Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2013

Les misérables - 1935

"Les Misérables" de Victor Hugo est un des plus célèbres romans de la littérature française. Ce roman a énormément inspiré le cinéma et a engendré un grand nombre d'adaptations cinématographiques ou télévisuelles. Nous en passerons quelques unes  en revue. Je vais commencer par évoquer cette version de 1935, produite par la Twentieth Century Fox et tourné par Richard Boleslawski.

Poster - Les Miserables (1935)_01.jpg

Tout d'abord commençons par les défauts du film, et pour être tout à fait honnête avec vous chers lecteurs, il en a quelques uns. Le plus gros défaut du film, c'est bien entendu le scénario de W.P. Lipscomb qui ne respecte pas beaucoup l'oeuvre initiale d'Hugo. Ainsi, les bagnards se retrouvent être de vrais galériens dans des galères, attachés aux bancs et avec le fouet pour les encourager à ramer. Or, on se souviendra que les galères ont été supprimées par Louis XV autour de 1748. Le film comme le roman commence en 1815. On peut donc déjà se demander où se trouve le conseiller historique sur ce film. On se dit donc qu'il y en a pas. Ensuite le film étant tourné en 1935, la censure a fait son oeuvre et le personnage de Fantine est réduit à la portion congrue. Ainsi, on ne sait pas pourquoi elle est misérable alors que les salaires de l'usine de Monsieur Madeleine sont censés être les meilleurs de la région. Et surtout, il n'est jamais évoqué à aucun moment qu'elle se prostitue pour nourrir son enfant. On peut continuer ainsi longtemps et dire également que le personnage du père Ténardier est invisible et que la mère Ténardier n'est montré que 1 ou 2 minutes dans tout le film. Enfin on ne comprend pas qui est Marius sinon un jeune révolutionnaire. Bref, le scénario frise la catastrophe sur beaucoup d'aspects. Enfin les cartons de textes qui séparent le film en 3 parties, le vieillissent terriblement sans rien apporter à l'histoire. Néanmoins ne partez pas tout de suite ! La suite est bien meilleure.

 

miserables-1935-01-g.jpg

Ce qui sauve cette oeuvre de l'oubli, c'est d'abord l'admirable casting. Ainsi, Fredric March est tout bonnement extraordinaire dans le rôle de Jean Valjean et de Champmathieu. Et oui, Fredric March interprête bien deux rôles. On le sent habité par son rôle comme jamais. Et il fait oublier par son jeu les incohérences ou les divers oublis du scénario. Quel acteur cela a pu être ! Enfin, Charles Laughton est un fabuleux Javert. On tremble quand on pense à l'intonation qu'il donne à chacune de ses répliques : "It's not in the law !" On ne peut que songer à lui, dans le rôle du capitaine du Bounty qu'il devait interprêter la même année, mais cette fois-ci avec Clark Gable. Enfin et peut être au dessus de tout, il y a une formidable osmose entre Fredric March et les deux interprêtes féminines de Cosette (enfant et jeune adulte). Ainsi, on voit une très belle interprétation de Rochelle Hudson et surtout de la petite Marilyn Knowlden qui crève l'écran. Le réalisateur et le scénariste ont bien compris que ces deux êtres (Jean Valjean et Cosette) brisés  par l'injustice des Hommes s'aiment, au delà de toute différence d'âge, au delà d'une improbable et de toute façon impossible sexualité ou quelconque désir sexuel. Il y a quelque chose de miraculeux dans cet enfant qui croient en cet homme et ensuite dans ce vieil homme qui croit discerner un amour dans cette belle jeune fille qui n'est alors là plus une enfant. Il y a quelque chose qu'on ne pourra plus jamais montrer aujourd'hui qui fait de ce film une espèce de bénédiction cinématographique, merveilleusement exprimée d'une impossible réalité. Ainsi, la scène où Jean Valjean comprend qu'il ne sera jamais le mari de Cosette mais qu'en plus elle aime Marius est admirable à tous les points de vues.

a1935 les mis PDVD_005.jpg

Ci-dessus : Fredric March et Rochelle Hudson

Enfin, la réalisation de Richard Boleslawski est excellente. La poursuite avec Javert au début du film est un des plus beaux montages de l'histoire du cinéma; filmée sur le vif, elle est rapide, et rend le spectateur acteur de cette séquences aux innombrables plans et angles pas si courant pour l'époque. Enfin, la poursuite dans les égouts est sans aucun bruitage, mais avec juste la musique d'Alfred Newman, nous donne l'impression d'avoir une partie du film en muet, mais d'un très haut niveau bien évidemment.

Capture11.JPG

Ci-dessus : Fredric March et Rochelle Hudson

Voilà. vous savez tout. Je vous conseillerais donc très fortement de voir et revoir ce film, qui malgré ses incohérences ou ses approximations scénaristiques par rapport à l'oeuvre littéraire originale, réserve de très très beaux moments de grand cinéma. Un film qu'il est urgent de re-découvrir.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,fredric march,rochelle hudson,marilyn knowlden,charles laughton,cedric hardwicke,alfred newman,richard boleslawski

 Ci-dessus, Marilyn Knowlden en Cosette :


La réplique du film : "Aimez vous, car finalement l'amour c'est à peu près la seule chose qu'il y ait sur terre." (Jean Valjean à Marius et Cosette)

 

Disponible en DVD Zone 2 (sortie en 2013), acheté récemment à la FNAC.

 

Note : 7 / 10

Les commentaires sont fermés.