute théorie du complot, et on pense de longues minutes sur la table d'opération attendant la mort programmée du président, puis de son assassin. Le film navigue donc à vue, sans cohérence scénaristique et mise tout sur l'émotion, qu'il parvient à atteindre parfois, mais finalement trop rarement pour faire de ce film un succès.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,zac efron,marcia gay harden,paul giamatti,billy bob thornton,james badge dale,peter landesman

Il reste malgré tout un super casting, avec en tête un formidable Paul Giamatti et un très bon Billy Bob Thornton, mais d'autres comme Jeremy Strong en Lee Harvey Oswald, ou son frère dans le film l'acteur  James Badge Dale, sont également très bons. Malheureusement le film pêche par l'absence d'une star capable d'hypnotiser le spectateur. Et ce n'est pas Zac Efron, qui peut y faire quelque chose, malgré tous ses efforts. On ressort donc un peu déçu de la vision de Parkland, qui si il n'est pas un mauvais film, ne nous apprend pas grand chose de plus sur la mort du président Kennedy, que nous ne savons déjà. Enfin, la comparaison avec le film d'Oliver Stone (JFK -1991) est cruelle. Car ce dernier lui est supérieur en tout.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,zac efron,marcia gay harden,paul giamatti,billy bob thornton,james badge dale,peter landesman

Ci-dessus : Paul Giamatti

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,zac efron,marcia gay harden,paul giamatti,billy bob thornton,james badge dale,peter landesman

Ci-dessus : Paul Giamatti et Billy Bob Thornton

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,zac efron,marcia gay harden,paul giamatti,billy bob thornton,james badge dale,peter landesman

Ci-dessus : James Badge Dale

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,zac efron,marcia gay harden,paul giamatti,billy bob thornton,james badge dale,peter landesman

Ci-dessus : Zac Effron

Disponible en Bluray et DVD en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10

14/05/2014

Souvenez vous de ... Rita Hayworth !

Rita Hayworth, chanteuse, danseuse, et actrice avait tout pour réussir à Hollywood car en plus de talents artistiques confirmés, elle était d'une incroyable beauté. Ainsi, les producteurs la faisait jouer avec les plus grands et aujourd'hui on se rappelle encore de ses plus succès. Et peut être comme aucun autre, "Gilda" (1946) et "la dame de Shangaï" (1948) sont restés gravés dans l'imaginaire cinéphilique collectif. Et nous cinéphiles, nous avons grâce à elle, encore un peu de la beauté et du glamour du Hollywood des années 40 et 50. Malheureusement ses nombreux échecs personnels, son addiction à l'alcool et enfin la maladie d'Alzheimer devait diminuer ses forces et entrainer une longue déchéance, qui se terminait le 14 mai 1987. En ce jour anniversaire de sa disparition, Hollywood Classic se souvient de la belle jeune femme qui a illuminé les plus grandes films et a donné la réplique aux plus grandes stars. Je me souviens de Margarita Carmen Cansino, dit Rita Hayworth. Et c'est à Orson Welles, un de ses nombreux maris à qui je laisserai le dernier mot : "Peut-être vivrai-je si longtemps que je finirai par l’oublier".

 

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

 cinéma, cinema, actrice, film, films, dvd, bluray, hollywood, hommage, rita hayworth

Filmographie

En tant qu'actrice

 

  • 1935 : L'Enfer (Dantes inferno) d'Harry Lachmann : Une danseuse
  • 1935 : Under the Pampas Moon de James Tinling : Carmen
  • 1935 : Charlie Chan en Égypte (Charlie Chan in Egypt) de Louis King : Nayda
  • 1935 : Paddy O'Day de Lewis Seiler : Tamara Petrovitch
  • 1936 : Human Cargo d'Allan Dwan : Carmen
  • 1936 : Le Danseur pirate (Dancing Pirate) de Lloyd Corrigan : Une danseuse (non créditée)
  • 1936 : Meet Nero Wolfe d'Herbert Biberman : Maria Maringola
  • 1936 : Rebellion de Lynn Shores : Paula Castillo
  • 1937 : Old Louisiana d'Irvin V. Willat : Angela Gonzales
  • 1937 : Hit the Saddle de Mack V. Wright : Rita
  • 1937 : Trouble in Texas de Robert N. Bradbury : Carmen Serano
  • 1937 : Criminels de l'air (Criminals of the air) de Charles C. Coleman : Rita
  • 1937 : Girls can play de Lambert Hillyer : Sue Collins
  • 1937 : The Game that kills de D. Ross Lederman : Betty Holland
  • 1937 : Paid to Dance de Charles C. Coleman : Betty Morgan
  • 1937 : Le Fantôme du cirque (The Shadow) de Charles C. Coleman : Marie Gillespie
  • 1938 : Who killed Gail Preston ? de Leon Barsha : Gail Preston
  • 1938 : Special inspector de Leon Barsha : Patricia Lane
  • 1938 : Miss Catastrophe (There's Always a Woman) d'Alexander Hall : Mary
  • 1938 : Convicted de Leon Barsha : Jerry Wheeler
  • 1938 : Juvenile court de D. Ross Lederman : Marcia Adams
  • 1938 : The Renegade Ranger de David Howard : Mary
  • 1939 : Homicide Bureau de Charles C. Coleman : J.G. Bliss
  • 1939 : The Lone Wolf Spy Hunt de Peter Godfrey : Karen
  • 1939 : Seuls les anges ont des ailes (Only angels have wings) de Howard Hawks : Judy McPherson
  • 1940 : Musique dans mon cœur (Music in my heart) de Joseph Santley : Patricia Patsy O'Malley
  • 1940 : Blondie on a Budget de Frank R. Strayer : Patricia Patsy O'Malley
  • 1940 : Suzanne et ses idées (Susan and God) de George Cukor : Leonora Stubbs
  • 1940 : The Lady in question de Charles Vidor : Natalie Roguin
  • 1940 : L'Ange de Broadway (Angels over Broadway) de Ben Hecht et Lee Garmes : Nina Barone
  • 1941 : The Strawberry Blonde de Raoul Walsh : Virginia Brush
  • 1941 : Affectionately Yours de Lloyd Bacon : Irene Malcom
  • 1941 : Arènes sanglantes (Blood and sand) de Rouben Mamoulian : Dona Sol des Muire
  • 1941 : L'Amour vient en dansant (You'll never get rich) de Sidney Lanfield : Sheila Winthrop
  • 1942 : Mon amie Sally (My Gal Sal) de Irving Cummings : Sally Elliot
  • 1942 : Six destins (Tales of Manhattan) de Julien Duvivier : Ethel Halloway
  • 1942 : Ô toi ma charmante (You were never lovelier) de William A. Seiter : Maria Acuña
  • 1944 : La Reine de Broadway (Cover girl) de Charles Vidor : Rusty Parker
  • 1945 : Cette nuit et toujours (Tonight and every night) de Victor Saville : Rosalind Bruce
  • 1946 : Gilda, film de Charles Vidor : Gilda Mundson Farell
  • 1947 : L'Étoile des étoiles (Down to Earth) de Alexander Hall : Kitty Pendelton/Terpsichore
  • 1948 : La Dame de Shanghai (The lady From Shanghai) de Orson Welles : Elsa « Rosalie » Bannister
  • 1948 : Les Amours de Carmen (The Loves of Carmen) de Charles Vidor : Carmen Garcia
  • 1952 : Champagne safari de Jackson Leighter - Documentaire
  • 1952 : L'Affaire de Trinidad (Affair of Trinidad) de Vincent Sherman : Chris Emery
  • 1953 : Salomé (Salome) de William Dieterle : Princesse Salomé
  • 1953 : La Belle du Pacifique (Miss Sadie Thompson) de Curtis Bernhardt : Sadie Thompson
  • 1957 : L'Enfer des tropiques (Fire down bellow) de Robert Parrish : Irena
  • 1957 : La Blonde ou la rousse (Pal Joey) de George Sidney : Vera Simpson
  • 1959 : Tables séparées (Separate tables) de Delbert Mann : Ann Shankland
  • 1959 : Ceux de Cordura (They came to Cordura) de Robert Rossen : Adelaide Geary
  • 1959 : Du sang en première page (The Story on page one) de Clifford Odets : Josephine « Jo » Brown Morris
  • 1962 : Les Joyeux Voleurs (The Happy Thieves) de George Marshall : Eve Lewis
  • 1964 : Le Plus Grand Cirque du monde (Circus World) de Henry Hathaway : Lili Alfredo
  • 1965 : Piège au grisbi (The Money trap) de Burt Kennedy : Rosalie Kelly
  • 1966 : Opération opium (The Poppies Are Also Flowers) de Terence Young : Monique Markos
  • 1967 : Peyrol le boucanier (The Rover) de Terence Young : Aunt Caterina
  • 1969 : Le Bâtard (I Bastardi) de Duccio Tessari : Martha
  • 1970 : Sur la route de Salina (Road to Salina) de Georges Lautner : Mara
  • 1971 : The Naked Zoo de William Grefe : Mrs Golden
  • 1972 : La Colère de Dieu de Ralph Nelson : Senora de la Plata

 

En tant que productrice

 

  • 1948 : Les Amours de Carmen, film de Charles Vidor
  • 1952 : L'Affaire de Trinidad, film de Vincent Sherman
  • 1953 : Salomé, film de William Dieterle
  • 1962 : Les Joyeux Voleurs (The Happy Thieves) de George Marshall

 

Hommage vidéo :

 

 

13/05/2014

Bardelys le magnifique / Bardelys the magnificent - 1926

"Bardelys le magnifique" c'est un peu l'exemple concret de la fameuse phrase de Patrick Brion : "le cinéma est un art outragé". En effet, ce film de la MGM, tourné en 1926 par King Vidor avait été bel et bien perdu à jamais. Pourquoi ? Parce que la MGM avait acquis les droits du roman de Rafael Sabatini (auteur prolifique de nombreux romans d'aventure comme Capitaine Blood, l'aigle des mers, ou Scaramouche) pour 10 ans. Donc en 1936, la MGM ne possédant plus aucun droit sur l'oeuvre se décida à détruire tous ses exemplaires de "Bardelys le magnifique". En effet, en 1936, un film muet n'avait plus aucune valeur commerciale. Et peut être ne voyait on pas le cinéma muet comme un art à part entière à l'époque. Quoiqu'il en soit, tous les copies étaient détruites ? Toutes ? Non ! Un exploitant français, avait gardé une copie et la conservait précieusement pendant la seconde guerre mondiale, dans sa maison de campagne. En 1950, le patron de la cinémathèque Henri Langlois se décidait à racheter cet ultime copie. Mais le collectionneur ne voulait pas vendre ! Il fallut donc attendre les années 2000 et une restauration en 2006 pour que cette dernière copie fasse sortir de l'oubli "Bardelys le magnifique".

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd, john gilbert, Eleanor Boardman,king vidor,

La restauration devait pourtant être difficile et être à elle seule une aventure. Ainsi, la troisième bobine restait manquante. Il n'était donc possible que de la remplacer par des images et des morceaux de la bande annonce. On sent donc bien qu'avoir sorti ce film est un exploit et c'est tout à l'honneur de l'éditeur Lobster et de sa collection "retour de flamme". Quant au film, qu'en est il vraiment ? Le film a pas mal vieilli évidemment. Mais si on essaye de se détacher l'esprit de notre époque, on arrive à apprécier ce film qui nous propose en vedette : John Gilbert et Eleanor Boardman. John Gilbert c'est un peu un mixte entre Rudolph Valentino et Douglas Fairbanks. Il était l'enfant terrible de la MGM, et on raconte qu'il avait frappé son patron, Louis B Mayer, qui lui avait conseillé de coucher avec Greta Garbo, mais de ne jamais se marier avec elle. Après cette scène, la carrière de Gilbert était alors finie et devait petit à petit péricliter, comme beaucoup de stars du muet (Cf : the artist avec Jean Dujardin). John Gilbert, star déchue devait mourir d'une crise cardiaque en 1936, épuisé par les soucis et l'alcool. Eleanor Boardman, sorte de sosie de Jodie Foster, jouera quant à elle dans plusieurs films de King Vidor, comme par exemple dans "la foule" (1928) avant de l'épouser et de lui donner 2 filles. Mais elle divorce en 1930 et se remarie avec un assistant de Chaplin, Harry d'Abbadie d'Arrast en 1940. Elle disparaîtra à l'âge de 93 ans en 1991.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

Ci-dessus : John Gilbert & Eleanor Boardman

"Bardelys le magnifique", nous propose plusieurs plans particulièrement réussis, comme les scènes romantiques où les scènes de baiser sur la barque sont pleines d'émotions. Mais c'est surtout la dernière partie du film qui surprend avec un John Gilbert, transformé en Douglas Fairbanks et qui fait de splendides cascades. King Vidor se plaît d'ailleurs à filmer des plans improbables qui rajoutent encore au plaisir du spectateur. Voilà ! en somme "Bardelys le magnifique" est une pépite, totalement oubliée du cinéma américain, que l'on croyait totalement perdu, mais qu'un éditeur courageux propose dans un boitier comprenant également le "Comte de Monte-Cristo" (1922) du même King Vidor. Indispensable.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

Ci-dessus : John Gilbert & Eleanor Boardman

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,john gilbert,eleanor boardman,king vidor

Film disponible en DVD zone 2 chez Lobster en VO sous-titrée (film muet)

 

Extrait :

 

Note : 6,5 / 10

12/05/2014

Obsessions / Flesh and Fantasy - 1943

"Obsessions" ou en anglais "Flesh and Fantasy" est un film tourné aux USA par Julien Duvivier en 1943. Le film évoque le fantastique, et le rêve dans sa 3ème partie. En effet, le film est divisé en 3 histoires distinctes les unes des autres. Seule la deuxième histoire est reliée à la troisième et dernière histoire. Quatre histoires ont été écrites. Mais cette quatrième et dernière histoire ne sera pas ajoutée au montage et n'apparaîtra qu'en 1944 dans "Destiny", film de Reginald Leborg. Le casting est prestigieux et comprend outre Edward G. Robinson, Charles Boyer, Barbara Stanwyck, Betty Field, mais aussi Robert Cummings  et Thomas Mitchell.

MovieCovers-171636-171637-OBSESSIONS.jpg

Après une petite introduction qui fait commencer le film par la discussion de deux gentlemen dans un club, le film déroule sa première histoire. Il faut bien dire que cette introduction est inutile et ralentit le film encore plus qu'un carton d'explications. Elle n'apporte d'ailleurs rien aux histoires qui suivront. Sans vouloir, tout vous raconter la première histoire porte sur l'obession d'une femme laide (Betty Field) qui veut tout faire le jour du carnaval pour goûter à l'amour. Elle choisit donc un masque, sort s'amuser et rencontre un beau jeune homme (Robert Cummings). Duvivier, explore dans cette histoire le rôle de l'âme humaine dans ce qu'elle fait pour nous représenter, au delà de notre apparence physique. Les plans rapides sont nombreux, la fête est bien représentée et Duvivier joue avec le mystère de lumières, inondant des abîmes de noirceurs.

a flesh and fantasy OBSESSION-5.jpg

La peur de l'autre, mais aussi l'attirance vers l'autre est bien représentée. Et jusqu'au bout on ne sait si l'un et l'autre arriveront à totalement se comprendre, jusqu'à la libération finale qui advient comme une incroyable et improbable évidence fantastique.

field-cummings-fantasy.jpg

Ci-dessus : Robert Cummings et Betty Field

La deuxième histoire fait entrer en scène Edward G. Robinson et Thomas Mitchell. Thomas Mitchell vous vous souvenez sûrement de lui. C'était le père dans "Autant en Emporte le vent". Edward G Robinson (important avocat) se fait donc lire son avenir par Thomas Mitchell (incroyable médium).Malheureusement la révélation ne sera pas celle attendue. Duvivier fera là tout son possible pour faire jouer la caméra et représenter le double maléfique de Robinson, comme par exemple dans l'image ci-dessous ou dans des improbables jeu de glace. On retrouve aussi des seconds rôles attachant dans cette partie avec par exemple C. Aubrey Smith en pasteur.

Image162.jpg

Ci-dessus : Edward G. Robinson

Enfin la troisième histoire, mettra en scène Charles Boyer et Barbara Stanwyck. Le rêve rentrera là alors à plein. En effet, un acrobate rêvera qu'il tombe devant les yeux de la femme qu'il aime. Le film explore alors l'influence du rêve sur la vie de l'homme. Le destin de Rome aurait il été le même si César avait écouté les conseils de sa femme qui avait rêvé la veille de son assassinat ? Nul ne peut le dire. Pour en revenir à "obsessions" on est donc devant un formidable film à tiroirs, au croisement de plusieurs genres (film noir, film fantastique, mélodrame) mais qui bénéficie malheureusement d'une médiocre introduction. Tout le reste est par contre admirable. Duvivier montre là tout son talent, et déroule de fantastiques idées de mise en scène qui font de ce film, un indémodable classique du film fantastique où le rêve et la conscience ont toute leur place. C'est à dire la première.

barbara_stanwyck-02.png

Ci-dessus : Barbara Stanwyck

 

