Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Anna Karénine / Anna Karenina - 1948

"Anna Karénine" dans sa version de 1948, et dans une réalisation de Julien Duvivier est un peu décevante, si on la compare à la version de 1935 avec Greta Garbo. En effet, la version de 1935 comprenait Fredric March dans le rôle de l'amant et Basil Rathbone dans le rôle du mari trompé. On adorait l'un et on aimait détester l'autre. Ici ce serait un peu le contraire, le malheureux Kieron Moore semble désemparait devant le talent de Vivien Leigh. Et si au début, il passe bien en amoureux transit, on finit par de moins en moins croire en son jeu. Enfin Ralph Richardson, en mari trompé, mais qui veut rester fidèle à ses principes chrétiens, semble jouer une interprétation quelque peu différente de celle de Rathbone. Mais surtout, le film est trop long : 2H10 au lieu de 95 minutes pour la version de 1935. On peut donc considérer cette version anglaise dans une production d'Alexandre Korda, comme un peu inférieure à son aîné, malgré la présence de la belle Sally Ann Howes.

anna-karenina-1.jpg

Ceci étant dit, le film a aussi beaucoup de qualités, en particulier la réalisation de Duvivier, qui sait exploiter la lumière ou les rares scènes extérieures, pour faire de ces scènes sur les quais de gare des moments magiques. On sent l'influence de précédents films de Vivien Leigh. On pense ainsi à "la valse dans l'ombre" (1940) de Mervyn LeRoy, qui avait au moins une scène sur le quai d'une gare, et qui avait également pour sujet un amour tragique. Malgré toutes ces qualités, le film n'arriva pas à convaincre  le public de l'époque, et la régidité de l'ensemble ne faisait rien pour arranger l'affaire. Ainsi, Duvivier filma d'une bien curieuse manière la course de chevaux en ne prenant que le visage de Leigh et de son mari. C'était se priver d'une scène épique et qui aurait pu permettre au film de reprendre sa respiration. La musique de Constant Lambert, fait beaucoup pour rendre le film moins étouffant. Et on reste malgré tout, profondément marqué par la scène finale, d'abandon de l'actrice qui réalise un formidable numéro, qui augure de sa fin tragique, des années plus tard, et de son état dépressif de l'époque. C'est pour cela que le film reste encore dans nos mémoires aujourd'hui et résonne comme une étrange épitaphe à son endroit. Je ne peux donc comme Duvivier, m'empêcher de citer Tolstoï : "Et la lumière, qui pour l’infortunée avait éclairé le livre de la vie, avec ses tourments, ses trahisons et ses douleurs, déchirant les ténèbres, brilla d’un éclat plus vif, vacilla et s’éteignit pour toujours."

01.PNG

Ci-dessus : Vivien Leigh et Ralph Richardson

04_anna_karenine.jpg

anna-karenine-anna-karenina-25-05-1949-22-01-1948-1-g.jpg

Ci-dessus : Sally Ann Howes et  Kieron Moore

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,vivien leigh,ralph richardson,kieron moore

Ci-dessus : Vivien Leigh et Kieron Moore

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,vivien leigh,ralph richardson,kieron moore,mary kerridge,sally ann howes,contant lambert,julien duvivier

Ci-dessus : Vivien Leigh

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,vivien leigh,ralph richardson,kieron moore

Ci-dessus : Vivien Leigh et Ralph Richardson

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,vivien leigh,ralph richardson,kieron moore

Ci-dessus : une scène pendant le tournage (on remarque Duvivier assis, Vivien Leigh et mary kerridge)


Extrait de la musique (avec la courtoisie de Corentin) :

Disponible chez Elephant Films en DVD Zone 2 (sous-titré en français). Qualité d'image moyenne, mais à ma connaissance, la meilleure disponible à ce jour.


Note : 6,5 / 10

Commentaires

Bonsoir Stéphane,
La musique est superbe. J'en suis même surpris car elle peut passer pour une musique de film contemporaine (à nous).

Bien à toi,
Olivier

Écrit par : Olivier | 31/12/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Olivier,

Oui la musique est très belle et c'est une grande force du film avec ses scènes d'extérieur et le jeu de Vivien Leigh et de Ralph Richardson.

Mais pour ma part, j'ai tendance à dire que le cinéma de cette époque est très actuel, comme le sont des tableaux de la Renaissance. Je peux te dire, que je ne passe pas un jour, sans écouter une musique de film. Lorsqu'on va au Louvre, on ne va pas dans l'idée de voir des vieux tableaux, mais d'en prendre plein les yeux. Pour moi la beauté n'a pas d'âge. Elle peut être d'hier comme d'il y a 1000 ou 2000 ans. La beauté et l'esthétique ont traversé les âges pour arriver jusqu'à nous, et parfois sans tête, comme la victoire de Samothrace.

Amicalement.
Stéphane (HC).

Écrit par : Stéphane | 01/01/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire