Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

Skyfall - 2012

"Skyfall" est le dernier James Bond en date au moment où j'écris ces lignes. Je ne vais pas vous refaire l'historique des films portant sur James Bond, ou le making-of du film. Mais j'aimerais vous donner mon avis. "Skyfall" est intéressant car il prend le contre-pied total de ce qu'était jusque là James Bond. James Bond est un séducteur, on ne le voit pas séduire sinon des prostituées notoires. James Bond est un peu prétentieux, sûr de lui, et a un humour anglais bien à lui qu'il balance le plus souvent à ses adversaires décédés sous ses mains. Et plus que tout, il excelle dans l'art de tuer. Ici ce n'est plus le cas, il a été blessé en mission. Il ne croit plus en lui, rate les tests du MI6 (si si). Et il est devenu incapable de toucher correctement une cible à 10 m et il est obligé de passer chez un psychiatre. Il va d'ailleurs rater ce test là aussi. Concernant le film lui même, on a arrêté les gadgets électroniques. Il se retrouve avec une radio miniature le permettant de le localiser (ce qui nous ramène à peu près à l'époque de Goldfinger) et un pistolet qui ne fonctionne que si lui seul s'en sert, parce que c'est bien connu, en 2012, on a de moins en moins de gadgets ... Et la James Bond girl est réduite à un rôle de potiche, pire que le dernier accessoire des laboratoires Q. La rencontre avec cette femme et James Bond est d'ailleurs suréaliste et n'amène rien à l'histoire. Étrange à première vue. La vérité c'est que les scénaristes ont voulu faire ressembler James Bond à Matt Damon et refaire du Jason Bourne. Mais lorsqu'on va voir un James Bond on s'attend à des Girls, un minimum de gadgets, une petite romance. En gros si vous allez dans un bar et que vous demandez une bière vous vous attendez pas à avoir un whisky.

affiche-de-skyfall-007.jpg

Les scénaristes ont poussé le vice jusqu'à montrer les mêmes scènes sur la plage que dans la "mort dans peau", avec les mêmes lampions, et lampes. Pire comme Jason Bourne, Bond "oublie" de rentrer et de signaler qu'il est en vie à sa hiérarchie. On retrouve une longue scène de dialogue avec "le méchant" démeusurément longue, qui n'est pas sans rappelé les monologues de Christopher Waltz dans "Inglourious Basterds". Bref, si le personnage et le mythe de James Bond ne sont pas morts ils sonts bien amochés. La cassure n'est pas tant entre par exemple les films de Roger Moore, où on retrouvait des femmes presque nues sur chaque plan (voir "l'espion qui m'aimait"), mais la rupture est même avec l'esprit d'un Bond, du roman et simplement des précédents opus. Le gros point positif c'est que c'est admirablement filmé. La première scène montrant la lumière dans les yeux de Bond est magistral. Et Sam Mendès va nous reprendre tout au long du film des plans intéressants. On peut donc espérer que le coup des scénaristes, est un coup d'essai qui ne va pas nous amener une génération de James Bond totalement fagocitée par le phénomène "Jason Bourne" ou alors cela ne ressemblera plus à grand chose et n'aura évidemment pas grand sens. Il faut quand même espérer que la phase dépressive étant passée, on ira sur autre chose et vers un retour à ce qui a fait le succès des Bond : filles, romance, action, gadgets. Je mets donc une bonne note à l'ensemble, le film se voyant très bien et étant novateur. Il faut récompenser la prise de risques. Mais franchement on s'attend quand même un peu à autre chose dans le prochain volet ou alors ce n'est pas seulement Daniel Craig qui va faire la gueule, mais aussi le public. Parce Que franchement avoir un générique et la chanson d'Adèle pour nous rappeler que l'on regarde un James Bond, c'est pour le moins léger. A t'on assisté à un espèce de Crépuscule des Dieux ou à une future renaissance ? L'avenir nous le dira.

Skyfall-04.png

 

La chanson titre d'Adèle :

 

La bande-annonce :

 


Note : 8 / 10

Commentaires

Hello Stéphane,

belle chronique que tu nous sers là. Peu ou prou, je suis assez d'accord : les rapprochement Jason Bourne sont tellement évidents (et datent d'ailleurs du moyen Quantum of Solace) que cela en devient un peu gênant. Comme tu le dis bien, James bond (et ses girls) ne sont guère glamour dans cet opus. La mythologie James Bond est revisitée et rénovée. J'ai tout de même beaucoup apprécié le passage à Shanghaï, très Wong Kai-Wai avec toutes ces lumières, bien que ça ne fasse pas très James Bond non plus. Tous les critiques se sont levés comme un seul homme pour encenser ce numéro, mais je pense que c'est plus du au réal (Sam Mendes, un auteur qui fait un James Bond ! Si Christopher Nolan passe après lui, on aura le même style de critiques) et au méchant qui est très bien joué qu'à autre chose. Le plus décevant est le sort réservée aux James Bond Girls. Plus de scènes de séduction, plus de glamour... A voir au prochain opus.

A bientôt,

Raphaël

Écrit par : Raphaël | 21/03/2013

Hello Raphaël,

Oui moi aussi j'ai bien aimé les lumières de Shangaï avec en particulier la scène dans l'immeuble. Sam Mendes a fait un super travail sur ce film. C'est évident. Je mets d'ailleurs une très bonne note au film. Il faut juste espérer que ce ton un peu "glauque" ne sera pas celui des prochains James Bond.

Amicalement.
Stéphane (Hollywood Classic)

Écrit par : Stéphane | 22/03/2013

Les commentaires sont fermés.