Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2013

Sur l'avenue / On the avenue - 1937

"On the avenue" est un film de 1937, de la Twentieth century Fox, avec Dick Powell, et Madeleine Carroll. On se rappelle que Dick Powell c'est la vedette de toutes les productions de la Warner avec Busby Berkeley. Ainsi on le retrouve dans"42ème rue" (1933), "Prologue"(1933), "Dames" (1934),  "Wonder Bar" ou encore dans la série de films "chercheuses d'or" (1933, 1935, 1937). Donc c'est finalement assez exceptionnel de voir Dick Powell tourner pour la Fox. Dans une certaine mesure, on peut se demander si la Fox ne donne pas un cadeau empoisonné à Powell, vedette de la Warner. Ainsi dans la scénario qui n'est que prétexte à des malentendus amoureux entre Dick Powell et Madeleine Carroll, Powell se fait successivement giffler par deux fois, est obligé de jouer des numéros un peu vieillot même pour l'époque et finalement son show est modifié par deux fois. La Fox aurait voulu détruire l'image de séducteur de Powell, elle ne s'y serait pas pris autrement.

on-the-avenue-movie-poster-1937-1020143503.jpg

Enfin, le premier numéro des frères Ritz parodie les comédies musicales de la RKO, et le dernier numéro de ses mêmes frères Ritz dont l'un est déguisé en femme, semble vouloir caricaturer les comédies musicales de la Warner. La comédie musicale qui critique la comédie musicale, c'est assez étrange pour être remarqué.

vlcsnap-2010-10-28-21h26m53s172.png

Ci-dessus : Alice Faye et Dick Powell

Mais "on the avenue" a aussi des qualités, ainsi le très long premier numéro rappelle ceux de Busby Berkeley avec un bataillon de girls plutôt affriolantes et qui nous fait presque oublier que le film a été tourné 3 ans après l'instauration du code de censure. L'histoire est assez amusante et permet de passer un assez bon moment. Le sommet du film étant la descente d'Alice Faye accompagnée d'une bande de cochons derrière elle ! Le maximum du mauvais goût qui pouvait être fait à l'époque est dans ce film. Et c'est hilarant de voir la tête des personnes parodiées pendant les sketchs. Pour résumé le film multiplie les gags, pas toujours légers, Lorsqu'on le revoit, "Sur l'avenue" reste néanmoins une honorable comédie musicale, mais on a fait beaucoup mieux avant at après. Mais j'espère ne pas en avoir dit trop de mal, car il faut se souvenir que la musique est d'un certain Irving Berlin. C'est tout dire.

sur-l-avenue_43303_23944.jpg

Ci-dessus : Madeleine Carroll et Dick Powell

 

Extrait :

 

Note : 6,5 / 10

Commentaires

Bonsoir,

Ca y est j'ai visionné On the avenue. Merci Stéphane !
Oui, ce qui surprend c'est l'humour potache : situations absurdes, gifles, chûtes, animaux, grimaces et autres gags un peu bêtes et faciles. C'est curieux, comme si le film était destiné à un public particulier avec un humour au premier degrés.
Néanmoins, la réalisation est soignée et le budget semble confortable. Les numéros chantés sont très agréables à voir pour ce qui concerne Dick Powell et Alice Faye. Ils relèvent le film et par bonheur ils sont nombreux. Alors que j'écris j'ai encore en tête la jolie mélodie de "I've got my love to keep me warm" avec la voix de Dick Powell. Autre beau moment, le numéro The Girl on the Police Gazette avec de riches décors pour autant de scènes qui défilent alors que la caméra fait un panoramique. Le couple Carroll et Powell fonctionne très bien et apporte beaucoup de charme aux parties jouées qui ressemblent le plus souvent à des petits sketches.
Voilà un film plaisant et sans aucune prétention.

Bien à vous,
Olivier

Écrit par : Olivier | 23/12/2013

Répondre à ce commentaire

Hello Olivier,

Oui "film plaisant et sans prétention" : c'est un bon résumé.

Dick Powell est quelqu'un que j'admire beaucoup. D'une part pour son enthousiasme communicatif, à la Gene Kelly et puis aussi pour sa seconde carrière dan le film noir ou pour sa deuxième femme, la très belle Joan Blondell. Enfin, il s'essaiera à la réalisation. Mais cela lui sera fatal. En effet, il tournera "le conquérant" avec John Wayne sur un ancien site nucléaire de l'armée américaine. Il mourra quelques années plus tard d'un cancer dont la cause reste très suspecte et qui semble rattachée à ce tournage.

Content que le film te plaise.

Amicalement.
Stéphane (HC).

Écrit par : Stéphane | 24/12/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire