Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2012

Les Chevaliers de la table ronde - 1953

On peut violer l'Histoire pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants. Cette phrase résume à elle seule le film de Richard Thorpe, "les chevaliers de la table ronde". En effet, la légende arthurienne reste un des plus grands mystères de notre temps. Ainsi on pouvait logiquement se demander ce qu'allait faire Hollywood de l'oeuvre "La mort d'Arthur", de Sir Thomas Mallory écrite 10 siècles après les évènements supposés.

 

knights-6-2.jpg

 

Le parti pris par les scénaristes est de ne pas fixer l'oeuvre dans le temps. Et il est vrai que l'histoire de l'Angleterre est tellement pleine de révolutions, guerres civiles, soulèvement, qu'il n'est pas trop difficile de ne pas situer le film trop précisément. Malgré tout les costumes semblent être ceux du 14ème siècle. On est donc dans l'oeuvre de fiction. Le film a donc été construit ainsi. Pour le reste le film reprend une bonne part de la légende arthurienne écrite par Mallory.

Knights_of_round_table_01.jpg

Cette obscure contexte historique aurait pu déstabiliser l'oeuvre. Mais il n'en est rien. Hollywood fait encore merveille. Et Thorpe comme dans Ivanhoé, tourné l'année précédente, développe tous les aspects de la chevalerie : Batailles, ambitions, trahisons, vassalité et romance.

 

knights-of-the-round-table-20b.jpg

 

On retrouve bien entendu Robert Taylor en Lancelot Du Lac, Mel Ferrer en Roi Arthur et Ava Gardner en Guenièvre. Miklós Rózsa est également à la musique comme dans Ivanhoé. Par contre je trouve sa composition moins originale que dans Ivanhoé. Quoiqu'il en soit, elle reste une oeuvre majeure du compositeur. Et on ne peut que se féliciter qu'Hollywood l'ait solicité par 2 fois pour écrire ce type de musique. Elle a d'ailleurs pour elle, plusieurs grands moments de bravoure, et de petites perles de beautés infinies et porteuses de grâce.

 

Vous l'aurez compris, on a ici à faire à du très grand spectacle et une oeuvre de fiction pure.  Ce cycle de films de chevalerie avec Robert Taylor se concluera avec Quentin Durward en 1955.

 

Extrait du film :

 


GENERIQUE CINEMA - LES CHEVALIERS DE LA TABLE... par generique-cinema

 

Extrait de la musique :

 

 

Note : 8,5 / 10

Commentaires

J'aimerais ici, outre saluer le très bon choix de films chroniqués, dire à quel point l'écriture est agréable et respire la passion du cinéma ; de plus, on a toujours un petit mot sur la bande originale, élément qui joue à mon sens énormément sur l'impact d'un film. Merci !

Écrit par : Raphaël | 18/09/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Raphaël. J'essaye de faire de mon mieux, et laisse parler mes goûts et mes impressions des films que j'ai vu récemment ou il y a plus longtemps mais que je connais et surtout effectivement que j'aime. Pour le moment je renonce à chroniquer des films qui ne me touchent pas trop ou ne me plaisent pas (anciens ou récents d'ailleurs). On verra plus tard.

Pour la musique de film c'est aussi une de mes grandes passions, j'essaye donc de la valoriser quand la partition me semble le mériter. Je m'y suis intéressé il y a une quinzaine d'années quand internet n'existait pas vraiment ou peu. A cette époque le seul moyen était l'achat de CD. J'en ai d'ailleurs quelques uns.

Écrit par : Stéphane | 18/09/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire