Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2012

Billy The Kid - Le réfractaire (1941)

Certains ne trouvent pas beaucoup de qualités à ce film. Mais personnellement je lui en trouve de nombreuses. Tout d'abord il a été tourné en couleur, ce qui reste assez rare pour 1941. D'autre part il a été tourné par David Miller qui a fait quelques effets intéressants sur les yeux de Robert Taylor ou a bien mis en valeur les extérieurs tournés à Monument Valley. Miller avait tourné avant ce film beaucoup de court-métrages. C'est donc son premier long métrage. C'est aussi le premier western de Robert Taylor. Alors bien sûr, ce que l'on peut reprocher au film c'est qu'on sent bien qu'il a manqué sa cible et n'est pas le super Western que le studio voulait produire. Je pense que cela vient du personnage féminin Mary Howard qui ne sait ce qu'elle fait et a finalement un rôle peu important. Enfin Brian Donlevy est un peu en contre emploi dans un rôle de père la morale qui ne lui va pas très bien. Lui qui a tellement habitué, le spectateur à des rôles de méchants.

 

Billy_le_kid_41.jpg

 

Ceci étant dit ce film a de nombreuses qualités. Ainsi on a finalement la description de pourquoi Billy est devenu hors la loi. Donc il est expliqué que la mère de Billy a été assassinée et que le meurtrier a été relaché et donc que depuis il a pris l'habitude de se faire justice lui même sans faire grand cas de la vie des autres. Finalement on nous explique que le mal engendre le mal.

Robert Taylor BTHK.png

Il y a également un autre thème qui y met en avant, ce sont les hommes d'affaires véreux qui derrière l'apparence de l'honnêteté, cachent de bien sombres trafics bien pire que la violence introvertie prête à exploser du hors la loi. Ainsi finalement on finit par prendre fait et cause pour l'anti-héros qui veut se faire justice dans un pays abandonné par la civilisation. Et puis c'est vrai que Robert Taylor en blouson noir en 1941, on se dit qu'il y a quelques choses de nouveau pour l'époque. 12 ans avant "l'équipée Sauvage".On pourrait aussi rapprocher ce film du "Brigand bien aimé" avec Tyrone Power de 1939, mais je pense que ce serait une erreur. En effet dans Billy The Kid, on essaye pas de justifier l'attitude mais seulement de l'expliquer.

 

A ce titre ce Western est profondément novateur. Il met en avant un vrai hors la loi, un vrai anti-héros. Et pire que ça il explique son parcours et sa rédemption. C'est assez rare pour 1941 pour être souligné. Il y a également quelque chose de magnifique au niveau du dialogue. C'est le lien entre 2 phrases prononcées, l'une au début et l'autre à la fin du métrage. En effet, The Kid dit : "la main droite je la garde pour les amis". Sans vouloir tout expliquer du scénario le lien est fait avec cette phrase à la fin du film, ce qui donne bien entendu une assez forte impression finale.


Note : 7 / 10

Les commentaires sont fermés.