Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2013

La Poursuite infernale / My Darling Clementine - 1946

Un petit tour par le western cette fois-ci, et donc j'évoquerai avec vous "la poursuite infernale" de John Ford ou dans son titre américain "my darling Clementine" tiré de la chanson éponyme qui ouvre le film. Comme vous le savez, Ford est le grand spécialiste du western américain. Le film a été produit par la Fox de Darryl F Zanuck en 1946. Il retrace un moment de l'histoire des frères Earp et en particulier de Wyatt Earp (joué par Henry Fonda) et se termine par le classique affrontement d'Ok Corral tourné de nombreuses fois au cinéma. On notera que Ford a beaucoup changé de la vie de la famille Earp, afin de faire une histoire à son goût et de développer le scénario pour le rendre plus intéressant. Ainsi, les Earp n'ont jamais été des cowboys transporteurs de bétails. Le personnage de Clementine Carter (joué par Cathy Downs) n'est pas un personnage historique. Doc Holliday (joué par Victor Mature) n'était pas un chirurgien mais un dentiste dans la réalité. Le film est donc inspiré de deux livres de Stuart Lac publiés en 1931 et 1946. Ford devait acheter les droits sur le second. La légende des frères Earp n'était pas réellement connue du grand public américain avant la publication de ces deux ouvrages que l'on considère aujourd'hui comme très romancés, et donc historiquement faible. Mais ces changements dans la grande histoire ne sont pas pour déplaire au spectateur car ils rendent encore une fois, le film plus lisible et plus dramatique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

La distribution est étincelante, ainsi on retrouve comme déjà dit, Henry Fonda, Victor Mature, mais aussi, Tim Holt, John Ireland, ou encore War Bond, et surtout la magnifique Linda Darnell (inoubliable dans "Ambre"). On se rappelera que War Bond est un des acteurs de seconds rôles qui devait peut être tourner le plus à Hollywood. Enfin, il est amusant de noter que John Ireland apparaîtra également, dans la version de 1957, tournée par John Sturges.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Linda Darnell

Pour le reste, Ford est égal à lui même et se sert des magnifiques paysages de Monument Valley et Kayenta pour rendre son film plus fort. Ainsi la poursuite de la diligence évoque autant "la chevauchée fantastique" (1939) que la scène de l'arrivée du colonel également par une digilence dans "le massacre de fort Apache" (1948). Mais la comparaison ne s'arrête pas et c'est aussi à "la prisonnière du désert" auquel on pense devant ces immensités qui occupent parfois les deux tiers de l'écran voir plus. Ainsi, l'arrivée des Earp à Ok Corral est montrée avec un ciel immense, une ville démeusurée, et des personnage minuscules, comme si la ville écrasait les personnages et comme si le ciel (le destin ?), et l'Ouest sauvage écrasaient également les personnages mais aussi la ville, elle même. La poésie de Ford atteint là son maximum, comme peut être jamais dans un autre de ses westerns. Enfin, la scène finale nous montre  Cathy Downs debout et de dos, disant au revoir à Wyatt Earp dans un style que les peintres romantiques allemands n'auraient pas renié. Ainsi, Ford utilise tout son immense talent pour réaliser ce western moderne, qui paraît hors du temps dans ses décors naturels. Car là c'est bien la nature l'autre star du film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Henry Fonda, Linda Darnell, et Victor Mature

Le film étonne aussi par le modernisme de son propos. Ainsi, on voit une Linda Darnell trompant son homme avec un autre, tout en continuant à aimer le premier. Le seul reproche que l'on pourrait faire à Ford serait d'avoir changé la grande histoire de l'Ouest. Mais ce serait lui faire un faux procès et vouloir en faire un aux trois mousquetaires de Dumas. Je reprendrai donc cette citation de Dumas tirée du même ouvrage et qui correspond totalement à ce film : "On peut violer l'Histoire, pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants." Et force de constater, qu'ici c'est bien le cas, Ford réussissant à distraire le spectateur tout autant qu'à mener de front une dramatique chronique de l'Ouest, étrangement moderne pour l'époque.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Cathy Downs et Henry Fonda.


La bande annonce :


Note : 9 / 10

Commentaires

Bonjour Stéphane,
Critique très intéressante. Je voulais voir ce film bientôt et je préfère savoir que l'histoire a été romancée. Merci.
Olivier

Écrit par : Olivier | 09/05/2013

Bonjour Olivier,

Tu es un fidèle d'Hollywood Classic à ce que je vois. La fidélité mérite récompense. Envoie moi un message par la rubrique "contact", si tu es intéressé par un DVD cadeau de "Mayor of Hell" avec James Cagney.

Quant à "la poursuite infernale", Ford a mentionné qu'il avait rencontré Wyatt Earp quand il était accessoiriste et qu'il avait recréé le combat d'Ok Corral selon le récit de Wyatt Earp. Je ne l'ai pas mentionné dans ma critique, ne sachant pas si cette anecdote était vraie.

