Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2013

La vie est belle / It's a Wonderful Life - 1946

Par quel bout prendre "la vie est belle" de Frank Capra ? Voilà la première question qui me vient à l'esprit alors que je rédige cette note. Est-ce un film niais comme aime à le rappeler les cyniques de tous bords ou est-ce le chef-d'oeuvre encensé par la critique et le public depuis des décennies ? Cette note essaiera d'y répondre avec le coeur, car si on lit avec les yeux et si on écoute avec nos oreilles c'est bien avec le coeur qu'i faut voir ce film sous peine de ne rien y comprendre. Le film est tiré d'une histoire, "The Greatest Gift", écrite en novembre 1939 par Philip Van Doren Stern. L'auteur n'arrivant pas à faire publier son histoire se décida à la joindre à ses cartes de Noël et l'envoya à 200 proches. L'histoire attira finalement l'attention d'un producteur de la RKO David Hempstead. Ce dernier le présenta à l'agent de Cary Grant et finalement en avril 1944, la RKO en acheta les droits pour 10 000 dollars. Après trois écritures de script qui ne satisfaisaient personne au studio, Cary Grant n'attendit pas la fin du projet et se mit à tourner un autre conte de Noël "the Bishop's wife" (1947). Finalement, Charles Koerner de la RKO fit lire l'histoire à Capra qui la trouva merveilleuse. La RKO anxieuse de ne jamais pouvoir mettre le film en images, décida de vendre les droits sur ce film et les trois scripts à la société de production de Capra, "Liberty Films". Capra prit alors les choses en main, et retravailla le script avec une pléiade de scénarites : Frances Goodrich,  Albert Hackett, Jo Swerling, Michael Wilson, et enfin Dorothy Parker. Mais le script devait encore subir des révisions, et même durant le tournage. Mais ce n'était pas forcément un problème à Hollywood. On se rappelle que le script de "Casablanca" devait subir le même sort, avec le succès que l'on sait.

la_vie_est_belle_.jpg

Le film devait être tourné aux studios RKO et au ranch de la RKO à Encino qui avait déjà une ville construite qui avait servie pour un film de 1931 "Cimarron". La ville faisait 1,6 hectares et possédait sa grande rue, et 75 bâtiments et magasins. Capra pour le besoin du film devait faire construire une banque mais aussi faire planter 20 chênes. Capra devait ensuite supprimer plusieurs parties musicales composées par Tiomkin au grand désespoir de ce dernier. Sur cette ville construire pour le cinéma, il faut savoir qu'en 1954 l'ensemble  devait être rasé et ne devait rester que la piscine où danse James Stewart dans le film, et la maison Martini. Le tournage quant à lui devait commencer le 15 avril, 1946 et se terminer le 27 juillet 1946. Le film devait se classer 26ème au box-office de 1947 sur 400 films sortis cette année là. Devant ce succès mitigé il devait accuser une perte de 525 000 $. Néanmoins, le film devait passer des générations de spectateurs pour rester dans la mémoire collectivie du public jusqu'à aujourd'hui et devenir un film mythique. Mais qu'est ce qui fait de "la vie est belle", un film mythique aujourd'hui ?

george1.jpg

Ci-dessus : James Stewart

Le succès de "la vie est belle" qui fait de ce film, une légende du cinéma hollwyoodien, ce n'est pas seulement le talent de réalisateur de Capra, ou l'incroyable beauté et le glamour de Donna Reed qui paraît n'avoir jamais été aussi belle et désirable ou l'enthousiasme de James Stewart, ou encore l'incroyable capacité de Lionel Barrymore à jouer un ancien ouvrier aux idées presque anarchiste l'année précédente dans "la vallée du jugement" et cette fois-ci tout le contraire, dans son interprétation d'un banquier rapace. Ce qui fait le succès encore aujourd'hui de "la vie est belle" et qui en fait un film mémorable pour le public, ce sont bien les thèmes que ce film aborde, thèmes qui sont toujours d'une brûlante actualité. En effet, qui peut nier que le sacrifice pour les siens et pour lea autres, la famille, l'appât du gain, ou l'erreur qui détruit toute une vie de travail, et simplement la valeur inestimable de la vie d'un être humain, ne sont pas encore aujourd'hui des thèmes encore actuels en cette période de crise ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,james stewart,donna reed,henry travers,lionel barrymore,thomas mitchell,war bond,dimitri tiomkin,h b warner,frank capra

