Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2013

To be or not to be / Jeux dangereux - 1942

Par quel bout prendre un film d'une telle richesse comme "To be or not to be" ? Voilà la première question qui me vient à l'esprit au moment de rédiger cette note. Mais peut être faut il commencer par le début, c'est à dire la création du film. Ernst Lubitsch devait tourner un second film pour United Artists, après "Illusions perdues". Walter Wanger assure la production de "To Be or Not to Be" puis se retire du film. Heureusement, le producteur anglais Alexander Korda prend le relais. Lubitsch obtient un contrat exceptionnel, qui comprend la haute main sur le montage et l’assurance que son ami Korda sera son unique interlocuteur. Toutefois, la United Artists conseille fortement de changer le titre, qu’elle juge décourageant pour les spectateurs. Faisant mine d’acquiescer, Lubitsch propose The Censor Forbids (Interdit par la censure), ce qui ne manque pas d’ironie à l’égard de la demande qui lui est faite tout en restant lié à une scène du film (l’interdiction de la pièce Gestapo). Mais comme il l’avait sans doute prévu, ce sont les deux vedettes qui s’opposeront à ce changement, avec d’autant plus de poids qu’elles ont investi de l’argent dans la production.

To be or not to be AFFICHE.jpg

Le film se base sur un scénario original, une première chez Lubitsch qui, pour ses films parlants, était jusqu’alors toujours parti d’une pièce ou d’une opérette, la plupart du temps européenne. Il
écrit le scénario avec l’ancien dramaturge Edwin Justus Mayer, qui ajoute probablement une noiceure certaine à l'oeuvre. Le personnage de Tura est écrit dès le départ en pensant à Jack Benny. En revanche, le rôle de Maria est attribué dans un premier temps à Miriam Hopkins, qui avait été la vedette de trois films de Lubitsch. Des tensions, se font jour et Hopkins demande à ce que son rôle soit étoffé. Lubitsch refuse et Myriam Hopkins quitte le projet. Carole Lombard reprend alors le rôle mais exige d'avoir en échange la première place au générique. En plein tournage devait avoir lieu l'attaque de Pearl-Harbor qui devait faire échos à une scène du film où les acteurs se retrouvaient autour de la  radio apprenant l'entrée en guerre de la Pologne. Carole Lombard devait dire plus tard, « C’est la seule fois où tout commença bien, continua bien et se termina bien. » Cela devait être pourtant une sortie tragique. En effet, le le 16 janvier 1942, Carole Lombard disparaissait dans un accident d'avion pour cause de Black-Out. La production décida de supprimer une scène du film, où Lombard disait : "mais que peut il bien arriver dans un avion ?" La United-Artist sort finalement le film, le 6 mars 1942 et le dédie à Carole Lombard.

to-be-or-not-to-be-carole-lombard-jack-benny.jpg

Ci-dessus : Carole Lombard, Jack Benny, et Charles Halton

Mais quel est le sujet de 'To be or not to be" me direz-vous ? Au delà de la comédie satirique sur le nazisme, au delà du film d'espionnage, au delà de l'histoire de cette troupe de comédiens polonais qui décident de faire de la guerre un théâtre pour se sauver la peau dans un monde devenu fou, "To be or not to be" est bien le film du choix et la filiation à Shaskespeare ne fait guère de doute. Le film renvoie cette question au spectateur et l'invite à prendre parti pour le bien ou le mal. Le film est typiquement une oeuvre à tiroirs multiples, où l'univers du théâtre rejoint celui du cinéma, où les apparences sont le plus souvent trompeuses et où les nazis sont tournés en ridicule. Autant, comédie loufoque, que film d'espionnage, Lubitsch va au bout de thèmes à peine entrevus dans "sérénade à trois" (1933) et il développe là, ses idées sur l'adultère et le triangle amoureux improbable, pour faire de "To be or not to be" une des plus belles comédies américaines de tous les temps aux situations et aux dialogues savoureux. Ce "Jeux Dangereux", est un classique du cinéma, drôle, dramatique, sombre, qui fait du nazi non pas un monstre, mais un homme comme tout le monde. Miroir d'une Humanité malade, "To be or not to be" dépasse le ton de la comédie pure pour atteindre les sommets du genre.

tb61.jpg

Film disponible en DVD et Bluray (privilégier l'édition Studio Canal en Bluray pour la qualité de l'image).

Article écrit avec l'aide des sources du CNC :

http://site-image.eu/?page=film&id=392&partie=dec...

Pour aller plus loin :

To Be or Not to Be de Ernst Lubitch.pdf

Note : 9,5 / 10

Commentaires

Bonsoir,
Je suis complètement d'accord avec ta note. C'est un film à voir absolument. Tout de même incroyable de penser qu'il est sorti en pleine guerre.
Olivier

Écrit par : Olivier | 09/06/2013

Hello Olivier.

Tout d'abord très heureux de te relire à nouveau. Tes commentaires me manquaient presque :)

Oui assez étonnant qu'un film comme celui-ci ait pu sortir en pleine guerre. Ce qui me marque dans ce film, c'est que je découvre des choses nouvelles à chaque vision. Mais chaque scène est presque une scène d'anthologie avec souvent un double sens. Du cinéma très intelligent.

Amicalement.
Stéphane (HC)

Écrit par : Stéphane | 09/06/2013

Presque ?
Ah ah, voilà comment un mot aimable devient une vacherie !
Olivier, un peu amusé

Écrit par : Olivier | 10/06/2013

Ok ok ils me manquaient beaucoup. :) J'avoue.

Écrit par : Stéphane | 10/06/2013

Ca m'a fait rire en tout cas.

Écrit par : Olivier | 11/06/2013

Les commentaires sont fermés.