Amicalement.
Stéphane (Hollywood Classic).

Écrit par : Stéphane | 09/05/2013

Ah ben ça alors... merci pour le geste !

J'ai lu la biographie de John Ford par Lindsay Anderson (c'est la collection des livres de poche noirs) et j'étais passionné par la vision personnelle qu'il a donné à ses films alors que je connais mal sa filmographie. My Darling Clementine attend que je me pose devant. Je relirai ta critique après visionnage mais je m'attends déjà a à un beau film.

Olivier

Écrit par : Olivier | 09/05/2013

Hello Steph, encore un article documenté à souhait. Je suis tout à fait en accord avec toi sur ce film. Je n’ai pas souvenir d’un réalisateur de westerns de cette époque retraçant la véritable histoire. L’idéalisation de l’Ouest américain primait bien avant la réalité historique. On retrouve ici ou là quelques faits avérés mais bien souvent dans le but d’éviter d’en aborder d’autres bien moins glorieux. Mais bon moi les westerns j’en raffole. ;O)

Écrit par : Willow | 10/05/2013

Hello Willow. On peut supposer que la version de Sturges légèrement plus proche de la réalité. Mais bon, on est d'accord cela reste du cinéma, et un spectacle pour notre plus grand plaisir :)

Amicalement.
Stéphane (Hollywood Classic).

Écrit par : Stéphane | 10/05/2013

Bonsoir,
Je viens de le voir et oui, c'est un beau film. Le talent de John Ford se remarque déjà sur le plan esthétique avec des plans et des lumières superbes. Le film m'a tenu tout le long, sans temps mort. J'ai aimé les notes psychologiques qui donnent habilement de la profondeur à ces cowboys, notamment au sein de la fratrie. Ma bonne surprise c'est l'humour, souvent à l'initiative du héros joué par Henry Fonda. Les séquences avec le barbier et le parfum sont très drôles. Comme aussi cet échange vers la fin avec le barman :
- Tu n'as jamais été amoureux ?
- Non, j'ai été barman toute ma vie.
:-D
Olivier

Écrit par : Olivier | 19/05/2013

Hello Olivier,

Content que tu as aimé. Oui c'est un très bon film. Tu as bien fait de rajouter la partie sur l'humour qui est effectivement bien présent dans le film, humour souvent à froid avec Henry Fonda.
Quand j'étais ado, j'étais littéralement fasciné par la version de 1957 de John Sturges avec Kirk Douglas.

Amicalement.
Stéphane (Hollywood Classic).

Écrit par : Stéphane | 20/05/2013

Sur le plan esthétique, rien à redire sur le film de John Ford, c'est fantastiquement très beau, du point de vue Historique, ont y est presque. Ford était l'ami de nombres d'ancien shérifs et autres cowboys célèbre qui firent les histoires de l'ouest, Wyatt Earp est mort en 1929,Emmett Dalton meurt en 1937, son épouse sera la conseillère technique sur le tournage de :The Daltons Ride Again 1945.Pour ma part, l'un des meilleurs western fait sur le sujet du règlement de compte, reste le western de Frank Perry: Doc Holliday 1971, mais cela est une autre histoire.My darling Clémentine, vaut aussi par l'admirable interprétation de Grant Whithers(acteur aux destin tragique) et de Walter Brennan dans le rôle du vieux Clanton. Les décors naturel, hormis Monument Valley et Kayenta, Ford tourna quelques scène d’extérieur dans le désert de Moab et dans le Wyoming, ce qui attira les foudres du producteurs délégué de la Century Fox Samuel Engel. Pour les cinéphiles, dans ce western, notons la présence de Harry Woods, Kermit Maynard et de Tex Cooper ancienne gloire du western de série.

Écrit par : Wes Cameron | 23/06/2013

J'avais entendu cette version de Ford, comme quoi il était l'ami de l'ancien Sheriff. Mais je me méfie un peu des dires de Ford qui se vantait d'avoir subtilisé le cadavre de John Barrymore pour l'emmener chez Flynn. Sinon pour en revenir à Ok Corral, tu n'aimes pas la version de 1957 ? Moi j'adore cette version.

Écrit par : Stéphane | 23/06/2013

Ce n'est pas Ford, mais Walsh qui prit le corps de Barrymore(et c'est une véritable histoire) Flynn, très téméraire à l'écran mais peu à la ville, prit une telle peur qu'il se réfugia derrière les buisson qui entouré sa maison, il était saoule encore une fois...Walsh en garde un très bon souvenir, y compris le patron des pompes funèbre que Walsh paya environ 200 dollars pour faire transporté le corps. Ford était un roublar, mais un authentique professionnelle, certaines choses son vraie et d'autres fausse, devenu légende.

Écrit par : Wes Cameron | 24/06/2013

Oui. Donc je me méfie des déclarations de Ford.

Écrit par : Stéphane | 24/06/2013

Les commentaires sont fermés.