Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2013

La fille de la cinquième avenue / 5th Avenue Girl -1939

Fred Astaire est parti. "La grande farandolle" a clôturé la série de films de Ginger et Fred. Les projecteurs se sont éteints, Cendrillon a laissé le prince charmant et le magnifique carosse s'est transformé en citrouille. C'est un peu ça le prologue de "la fille de la cinquième avenue". En effet, si il est le deuxième film du duo Gregory La Cava / Ginger Rogers, il est aussi peut être le plus étrange. Ainsi, on retrouve Ginger Rogers sur un banc dans un parc, au chômage et démoralisée. Elle est plus ou moins abordée par un richissime vieil homme abandonné par les siens le jour de son anniversaire. En effet, son fils est parti jouer au polo délaissant son père et l'entreprise familial, sa femme a un amant et sa fille se désintéresse de lui. Bref, ces deux êtres que tout sépare au niveau financier vont être réunis par la détresse de leur vie personnelle et le vieil homme va inviter la jeune fille à faire la bringue en tout bien tout honneur évidemment. Mais le jeu ne s'arrêtera pas là et le vieil homme fera entrer Ginger chez lui afin d'intriguer ses proches et de les intéresser à sa nouvelle vie, mais aussi dans le but de les mettre en face de leurs propres responsabilités voir devant leurs incohérences respectives. Bien évidemment ce scénario rappelle le film "mon homme Godfrey" réalisé par le même La Cava en 1936. Malheureusement on ne retrouve pas réellement la classe de William Powell. Et Ginger Rogers semble bien seul et ce n'est pas Walter Connolly qui peut faire oublier William Powell. Concernant le casting finalement assez faible, on se souviendra que Tim Holt apparaîtra quelques années plus tard dans "le trésor de la Sierra Madre".

Fifth Avenue Girl.jpg

 

La Cava n'atteint donc jamais dans ce remake, les sommets de l'original. Alors oui il y a plein de bonnes choses. La critique sociale est acerbe. Ginger aura d'ailleurs cette phrase dans le film : "les riches sont des pauvres gens avec de l'argent". C'est tout dire ! Mais beaucoup de personnages sont agaçants, en particulier le chauffeur ultra-communiste qui finit par soûler par son discours totalement extrémiste et qui met mal à l'aise. On est d'ailleurs surpris que le film ait pu passer la censure de l'époque avec de tels dialogues. Les scénaristes (Allan Scott et Morrie Ryskind) furent d'ailleurs accusés en 1947 d'activités communistes. A noter que cet épisode n'est pas à mettre au crédit de Ginger Rogers qui envoya sa mère devant la commission.Sa mère finit par avouer qu'on avait forcé Ginger à prononcer des lignes sur le partage universel dans un autre film, "Tender Comrad", film écrit cette fois-ci par Dalton Trumbo, lui même accusé. Pour en revenir à "la fille de la cinquième avenue", le personnage de la femme du richissime homme d'affaire n'est pas mieux traitée, et semble totalement dépassée la plupart du temps. Mais qu'en est il de Ginger Rogers ?

fille-cinquieme-avenue-fifth-avenue-girl-greg-L-O_esxv.jpeg

Ci-dessus : Walter Connolly et Ginger Rogers

Le plus grave dans ce film, c'est bien le personnage joué par Ginger, qui semble triste la plupart du temps, dépressif et manipulé par tous. Pour ma part, j'ai trouvé cela assez insupportable de la voir ainsi traitée. On a tellement l'habitude de la voir menant le jeu avec Fred Astaire ou répliquant telle une mitraillette dans "pension d'artistes" (1937) qu'on a presque de la peine de la voir ainsi traitée. Elle a finalement deux bonnes scènes. La première est celle où elle dit ses quatre vérités au militant ultra-communiste avec une fin de la scène au couteau de boucher (voir image ci-dessous) et l'autre où elle dit la vérité à son patron. Pour le reste, il faudra repasser. Rien à signaler.

fille-de-la-5eme-avenue-1939-02-g1.jpg

 

Voilà, j'ai donc été un peu déçu par ce film, au vu surtout de la comparaison avec son ainé ou même avec "pension d'artistes"et de ce qu'il laisse montrer dans les vingt premières minutes réellement excellentes. Maintenant le film marcha très fort à l'époque et peut être vous aussi vous trouverez du plaisir à voir l'histoire un peu folle de cette famille aisée. Chacun a sa propre sensibilité. Mais prendre du plaisir à voir Ginger, en chômeuse manipulée, pour ma part, c'est au dessus de mes forces.

 

02.JPG

$T2eC16N,!yEE9s5jEbLzBQKu7gcU7w~~60_3.JPG

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ginger rogers,tim holt,walter connolly,james ellison,verree teasdale,gregory la cava

Ci-dessus : Notez la mine défaite de Ginger Rogers


Film disponible en DVD Zone 2 (éditions Montparnasse)

Note : 5,5 / 10

Écrire un commentaire