Ci-dessus : Donna Reed et James Stewart

D'ailleurs la popularité dont le film bénéficie chez nous le rapproche plus d'un certain esprit prêt à croire dans la communauté et dans la solidarité, plutôt que dans la réussite personnelle et dans un appât du gain qui détruit tout, mais aussi dans l'intervention de forces invisibles qui éloignent ainsi le film des mensongères accusations dont il fit l'objet dans'une note du FBI qui faisait de ce film, un film aux idées communistes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,james stewart,donna reed,henry travers,lionel barrymore,thomas mitchell,war bond,dimitri tiomkin,h b warner,frank capra

Ci-dessus : Lionel Barrymore (frère de John Barrymore) et Thomas Mitchell

"La ville est belle" est donc sans aucun doute le plus grand film de Capra encore meilleur que "Mr Smith au sénat" (1939) et il bouleverse autant qu'il peut émouvoir. On ne saurait donc rejoindre les cyniques et bouder son plaisir. "La ville est belle" reste une formidable leçon cinématographique mais aussi morale, sur une vie plus forte et plus précieuse que l'argent et que la finance. Alors oui c'est un conte de Noêl, mais franchement qu'est ce que ça fait du bien !

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,james stewart,donna reed,henry travers,lionel barrymore,thomas mitchell,war bond,dimitri tiomkin,h b warner,frank capra

Extrait :


 

Film disponible en DVD (zone 2) et Bluray multi-zones.

 

Note : 9 / 10

Commentaires

Hello Stéphane,

Bien belle note. Je n'ai pas vu La vie est belle depuis un bail ; pourtant je m'en rappelle encore. Ce qui m'avais marqué à l'époque était le passage James Stewart visite une ville délabrée, dans laquelle il n'aurait jamais existé : les plans ont été repris quasiment à l'identique dans Retour vers le futur 2, lors de la visite de l'année 1985 alternative, pervertie par Biff Tannen. Je trouvais que la scène fonctionnait très bien dans les deux films.

A bientôt,

Raphaël

Écrit par : Raphaël | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Salut Raphael,

Oui ! Retour vers le futur, tout ma jeunesse. Je me souviens bien de ces films. A noter que pour "la vie est belle" l'édition Bluray multizones est globalement superbe au niveau de la qualité de l'image.

Amicalement.
Stéphane.

Écrit par : Stéphane | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

bonjour et encore bravo pour ton site stephan
la vie est belle restera dans le top plus beaux films jamais réalisés par le grand frank capra , pourquoi sa philosophie très actuelle et son cote fantastique très en avance sur son temps, d 'ou la mauvaise reception a sa sortie trop moderne pour l 'epoque mais au fil des annees il a trouve sa place comme grand classique et comme toi stephane le public a pu lire le message insuffle par mrs capra, d' ont je suis un grand admirateur
cordialement kevin

Écrit par : KEVIN | 01/07/2014

Répondre à ce commentaire

bonjour et encore bravo pour ton site stephane
la vie est belle restera dans le top plus beaux films jamais réalisés par le grand frank capra , pourquoi sa philosophie très actuelle et son cote fantastique très en avance sur son temps, d 'ou la mauvaise réception a sa sortie trop moderne pour l 'epoque mais au fil des années il a trouvé sa place comme grand classique et comme toi stephane le public a pu lire le message insufflé par MR capra, d' ont je suis un grand admirateur
cordialement kevin

Écrit par : KEVIN | 01/07/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire