Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2013

Henry Hathaway - le maître oublié

Pour bien commencer le week-end, je vous offre un très beau reportage sur Henry Hathaway, grand réalisateur, effectivement un peu oublié et surtout sous-estimé.

henry-hathaway.jpg

 

Filmographie

En tant que réalisateur

  • 1932 : Heritage of the Desert
  • 1932 : Wild Horse Mesa
  • 1933 : Thundering Herd
  • 1933 : Under the Tonto Rim
  • 1933 : Sunset Pass
  • 1933 : Man of the Forest
  • 1933 : To the Last Man
  • 1934 : Les Gars de la marine (Come on Marines)
  • 1934 : The Witching Hour
  • 1934 : La Dernière ronde (The Last Round-Up)
  • 1934 : C'est pour toujours (Now and Forever)
  • 1935 : Les Trois Lanciers du Bengale (The Lives of a Bengal Lancer)
  • 1935 : Peter Ibbetson
  • 1936 : La Fille du bois maudit (The Trail of the Lonesome Pine)
  • 1936 : I loved a Soldier
  • 1936 : Go West, Young Man
  • 1937 : Âmes à la mer (Souls at Sea)
  • 1938 : Les Gars du large (Spawn of the North)
  • 1939 : La Glorieuse Aventure (The Real Glory)
  • 1940 : Johnny Apollo
  • 1940 : L'Odyssée des Mormons (Brigham Young)
  • 1941 : Le Retour du proscrit (The Shepherd of the Hills)
  • 1941 : Crépuscule (Sundown)
  • 1942 : Ten Gentlemen from West Point
  • 1942 : La Pagode en flammes (China Girl)
  • 1944 : Le Jockey de l'amour (Home in Indiana)
  • 1944 : Le Porte-avions X (Wing and a Prayer)
  • 1945 : La Grande Dame et le Mauvais Garçon (Nob Hill)
  • 1945 : La Maison de la 92e Rue (The House on 92nd Street)
  • 1946 : L'Impasse tragique (The Dark Corner)
  • 1947 : 13 Rue Madeleine
  • 1947 : Le Carrefour de la mort (Kiss of Death)
  • 1948 : Appelez nord 777 (Call Northside 777)
  • 1949 : Les Marins de l'Orgueilleux (Down to the Sea in Ships)
  • 1950 : La Rose noire (The Black Rose)
  • 1951 : La marine est dans le lac (You're in the Navy Now)
  • 1951 : 14 heures (Fourteen Hours)
  • 1951 : L'Attaque de la malle-poste (Rawhide)
  • 1951 : Le Renard du désert (The Desert Fox: The Story of Rommel)
  • 1952 : Courrier diplomatique (Diplomatic Courier)
  • 1952 : La Sarabande des pantins (O. Henry's Full House)
  • 1953 : Niagara
  • 1953 : La Sorcière blanche (White Witch Doctor)
  • 1954 : Prince Vaillant (Prince Valiant)
  • 1954 : Le Jardin du diable (Garden of Evil)
  • 1955 : Le Cercle infernal (The Racers)
  • 1956 : Le Fond de la bouteille (The Bottom of the Bottle)
  • 1956 : À vingt-trois pas du mystère (23 Paces to Baker Street)
  • 1957 : La Cité disparue (Legend of the Lost)
  • 1958 : La fureur des hommes (From Hell to Texas)
  • 1959 : La Ferme des hommes brûlés (Woman Obsessed)
  • 1960 : Les Sept Voleurs (Seven Thieves)
  • 1960 : Le Grand Sam (North to Alaska)
  • 1962 : La Conquête de l'Ouest (How the West was won)
  • 1964 : Le Plus Grand Cirque du monde (Circus World)
  • 1965 : Les Quatre Fils de Katie Elder (The Sons of Katie Elder)
  • 1966 : Nevada Smith
  • 1967 : Le Dernier Safari (The Last Safari)
  • 1968 : Cinq Cartes à abattre (5 Card Stud)
  • 1969 : Cent dollars pour un shérif (True Grit)
  • 1971 : Le Cinquième Commando (Raid on Rommel)
  • 1971 : Quand siffle la dernière balle (Shoot Out)
  • 1974 : Hangup

En tant que réalisateur seconde équipe

  • 1925 : The Thundering Herd (séquences des bisons)7

  • 1927 : Les Nuits de Chicago (Underworld, de Joseph von Sternberg)

  • 1930 : Cœurs brûlés (Morroco, de Joseph von Sternberg

  • 1952 : Red Skies of Montana, de Joseph M. Newman (scènes non créditées)

  • 1957 : The Wayward Bus (scènes non créditées)

  • 1963 : Massacre pour un fauve (Rampage, de Phil Karlson) (scènes non créditées)

  • 1964 : L'Ange pervers (Of Human Bondage, de Ken Hughes) (scènes non créditées)

  • 1970 : Airport (Airport, de George Seaton) (extérieurs hivernaux, scènes non créditées)

En tant qu'acteur

  • 1917 : The Storm Woman (court-métrage)

 

Commentaires

Salut Stéphane,

Article très intéressant car j'ai vu bon nombre de film d'Hathaway. Et pourtant j'ai du mal à identifier son style. Ce qui est frappant aussi c'est la différence de budget entre les productions comme si pour lui l'histoire valait plus que les moyens mis en oeuvre. C'est assez déroutant si on considère que dans une carrière de réalisateur, il y a une progression dans l'importance des films.

Le reportage le dit bien, là où il excelle c'est en créant des moments de tension. J'ai beaucoup aimé L'attaque de la malle poste pour cela comme avec Niagara. J'ai eu juste une grande déception avec La rose noire de 1950 avec Tyrone Power mais d'un ennui total.

J'ai envie de relever un détail. J'étais surpris de découvrir La Sarabande des pantins (O. Henry's Full House) dans la liste (1952) car je connais ce titre dans la filmographie de Marilyn Monroe. Après vérification, voilà ce qu'il en est : La Sarabande des pantins est un film composé de 5 histoires réalisées par un réalisateur différent. Ainsi Marilyn joue dans le premier sketche intitulé The Cop and the Anthem (Le policier et le motet) réalisé par Henry Koster. Henri Hathaway, lui, réalise le second sketche dont le titre est The clarion call (L'appel du clairon). On y trouve un de ses acteurs fétiches, Richard Widmark.

Bien à toi,
Olivier

Écrit par : Olivier | 18/12/2013

Répondre à ce commentaire

Salut Olivier,

Très intéressant ton commentaire. Oui c'est peut être le défaut de Hathaway, qui si il avait un style, était peut être plus discret qu'un Hitchcock ou un Curtiz. Il reste néanmoins malheureusement très sous estimé. Je te conseille d'ailleurs un de ses très grands films "Peter Ibbetson" (1935), un film qui a marqué des générations de surréalistes.

Amicalement.
Stéphane (HC).

Écrit par : Stéphane | 18/12/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Oui, "Peter Ibbetson" c'est grâce à toi par le blog que j'ai eu envie de voir ce film et depuis j'attends l'opportunité qui viendra réparer ce manque. Je râlais encore en entendais les mots élogieux dans le reportage !

Bien à toi,
Olivier

Écrit par : Olivier | 18/12/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire