Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2013

Hugo Friedhofer : Un géant oublié

Aujourd'hui j'aimerais rendre hommage à Hugo Friedhofer, géant oublié, compositeur remarquable et travailleur infatiguable. Et si aujourd'hui on parle encore de Steiner, de Korngold, on devrait aussi citer aussi Hugo Friedhofer. Car il resta longtemps dans l'ombre de ces génies, travaillant longtemps avec Max Steiner et orchestrateur attitré d'Erich Wolfgang Korngold, il compose en 1938 sa première musique de film, pour "les aventures de Marco Polo". Il collaborera en tout à 256 musiques de film, laissant son empreinte dans le cinéma hollywoodien, mais malheureusement pas dans les mémoires. Hollywood Classic lui rend aujourd'hui hommage.

 

hugo-friedhofer-01.jpg

 

 

.

 

29/05/2013

Sérénade à trois / Design for Living - 1933

"Sérnade à trois" est un film un peu étrange. En effet, le sujet est plutôt scabreux. En effet, il s'agit d'une jeune femme (Miriam Hopkins) qui est ici amoureux de deux hommes à la fois : Fredric March et Gary Cooper. Le scénario est tiré d'une pièce de Noël Coward, jouée pour la première fois en 1932. Malheureusement ici le scénario de Ben Hecht en enlève tout le caractère scabreux et finalement drôle. Ainsi, les relations sont affichées comme platoniques par la jeune femme et si on parle de sexe, c'est pour dire qu'il n'y en aura pas. Ainsi entre rupture, tension physique et attirance impossible, le scénario semble tourner en boucle et finir sans que la situation du début trouve une résolution quelconque. Il y a également une scène assez étrangement tournée, où on voit March partagé un petit-déjeuner avec la jeune femme tant convoité. March est en smoking inpécable alors qu'il venait de voyager le soir. On sait alors qu'il a partagé la nuit et la chambre de Miriam Hopkins. Néanmoins c'est vrai que le spectateur se sent un peu frustré, n'ayant même pas eu droit à la traditionnelle scène de glamour hollywoodienne. De plus, on sent Gary Copper un peu gêné dans cette comédie, mais Fredric March beaucoup plus à son aise. A noter qu' Edward Everett Horton complète le casting. Ce dernier était un habitué des comédies musicales de Fred Astaire où il excellait dans son rôle de comique pince-sans-rire. Alors c'est vrai qu'ici on sourit plus souvent que l'on rit. Par contre, Miriam Hopkins est ici au top de sa forme, prodigieusement belle et sexy, en particulier à la toute fin du film, où on la retrouve dans un ensemble particulièrement moulant qui fait penser à certaines robes de Marilyn Monroe. On pouvait malgré tout, s'attendre à un peu mieux d'un film d'Ernst Lubitsch joué par de tels acteurs. Pour finir je rappellerai que Miriam Hopkins avait déjà joué l'année précédente dans "Docteur Jekyll et Mister Hyde".

serenade_a_trois,3.jpg

3.JPG

4.JPG

6.JPG

7.JPG

Ci-dessus : Miriam Hopkins

1.JPG

Ci-dessus : Gary Cooper, Miriam Hopkins et Fredric March

5.JPG

Ci-dessus : Fredric March et Ernst Lubitsch

2.JPG

Ci-dessus : Gary Cooper, Miriam Hopkins et Fredric March

Note : 5,5 / 10

28/05/2013

Mirage - 1965

"Mirage" est un bon thriller à la distribution très intéresante. En effet, on y retrouve en plus de Gregory Peck, Diane Baker et Walter Matthau. La réalisation d'Edward Dmytryk est correcte, sans être nullement exceptionnelle. Malheureusement le scénario de Peter Stone, inspiré du livre de Howard Fast, ne résoud pas tous les questions qu'avancent l'intrigue. On reste donc quelque peu sur sa faim. Et on a finalement parfois l'impression d'avoir assisté nous aussi, à une sorte de mirage cinématographique. Enfin la musique de Quincy Jones, souvent douce et proche d'une musique d'ambiance ne permet pas réallement de plonger dans ce film noir. On pouvait donc logiquement espérer beaucoup plus de ce "Mirage" qui n'arrive pas à concrétiser à l'écran les bonnes intentions que l'on entrevoit de temps en temps, mais donc un peu gâché par un scénario trop confus et pas assez approfondi, surtout que les acteurs sont excellents , en particulier Gregory Peck et Walter Matthau.

Mirage1965.jpg

381751_orig.png

Ci-dessus : Gregory Peck et Diane Baker

Gregory-Peck-Diane-Baker-and-Edward-Dmytryk-on-location-for-Mirage-e1341230689102.jpg

Ci-dessus : avec le réalisateur Edward Dmytryk

 

Extrait de la musique :

  Disponible chez Universal sur le site de l''éditeur ou dans certains magasins spécialisés

Note : 7 / 10

27/05/2013

Souvenez vous de ... Ann Blyth !

Aujourd'hui, Hollywood Classic se souvient d'Ann Blyth, inoubliable dans "le Roman de Mildred Pierce" (1945) qui lui valut une  nomination aux Oscars ou dans "les démons de la liberté" (1947) de Jules Dassin. Elle n'avait pas la personnalité d'une Lana Turner ou d'une Lauren Bacall, pourtant elle a une filmographie très intéressante et jouera avec les plus grands. Elle reste une très belle représentante de ce glamour hollywoodien qui nous fait toujours tant rêver. Souvenez vous de ... Ann Blyth !

 

Ann-Blyth-93ea4.jpg

ann blyth. 010.jpg

60771_AnnBlyth3_122_432lo.jpg

ann-blyth-c-1940s-everett.jpg

ann-blyth-ca-1950s-everett.jpg

Ann-Blyth-e1d91.jpg

7410318130_04dfc19bda_z.jpg

blyth-granger-2_opt.jpg

3132417830_1_6_jZx3qKCV.jpg

blyth-jewels-54.jpg

blyth-mirror-katie_opt.jpg

site-down-girl.jpg

tumblr_mfbj5tm4eH1qh0yodo1_1280.jpg

26/05/2013

Le démon du sous-marin / Devil and the Deep - 1932

"Le démon du sous-marin" est un film de 1932, produit par la Paramount et sorti en 1932, il comprend un intéressant avec Gary Cooper, Charles Laughton, Tallulah Bankhead et Cary Grant dans un petit rôle. Tallulah Bankhead, native de l'Alabama, est une actrice assez peu connue en France, mais elle devait défrayer la chronique en 1932 à Hollywood, en se plaignant à un journaliste du "Motion Picture Magazine" qu'elle n'avait pas eu une relation avec un homme depuis 6 mois ! Même si elle devait démentir le mal était fait, et elle devait rester dans l'esprit du public comme une mangeuse d'hommes et de femmes, à la sexualité vorace. Quoiqu'il en soit et pour en revenir au film, Tallulah Bankhead est ici la femme d'un commandant de sous-marin (joué par Charles Laughton) stationné en Méditérannée. Le personnage de Laughton se sait trompé par sa femme. Vrai ou faux ? Nul ne le sait, en tous les cas, sa jalousie maladive le pousse à se séparer de son second (joué par Cary Grant). Enfin, la dispute qui en découle, pousse la femme du commandant à s'enfuir de sa propre maisson, et à rencontrer ... Gary Cooper. Le réalisateur Marion Gering, originaire de Russie, et habitué à monter des pièces à Broadway avait été engagé par la Paramount en 1931. Si il tourna beaucoup avec Sylvia Sidney, il n'a pas laissé une marque très importante au cinéma hollywoodien. Pourtant si le film est réalisé sans génie, le spectacle est ici correct.

1932 Devil and the deep - Entre la espada y la pared (ing) (i) 01.jpg

Le film vaut par la présence de Laughton qui surclasse Cooper et Grant sans aucune difficulté. La meilleure scène du film est celle où Laughton apprend de la propre bouche de sa femme que oui, elle l'a bien trompé. On voit alors le visage de Laughton se décomposait progressivement sous ses mains, pour devenir de plus en plus hideux et se rapprocher d'une expression proche de son rôle de Quasimodo dans "le bossu de Notre-Dame" (1939). Mais quand on voit ce "Devil and the Deep" c'est bien aux "révoltés du Bounty" (1935) auquel on pense tout de suite. Laughton se complait dans son rôle de capitaine injuste et fou, pour notre plus grand plaisir. Il ne reste que des miettes à Grant et Cooper, qui se partagent les scènes sentimentales. On passe un agréable moment à suivre cette histoire et à admirer Tallulah Bankhead, dans un film qui n'as pas son pareil pour nous faire rêver d'exotisme et de romance sous les étoiles, mais aussi pour nous montrer jusqu'où peut aller la jalousie maladive.

Annex - Laughton, Charles (Devil and the Deep)_01.jpg

Ci-dessus : Cary Grant et Charles Laughton

Annex - Bankhead, Tallulah (Devil and the Deep)_01.jpg

Bankhead, Tallulah (Devil and the Deep)_01.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper et Tallulah Bankhead

Disponible dans la collection "Universal" sur le site de l'éditeur ou dans les magasins spécialisés (Gibert Joseph)

Note : 7 / 10

25/05/2013

Le Roi du Tabac / Bright Leaf - 1950

"Le Roi du Tabac" est un film assez rare (jamais sorti en DVD en France), mais qui passe de temps en temps su TCM. J'ai ainsi retrouvé dernièrement un enregistrement en version française datant de 2004. Le film ne possédait pas une image de très bonne qualité, mais était très regardable et très intéressant. "Le Roi du Tabac" est le deuxième film avec à l'affiche Gary Cooper et Patricia Neal. On se souvient que ce couple d'acteurs avaient déjà été réunis un an plus tôt dans l'adaptation à l'écran du superbe roman d'Ayn Rand ("le rebelle"). Mais la distribution est aussi complétée par Lauren Bacall et par Jack Carson. Jack Carson avait quant à lui joué dans le même film que Patricia Neal dans "It's a great feeling" (1949). "Le Roi du Tabac" raconte l'ascension d'un  homme désargenté (Gary Cooper) qui revient dans la ville de son enfance. Il y découvre que sa maison ne lui appartient plus, mais appartient au plus grand industriel du Tabac (joué par Donald Crisp). Mais ce dernier a une magnifique fille (Patricia Neal) qui a connu Brant Royle (Gary Cooper) quand il était enfant. Le seul but de Royle sera alors de conquérir son père tout en réduisant économiquement et moralement le père de la jeune fille au silence. Donald Crisp était abonné au rôle de père. Et on se souvient surtout pour l'interprétation magistrale qu'il donne dans le film de John Ford, "Qu'elle était verte ma vallée" (1941) qui lui valut un Oscar totalement mérité. On ne se souvient plus aujourd'hui que Crisp était un acteur légendaire, né en Grande-Bretagne, et ayant connu pratiquement la naissance du cinéma, et qu'il avait eu une carrière de réalisateur.

le_roi_du_tabac,0.jpg

Je pense qu'il est inutile de présenter le réalisateur, Michael Curtiz, qui a tourné pour la Warner de très nombreux films. Le film est beaucoup moins littéraire et lyrique que "le rebelle"(1949). Mais j'ai adoré sa construction et cette lutte entre Crisp et Cooper qui ne se termine que par la reprise de la lutte par la fille de Crisp jusqu'à l'affrontement et l'effondrement final; "Le Roi du tabac" est un drame psychologique autant qu'une tragédie humaine. Il n'en représente pas moins un très bon divertissement. Je ne comprends pas d'ailleurs pourquoi il a eu de mauvaises critiques. On a critiqué le faux accent du Sud de Patricia Neal. Mais pour ma part, je n'ai pas pu en juger, ne possédant que la version française. Enfin, j'ai trouvé Patricia Neal très convaincante dans sa prestation totalement changée par rapport au "Rebelle". On peut rajouter au crédit du film, la très belle musique de Victor Young. En résumé, un très bon film, qui mériterait une belle édition DVD ou Bluray pour qu'on le redécouvre enfin avec une image correcte.

brightleaf2.jpg

Ci-dessus : Lauren Bacall et Gary Cooper

brightleaf3.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper et Patricia Neal

brightleaf-4.jpg

Ci-dessus : Cooper et Neal pendant une pause

brightleaf4-1.png

Ci-dessus : Gary Cooper avec à gauche Jack Carson

brightleaf5.jpg

brightleaf5-1.png

Ci-dessus : Gary Cooper avec à gauche Jack Carson

brightleaf-6.jpg

brightleaf8-1.png

brightleaf13.png

brightleaf20.jpg

Ci-dessus : Donald Crisp de dos

Le roi du Tabac-1950-1.JPG

Le roi du Tabac-1950-2.JPG


Diaporama :


Extrait :


Film indiponible en DVD et Bluray en France à ce jour.

Note : 8 / 10