Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Les vestiges du jour / The remains of the day - 1993

 "Les vestiges du jour" est une réalisation de James Ivoiry. C'est le deuxième tourné par Anthony Hopkins sous la direction de Jamas Ivoiry, après le très acclamé "Retour à Howard Ends" (1992). Emma Thompson, retrouve également Anthony Hopkins, l'un et l'autre était déjà présent sur "Retour à Howard Ends", l'année précédente. James Ivoiry a le don de nous faire rentrer dans la vie d'une époque, et très souvent dans les chaussons de la vieille noblesse ou bourgeoisie anglaise. Ici dans "les vestiges du jour", Ivoiry met en image, l'imperceptible décadence de la noblesse anglaise pendant les années 30. Le film très anglais, nous met donc en scène, la vie domestique de Lord Darlington (joué par James Fox). Mais celui-ci, reste finalement comme très secondaire, et le film s'attache rapidement à conter l'histoire du Majordome (Anthony Hopkins) et de sa gouvernante (Emma Thompson). On retrouve également Christopher Reeve (le Superman première génération), mais dans un rôle finalement assez secondaire.

delete3.jpg

Le film s'intéresse à 3 thèmes principaux : la fidélité et l'obéissance du valet à son maître, l'incapacité pour un bon domestique à évoquer ses sentiments personnels, et la difficulté pour Lord Darlington de voir où sont ses ennemis. Mais ses thèmes ne sont pas divisés, mais au contraire liés les uns aux autres. Ainsi, Lord Darlington organise une conférence internationale dans son château, Et c'est parce que cette conférence a lieu, que le majordome (Anthony Hopkins) ne peut pas être présent au chevet de son père mourant. Et c'est à cette occasion que des liens de respect, vont se créer entre le majordome et la gouvernante.

icJ5dq_large.png

Ci-dessus : James Fox

Le film évoque donc cette histoire d'amour impossible, devant l'incapacité du majordome (Anthony Hopkins) à exprimer d'autres sentiments que ceux liés à sa fonction de majordome. Il passe donc à côté d'une femme susceptible de l'aimer ou qui voudrait l'aimer. Il n'accepte pas d'interférence dans sa vie privée, aussi minime soit elle. La fidélité à son maître est son seul plaisir. Et le scénario, montre que cette fidélité est aussi une soumission à l'intelligence ou la culture de son maître qu'il juge supérieure à la sienne. Malheureusement, Lord Darlington, trop bien éduqué, trop honnête, se voit dans l'incapacité de contenir la menace nazie et rejoint finalemement, la mouvance pacifiste de Lord Chamberlain (premier minsitre anglais avant la guerre). Lord Darlington finit seul sa vie dans la suspicion et le déshonneur. Le film est finalement un concentré de vies ratées ou gâchées. La gouvernante épouse un autre homme, qu'elle n'aime pas. Darlington finit abandonné de tous. Et le majordome, sait qu'il a perdu la seule femme capable de l'aimer pour une fidélité absolue, à un maître que l'on considère aujourd'hui comme un traître. Ivoiry se plait à décrire ce portrait social dans les moindres détails. L'habile et intelligent scénario de Ruth Prawer Jhabvala, d'après le roman de Kazuo Ishiguro, fait beaucoup. Néanmoins, on peut parfois reprocher à ce film, déjà devenu classique, un côté un peu rigide, voir guindé, que la belle musique de Richard Robbins, permet d'oublier.

icJB1E_large.png

Ci-dessus: Emma Thompson

icNTPM_large.png

Ci-dessus : Anthony Hopkins

La bande-annonce :

 

 

La musique :

 

Disponible en DVD et Bluray (Freezone), VF et VO sous-titrée.

 

Note : 8 / 10

Écrire un commentaire