NOTE : 8 / 10

11/05/2014

JFK - 1991

"JFK" est le type même du film historique. Tellement historique que mon professeur d'histoire en Terminale, se décidait à emmener ma classe, en voir une séance au cinéma ! C'était le Paradis pour moi, car à l'époque j'étais déjà fan d'histoire mais aussi de cinéma. Et puis c'était génial d'avoir une séance de cinéma plutôt que d'aller en cours. On découvrait donc le film d'Oliver Stone avec nos yeux d'adolescents grands ouverts. Et je me souviens que lors de cette séance, souvent mes camarades et moi étions choqués par les images d'archives qui montraient le président Kennedy se faire abattre en pleine rue. La force du film de Stone est d'abord dans son casting avec en tête, Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman (fabuleux en Lee Harvey Oswald), Jack Lemmon, Joe Pesci, Walter Matthau, Donald Sutherland et Tommy Lee Jones entre autre. Mais ce n'est pas seulement un fabuleux casting, c'est un scénario terrible qui passe en revue toutes les hypothèses qui peuvent expliquer la mort de Kennedy. Les scénaristes évoquent donc toutes les théories, avec d'abord la théorie de l'homme isolé et malade mentalement, vite abandonnée. Puis on parle rapidement d'un complot mais de qui et bénéficiant à qui ? Donc des suspects sont évoqués allant de la mafia, au service secret, voir au complot militaro-industriel, Kennedy étant opposé à une montée des tensions avec le Nord Vietnam.

jfk_xlg.jpg

Stone malmène le spectateur avec une réalisation rapide qui mélange les images d'archives, la couleur et le noir & blanc. Et c'est bien une vision et une thèse sur l'assassinat du président Kennedy qui nous est proposés. Stone se demande aussi pourquoi tant de témoins sont disparus aussi rapidement dans des morts subites. Stone frappe là où ça fait mal. Et son film semble montrer l'assassinat de JFK puis de son frère en 1968 comme un tournant de la société américaine. Quelle société peut fonctionner normalement avec un tel secret caché à son peuple ? C'est un peu la morale de ce "JFK" qui laisse le spectateur KO et ne sombre jamais dans la facilité. Si il en était besoin, la musique de John Williams rajoute encore à l'émotion qui transpire du film, pour faire de "JFK" le plus grand film politique de tous les temps. Un film qui a le mérite de nous faire comprendre, que la démocratie mérite d'être défendue, et la vérité d'être découverte. Le "JFK" de Stone avait de grandes ambitions. On peut dire qu'elles ont toutes été atteintes au delà des espérances du réalisateur. En effet, au delà des prix et nominations diverses. Stone devait faire visionner son film par le congrès américain qui décida devant la pression médiatique à promulguer une loi permettant une édition et une mise à la disposition du public et des chercheurs, d'une partie des archives de l'affaire Kennedy. Aujourd'hui 50 000 pièces n'ont pas encore été éditées.

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Jack Lemmon, Joe Pesci, Walter Matthau, Donald Sutherland, Tommy Lee Jones

Ci-dessus : Kevin Costner et Walter Matthau

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Jack Lemmon, Joe Pesci, Walter Matthau, Donald Sutherland, Tommy Lee Jones

Ci-dessus : Tommy Lee Jones

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Jack Lemmon, Joe Pesci, Walter Matthau, Donald Sutherland, Tommy Lee Jones

Ci-dessus : Kevin Costner et Donald Sutherland

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Jack Lemmon, Joe Pesci, Walter Matthau, Donald Sutherland, Tommy Lee Jones

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique :

 

Film disponible en Bluray et DVD zone 2, en VF et VO sous-titrée

 

Note : 9 / 10

10/05/2014

Marie-Antoinette - 1956

Dans la série "massacre du cinéma français", il y a aussi le "Marie-Antoinette" de Jean Delannoy. Il y avait pourtant tout pour faire un beau film : un bon casting avec en tête Michèle Morgan très convaincante en Marie-Antoinette, un très bon réalisateur Jean Delannoy à qui on doit quelques grands films du cinéma français. Pourtant c'est encore une fois, la désastreuse copie de Gaumont qui gâche le plaisir du spectateur. Ainsi les couleurs sont délavées comme jamais, pire l'éditeur arrive à massacrer son film en supprimant quelques images de la fin du film, enlevant ainsi tout lyrisme, tout aspect dramatique à l'ensemble de l'oeuvre. Ils sont vraiment très forts chez Gaumont pour massacrer leur patrimoine. Rien à dire là dessus.  Donc sinon le film mériterait un bien meilleur sort, et une autre édition que la misérable édition sortie dans la collection "Gaumont à la demande", qui pour un prix de 12,90 € nous donne à voir un film incomplet ... Scandaleux ! Quand on pense que quelqu'un est peut être payé pour suivre ces éditions et qu'il y a 5 millions de chômeurs ... Un conseil : Gardez votre argent. A l'heure du Bluray cette édition est une horreur, pire : un outrage à l'oeuvre originale de Jean Delannoy.

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

cinéma, cinema, bluray, acteur, actrice film, films, dvd,Michèle Morgan, Richard Todd, Jacques Morel, jean delannoy

Film disponible en DVD dans une édition désastreuse de Gaumont à la demande.

Note :  7 / 10

Note de l'édition Gaumont : 3,5 /10