Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2013

Gladiator - 2000

"Gladiator" est un film qui m'a profondément marqué, autant par sa réalisation que par l'impact qu'il a pu avoir sur l'histoire du cinéma et sur ma vision du monde. Je m'explique. Aujourd'hui le cinéma ne produit quasiment plus de comédies musicales, de Westerns, de mélodrames. Des genres ont donc presque totalement disparus au profit d'autres. Sans "Gladiator" il aurait fallu y ajouter les films d'aventures et les péplums. Or "Gladiator" a été le film évènement de l'année 2000 déjà pour cette seule raison. Il ouvrait donc une porte à un autre cinéma et grâce à "Gladiator", le péplum est revenu à la mode pendant quelques années. "Troie", "Alexandre" ont pu être tournés, des films d'aventures sont revenus sur le devant de la scène, comme "Kingdom of Heaven" ou "Robin des Bois" et combien d'autres ensuite ! Pourtant je me souviens d'avoir été choqué au cinéma devant la violence ultra-réaliste du film. J'ai mis quelques jours à digérer le film et j'ai compris que le ton du film n'était pas celui de "Ben-Hur" ou des "10 Commandements", mais bien un ton romain et finalement réaliste. Or la société romaine était fondée en grande partie sur la violence et les outrances : violence des légions, violence des jeux du cirque, violence des jeux politiques de cette époque etc Le message biblique est donc d'autant plus incroyable et irréaliste dans cette société de violence. Mais dans "Gladiator" il n'en pas question.

gladiator,7.jpg

Je ne vous infligerai pas une note trop longue en refaisant le making-of déjà présent sur toute les éditions Bluray ou DVD. Mais je vous dirai que le film se déroule à la fin du règne de Marc-Aurèle et évoque le règne de son fils, l'empereur Commode. Chaque scène est quasi-anthologique, le découpage du film est parfait dans sa version cinéma d'origine. Et les dialogues sont à graver dans le marbre : "Ce que nous faisons dans notre vie raisonne dans l'éternité". Et si on ajoute à ça, la fabuleuse musique de Hans Zimmer aux accents wagnériens si tragiques, ou les vocalises de Liza Gerrard, on ne peut qu'être totalement satisfait devant l'ampleur du spectacle. "Gladiator" n'est donc pas un film romantique ou plein de la spiritualité chrétienne de ses illustres prédécesseurs, mais il possède des qualités qui ont fait de son héros Maximus, le messager d'un nouveau cinéma antique. D'ailleurs on peut rétrospectivement se demander si la porte que pousse Maximus à la fin du film, qui évoque sa nouvelle vie dans l'au-delà, n'est pas aussi une vision de Scott qui avec son film a lui aussi ouvert une porte pour d'autres films. Cette étrange synchronicité que Yung n'aurait pas renié nous laisse à penser que les Dieux de Rome se sont bien penchés sur le film pour lui donner un beau destin. Et à titre personnel ce film m'a beaucoup inspiré et m'a donné du courage quand je n'en avais plus.

maximus-dans-larc3a8ne.jpg

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique :

 

Note : 8,5 / 10

Les commentaires sont fermés.