Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2012

The Artist - 2011

Par quel bout prendre "The Artist" ? Telle est la première question qui vient quand on veut parler de ce film. Doit on d'abord parler de l'extraordinaire performance de tous les comédiens ? Jean Dujardin et Bérénice Béjot en têtes, mais aussi de tous les seconds rôles, mais également du moindre figurant dont le regard transperce l'écran et notre cerveau des mois après ! Tous les prix donnés à ce film sont totalement mérités. Le pari semblait impossible au départ : faire un film muet dans le style hollywoodien de 1929 en 2011, faisant fi de presque un siècle de progrès techniques cinématographiques. Mais il faut bien le dire à l'heure de la 3D et des super-héros le pari est réussi voir au delà. Si on pense à Douglas Fairbanks, Errol Flynn, ou Gene Kelly, quand on voit Jean Dujardin on ne peut s'empêcher de penser que ce film a été tourné en 2011 et pas il y a 80 ans. Le cinéma joue donc ici son rôle de machine à remonter le temps de la plus belle des manières. Bernard de Chartres disait : "Nous sommes des nains, assis sur des épaules de géants". Force de constater que le réalisateur Michel Hazanavicius a dépassé cette maxime pour aller toucher l'impossible nirvana cinématographique. En cela il a été aidé par la musique parfaite de Ludovic Bource que l'on croirait sorti d'un film hollywoodien de 1930 !

 

the-artist-jeu-3.jpg

 

D'ailleurs, les clins d'oeil au cinéma de l'âge d'or d'Hollywood sont récurrents dans ce film. Le début fait penser à la scène devant le cinéma de Chantons sous la pluie. La scène où Jean Dujardin se regarde dans la glace d'une vitrine avec le reflet d'un smoking fait également penser à un film de Gene Kelly (la Reine de Broadway) etc etc. Et on pourrait chercher ainsi les références à l'infini. Mais ce n'est pas du plagia. Le réalisateur a ainsi posé sa propre marque à tout cela. Les scènes sont très souvent originales. On ressort complètement ébahi devant un tel film, un peu comme si on avait assisté à quelque chose d'incroyablement beau, parfait, grand et qui ne doit jamais se reproduire.

 

the-artist-2011-1.jpg

 

Dire que ce film est un pur chef d'oeuvre serait trop limité. Ce film est bel et bien un miracle cinématographique. Le propre des miracles étant de ne pas se reproduire, on ne devrait donc pas voir de suite. Mais si je peux souhaiter quelque chose c'est bien que Monsieur Hazanavicius nous réalise une suite, cette fois ci par exemple parlante et en technicolor.

 

The Artist 1.jpg

 

Mais au delà, des qualités, des prix reçus, et du succès en salle, The Artist a montré qu'il y avait un public pour un autre cinéma que celui d'Avengers : un public mature, intelligent, sensible et capable de rester 2 heures à voir du vrai cinéma. Chapeaux bas les artistes !! Et merci pour la leçon de cinéma. That's Entertainment !!

 

 

The Artist 2.jpg

 

Extrait de la musique :



Note : 9 / 10

Les commentaires sont fermés.