Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2012

Les amants de Montparnasse (Montparnasse 19) - 1957

Aujourd'hui j'ai décidé de faire la promotion d'un film français réellement magnifique. Ainsi, je ne saurais trop vous conseiller la vision des Amants de Montparnasse de Jacques Becker. En effet, le film a pour sujet la dernière année de la vie tourmentée du peintre Modigliani. Gérard Philipe joue le peintre et Anouk Aimée sa femme. Si la ressemblance entre Gérard Philipe et le peintre est peu évidente, elle est frappante entre Anouk Aimée et la femme du peintre. Le film est un pur chef d'oeuvre. Alors bien sûr on peut reprocher une certaine longueur, une certaine langueur. Mais le peintre n'a t'il pas vécu un peu cela ? Le sujet principal est quand même le mal être des artistes de génie, qui sont abandonnés par la société, et dont les oeuvres finissent par garnir tous les musées du monde. En voyant ce film, on peut se poser beaucoup de questions sur la place de l'artiste dans notre monde. On peut se poser des questions et se demander si c'est Modigliani qui est schyzophrène ou la société qui ne lui donnera une place que quand il sera mort. A ce titre le personnage de Lino Ventura est proprement terrifiant. Il joue le rôle d'un patron de galeries qui attend la mort du peintre tel un vautour et qui ne fera rien pour retarder sa fin.

 

montparnasse_19,1.jpg

 

Le film a subi beaucoup de retouches au moment de sa création. En effet, il devait être tourné par Max Ophuls et ce dernier avait écrit le scénario original avec Henri Jeanson. Finalement Max Ophuls étant mort avant le début du tournage, c'est Jacques Becker qui repris l'ouvrage. Mais il était peu enthousiasme pour faire ce film et il préférait des scénarios sur des gens ordinaires et plus ramassés avec une trame se déroulant sur quelques jours. Il se décida donc à modifier le scénario de Jeanson. Et donc il enleva beaucoup de longues tirades et scènes qui auraient alourdi plus que possible le métrage. Le scénario ne respecte pas réellement d'ailleurs la véracité historique. Jeanson devint furieux quand il apprit cela et écrivit une lettre terrible à Gérard Philippe pour le prévenir avant le début du tournage de ce qu'avait fait Becker. Tout cela se termina finalement en procès et Becker fut condamné à payer 1 Franc de dommages et intérêts à Jeanson.

 

montparnasse-19-1958-11-g.jpg

Néanmoins avant le procès le film se tourna et malgré la naissance difficile de cette oeuvre, il faut bien reconnaître qu'on a sur l'écran un pur chef d'oeuvre du cinéma français, autant au niveau de la maîtrise du noir et blanc et de ses lumières, que sur certains plans qui passent d'un paysage à un personnage. La musique obsédante au possible de Paul Miskaris fait aussi beaucoup et nous fait littéralement entré dans le mal être de l'artiste créateur. Du grand cinéma. Définitivement.

 

Ci-dessous Lili Palmer :

montparnasse-19-1958-06-g.jpg

 

Ci-dessous Anouk Aimée :

01_Anouk_Aimee_monparnasse_19.png

Merci à Gaumont pour la superbe restauration Bluray et pour les nombreux et long bonus de la dernière édition Bluray.


Note : 8,5 / 10

Les commentaires sont fermés.