Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2012

La tempête qui tue / The Mortal Storm - 1940

The Mortal Storm fait parti des films anti-nazis tournés par Hollywood avant le début de la guerre. Le conflit ayant débuté depuis 1 an en Europe, et la participation des USA ne faisant plus guère de doute, Hollywood utilise de moins en moins les paraboles pour évoquer le nazisme. Ainsi si en 1936 on évoquait le nazisme dans la charge de la Brigade légère au travers d'un sultan tyrannique, ici ce n'est plus le cas. C'est une force mais aussi un gros défaut du film. En effet à vouloir trop coller à l'actualité de l'époque, le film perd en crédibilité sur certaines scènes et en gagnent sur d'autres. On est donc qu'à moitié satisfait de la description du nazisme qui en est donné. Les scénaristes se sont inspirés d'une nouvelle de Phyllis Bottome (écrivain britannique) publiée en 1938. Frank Borzage est le réalisateur de ce film. On l'a connu mieux inspiré. Pourtant, il dirige le trio de vedettes : James Stewart, Margaret Sullavan, et Robert Young. Frank Morgan joue ici un de ses plus grands rôles. Dans les seconds rôles on retrouve Robert Stack et War Bond plus vrai que nature en officier nazi.

The-Mortal-Storm.jpg

L'étude du nazisme qui est ici menée ne s'intéresse pas à l'ascension d'Hitler au pouvoir mais bien aux bouleversements que cette arrivée à engendrer au sein de la société allemande. On est d'ailleurs surpris par le début enchanteur du film, où chaque personnage semble heureux et à sa place avec les siens. C'est la nommination d'Hitler qui change tout, et le diner famillial finit par mal tourner, les invités n'étant pas tous heureux de l'arrivée au pouvoir d'Hitler. Et finalement certains doivent partir, rejoindre leur section du parti. C'est le premier choc et incident dans un monde heureux qui ne le sera plus jamais. Et tout le long du film, les personnages devront détruire et faire de la peine à ceux qu'ils aiment pour le seul bien du parti.  Ainsi si le film a beaucoup de défauts, comme la représentation peu convaincante d'un camp de concentration. Il est psychologiquement crédible. Et la fin nous fait comprendre ce que chaque personnage a perdu dans la tempête. Cette tempête est donc représenté comme une maladie de l'esprit humain qui déchaine des éléments encore plus dévastateur que les éléments naturels.  Mon avis est donc assez partagé sur ce film. Il n'en reste pas moins comme une tentative valeureuse et courageuse de représenter ce qu'a pu être le nazisme. Mais aujourd'hui on sait que la vérité était encore bien pire que ce que Hollywood a bien voulu montrer dans ce film.

 

Ci-dessous James Stewart, Margaret Sullavan, et Robert Young

tumblr_m8h0jo00ol1rola9no1_1280.jpg

 

Ci-dessous Margaret Sullavan :

tumblr_m8hjl6aKgo1qkge9po1_1280.jpg

 

Frank Morgan au centre de la photo ci-dessous :

$(KGrHqMOKnIE5!D3Hz18BOTWzEryu!~~48_3.JPG

Film disponible exclusivement à la Fnac dans la collection trésors Warner.

 

Note : 6 / 10

Les commentaires sont fermés.