Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2014

A feu et à sang / The Cimarron Kid - 1952

On sait que les années 50, ont été quasiment le bouquet final du cinéma classique américain. Et c'est vrai même dans ses plus petits films. Ainsi "A feu et à sang" ne dure que 70 minutes et pourrait être considéré comme une vulgaire série B. Pourtant, lorsqu'on y regarde de plus près, on constate aisément qu'il n'en est rien. En effet, même si le casting n'a pas de très grandes vedettes à l'affiche, le film a de nombreuses qualités. Tout d'abord l'action est omniprésente, à un tel point que l'on regrette que l'histoire des personnages n'aient pas été un peu travaillés un peu plus. Ainsi, au départ, j'ai cru ne connaissant pas l'histoire du film que c'était une suite, un peu dans le style du "retour de Frank James" (1940). Mais en fait il n'en est rien. On découvre ici l'histoire du Kid Cimarron injustement accusé d'avoir participé à un hold-up avec les Dalton.

a-feu-et-a-sang1.jpg

En plus d'un action omniprésente, le film bénéficie d'une superbe réalisation de Budd Boetticher, cette fois-ci très inspiré et d'une magnifique photographie de Charles P Boyle.Boetticher filme ici magnifiquement l'action sous tous ses angles donnant une vérité au film, mais trouve aussi des prises de vue très fordiennes. Ainsi, l'ouverture de la porte du dépôt de train, fait penser à ces plans d'une porte qui s'ouvre ou qui se ferme, de "la prisonnière du désert" (1952). Les vedettes féminines Beverly Tyler et Yvette Dugay sont plutôt sympathiques, même si assez peu célèbres et finalement un accessoires dans le scénario. A ce propos, les affiches orthographient son nom Dugay, or on retrouve les deux orthographes sur internet, Dugay ou Duguay. Quelle est la bonne ? Pour ma part, je n'en sais rien. Mais pour en revenir à notre film, "A feu et à sang", c'est donc un très bon Boetticher, et un des meilleurs films d'Audie Murphy, qui bénéficie d'une superbe réalisation, d'une excellente photographie, mais qui aurait mérité 15 ou 20 minutes supplémentaires, pour poser l'histoire et les personnages. On est pas loin du très grand film. Dommage.

010.JPG

Ci-dessus : Boetticher donne des yeux à ces pistolets

020.JPG

Ci-dessus : Vous pouvez constater le travail sur la photographie

202.JPG

Ci-dessus : Magnifique scène (filmée à la manière de John Ford) dans laquelle Yvette Dugay ouvre les portes

3333.JPG

Ci-dessus : Beverly Tyler et Audie Murphy (quel travail sur la lumière !)

A découvrir en DVD zone 2 VF et VO sous-titrée chez Sidonis et Calysta. A noter que la bobine numéro 2 comprenant le son français a été perdu. On a donc 15 minutes du film en VO sous-titrée sur la version française.

 

Note : 7 / 10

Les commentaires sont fermés.