Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2012

La cité disparue - 1957

Aujourd'hui, je vais vous présenter d'un de mes films préférés : La cité disparue. Le titre est déjà très mystérieux. Alors bien sûr mes goûts se sont toujours portés vers l'histoire, l'archéologie, alors vous pensez bien que partir à la recherche d'une cité disparue, voilà un programme qui me plaît ! Le film réunit 3 grandes vedettes à l'écran : John Wayne, Sophia Loren, et Rossano Brazzi.

 

affiche-La-Cite-perdue-Legend-of-the-Lost-1957-1.jpg

 

Pour le sujet : Le Français Paul Bonnard (Rossano Brazzi) part à la recherche d’une mystérieuse cité en ruines naguère découverte par son père dans le Sahara. Elle recèlerait un trésor que Paul promet de partager avec Joe January (John Wayne), un aventurier américain qu’il a recruté comme guide. Dita (Sophia Loren), une prostituée en quête de rédemption, se joint à eux ...

 

Annex - Wayne, John (Legend of the Lost)_02.jpg

 

Ce film contient des thèmes que j'apprécie particulièrement, comme la rédemption, la folie, la place de l'être humain et surtout les êtres qui changent au travers de circonstances exceptionnelles et qui finalement montrent leurs vrais visages. Ce film est un peu tout ça, avec le désert et une cité en toile de fond. Il n'en faut pas beaucoup plus pour nous faire rêver de longs voyages et de découvertes innatendues dans une ambiance psychologique tendue.

 

$T2eC16R,!)!E9s2fCHcpBP829giQ!Q~~60_12.JPG

 

Inutile de préciser que Sophia Loren écrase littéralement le film de sa débordante sensualité ! La preuve ci-dessous en images :

 

MV5BMTc4MDc1MjM3NV5BMl5BanBnXkFtZTcwNjE1NDk0NA@@._V1._SX640_SY818_.jpg

 

sophia-loren-legend-of-the-lost-1957.jpg

 

Ma scène préférée est celle où Brazzi découvre que son père n'était pas l'homme exceptionnel qu'il pensait qu'il était. Cette scène est la clé du film qui permet de tout comprendre et qui dévoile les personnages un par un. On a à la réalisation Henri Hathaway. Et la musique magnifique de beauté de Angelo Francesco Lavagnino  est aussi  à elle seule, un appel à la rêverie et aux mystères insondés de l'Afrique du Nord.

 

Un extrait de la musique :

 

 

Note : 7,5 / 10

Écrire un commentaire